Voissa.com, source d'épanouissement sexuel depuis 1999

Pour faire des rencontres Logo MyVoissa

Jeudi 26 avril à partir de 21h sur le Chat Webcam : Participez à la soirée "ACTION VÉRITÉ" avec Schouki et Sh3mx !

Aller au contenu

Business Meeting

Histoire Récit Fiction

  • Veuillez vous connecter pour répondre
31 réponses à ce sujet

#21 lezarbleu

lezarbleu

    Membre

  • Voissanautes
  • 122 messages
  • Membre depuis : 08-04-2008
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Dans les limbes de la sensualité

Posté 30-11-2017 - 01:19

Une lecture délicieusement excitante, merci :)

#22 James47

James47

    Membre

  • Voissanautes
  • 53 messages
  • Membre depuis : 22-08-2013
  • Sexe : Couple
  • Localisation:Agen

Posté 30-11-2017 - 07:32

Superbe récit cela donne envie

#23 felix77

felix77

    Membre

  • Voissanautes
  • 22 messages
  • Membre depuis : 27-01-2015
  • Sexe : Homme

Posté 01-12-2017 - 12:21

Superbe récits

#24 Leon

Leon

    Membre

  • Voissanautes
  • 515 messages
  • Membre depuis : 26-06-2014
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Malaga - Andalousie - Espagne

Posté 01-12-2017 - 15:37

Merci, récit bien écrit et ...
:)

#25 jetero

jetero

    Membre

  • Voissanautes
  • 71 messages
  • Membre depuis : 20-10-2007
  • Sexe : Couple
  • Localisation:Bourgogne

Posté 09-12-2017 - 17:47

Whaou, magnifique récit.
Merci

#26 gibus1942

gibus1942

    Membre

  • Voissanautes
  • 29 messages
  • Membre depuis : 02-05-2013
  • Sexe : Homme

Posté 10-12-2017 - 10:48

Voir le messageTenderNugget, le 14-11-2017 - 18:24, dit :

PART. 1

Je m'appelle Grégoire.

Je suis ce que l'on appelle communément un "homme d'affaires". Pour mon patron, mon métier tient en un seul mot : bénéfices. Il a une fâcheuse tendance à ne voir que la colonne "total" d'un tableau Excel, et uniquement si le chiffre est en vert. Cela peut paraître simple, dur, mais on s'habitue à la longue. Et pourtant, rien ne me prédestinait à parcourir le monde en avion pour tenter de faire signer des conventions de vente, des participations au capital, des accords de rachat ou absorption et tout autre moyen, pour une entreprise multinationale de presser davantage le citron des poissons plus petits qu'elle.

Pour que vous compreniez bien qui je suis, je vais commencer par le début. Enfin, le début... disons que je vous propose d'accrocher le train lorsque je rentre, à 18 ans et quelques jours, à l'université. Ma prime jeunesse n'est guère intéressante, ma vie de collégien ou de lycéen non plus. J'étais un garçon plutôt introverti, avec un cercle d'amis assez réduit et je lorgnais sur les bombes sculpturales de la classe avec envie et discrétion, me disant qu'elles étaient réservées au cercle des meneurs ou des caïds, dont je m'excluais moi-même.

Mon arrivée à l'université a marqué un virage à 180° dans la perception que j'avais du monde. Les classes, le rythme, les amis, les sorties et puis une virginité sociale que je retrouvais. Inconnu parmi les inconnus.

Me voilà donc frais et pimpant à mon premier jour de fac. Le droit, c'est l'option que j'avais choisie. Je voulais devenir avocat, du moins je le pensais. L'auditoire est énorme, près de 800 places, toutes occupées par des filles et des garçons de mon âge. Les accents vont dans tous les sens, les parfums, les vêtements, tout ce cirque a quelque chose d'enivrant. Je découvre des visages que je ne connaissais pas, des corps que je ne connaissais pas. Et je vais vivre au moins un an avec tout ce monde, dans le même auditoire, parfois même dans la même classe.

