Voissa.com, source d'épanouissement sexuel depuis 1999

Aller au contenu

Les aventures de Clémentine et de Julien

Vicieuse Salope Bonheur

  • Veuillez vous connecter pour répondre
741 réponses à ce sujet

#741 Oncle-Julien

Oncle-Julien

    Les récits d'Oncle Julien

  • Voissanautes
  • 2 884 messages
  • Membre depuis : 18-07-2011
  • Sexe : Homme
  • Localisation:France

Posté hier, 10:03

Image IPB  - 1 - Tous droits réservés - © - 2019 - Episode 738 -


Image IPB

Un dimanche plein de délicatesses

Hier matin, dimanche, je suis réveillé par des bisous que l'on me dépose sur le nez, le front. On me taille même une pipe.
De me faire sucer l'érection matinale est une étrange sensation. Pas vraiment jouissive. C'est un peu comme une crampe.
J'ouvre les yeux. Le visage souriant et bienveillant de Clémentine au dessus du mien. Je force Estelle à revenir à l'air libre.
Je les serre toutes les deux contre moi. Nous restons tous les trois silencieux, immobiles, à savourer ce privilège. Merveille.
Estelle, n'en pouvant plus, se lève la première en s'écriant : < Pipi ! >. Clémentine me chevauche. De douces papouilles.

C'est à notre tour. Estelle descend pour préparer le petit déjeuner. Nous la rejoignons. Il est 8 h. Dehors il fait super beau.
L'odeur de café, de pain grillé et de brioche sont la seconde caresse de ce dimanche matin. Estelle me saute au cou. Bises.
Nous mangeons de bon appétit. Tel le patriarche, je beurre les tartines que me tendent les filles. La brioche est délicieuse.
Nous traînons à table. Le dimanche matin, c'est "ménage". Celui ci est particulier car les parents d'Estelle viennent manger.
Nous serons donc aux fourneaux le plus tôt possible. Estelle s'occupe de l'aspirateur qu'elle passe partout et du salon. Bien.

Clémentine monte faire la chambre. Je commence par nettoyer la cuisine. Dès la vaisselle terminée, nous voilà à la tâche.
J'entends Estelle passer l'aspirateur tout en chantant dans son pyjama de soie mauve. Je passe la serpillère. Nickel. Parfait.
Je m'apprête à monter rejoindre Clémentine lorsqu'Estelle, comme toujours, me tend son piège de l'escalier. Elle m'attrape.
Sa main dans mon slip, elle se serre contre moi en disant : < Tu te branles devant d'autres filles dans les chiottes ! >. Rire.
< Ça me rend jalouse ! T'es un salaud ! > rajoute t-elle. Je la soulève. Elle me couvre le visage de bisous. Et je l'entraîne.

Nous rejoignons Clémentine qui termine de faire le lit. Je m'habille vite. Les fenêtres sont ouvertes et la fraîcheur est vive.
Je ramasse le tas de draps sales que j'emmène à la salle de bain où Clémentine vient me rejoindre. Je fais le bac à douche.
Clémentine fait le lavabo et les miroirs. Nous n'arrêtons pas de nous faire des câlins, bisous, à évoquer la fille au scooter.
< Je faisais comme elle, adolescente, mais avec ma mobylette bleue. Tu te souviens de ma mobylette ? > fait Clémentine.
Nous rions de bon cœur à l'évocation des gags que cette mobylette a inspiré. Les soirées Chippendale imaginaires. Poilade.

Clémentine descend avec le panier à linge plein à ras bord. Je nettoie les chiottes. Estelle arrive en silence pour la surprise.
J'ai les mains gantées, penché entrain de passer l'éponge dans la cuvette lorsqu'elle me choppe les couilles. Et par derrière.
< Tu te branles devant moi aussi, s'il te plaît, Julien, je t'aime ! > me chuchote t-elle. Je tire la chasse, je retire mes gants.
Je sors mon Zob. Je bande mou. Je me contente de le faire tournoyer en le tenant à sa base. < Zorro ! > fait elle en riant.
Elle est trop adorable. Je cesse pour la prendre dans mes bras, pour la serrer fort. < Comme c'est bon avec toi ! > dit elle.

Elle m'embrasse avec tant de passion que nous avons rapidement des épanchements du trop plein de salive. Goût brioche.
Je l'entraîne. Nous descendons rejoindre Clémentine à la cave, dans la buanderie pour aider à trier le linge. C'est si sympa.
Il est 10 h30. Je laisse les filles pour monter à la cuisine. La pâte feuilletée et le saumon ont décongelé. Je fais la Béchamel.
Estelle est la première à me rejoindre. Elle passe derrière moi. Elle met sa main dans ma braguette. Mes mains occupées.
< Tu n'oublies pas de fermer ta braguette lorsqu'il y aura mes parents. Ma mère est déjà assez suspicieuse ! > me fait elle.

