Voissa.com, source d'épanouissement sexuel depuis 1999

Pour faire des rencontres Logo MyVoissa

Aller au contenu

Le droit voisin aux droits d'auteurs


  • Veuillez vous connecter pour répondre
27 réponses à ce sujet

#1 Mandragore69

Mandragore69

    Clown pervers

  • Voissanautes
  • 20 400 messages
  • Membre depuis : 20-12-2014
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Sur mon hamac lyonnais

Posté 10-09-2018 - 09:59

Aujourd'hui à bruxelles, les députés européens votent pour une directive obligeant les mastodontes du net à verser une indemnité aux entreprises de presse chaque fois qu'ils utiliseront leurs contenus sur leurs plates formes et leurs réseaux.
Je précise qu'ils sont bien sur pas d'accord les googles, facebook et youtube et qu'ils activent leurs lobbys vent debout et que les éditeurs de presse eux sont ravis et pas qu'au lit parce qu'ils vont avoir des pépètes.
Qu'en pensez-vous ?
Pas la peine d'aller en cuisine si tu crains la chaleur
David Cozette

#2 les100ciels

les100ciels

    ╰☆╮ un jour Lilith, un jour Tantale ╰☆╮

  • Modérateurs
  • 70 635 messages
  • Membre depuis : 26-06-2006
  • Sexe : Femme
  • Localisation:bethune/st omer

Posté 10-09-2018 - 10:06

Voir le messageMandragore69, le 10-09-2018 - 09:59, dit :

sont ravis et pas qu'au lit p ?

Image IPB



je trouve ça normal, quand on voit le nombre de sites ou de blogs , incapables de créer leur propre contenu , et qui pompent tout sur les autres
"C'est comme un parfum de nocturnes qui auraient le goût des levers du jour, parce qu'elle, elle dit jamais " je t'aime ",
parce que sans équivoque aucune, la liberté au bout des doigts, entre le marteau et l'enclume,

c'est la luciole au fond des nuits, c'est comme rouler sans le permis...
...comme un doigt levé bien haut à tous les Dieux, tous les suppôts...
...C'est comme un train, oui, qui s'égare mais qui s'arrête pas dans les gares"




tenue Du jour
Envoyé 11 05 2018 - 12:01

#3 Mycose

Mycose

    Membre

  • Voissanautes
  • 462 messages
  • Membre depuis : 18-07-2018
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Dans le Sud Ouest, mais surtout Bordeaux

Posté 11-09-2018 - 13:52

Voir le messageMandragore69, le 10-09-2018 - 09:59, dit :

Aujourd'hui à bruxelles, les députés européens votent pour une directive obligeant les mastodontes du net à verser une indemnité aux entreprises de presse chaque fois qu'ils utiliseront leurs contenus sur leurs plates formes et leurs réseaux.
Je précise qu'ils sont bien sur pas d'accord les googles, facebook et youtube et qu'ils activent leurs lobbys vent debout et que les éditeurs de presse eux sont ravis et pas qu'au lit parce qu'ils vont avoir des pépètes.
Qu'en pensez-vous ?
C'est une bonne idée pour le financement des créateurs.

#4 ouaf

ouaf

    Lapin indiscipliné

  • Voissanautes
  • 4 427 messages
  • Membre depuis : 03-08-2015
  • Sexe : Homme

Posté 11-09-2018 - 14:36

il faut absolument que j'aie une relation sexuelle même avec moi-même, j'avais lu "Le droit vagin aux droits d'auteurs"

j'avais plein de questions sur les vagins gauches et sur les gauchers en général

mais ça ne parle que d'argent

Modifié par ouaf, 11-09-2018 - 14:36.

déstructuré
Non casse-croûtable (et encore moins avec des pruneaux)
Non embrochable non plus (merci desmond62)
"à l'insu de mon plein gré !"

#5 Oryka

Oryka

    Membre

  • Voissanautes
  • 129 messages
  • Membre depuis : 25-11-2008
  • Sexe : Homme
  • Localisation:13 bouches-du-rhône

Posté 11-09-2018 - 19:47

Du coup, C'est la fin de l'hyperlink avec leur connerie. Le copié collé un lien ça va être finit?
Notablement ils sont en Europe pour le minitel.
Ce qui m'amuse c'est que de fait, c'est que ce sont toutes les Presses qui vont perdre toute leur vitrine. Parce que même si ce n'est que le titre et a page du moment qui est sauvegardé par ces moteurs, ben c'est une utilisation de leur contenu.
Donc de tout ça. Il va être obligatoirement être autorisé a déréférencer les sites européens de Presse, sans archivage des adresses, puisque dans les articles des Presses des liens externes existent pour le vidéos ou les contenus publicitaires ou pour trouver les textes dans le "cloud".

