Voissa.com, source d'épanouissement sexuel depuis 1999

Pour faire des rencontres Logo MyVoissa

Aller au contenu

Baisée par l'ami de mon mari pendant mon sommeil.

triolisme enceinte hard Inavouable

  • Veuillez vous connecter pour répondre
225 réponses à ce sujet

#221 nico2607

nico2607

    Membre

  • Voissanautes
  • 35 messages
  • Membre depuis : 22-07-2012
  • Sexe : Homme
  • Localisation:sud drome

Posté 25-07-2017 - 11:11

quel bonheur de suivre ce recit au combien excitant sur cette ile que je connais bien, merci.

#222 joya

joya

    Membre

  • Voissa créateur
  • 196 messages
  • Membre depuis : 26-07-2014
  • Sexe : Couple
  • Localisation:Le sud-est

Posté 25-07-2017 - 18:50

Voir le messagenico2607, le 25-07-2017 - 11:11, dit :

quel bonheur de suivre ce recit au combien excitant sur cette ile que je connais bien, merci.

Merci à toi d'avoir pris le temps de laisser un petit mot et de dire que tu apprécies.
En cours, notre récit à suivre. ici
Baisée par l'ami de mon mari pendant mon sommeil.

#223 joya

joya

    Membre

  • Voissa créateur
  • 196 messages
  • Membre depuis : 26-07-2014
  • Sexe : Couple
  • Localisation:Le sud-est

Posté 25-07-2017 - 18:53

Suite 31 :

Une nuit d'amour commence sur terre, (ou plus exactement à Grande-Terre) Suite:



-Ne soit pas déçu ce n'est que le début.

-Je ne peux l'être ma chérie.

Oui je ne pouvais l'être, entrer en Samia était comme si je me branchais à une prise de courant, elle m’électrisait. Le bouton «power» avait été allumé au début de notre étreinte, là c'était un amplificateur qui allait rajouter de la puissance à notre échange.

Elle n'avait pas bougé. Dans cette union dite de l'éléphant il ne fallait pas que je m'affale, mais comme mes massages que je reste souple et léger. Pour plus de confort pour elle mais aussi pour garder une force physique plus longtemps, je me redressais sur mes genoux en la faisant basculer sur le flanc. Tout en lui relevant la jambe opposée ce qui me permettait d'une part de jouer avec ses gros seins et de l'autre de la pénétrer plus profondément en variant plus aisément mon rythme ainsi que la stimulation de son clitoris avec mon gland imprégné de sa mouille visqueuse.

Mouillée elle l'était, son fruit juteux pourtant loin d'être pressé rendait un nectar divin et abondant. Imaginez un abricot mûr gorgé de suc que vous séparer en deux pour extraire le noyau et qu'il gicle son jus entre vos doigts. Tel était l'état de l'entre cuisse de ma femme. Un torrent.

Nous avons essayé pas mal de positions qui on finit par nous emmener tout naturellement debout contre la rambarde dans «la mystérieuse entrevue» -monsieur vient se coller contre madame qui s'offre de dos. Offerte elle l'était, mais Samia voulais se donner plus, se livrer sans retenue, impudiquement se faire visiter partout, révéler ses trésors. Ma princesse du plaisir m'enhardissait pour que je ne prive pas de la prendre par son petit trou. Pour me faire comprendre l'évidence que je ne saisissais pas par jeu, elle tirait sur ses fesses pour me montrer ce qu'elle attendait.

J’accélérais lui arrachant non plus des gémissements mais des cris de plaisir, elle tendait son cul m’incitant enfin c'est ce que j'avais compris de lui mettre de petites claques bien dosées. La petite fessée donnée lui fit perdre le sens de la réalité.

-Oh oui!!! Oui encore!!! Encoreeee!!!

-Tu aimes que je profite de toi comme ça.

-Oh oui prend moi!!! Ah!!Ho!! J'aime ta bite chéri!!! Ouiiiiii!!!!

-On entend que tu aimes sa queue. Coquine.