Nous rions de bon cœur. Clémentine arrive à son tour. Elle s'interpose en disant : < On laisse mon mec travailler ! >. Rire.
Clémentine s'occupe des salades. Avocat, salicorne, tomates et le concombre. Estelle émince finement le pavé de saumon.
Je fais blondir de l'ail, de l'échalotte et de la ciboulette. Estelle y rajoute le saumon. A trois, tout est beaucoup plus rapide.
Le feuilleté de saumon est au four pour 11 h. Le timing parfait. Clémentine dresse la table monastère au salon. Je l'aide.
Nous montons nous changer. Nous mettons des jeans propres, des chemises blanches. Les filles se font des catogans.

< Regardez comme on est beaux tous les trois ! > fait Clémentine en nous entraînant devant le miroir. Habillés tout pareil.
Je suis au milieu des filles qui s'accroupissent en même temps pour poser leur tête contre mes cuisses. Elles se blottissent.
< Notre "Maître" devra se tenir à midi ! > fait Estelle. Je pose mes mains sur leurs têtes. Je dis : < Oui, ma "Soumise" ! >
< Mais avec moi, vous pouvez vous comporter en "Maître" ! > fait Clémentine. Je dis : < Discret, ma chère "Soumise" ! >
Je sors ma bite pour leur permettre de frotter leurs visages d'ange dessus, de la téter un peu. Et elles se prennent au jeu.

Je les force à cesser. Je dis : < Venez, on se lave les dents, vous sentez la queue pas fraîche ! >. Nous rions de bon cœur.
Nous faisons les clowns devant le miroir. Nous descendons à toute vitesse. Il est 11 h45. La sonnerie du four. C'est super.
Trois coups de sonnette. C'est Estelle qui va ouvrir. Elle revient avec ses parents. Et ils sont tous deux vêtus comme nous.
Jeans, chemises blanches. La maman d'Estelle laisse ses cheveux pendre sur ses épaules. C'est une superbe femme. Joie.
Clémentine leur fait faire le tour de la maison. La visite. Estelle, seule avec moi, me tripote la braguette en m'embrassant.

Je rejoins Clémentine et les parents d'Estelle dans l'atelier. Il n'y aucune toile en travaux. Ils peuvent donc visiter et voir.
Ma peinture a de quoi ravir n'importe quel amateur d'Art. Je précise qu'aucune n'est à vendre, je donne une idée des prix.
Il est donc hors de question d'en acquérir une. La maman d'Estelle me regarde plusieurs fois, discrètement. C'est étrange.
Comme me la déjà précisé Estelle, je suscite une certaine curiosité chez cette femme. Moi qui vis avec une fille de 21 ans !
Nous passons à table. Nous mangeons de bon appétit tout en bavardant. Nous sommes félicités pour la qualité du repas.

Je ne sais pas qui me fait du pied sous la table. Clémentine ou Estelle. Sans doute les deux coquines. C'est très amusant.
Au dessert, nous parlons de ma voiture. Nous nous rendons au garage. Je la sors. Le papa d'Estelle rêve d'une Mercedes.
C'est un modèle de Class E, avec toutes les options. Je lui propose de l'essayer. Nous y montons tous les cinq. Superbe.
Je ne roule qu'en mode "Vitesses automatiques". Je gère beaucoup mieux la puissance de cette voiture. Je roule pépère.
Complètement sous le charme, les parents d'Estelle proposent de conclure l'affaire dès la fin du mois de mars. Très bien.

Je change de voiture tous les trois ou quatre ans. J'ai donc le temps de commander une nouvelle chez le concessionnaire.
Depuis plus de 20 ans, je ne roule que dans cette marque et depuis dix ans en Class E. Nous réglons les quelques détails.
Ils pourront venir la chercher dès dimanche sept avril. Clémentine et moi nous partons en Gironde. Pas besoin de voiture.
Il est 14 h. Les parents d'Estelle sont attendus. Nous nous saluons. La maman a plusieurs étranges regards à mon égard.
C'est un peu troublant. Pourtant, pas une seule fois, il n'y a eu le moindre geste équivoque. Nous savons nous tenir. Bien.