Du coup les Presses risquent de payer GOOGLE, un jour, pour les risques que GOOGLE encourent de contrevenir à la loi, ou pour le temps et les moyens mis auprès de l'Europe  pour avoir l'autorisation d'une exception qui permet à cette Presse d'être dans le moteur de recherche.

Bravo les Presses. Et les ayants droits bien tordus.

Modifié par Oryka, 11-09-2018 - 19:59.


#6 Fugace

Fugace

    Alius et non alter - Non-empathique, non-virtuelle

  • Voissanautes
  • 960 messages
  • Membre depuis : 15-02-2012
  • Sexe : Femme

Posté 11-09-2018 - 19:58

Qu'après la bouse Hadopi, on n'est plus à une connerie près... au moins ils voient large en ciblant l'Europe !

Les "créateurs" n'ont rien à gagner à cette loi et les internautes beaucoup à perdre... mais on a les lois qu'on mérite.

Modifié par Fugace, 11-09-2018 - 19:59.

Image IPB


#7 Le-Dandy-du-51

Le-Dandy-du-51

    Mille et une vies...

  • Voissanautes
  • 2 176 messages
  • Membre depuis : 07-03-2012
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Reims

Posté 11-09-2018 - 23:18

Oui c'est de la connerie en barre...

La création elle a bon dos sans la culture (et la confiture) qui va avec. Alors il ne s'agit pas de piller du contenu, mais je ne sais pas pour l'heure comment interpréter ça.

En France tu as la propriété intellectuelle qui est intouchable et protège les auteurs et créateurs d'oeuvres et de contenus. Sur le net c'est pareil. Je fais une illustration, que je la publie en magasine, fanzine, journal, sur un blog, face2book, Voissa et tuti quanti ou sur ton PQ préféré... j'en reste propriétaire et ce à vie. Pour l'exemple, cette illustration donc, je la loue pour une durée déterminée, une zone déterminée, un support déterminé, ça comprend aussi d'autres paramètres dont je passe les détails. C'est ce qu'on appelle communément la cession des droits d'auteur. En plus de ça, s'ajoute le tarif de ton illustration. Mais ça c'est pour de la publication en vue du commerce (le coup de la cession des droits). Ca ne touche en rien à la base : tout ce que tu produis est de ta propriété intellectuelle. Croyez moi même des "petits éditeurs" (parfois, ça arrive) ne comprennent pas ce point précis et devant un tribunal, c'est l'artiste qui a gain de cause (à tous les coups) lorsqu'il y a des problèmes de renouvellement de contrat ou de renouvellement des droits. Certains savent encaisser mais quand il faut redistribuer... CERTAINS j'ai dis...

Sur le net le souci majeur bien sûr est que cela touche autant aux droits internationaux. C'est donc plus complexe mais le principe de base est le même. Mon illustration (par exemple) que je publie sur X réseau social ou autre galerie en ligne reste de façon inaliénable de ma propriété intellectuelle. Alors évidemment, si je choisis de publier en ligne "gratuitement" c'est moi que ça regarde (ou pas forcément, un contrat d'exclusivité par ailleurs peut m'en interdire). Mais ça ne veut pas dire que c'est open bar "servez vous", pas du tout. Après, le risque majeur, c'est quoi... que ton image soit copiée collée par millions ? Et que tu n'y touches pas un cent dessus ? Oh my goddess gode !!!! Mais attends... ce n'est pas le problème, ça ! C'est même très bon !! Je ne crois pas qu'un artiste se plaigne de voir se propager le fruit de son travail. Warhol serait total d'ac avec moi. Non, le souci c'est pas le particulier. Ce sont les structures qui utilisent du contenu pour générer du fric sans reverser un cent à ceux/celles qui leur permettent (indirectement) d'amasser tout ce fric...

J'espère être assez clair.

Image IPB

Modifié par Le-Dandy-du-51, 11-09-2018 - 23:20.