D'un seul coup Samia comme moi avons stoppé net notre ébat faisant silence total. Quelqu'un avait parlé et nous entendait. Avions nous bien compris?
Les cris de ma femme devait se perdre dans la nuit jusqu'à être audible depuis la rue. On se regardait un peu incrédule.
Quoi faire? C'est là que la voix suivit d'autres rajouta.

-Non ne vous arrêtez pas, le «chant» de madame est adorable à entendre. Cela fait une bonne demi heure que vous nous ravissez. Et je crois que vous n'aviez pas fini.

Je regardais Samia pour lui dire que si elle voulait je descendais fermer la fenêtre. Mais à ma grande surprise je l'entendis me demander.

-Tu veux jouer mon amour.

-A quoi?

-Profitons d'être à l'abri des regards sans être inquiété que l'on nous dérange pour leur donner ce qu'ils attendent, voir plus.

-Voir plus, tu veux ouvrir le volet?

-Non, juste leur permettre de mieux entendre quitte à en rajouter un peu.

-Pour ce qui est d'en rajouter je ne crois pas que ce soit nécessaire, vu ton expressivité dans ses moments.

Effectivement Samia a de multi-orgasmes et quand elle a démarré elle ne s’arrête plus. Elle ne redescend plus, elle reste perchée entre nuage et septième ciel enchaînant de multiple sensations qui la transporte jusqu'à épuisement- de son partenaire car elle elle a une forme olympique. C'est une chance pour elle et son amant, car le rapport prend une dimension visuelle, sonore et tactile hors du commun.

Ils avaient dû en profiter depuis un bon moment. Ils n'allaient pas être déçu de la suite des événements non plus. Samia me proposa de nous rendre dans le salon sur le canapé juste à côté de la baie vitrée. Les 2 étages qui nous séparaient de nos voyeurs aveugles mais pas sourds n'étoufferaient rien de l’enthousiasme naissant de mon épouse pour les gratifier avec ses cordes vocales. Ils souhaitaient un concert privée, ils étaient au première loges.

Tout cela avait excitait ma belle. Elle se positionna à quatre pattes cul relevé et croupe tendu au maximum. Samia se retourna vers moi avec son sourire de coquine et ses yeux d'ensorceleuse. Tout son visage c'était illuminé de cette joie qu'on les gens quand la vie leur fait un cadeau.

-Viens mon amour. Fais moi jouir fort. Rendons les heureux et participons à un souvenir indélébile que leur mémoire n’effacera pas.

On ne pouvait savoir exactement d’où venait les cris du plaisir de Samia et pour gardez l’incognito nous n'avions pas non plus allumé la pièce.
Silence. Moteur.
Je reprenais là ou j'avais été interrompu. Je me glissais à nouveau entre les lèvres aspirantes et luisantes de cyprine de mon amoureuse qui commentait le moindre de mes gestes un ton au dessus de ses habitudes.

-Oh oui, donne la moi comme ça. Fait la coulisser dans ma vulve trempée.

Et en échos d'entendre à nouveau nos spectateurs lui rendre l’appareil.

-Te prives pas l'ami, elle en veut la petite.

-Oui chéri je la veux au fond.

-Mais lui bien profond. Donne lui le compte.

Je me disais tu veux les allumer ma belle garce, alors prépare toi à être baisé impitoyablement je vais te défoncer encore un peu ta minette tout en préparant ton anus. Nous étions de concert avec notre auditoire. Plus j'en faisait plus ils en disaient me motivant presque à aller encore plus loin dans mes propos et à Samia la poussant à en vouloir toujours plus de ma bite. Ce qu'elle faisait comme si nous étions seuls au monde. J'avais mon petit secret pour qu'elle soit incontrolable, le clito de ma femme est hyper sensible et elle a du mal à retenir ses émotions quand on insiste dessus à en perdre la réalité.

-Non c'est trop. Pas comme ça, je ne tiendrai pas.
Oh!!! Oh!!! Non c'est trop. Ah oui!!! Non!!! Encore. Plus vite.
Comme ça.

-Putain ce qui lui met. Tu nous excites cochonne. C'est trop bon de t'entendre jouir comme ça.