Nous montons nous changer. < Tu as été formidable Julien ! Un parfait "Maître" de maison ! > me fait Estelle en rigolant.
< Julien est le "Maître" le plus parfait ! > rajoute Clémentine en se serrant contre moi pour enlever la main d'Estelle. Rire.
Nous voilà en tenues vélo. Nous descendons le chemin jusqu'à la piste cyclable. Il y a du monde. Cyclistes et rollers. Joie.
Il y a cette nouvelle mode des gyropodes. Ces engins à deux roues, électriques. Il y a maintenant aussi des trottinettes.
Nous roulons contre un vent d'Ouest plus fort que hier. Nous arrivons au port de plaisance pour 16 h. Trois cônes glacés.

C'est l'arrivée de la marche populaire organisée par les Pompiers du bourg. Une réussite. Il y a un monde fou. Une foule.
Il serait vain de tenter un "plan" exhibe. Estelle veut aller voir l'endroit où nous avons rencontré la jeune fille au scooter.
Il y a du monde. Derrière les toilettes publiques, entre les fourrés et le mur, c'est le rendez vous des D'jeunes. Pétards.
Il y a bien une dizaine de scooters. Des jeunes filles, des garçons. Nous restons distants sans vouloir déranger. Ça rigole.
Estelle n'arrête pas de me tripoter. J'ai une bosse sous mon leggings. C'est très accessible. Et la coquine sait en profiter.

< Regarde ! C'est elle, là-bas ! > me fait soudain Clémentine. En effet, c'est la jeune fille au scooter. Et avec une copine.
Elles bavardent toutes les deux, assises sur le muret à côté de leurs scooters. Elle ne nous a pas vu. Nous flânons. Super.
Je propose d'éviter de nous faire repérer. < Au contraire ! Venez ! > fait Clémentine. Nous passons tout près des filles.
Notre "rôdeuse" nous reconnait certainement mais elle reste impassible et joue la parfaite inconnue. Nous n'insistons pas.
< C'est un truc purement entre nous ! Elle n'en parle visiblement à personne ! > dit Clémentine dont l'analyse est juste.

< C'est une vicieuse ! Et en plus elle est mignonne avec sa petite gueule d'innocente ! > fait Estelle en regardant, discrète.
Nous ne nous attardons pas. La fraîcheur est plus vive que hier. Nous enfilons nos K-ways. Le vent nous pousse au retour.
Nous quittons le port vers 17 h. Nous voilà en route. Toujours autant de monde. Nous arrivons au haras pour 18 h15. Bien.
Il y a là aussi encore plein de gens. De jeunes cavalières, les parents propriétaires de chevaux. L'animation des dimanches.
Juliette, toujours très accaparée, nous voit tout de même. Elle nous fait un coucou de la main. Il faut éviter le vieux salaud.

Monsieur Gérard aussi nous a vu. Il fait même mine de venir dans notre direction tout en bavardant avec une jeune dame.
Clémentine nous entraîne aux vélos. Nous filons pour arriver à la maison pour 19 h. A la nuit tombante. Et morts de faim.
Je fais des spaghettis, Clémentine fait une salade de carottes, Estelle prépare une belle omelette aux champignons. Bolets.
Nous mangeons de bon appétit tout en bavardant. Les filles évoquent leurs cours de demain, les vacances qui approchent.
Nous traînons à table. La fatigue se fait sentir. La vaisselle. Nous rangeons la cuisine. Clémentine nous entraîne au salon.

Vautrés dans le canapé, nous faisons le bilan de cette journée. Je suis assis entre Clémentine et Estelle. C'est si agréable.
Estelle, tout en bavardant, joue avec ma queue qu'elle tord dans tous les sens. Heureusement, je bande mou. C'est rigolo.
J'ai mes mains entre leurs cuisses. Avec le petit doigt, je caresse leurs sexes. Nous sommes bien trop épuisés pour jouer.
Il est 22 h 15. Nous raccompagnons Estelle jusqu'à sa voiture. La séparation est difficile. Je la serre, je la cajole et console.
Nous la regardons partir. Au lit, Clémentine me donne ses impressions. La fille au scooter, la maman d'Estelle. Puis dodo…

Bon dimanche à toutes les coquines qui apprécient de manger en famille en retenant leurs pulsions le mieux possible…

Julien - (Qui a vendu sa bagnole, qui a passé un excellent dimanche et qui s'est comporté en maître de maison) -

Image IPB


Image IPB

Image IPB
J'ai un talisman . Un porte-bonheur . Je le porte toujours sur moi . Lorsque je le tripote , il me porte bonheur . Autant dire que je le tripote souvent ...

#742 Mia999

Mia999

    Membre

  • Voissanautes
  • 5 messages
  • Membre depuis : hier, 10:19
  • Sexe : Femme

Posté hier, 11:08

Hum... Merci beaucoup pour cette histoire Image IPB !



Aussi étiqueté avec Vicieuse, Salope, Bonheur

0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s)