#8 ouaf

ouaf

    Lapin indiscipliné

  • Voissanautes
  • 4 427 messages
  • Membre depuis : 03-08-2015
  • Sexe : Homme

Posté 12-09-2018 - 01:47

Voir le messageFugace, le 11-09-2018 - 19:58, dit :

Qu'après la bouse Hadopi, on n'est plus à une connerie près... au moins ils voient large en ciblant l'Europe !

Les "créateurs" n'ont rien à gagner à cette loi et les internautes beaucoup à perdre... mais on a les lois qu'on mérite.
ici vient un émoticône animée qui applaudit jusqu'à s'en rompre les mains
déstructuré
Non casse-croûtable (et encore moins avec des pruneaux)
Non embrochable non plus (merci desmond62)
"à l'insu de mon plein gré !"

#9 ouaf

ouaf

    Lapin indiscipliné

  • Voissanautes
  • 4 427 messages
  • Membre depuis : 03-08-2015
  • Sexe : Homme

Posté 12-09-2018 - 03:13

Voir le messageLe-Dandy-du-51, le 11-09-2018 - 23:18, dit :

Oui c'est de la connerie en barre...

La création elle a bon dos sans la culture (et la confiture) qui va avec. Alors il ne s'agit pas de piller du contenu, mais je ne sais pas pour l'heure comment interpréter ça.

En France tu as la propriété intellectuelle qui est intouchable et protège les auteurs et créateurs d'oeuvres et de contenus. Sur le net c'est pareil. Je fais une illustration, que je la publie en magasine, fanzine, journal, sur un blog, face2book, Voissa et tuti quanti ou sur ton PQ préféré... j'en reste propriétaire et ce à vie. Pour l'exemple, cette illustration donc, je la loue pour une durée déterminée, une zone déterminée, un support déterminé, ça comprend aussi d'autres paramètres dont je passe les détails. C'est ce qu'on appelle communément la cession des droits d'auteur. En plus de ça, s'ajoute le tarif de ton illustration. Mais ça c'est pour de la publication en vue du commerce (le coup de la cession des droits). Ca ne touche en rien à la base : tout ce que tu produis est de ta propriété intellectuelle. Croyez moi même des "petits éditeurs" (parfois, ça arrive) ne comprennent pas ce point précis et devant un tribunal, c'est l'artiste qui a gain de cause (à tous les coups) lorsqu'il y a des problèmes de renouvellement de contrat ou de renouvellement des droits. Certains savent encaisser mais quand il faut redistribuer... CERTAINS j'ai dis...

Sur le net le souci majeur bien sûr est que cela touche autant aux droits internationaux. C'est donc plus complexe mais le principe de base est le même. Mon illustration (par exemple) que je publie sur X réseau social ou autre galerie en ligne reste de façon inaliénable de ma propriété intellectuelle. Alors évidemment, si je choisis de publier en ligne "gratuitement" c'est moi que ça regarde (ou pas forcément, un contrat d'exclusivité par ailleurs peut m'en interdire). Mais ça ne veut pas dire que c'est open bar "servez vous", pas du tout. Après, le risque majeur, c'est quoi... que ton image soit copiée collée par millions ? Et que tu n'y touches pas un cent dessus ? Oh my goddess gode !!!! Mais attends... ce n'est pas le problème, ça ! C'est même très bon !! Je ne crois pas qu'un artiste se plaigne de voir se propager le fruit de son travail. Warhol serait total d'ac avec moi. Non, le souci c'est pas le particulier. Ce sont les structures qui utilisent du contenu pour générer du fric sans reverser un cent à ceux/celles qui leur permettent (indirectement) d'amasser tout ce fric...

J'espère être assez clair.

Image IPB
sérieux ? il y a une liste longue comme le bras
prince () et madonna pour commencer. Ils doivent se payer leur train de vie et un sous est un sous.
mais pour d'autres c'est autre chose. Quand faudel ou doc gynéco pleurent qu'il ne touchent pas un rond pour ses chansons alors que l'un est au rsa et que l'autre ne doit pas en être bien loin. même si je pense que c'est aussi grâce à cela qu'ils ne sont pas tombés dans l'oubli... c'est quand même compréhensible

il me semble que c'est juste une loi corporatiste. Elle ne vise qu'à protéger certaines entreprises privées par rapport à d'autres entreprises privées. Les auteurs n'ont pas grand chose à dire
déstructuré
Non casse-croûtable (et encore moins avec des pruneaux)
Non embrochable non plus (merci desmond62)
"à l'insu de mon plein gré !"