Le hasard m'installe entre deux filles. L'une est assez quelconque. Rousse, cheveux longs, yeux couleur noisette, elle n'est ni mince ni bien portante. L'automne avait commencé tôt cette année-là, elle portait un manteau de tweed, un jean bleu foncé et des Converse. Cahier posé sur la tablette, stylo en main, syllabus sur les genoux, elle est dans les starting blocks pour assister au cours.

De l'autre côté, Alix. Le protoype de la bourgeoise, la haute bourgeoise. Vêtements de marque, parfum haut de gamme, un port de tête haut, un front intelligent et un sourire à faire fondre la banquise du pôle nord. Ses cheveux châtain clair tombant jusqu'à la nuque dansent chaque fois que sa tête bouge. Son sac entre les jambes, elle attend patiemment que le cours commence.

- Nouveau ou tu recommences l'année ? me demande Alix.
- Nouveau, lui dis-je. Et toi ?
- Nouvelle aussi. Tu viens d'où ?
- Oh j'habite à quelques kilomètres d'ici. Et toi ?
- Mes parents habitent assez loin. C'est mon tout premier jour seule, dans mon studio. C'est flippant et excitant à la fois.
- Ca doit être chouette. Moi, je devrai attendre quelques années pour mon studio, sans doute quand je changerai d'université.

J'ai à peine terminé ma phrase que le professeur entre en scène. Mon premier cours de droit romain. L'heure passe assez rapidement. Alix me demande parfois dans le creux de l'oreille "qu'est-ce qu'il vient de dire ? j'étais encore dans l'autre phrase" et je lui réponds. Quand je sais.
A la pause, Alix me demande si j'accepte de comparer mes notes. Elle a vu que j'étais assez structuré, elle aimerait partir d'un bon pied et comparer ses notes tant que la matière est encore légère. Nous commençons durant la pause mais nous sommes rapidement interrompus par le professeur qui reprend la deuxième heure.
Après le cours, Alix me suit pour sortir de l'auditoire.

- Tu vas où maintenant ? me demande-t-elle.
- J'ai des travaux pratiques en anglais, et toi ?
- J'ai des travaux pratiques aussi... mais en néerlandais, me dit-elle en riant. Et on n'a pas vraiment le temps de comparer nos notes maintenant, dit-elle un peu déçue.
- Si tu veux, on peut s'organiser pour revoir ça pendant le temps de midi.
- Ca serait chouette, sourit-elle. Et si on regardait ça dans mon studio ? Au moins je ne resterais pas seule pour m'habituer aux murs.
- Bonne idée, lui dis-je. Donne-moi l'adresse, je t'y rejoins vers, disons, 13h ?
- Super ! En plus j'ai de quoi casser la croûte si tu veux.

Et nous voici partis chacun vers nos cours respectifs. Je n'arrive pas à m'ôter son visage de la tête durant les deux heures qui suivent. Son sourire, son nez qui se retrousse quand elle semble contrariée. Et puis son parfum, ses grands yeux verts. Je ressens une drôle de sensation dans le ventre, comme si ça chatouillait très fort. Mais à l'intérieur. Et impossible de se gratter. D'autant que la sensation est tellement agréable que je n'ai pas spécialement l'envie de la faire partir.
Faites que ce stupide cours d'anglais se termine vite !

12h30, la délivrance. Je quitte avec précipitation la salle de classe et me met en route pour l'adresse qu'Alix m'a donnée. Je connais bien la ville, je connais le quartier où se situe son studio. Un quartier habituel pour les étudiants.
13h00, je sonne en bas de l'immeuble. Mon coeur bondit (et toujours ces chatouillements dans le ventre) lorsque j'entends sa voix me répondre "monte, je suis au dernier". Je gravis les escaliers en me retenant de courir et j'arrive devant une porte en bois, dont la laque tombe en petits morceaux par endroits. Elle ouvre la porte au moment où je m'apprête à frapper à la porte. Mes yeux s'écarquillent. Elle a changé de tenue et le moins que l'on puisse dire, c'est que cela change totalement de la tenue "bourgeoise" qu'elle portait quelques heures plus tôt. Petit short échancré, top laissant apercevoir son ventre plat et parfait en bas et sa poitrine plus grande que je ne l'avais pensé au-dessus. Elle remarque ma gêne.