Comme Samia je me prenais au jeu au point d'être interactif avec eux. Elle leur répondait quelle jouissait, qu'elle était bien ouverte. Que son amant avait une grosse belle queue bien dure, qu'il la prenait bien. Si ils aimaient l'entendre se faire baiser. Et toutes sortes de propos impudiques et personnels. Je savait mon épouse chauffée à blanc, à point, prêtes à toutes les folies. Je la connaissais trop bien, elle n'était plus qu'indécence et provocation. La situation lui avait tourné le cerveau et le jeu l'excitait terriblement. Elle mouillait, elle jubilais.

Je me dépassais et mis la barre un peu plus haut.

-Vous voulez l'entendre hurler son bonheur quand elle se fait sodomiser.

-Oui encule la. C'est ce qu'elle veut.

Et Samia de surenchérir.

-Oui je la veux dans mon cul. Dis leur chéri que j'ouvre bien mes fesses pour que tu rentres plus facilement dans mon anus.

-Les gars, elle se conduit comme chaudasse du cul. Je vais vous la démonter en direct live. Je vais lui montrer comment j'ai envie de lui défoncer son petit trou.

On ne savait pas combien ils étaient mais on devinait du mouvement en bas. Un brouhaha qui nous faisait penser au moins à une dizaine de mecs. Pas une seconde dans cette excitation nous avions pensé qu'il pouvait se chauffer au point de monter pour voir à quel étage ils pourraient trouver une fille si chaude que ça. Heureusement pour nous ils ne l'ont pas fait, un public motivé mais respectueux.

Je pris définitivement le dessus sur la situation m'imposant à ma belle dévergondée avec une deuxième personnalité.
Un dominateur redoutable et intransigeant.
Sans autre préparation j'appuyais mon gland sur sa rondelle poussant jusqu'à quand son sphincter se relâcha pour m'accueillir. Une fois l'anneau passé, je lui pries centimètre par centimètre le derrière non sans une petite douleur provoquée.

-Oh encore un petit effort et c'est toute sa bite qu'il m'a mis dans le cul. Elle est grosse vous savez. Et j'ai mal.

Mais comment ma femme les chauffait et comment indirectement elle le faisait pour moi aussi. Je ne serais jamais au bout de mes surprises avec elle. Soumise elle l’était du à son éducation, mais là je n'avait aucun gêne à en profiter sans scrupule. Elle en avait envie tout comme moi de lui faire et de la traiter avec une douce brutalité et dans une gentille humiliation.

L’alcool aidant je me tentais à des mots crus que nous avions l'habitude d'employer mais avec un peu plus de vulgarité cette fois-ci, voir improbable en tant normal. Une fois le fondement atteint sans m’immobiliser comme je le fait normalement je commençais un va et vient entre ses fesses. Samia criait, mélange de jouissance et de douleur le tout accompagner d'une magistral correction. En bas on entendait plus que le calme. Ils ne devais vouloir rien louper des claques qui rebondissaient sur les globes de ma femme.

-Tu me laboures chéri. Doucement.

-Continus, Continus. Continus.

Ma main fendait l'air pour finir sa course sur le cul relevé de Samia. Elle prenait en plus des coup de boutoirs que je lui assénais une déculotté en bonne et du forme. Elle n'était plus qu'une poupée de chiffon secouée de toute part.

-T'aimes ça être baisé de la sorte. Dis le tout fort que tu veux que je continue. Que tu aimes ça.

-Oui je le veux. Je suis à toi. Prend moi comme tu aimes.

-Tu veux quoi?

-Que tu me baises.

-Que je te baise comment?

-Comme une soumise que tu peux enculer comme tu veux.

-Vous entendez comme elle aime se faire défoncer.

-Pour l'entendre on l'entend. Ça doit être eu sacré bon coup. Encule la pour nous cette chienne.

-Oh oui!!! Hummm!!! Encore je suis ta chose. Baise moi fort.
Regarde comme j'aime me faire démonter.

Je me demandais si d'où ils étaient ils entendaient son cul péter des assauts qu'il subissait. Presque méconnaissable je mettais transformé en pilonneur d'anus. Laissant un trou béant, deux doigts rentraient sans toucher la paroi de sa rondelle brune. Je ne pensais pas et je pense que Samia non plus que notre soirée d'amoureux irait prendre une telle tournure, mais nous avions suivi notre instinct. Quel merveilleux plan.