#10 Notturno

Notturno

    Diogénétiquement modifié

  • Voissanautes
  • 1 521 messages
  • Membre depuis : 06-05-2015
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Définitivement à l'ouest

Posté 12-09-2018 - 09:01

Voir le messageFugace, le 11-09-2018 - 19:58, dit :

Qu'après la bouse Hadopi, on n'est plus à une connerie près... au moins ils voient large en ciblant l'Europe !

Les "créateurs" n'ont rien à gagner à cette loi et les internautes beaucoup à perdre... mais on a les lois qu'on mérite.

Je n'ai pas suivi de près cette proposition de loi et les quelques coups de sondes données ici et là me laissent perplexe.

Si j'ai bien compris, dans les contre, on peut compter bien évidemment les acteurs majeurs de la diffusion de contenu sur la Toile mais aussi des internautes qui craignent que l'installation d'un filtrage a priori les prive de l'accès à nombres d’œuvres, informations pour le moment aisément accessibles. En extrapolant, certains y voient une possible censure et la fin d'une certaine liberté sur ces espaces.
On lit également que les créateurs, journalistes n'en retireraient rien de plus - ou en tout cas, pas nécessairement - les recettes étant captées par les éditeurs sans obligations de redistribution.

Dans les pour, on trouve des groupes de presse, éditeurs de contenus, journalistes et artistes dont on peut également lire qu'ils sont manipulés ou bien complices de désinformation.

Que les sociétés de gestion de droits se servent assez confortablement avant de procéder à la redistribution, on peut dire que c'est un fait suffisamment établi.
Je ne connais pas la situation des journalistes, mais j'imagine en effet que les pigistes ne verront pas leur statut s'améliorer du seul fait de cette disposition. Mais il ne s'en sentiront guère mieux si les journaux, de papier ou non, finissent  par mettre la clef sous la porte où se trouvent contraint de proposer du sous-journalisme. Je m'informe de plus en plus régulièrement par voie numérique, gratuitement. Tout en le faisant, je suis bien conscient que n'achetant presque plus mon journal au kiosque, il va forcément y avoir un problème si un autre modèle n'est pas trouvé.
J'ai également lu que certains prédisaient un effet pervers de cette loi : les journaux deviendraient tributaires des plateformes utilisant et rémunérant leurs contenus. Serait-ce réellement plus pernicieux que de les savoir possédés par des industriels dont la presse n'est pas le souci principal ? L'indépendance est depuis toujours une bataille à mener, rien de nouveau sur ce chapitre.

De quel ordre exactement est la menace portée sur la liberté de l'Internet ? La liberté d'accéder gratuitement à des contenus ayant occasionnés des coûts de production et de diffusion ? Ou bien j'oublie quelque chose ?

Si cette loi s'avère être une très mauvaise idée, quelle solution est avancée par ses opposants pour assurer que les créateurs de contenus (créateurs et leurs supports d'édition) puissent continuer à voir leur travail rémunéré ?
Et pour dissiper tout malentendu possible, j'ajoute que ce n'est pas une question rhétorique, je suis simplement curieux de connaître les éventuelles alternatives en présence.

Modifié par Notturno, 12-09-2018 - 09:03.


#11 Mandragore69

Mandragore69

    Clown pervers

  • Voissanautes
  • 20 400 messages
  • Membre depuis : 20-12-2014
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Sur mon hamac lyonnais

Posté 13-09-2018 - 06:49

Les députés européens malgré l'intense lobbying des gafa ont voté pour cette directive, pour une fois qu'ils font quelques choses de bien
Image IPB Image IPB Image IPB
Pas la peine d'aller en cuisine si tu crains la chaleur
David Cozette

#12 Fugace

Fugace

    Alius et non alter - Non-empathique, non-virtuelle

  • Voissanautes
  • 960 messages
  • Membre depuis : 15-02-2012
  • Sexe : Femme

Posté 13-09-2018 - 07:52

Voir le messageNotturno, le 12-09-2018 - 09:01, dit :

Je n'ai pas suivi de près cette proposition de loi et les quelques coups de sondes données ici et là me laissent perplexe.