- J'aime me mettre à l'aise quand je suis chez moi. Ca ne te gêne pas ?
- Euh... non, bien sûr, dis-je mal assuré. En fait ça te va plutôt bien je trouve. C'est juste que ça change pas mal de tout à l'heure.
- Oui, je m'en doute, rigole-t-elle. Entre, il fait froid dans le couloir et je ne suis pas en mode "sports d'hiver", sourit-elle.

Je rentre et m'installe dans son petit canapé-lit. Son studio est petit mais bien décoré, avec bon goût. Tout est bien rangé, je me demande si elle tiendra cet ordre sur la durée. Moi je ne tiendrais pas, en tout cas, me dis-je en silence.
Alix revient de la cuisine avec quelques sandwiches faits maison. En les posant sur la petite table de salon, elle se penche juste devant moi. Son short remonte alors dans son entrejambes et me permet de constater qu'elle ne porte pas culotte. Son sexe se dévoile partiellement, à quelques centimètres de mon nez, alors qu'elle reste en position pour arranger les sandwiches et les boissons sur la table.

Les chatouillements laissent place à une sensation nettement plus réelle. Je sens mon sexe gonfler dans mon pantalon alors que je regarde son sexe encore et encore. Je bouge légèrement sur le canapé, sentant mon sexe de plus en plus tendu et voulant une position plus confortable et plus discrète. Elle se retourne sur moi au moment où je tente de cacher mon érection. Elle sourit.

- Je n'ai pas été discrète apparemment, me dit-elle en souriant.
Je ne parviens pas à dire un mot.
- Tu es devenu plus timide ? me demande-t-elle.
- Euh... non... mais c'est que... je ne voudrais pas être... comment dire... mal compris, dis-je entre hésitations et grimaces.
- Je crois que j'ai compris ce que tu avais, me répond-elle de plus en plus malicieuse. C'est la première fois ? C'est ça ?
Je hoche de la tête, incapable de parler.
- Alors attends, me dit-elle presque en murmurant.

Elle se penche sur moi et m'embrasse tendrement sur la bouche puis se relève pour fermer les rideaux. "J'aime la pénombre", dit-elle. Je n'en peux plus, mon sexe est tel un bâton dans mon pantalon. Elle semble le deviner. Elle s'agenouille devant moi, déboutonne mon pantalon et le fait glisser sur mes chevilles. "Et si tu enlevais tes chaussures ?" me sussure-t-elle à l'oreille. Je m'exécute et je suis ses gestes lorsqu'elle m'invite à enlever pull et chemise. Me voilà en slip, avec un sexe désormais tendu comme jamais dessous, sur le canapé d'une fille que je ne connaissais pas hier.

Elle se relève et d'un mouvement aussi rapide que sensuel, retire son petit top. Ses seins sont juste parfaits. Gonflés, tendus, fiers, avec de petits tétons tendus. Elle enchaîne avec le bas et retire le short. Son corps est envoûtant. Son sexe est rasé, seuls quelques poils subsistent au bas de son ventre. Je vois sa petite fente déjà entrouverte au sommet d'une paire de jambes bronzées et lisses.

Elle revient s'agenouiller devant moi et m'invite à libérer enfin ce sexe qui n'en peut plus. "Mmmh, il est très beau" me dit-elle d'un air gourmand. Et de joindre le geste à la parole, elle se saisit de ma verge et la caresse doucement. Ses mains l'effleurent, de la base jusqu'au bout du gland. Et il gonfle encore un peu. Ses caresses se font rapidement plus précises, elle prend mon sexe en main et me masturbe tendrement tout en me regardant. Ce regard... souriant, gourmand.