-Je vais jouir dans ton tuyau.

-Oui inonde moi de ton foutre. J'adore sentir ta bite tressaillir en moi.

-Remplis la pour nous.

- Son jus chaud m’envahis et coule dans mon trou.

-Je décharge à grand jet ma jouissance. Ton cul me reçoit.


L'apothéose fut magistrale, les propos inavouables mais tellement excitants tenus par les témoins sonores de notre partie de jambes en l'air et par nous même était au dessus d'un certain entendement. Que ni fasse, le plaisir était au rendez vous et pour ce qui était de l'humiliation subit par Samia cela ne regardait que nous. Au fond notre assistance avait été témoin que de leur propre envie et ne pouvait mettre un visage à tant de dépravation.

Le silence était revenu dans la rue et dans notre appartement aussi. Nous n'avions pas répondu à leur merci. L'anus poisseux de mon épouse commençait à éjecter ma virilité devenu molle mais encore de belle taille. Une fois totalement sortie comme elle était restée en levrette elle se posa sur ses genoux. Ses jambes elles aussi recevaient le filet blanc de ma libération.
Sans allumer la lumière nous avons décider de nous rendre à la douche plus pour nous débarrasser de notre sudation que de notre fluide d'amoureux.

Je lavais Samia et elle me lava à son tour. Me redonnant forme pour une deuxième manche. Avant de remonter dans la chambre on décida de fermer les volets et d'allumer la climatisation, on ne pouvait pas ignorer notre folie mutuelle et une crise de fou rire éclata en voyant le sperme et sa mouille mélangés formant une mini flaque pas totalement imbibée par le canapé en tissu vert.
Nous étions fous, de cette folie douce qui rend heureux. Éternels enfants que la vie préserve des contraintes, des préjugés avec une curiosité saine qui n'est poussée que par ses désirs d'apprendre de soi.

Nous avons fait l'amour une bonne partie de la nuit ponctuée par des temps de repos chargés de discutions érotiques et de projets de fantasmes à réaliser. Décidément qu'elle chance d'avoir les même délires dans un couple et de pouvoir être celui que l'on est au fond de soi en toute simplicité.


A suivre...

Modifié par joya, 25-07-2017 - 20:39.

En cours, notre récit à suivre. ici
Baisée par l'ami de mon mari pendant mon sommeil.

#224 geryvol

geryvol

    Membre

  • Voissanautes
  • 14 messages
  • Membre depuis : 14-03-2015
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Haute-Savoie

Posté 25-07-2017 - 19:27

encore merci pour à vous deux... pour ma lecture du soir... vraiment, je ne suis pourtant pas fan de feuilletons mais là... je me régale... tout d'bon...
Image IPB

#225 joya

joya

    Membre

  • Voissa créateur
  • 196 messages
  • Membre depuis : 26-07-2014
  • Sexe : Couple
  • Localisation:Le sud-est

Posté hier, 08:14

Voir le messagegeryvol, le 25-07-2017 - 19:27, dit :

encore merci pour à vous deux... pour ma lecture du soir... vraiment, je ne suis pourtant pas fan de feuilletons mais là... je me régale... tout d'bon...
Image IPB

Un épisode qui nous a marqué à vie...on ne devrait pas être les seuls, sans doute. Et qui nous amuse toujours autant quand dans certains hôtels les cloisons trop fines ne font rien louper du partage sonore de nos activités sexuelles. Doux plaisir de savoir au petit déjeuner qui en a profité ou qui nous avons entendu.
En cours, notre récit à suivre. ici
Baisée par l'ami de mon mari pendant mon sommeil.

#226 Lestalons

Lestalons

    Membre

  • Voissanautes
  • 14 messages
  • Membre depuis : 22-09-2016
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Avignon 84

Posté aujourd'hui, 09:48

Quelle scène !
Il va falloir vous équiper de micros ... on lit ce récit comme on dévore avidement les épisodes



Aussi étiqueté avec triolisme, enceinte, hard, Inavouable

1 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

1 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s)