Si j'ai bien compris, dans les contre, on peut compter bien évidemment les acteurs majeurs de la diffusion de contenu sur la Toile mais aussi des internautes qui craignent que l'installation d'un filtrage a priori les prive de l'accès à nombres d’œuvres, informations pour le moment aisément accessibles. En extrapolant, certains y voient une possible censure et la fin d'une certaine liberté sur ces espaces.

C'était le cas également d'une partie des journalistes, des défenseurs du libre (wikimédia par ex.) plus une grande partie des petites et moyennes entreprises impliquées dans le développement du web et de solutions sortant de l'hégémonie des Gafam.
Ce ne sont pas tous, et loin de là, des gens qui se foutent de la rémunération des créateurs (et même au contraire pour certains).

On lit également que les créateurs, journalistes n'en retireraient rien de plus - ou en tout cas, pas nécessairement - les recettes étant captées par les éditeurs sans obligations de redistribution.

En effet, la directive est mal ficelée (à dessein ?) pour que ce soit les auteurs journalistes qui profitent de cette manne provenant des Gafam. Je parie sans trop de risques que nul ne va obliger les LVMH, Lagardère et consorts à redistribuer : le ruissellement me semble une vaste blague.

Dans les pour, on trouve des groupes de presse, éditeurs de contenus, journalistes et artistes dont on peut également lire qu'ils sont manipulés ou bien complices de désinformation.

Que les sociétés de gestion de droits se servent assez confortablement avant de procéder à la redistribution, on peut dire que c'est un fait suffisamment établi.
Je ne connais pas la situation des journalistes, mais j'imagine en effet que les pigistes ne verront pas leur statut s'améliorer du seul fait de cette disposition. Mais il ne s'en sentiront guère mieux si les journaux, de papier ou non, finissent  par mettre la clef sous la porte où se trouvent contraint de proposer du sous-journalisme. Je m'informe de plus en plus régulièrement par voie numérique, gratuitement. Tout en le faisant, je suis bien conscient que n'achetant presque plus mon journal au kiosque, il va forcément y avoir un problème si un autre modèle n'est pas trouvé.

Ce n'est pas un modèle qui est trouvé là, c'est une solution à court terme (et encore). Et c'est ce qu'une partie des opposants dénonçaient. La presse vit déjà sous perfusion. La presse fait déjà du "sous-journalisme" dans une bonne partie des papiers (copié-collé de dépêches AFP, reprise d'infos sans vérifications faute de temps et/ou de moyens...) Et la presse paye déjà à coup de lance-pierres des pigistes plus que précarisés tout en câlinant quelques journalistes "stars" dont le nom est une valeur ajoutée au titre et qui sont donc rétribués à hauteur de ce qu'il remercient le titre en question (en suivant la politique éditoriale).
Perfuser la presse via le sang des Gafam (l'argent) ne va rien régler. Le modèle à trouver est ailleurs mais l'ancien monde a du mal avec cette idée.

J'ai également lu que certains prédisaient un effet pervers de cette loi : les journaux deviendraient tributaires des plateformes utilisant et rémunérant leurs contenus. Serait-ce réellement plus pernicieux que de les savoir possédés par des industriels dont la presse n'est pas le souci principal ? L'indépendance est depuis toujours une bataille à mener, rien de nouveau sur ce chapitre.

Et donc, aux industriels, on ajoute les plateformes ? Et on compte que l'un et l'autre ne fassent pas passer leurs propres intérêts avant tout ? Même si c'est juste un peu d'influence, c'est déjà trop pour un métier (journaliste) qui devrait, eu égard à la responsabilité sociale qu'il a, jouir d'une véritable liberté.
Mais de toute façon, les journaux sont déjà tributaires des plateformes.
Les apprentis-journalistes apprennent déjà et depuis un moment à écrire "pour Google". Les propriétaires et les éditeurs savent qu'ils n'existeraient pas (ou quasiment pas) sans la visibilité que les Gafam leur offre.
Alors c'est quoi ce marché de dupes ? On donne aujourd'hui une possibilité encore plus grande à Google et les autres de couper l'affichage à leurs guises ? Il leur suffira de prendre comme prétextes que la loi est trop onéreuse, ou trop compliquée, ou que les algorithmes de contrôle pas encore au point. Ils l'ont fait en Espagne, lorsque le pays a voulu instaurer ce droit voisin : résultat, les journaux en ligne ont vu le nombre de leurs lecteurs chuter... et les revenus publicitaires avec. L'essai de l'Allemagne n'a pas été plus concluant d'ailleurs. Et après ?
Les éditeurs ont offert tout ça sur un plateau d'argent parce qu'ils en retiraient un avantage certain et là, maintenant, ils disent "eh oh, attention".
Et où est la place des journalistes/créateurs dans cette bataille d'ultra riches ?
Et quid des petits médias (libres) qui n'ont, n'auront, pas la possibilité de lutter à armes égales avec les Gafam ? On va se retrouver exactement dans le même cas de figure que les petits producteurs face à la grande distribution...