Au bout de quelques minutes, elle ramène ses cheveux sur le côtés et approche sa bouche de mon gland. Sa langue caresse le bout de mon pénis puis descend tout le long, avant de remonter à nouveau. Après quelques passages, je sens sa main guider mon sexe vers sa bouche. Elle est chaude, très humide, cela glisse tellement. Je sens sa langue jouer avec mon gland dans sa bouche. Elle aspire parfois très fort, puis relâche, pour recommencer après. Sa main continue de me masturber pendant que sa bouche me gobe de plus en plus loin. Je m'enfonce dans sa bouche, je sens l'excitation au plus haut et je m'entends pousser des râles et des gémissements de plaisir. Ma verge n'a jamais été aussi tendue, jamais aussi excitée.

- Je ne vais pas exagérer si c'est la première fois pour toi. J'aime bien le goût et la sensation de ton sexe dans ma bouche mais j'ai envie d'aller un peu plus loin, me glisse-t-elle à l'oreille. Et toi ?
Pour toute réponse, je l'invite à se relever et à prendre ma place dans le canapé.

A mon tour, je m'agenouille devant elle. Je caresse ses épaules, son ventre, ses seins. D'abord doucement, puis en les massant plus profondément. Je promène mes doigts sur ses tétons tendus, je sens qu'elle aime mes caresses. En voyant qu'elle écarte les jambes, je comprends qu'elle m'invite ailleurs. Mes mains descendent vers son ventre, son nombril puis sur ses cuisses, l'intérieur de ses cuisses et arrivent doucement à hauteur de son sexe. Il est brûlant et je sens rien qu'en passant ma main qu'il est dégoulinant. Mes doigts effleurent ses grandes lèvres, son corps trépigne. Puis j'appuie mes caresses pour suivre le dessin de sa fente. Je découvre son clitoris gonflé et ses petites lèvres trempées. Mon index s'attarde sur son petit bouton, je sens qu'elle se dresse, je sens qu'elle aime mes caresses. Tout en caressant son clitoris, mon autre main vient pénétrer son sexe. Un doigt, puis deux doigts s'enfoncent dans son vagin torride. Je les ressors doucement puis les rentre à nouveau. A chaque mouvement en elle, à chaque caresse de son clitoris, elle gémit de plus en plus.

"Viens avec ta bouche", me dit-elle dans un râle. Je me penche alors vers son sexe et y ressent le goût sur ma langue. Comme avec mes doigts, ma langue commence par parcourir ses grandes lèvres maintenant largement ouvertes. Puis elle glisse rapidement vers l'entrée de son vagin. C'est parfumé, cela sent et goûte si bon. Son liquide vaginal enduit le bout de ma langue qui remonte pour lécher son clitoris. D'abord doucement puis de plus en plus fort au fur et à mesure que ses gémissements grandissent. Mes doigts écartent son sexe pour que ma langue puisse le lécher encore plus vite et fort. Son corps se cabre, se courbe, j'ai l'impression qu'elle est traversée par des décharges électriques. "Vas-y, continue", crie-t-elle presque. "Oui, tu vas me faire jouir', rajoute-t-elle comme à bout de souffle.
Dans un dernier râle saccadé, je l'entends pousser les cris de son orgasme, au bout de ma langue et de mes doigts trempés de son sexe et de ma salive. Ma bouche est barbouillé du mélange de nos deux fluides.

- Wow, tu es sur que tu n'as jamais touché une fille avant ? me demande-t-elle rouge de plaisir.
- Euh non, je t'assure, lui dis-je toujours agenouillé entre ses jambes.
- Alors tu es vraiment doué, me dit-elle en souriant. Viens, assied-toi.