De quel ordre exactement est la menace portée sur la liberté de l'Internet ? La liberté d'accéder gratuitement à des contenus ayant occasionnés des coûts de production et de diffusion ? Ou bien j'oublie quelque chose ?

Le problème de la liberté est posé par certains en raison de l'obligation de faire appel à des algorithmes pour bloquer les contenus qui ne seront pas conformes au droit voisin. Or ces algorithmes (les algorithmes en général) ne sont pas assez intelligents (ou réfléchit) pour ne pas faire d'erreurs. Les blocages et les déférencements sauvages (pour cause de "ressemblance" seulement ou parce que l'algorithme ne saura pas qu'une oeuvre fait partie du domaine public, ce qui est déjà arrivé) risquent de se multiplier.
Avec derrière, la difficulté pour les créateurs, journalistes, artistes, de faire entendre leurs voix au milieu de milliers de réclamations.
De plus, les moyennes plateformes (pas assez petite pour passer sous le radar de la loi et pas assez grosses) n'auront pas les moyens de mettre en place les outils de contrôles ou de payer les amendes. Il sera plus simple pour elles de bloquer et interdire à priori, tuant ainsi une bonne partie de l’intérêt du web participatif (et un bon nombre de sites, renforçant ainsi la puissance des plus gros).

Il y a également le souci d'utilisation des hyper-liens mais j'ai déjà beaucoup trop parlé Image IPB

Si cette loi s'avère être une très mauvaise idée, quelle solution est avancée par ses opposants pour assurer que les créateurs de contenus (créateurs et leurs supports d'édition) puissent continuer à voir leur travail rémunéré ?

Que les consommateurs-lecteurs payent au juste prix l'information ? Que les Gafam payent enfin leurs impôts permettant ainsi à l'état d'augmenter (et non de se désengager) les aides à la presse le temps que celle-ci trouvent un modèle économique vraiment viable ? Que la presse elle-même se réinvente, fasse passer la qualité avant la quantité et joue son rôle social ?

Et pour dissiper tout malentendu possible, j'ajoute que ce n'est pas une question rhétorique, je suis simplement curieux de connaître les éventuelles alternatives en présence.

Et j'ajoute, que ces directives (l'article 11 en particulier) ne concernent pas les petits blogs qui sont déjà, d'ailleurs, protégés (textes, images, musiques, vidéos) comme le reste sur le net par les lois sur la propriété intellectuelle.

Image IPB



Modifié par Fugace, 13-09-2018 - 08:16.

Image IPB


#13 solidago

solidago

    Membre

  • Voissanautes
  • 2 815 messages
  • Membre depuis : 02-07-2013
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Dans toutes les zones érogénes du corps humain

Posté 13-09-2018 - 09:32

Je ne suis meme pas  sur d'avoir compris la question ..? ! C'est à  dire qu'ils ( les GAFA) devraient payer lorsque l'on fait une recherche sur google par exemple et qu'il nous renvoie à un article d'un journal ou autre ?

#14 Fugace

Fugace

    Alius et non alter - Non-empathique, non-virtuelle

  • Voissanautes
  • 960 messages
  • Membre depuis : 15-02-2012
  • Sexe : Femme

Posté 13-09-2018 - 12:01

Voir le messagesolidago, le 13-09-2018 - 09:32, dit :

Je ne suis meme pas  sur d'avoir compris la question ..? ! C'est à  dire qu'ils ( les GAFA) devraient payer lorsque l'on fait une recherche sur google par exemple et qu'il nous renvoie à un article d'un journal ou autre ?

Les raccourcis sont super dangereux vis-à-vis de la compréhension, mais en gros : oui.
Du moins devront-ils payer en amont (via des contreparties financières) pour pouvoir indexer le contenu et NOUS le restituer à la demande. Ce qui laisse aussi google libre de payer et de référencer ce qu'il veut... finalement

PS : vu le message sur l'autre sujet, pas eu le temps de l'écouter encore ;)

Modifié par Fugace, 13-09-2018 - 12:01.

Image IPB


#15 Fugace

Fugace

    Alius et non alter - Non-empathique, non-virtuelle

  • Voissanautes
  • 960 messages
  • Membre depuis : 15-02-2012
  • Sexe : Femme

Posté 13-09-2018 - 12:05

Voir le messageMandragore69, le 13-09-2018 - 06:49, dit :

Les députés européens malgré l'intense lobbying des gafa ont voté pour cette directive, pour une fois qu'ils font quelques choses de bien
Image IPB Image IPB Image IPB

Mais dis-donc, toi qui te réjouis ainsi : es-tu certain que les affiches que tu poste sur "titres de films" sont libres de droit ?
C'est balot, mais la loi qui sera votée en France d'ici quelques mois suite à cette directive que tu applaudis va peut-être faire de toi un horrible voleur de contenu.... qui devra être censuré.

Image IPB


#16 solidago

solidago

    Membre

  • Voissanautes
  • 2 815 messages
  • Membre depuis : 02-07-2013
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Dans toutes les zones érogénes du corps humain

Posté 13-09-2018 - 14:10

Voir le messageFugace, le 13-09-2018 - 12:01, dit :

Les raccourcis sont super dangereux vis-à-vis de la compréhension, mais en gros : oui. deDu moins devront-ils payer en amont (via des contreparties financières) pour pouvoir indexer le contenu et NOUS le restituer à la demande. Ce qui laisse aussi google libre de payer et de référencer ce qu'il veut... finalement

PS : vu le message sur l'autre sujet, pas eu le temps de l'écouter encore Image IPB

En fait j'adore quand je te lis, j'ai l'impression d’être intelligent et de tout comprendre.

PS de PS : C'est juste mon gimmick habituel, rien d'important.

#17 Mandragore69

Mandragore69

    Clown pervers

  • Voissanautes
  • 20 400 messages
  • Membre depuis : 20-12-2014
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Sur mon hamac lyonnais

Posté 14-09-2018 - 06:09

Voir le messageFugace, le 13-09-2018 - 12:05, dit :

Mais dis-donc, toi qui te réjouis ainsi : es-tu certain que les affiches que tu poste sur "titres de films" sont libres de droit ?
C'est balot, mais la loi qui sera votée en France d'ici quelques mois suite à cette directive que tu applaudis va peut-être faire de toi un horrible voleur de contenu.... qui devra être censuré.

j'attends de voir la loi française et là oui je modifierai mon comportement mais bon je pense que les gafa vont réactiver leur intense lobbying et ce qui est passé à bruxelles n'est pas sur de passer à paname, donc pour l'instant je suis serin
Pas la peine d'aller en cuisine si tu crains la chaleur
David Cozette

#18 Notturno

Notturno

    Diogénétiquement modifié

  • Voissanautes
  • 1 521 messages
  • Membre depuis : 06-05-2015
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Définitivement à l'ouest

Posté 14-09-2018 - 19:18

Voir le messageFugace, le 13-09-2018 - 07:52, dit :


Merci pour cette réponse fournie. Tout à fait d'accord avec toi sur le problème de contournement fiscal dans lequel les Gafam et autres sont passés maîtres.
Juste une remarque concernant l'exemple de l'Espagne et de l'Allemagne que tu as cité. Ne peut-on penser que c'est la voix d'une Europe unie qui doit se faire entendre pour avoir quelque espoir d'obtenir gain de cause. Mais un pays membre seul, c'est peine perdue.

#19 En-corps

En-corps

    Membre

  • Voissanautes
  • 10 200 messages
  • Membre depuis : 27-05-2009
  • Sexe : Femme
  • Localisation:Prise, éprise, et sous emprise...