Je prends alors sa place laissée chaude sur le canapé. Elle se penche pour reprendre mon sexe toujours aussi tendu dans sa bouche. Je suis terriblement excité et tendu au moment où elle m'enjambes pour poser son sexe au-dessus du mien. Je sens mon gland pénétrer son vagin trempé. Elle va doucement, très doucement, pour profiter de cette sensation de mon sexe qui s'enfonce petit-à-petit en elle. Son corps s'abaisse sur moi, elle recommence à gémir. "Ton sexe est tellement tendu", me dit-elle à l'oreille. Je sens que j'arrive au bout de son corps. Elle relève le bassin et commence à aller et venir sur moi. Lentement, puis plus vite, puis encore plus vite. Son sexe brûle de plaisir et de désir. Et le mien me donne l'impression qu'il va exploser. "Je ne tiendrai pas longtemps, c'est tellement fort" lui dis-je, tendu. Je sers les dents pour tenter de retenir mon orgasme. Je suis dans un autre monde, sur le fil très mince entre tenir et jouir. Elle le sent. "Je préférerais que tu jouisses dehors", sourit-elle gentiment.

Elle se retire, je n'en peux plus. Elle se dépêche pour se saisir de ma verge turgescente et recommence à me masser. Jusque quelques secondes seulement. J'explose en jets puissants entre ses mains. Les premiers atteignent le divan, les autres coulent, chauds, entre ses doigts qui agrippent ma verge. Je ne m'en suis pas rendu compte mais j'ai fermé les yeux pendant que je jouissais. Je les rouvre pour découvrir son visage encore coloré de plaisir, qui me sourit tendrement. Elle passe une dernière fois sa langue sur la fente de mon gland et récupère une goutte de mon sperme.

- Merci, me dit-elle.
- Merci à toi. J'ai du mal à exprimer ce que je ressens et ce que j'ai ressenti. Mais en tout cas c'était...
- Pour moi aussi, tu m'as donné beaucoup de plaisir, tu sais. On devrait peut-être prendre l'habitude de comparer nos notes, en fait.
Je souris et hoche de la tête.
- Tu veux prendre une douche ? me demande-t-elle.
- Je pense que ça me fera du bien, oui.

J'avais 18 ans et quelques jours. C'était mon premier jour de fac.



A suivre...
Très joli et beau!.....

#27 tommyknocker79

tommyknocker79

    Membre

  • Voissanautes
  • 2 084 messages
  • Membre depuis : 14-05-2012
  • Sexe : Homme
  • Localisation:77

Posté 12-12-2017 - 07:01

Des scenes bien décrites...
Excitante jeunesse...

#28 OlivX

OlivX

    Membre

  • Voissanautes
  • 4 118 messages
  • Membre depuis : 02-12-2006
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Le Havre / Honfleur

Posté 12-12-2017 - 15:46

Whaouuuu c'est torride, mais pourquoi j'ai pas connu une Gladys pendant mes études ;)

#29 mentment

mentment

    Membre

  • Voissanautes
  • 20 messages
  • Membre depuis : 06-09-2015
  • Sexe : Homme

Posté 12-12-2017 - 23:06

Superbe récit, vraiment une magnifique histoire
Merci beaucoup

#30 sector06

sector06

    Membre

  • Voissanautes
  • 9 messages
  • Membre depuis : 23-08-2017
  • Sexe : Homme

Posté 22-01-2018 - 17:17

très sympa comme récit, vivement la suite

#31 lonecowboy

lonecowboy

    Membre

  • Voissanautes
  • 96 messages
  • Membre depuis : 20-08-2016
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Où ça?

Posté 22-01-2018 - 21:59

Très sympa et très bien écrit !

#32 FanyX

FanyX

    Membre

  • Voissanautes
  • 2 messages
  • Membre depuis : 28-06-2016
  • Sexe : Femme

Posté 25-02-2018 - 13:23

Ouahou, génial.
Très bien raconté, on s'y croirait :P
Merci pour ces moments de plaisir !



1 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 invité(s) et 1 utilisateur(s) anonyme(s)

soirée spéciale
Jeudi 26 avril
à partir de 21h00

Venez participer à une soirée ACTION VÉRITÉ avec Schouki et Sh3mx sur le chat-webcam

logo myvoissa

Je serai présent

Allumer sa cam n'est pas du tout obligatoire sur le chat-webcam de Myvoissa.
Seule la bonne humeur compte !
×