Posté 15-09-2018 - 13:29

Voir le messageMandragore69, le 13-09-2018 - 06:49, dit :


Les députés européens malgré l'intense lobbying des gafa ont voté pour cette directive, pour une fois qu'ils font quelques choses de bien


Image IPB

Image IPB

Image IPB


Voir le messageFugace, le 13-09-2018 - 12:05, dit :


Mais dis-donc, toi qui te réjouis ainsi : es-tu certain que les affiches que tu poste sur "titres de films" sont libres de droit ?


C'est balot, mais la loi qui sera votée en France d'ici quelques mois suite à cette directive que tu applaudis va peut-être faire de toi un horrible voleur de contenu.... qui devra être censuré.



Voir le messageMandragore69, le 14-09-2018 - 06:09, dit :

j'attends de voir la loi française et là oui je modifierai mon comportement mais bon je pense que les gafa vont réactiver leur intense lobbying et ce qui est passé à bruxelles n'est pas sur de passer à paname, donc pour l'instant je suis serin

Donc t'es content de cette loi.
Mais t'es content tant qu'elle passe pas.

T'as les couilles de tes idées toi dis donc...

#20 Le-Dandy-du-51

Le-Dandy-du-51

    Mille et une vies...

  • Voissanautes
  • 2 176 messages
  • Membre depuis : 07-03-2012
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Reims

Posté 15-09-2018 - 14:13

Voir le messageouaf, le 12-09-2018 - 03:13, dit :

sérieux ? il y a une liste longue comme le bras
prince () et madonna pour commencer. Ils doivent se payer leur train de vie et un sous est un sous.
mais pour d'autres c'est autre chose. Quand faudel ou doc gynéco pleurent qu'il ne touchent pas un rond pour ses chansons alors que l'un est au rsa et que l'autre ne doit pas en être bien loin. même si je pense que c'est aussi grâce à cela qu'ils ne sont pas tombés dans l'oubli... c'est quand même compréhensible

il me semble que c'est juste une loi corporatiste. Elle ne vise qu'à protéger certaines entreprises privées par rapport à d'autres entreprises privées. Les auteurs n'ont pas grand chose à dire

A niveau artistique et culturel c'est toujours bon de voir se propager son travail. C'est de la promotion ou publicité virale, la meilleure qui soit et qui ne coûte rien. Je ne parle pas d'utilisation d'un travail ou de récupération à titre de commerce. Ce qui entre dans l'illégalité est de tirer profit (de façon directe ou indirecte) d'un travail d'auteur sans rétribution pour l'auteur. Ce n'est pas de la "perte" pour l'auteur, c'est juste du vol parce qu'aucun contrat n'est signé. En fait quand on y pense bien, c'est juste l'application des droits légaux tels qu'ils existent déjà (hors web, hors numérique). Les droits légaux actuels sont totalement applicables au contenu numérique et les utilisations frauduleuses sont actuellement sanctionnables.

Après cette histoire de loi européenne est une surcouche me semble t il inutile, encore une histoire de fric entre gros poissons.

Voir le messageFugace, le 13-09-2018 - 07:52, dit :

Et j'ajoute, que ces directives (l'article 11 en particulier) ne concernent pas les petits blogs qui sont déjà, d'ailleurs, protégés (textes, images, musiques, vidéos) comme le reste sur le net par les lois sur la propriété intellectuelle.

C'est une évidence. Tu produis du contenu, tu en es l'auteur et ce droit de propriété intellectuelle ne prend pas en compte le support de diffusion (ce sont les droits d'auteur qui s'en chargent). Encore faut il "prouver" que tu en es bien l'auteur, d'où la possibilité de protéger ton contenu en passant par l'inpi, etc... selon la nature de ta production. Encore une fois je prends l'exemple du graphiste parce que je suis (un peu) concerné. Le problème n'est pas de voir son image "partout" sur le web (ce n'est pas un problème, la culture c'est quoi sinon une connaissance qui se diffuse et se partage). Le problème c'est quand ce contenu permet à des tierces entreprises de générer du revenu sans aucun reversement pour l'auteur. Et je ne crois pas que cela soit l'objet de cette proposition de loi...

Et puis les plateformes de diffusion sur le web doivent (sur)vivre. Maintenant j'aimerais dire que le problème de reconnaissance et de bonne rétribution des auteurs est un problème qui n'est pas nouveau.

Modifié par Le-Dandy-du-51, 16-09-2018 - 12:35.



0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s)