Voissa.com, source d'épanouissement sexuel depuis 1999

Pour faire des rencontres Logo MyVoissa

Aller au contenu

Jeune fille au pair

Erotique hard duo échangisme sexe

  • Veuillez vous connecter pour répondre
201 réponses à ce sujet

#1 didier84

didier84

    Membre

  • Voissanautes
  • 133 messages
  • Membre depuis : 10-01-2007
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Avignon

Posté 07-09-2016 - 12:25

Jeune fille au pair


Chapitre 1


Départ vers Venise


Le taxi arrive à la gare de Lyon. Je descends, récupère mes valises, mon sac, et m’avance vers l’entrée principale. Je marche lentement, profitant des rayons de soleil de cette fin août qui caressent mes jambes et chauffent mes cuisses à travers le fin tissu de ma jupe.

Je suis en avance, le train de nuit pour Venise ne part que dans 1 heure. Je me dirige vers la librairie afin de trouver de quoi occuper les 15 heures de voyages qui m’attendent. Ma phobie de l’avion et une certaine nostalgie de l’enfance m’ont fait préférer  ce moyen de transport. Je prends au hasard un hebdo populaire et une petite douceur chocolatée.

Direction la brasserie de la gare en face des trains grandes lignes. De là j’ai une vue d’ensemble des quais et je peux surveiller le tableau des départs. En sirotant mon Coca light, mes yeux se portent au hasard sur les gens qui vont et viennent, se retrouvent et pour quelques-uns semblent perdus. Enfoncée dans mon siège en rotin, ma jupe est remontée sur mes cuisses bronzées. Je surprends 2 jeunes hommes en grande conversation le regard braqué sur moi. La situation ne me déplaît pas, il m’arrive souvent de jouer à me montrer.

  Faisant comme si je n’avais rien vu je me penche vers mon sac posé au sol pour y prendre le billet acheté sur le net. Ce faisant, mon chemisier que j’ai omis de boutonner au-delà de ma poitrine, baille et laisse entrevoir à ces messieurs une partie de mon anatomie. Mes seins sont libres de soutien-gorge (il fait si chaud). En me redressant je décroise les jambes de manière à faire remonter un peu plus le tissu qui protège mon intimité. Discrètement je regarde dans la direction de mes voyeurs qui n’en perdent pas une miette. Ce petit jeu commence à m’échauffer. Dommage que je n’ai plus trop de temps pour faire plus ample connaissance avec ces  hommes plutôt beaux gosses. J’aurais volontiers passé un moment entre les 2. Je ferme les yeux en essayant d’imaginer ce qu’ils m’auraient fait. Un frisson me parcoure le ventre et je sens mon vagin se liquéfier. La pointe de mes seins s’érige, et le frottement sur le tissu renforce mon excitation.

-   « Ma petite Margot, il va falloir que tu te calmes, sinon ton voyage va te paraître encore plus long »


Une voix féminine annonçant que mon train est à quai me fait ouvrir les yeux et me sort de ma douce léthargie. En me levant je me  tourne vers mes admirateurs, leur adresse mon plus beau sourire et un petit clin d’œil amical. Tirant mes bagages derrière moi, je me dirige vers le wagon qui va m’amener vers cette belle et mystérieuse ville qu’est Venise.

La voiture-lit qui m’a été attribuée se trouve presque au bout du quai. Pas trop de monde à l’embarquement. Un steward m’aide à monter mes bagages et à m’installer dans une cabine. Elle est assez spacieuse, prévue pour 4 personnes, avec un petit coin lavabo pourvu de 3 sets de toilettes (brosse à dent, dentifrice, savon) et de 3 serviettes. Le steward m’informe que pour l’instant la cabine n’est
pas « installée » en version nuit, mais que cela sera fait pendant que je serai au wagon-restaurant. Je m’assois et regarde par la fenêtre les voyageurs qui vont m’accompagner pour cette longue nuit. Il y a des familles, des couples et quelques hommes d’affaires que l’on reconnait à leurs costumes chics. Je me demande quels vont être mes compagnons de cabine.

   Ça toque à la porte et le  steward, tout en s’excusant de me déranger, place dans les coffres 2 valises et un gros sac.

- « Ce sont les bagages des personnes partageant votre cabine. Ils sont allés directement au Wagon-restaurant pour se rafraîchir et réserver une table. Je me prénomme Bastien et je suis à votre disposition  en cas de besoin. Bonne nuit et bon voyage »


- «  je n’y manquerai pas, bonne soirée »


   Une fois seule, je prends la décision d’attendre le départ qui ne devrait plus tarder pour aller manger. Moins de 2 minutes s’écoulent quand une légère secousse m’indique que la rame s’élance pour un voyage sans escale vers mon nouveau travail. Demain matin je vais rencontrer mes futurs employeurs. Cette année de jeune fille au pair dans une famille va me permettre de parfaire mes connaissances de la langue et de la culture italienne, et m’aidera à payer le reste de mes études.

  Ça y est, le train est bien lancé maintenant et défilent sous mes yeux de vieux bâtiments, des barres d’immeubles immenses et des usines de toutes sortes. Cette noirceur me mets mal à l’aise. Je me lève, prends mon sac à main et sors de la cabine direction le restaurant.

Je dois traverser 2 wagons pour m’y rendre et m’apercevoir que toutes les tables sont déjà occupées. Je m’approche du bar et
commande un whisky  en surveillant du coin de l’œil   qu’une place se libère.

-   « Voulez-vous que je vous installe à une table occupée ou préférez-vous attendre ? mais cela risque d’être assez long. »


-   « Vous m’avez fait peur Bastien, je ne vous ai pas vu arriver »


- (petit sourire espiègle)


-   « Je veux bien que vous me trouviez une place »


-   « Les personnes qui partagent votre cabine veulent bien partager aussi leur table » me dit-il en me montrant un couple d’une trentaine d’année.


-   « Très bien, c’est plutôt mieux pour faire connaissance »


Je descends de mon tabouret et le suis entre les tables. Le couple regarde dans notre direction et je sens leurs regards s’attarder tout au long de  ma silhouette. Lui à l’air assez grand, brun aux yeux verts, plutôt mince, un bel homme. Elle est brune aussi, les yeux noirs, la peau mate, la poitrine mise en avant grâce au décolleté de son pull en V. Je devine sous la table des jambes gainées de bas malgré la chaleur extérieure et une superbe paire d’escarpins noirs.

-   « Bonsoir »


-   « Bonsoir, ravi de vous convier à notre table. Je m’appelle Adrien et voici Claudia mon épouse. Je vous en prie, prenez place»


-   « Enchantée, moi c’est Margot. Merci » dis-je en m’asseyant.


-   « Nous avons beaucoup de chance de tomber sur une si jolie personne pour partager notre cabine » dit Claudia avec un sourire éclatant.


-   « C’est vrai que ce n’est pas toujours le cas »


-   « Pour ma part c’est mon 1er voyage en train de nuit je découvre un nouvel univers »


-   «Ce type de transport amène souvent son lot de surprise et de découverte. Nous voyageons toujours ainsi à travers l’Europe et nous ne nous lassons pas des rencontres que nous faisons, n’est-ce pas mon chéri ? » me dit Claudia  en me regardant dans les yeux.


  J’ai déjà vu ce genre de regard lors de certaines soirées particulières. Des souvenirs de plaisirs multiples remontèrent le long de ma colonne vertébrale, me faisant frissonner.

- « Oui mais nous aurons tout le loisir de vous en parler au cours de la soirée. Nous en étions encore à l’apéritif, vous reprendrez bien encore quelque chose Margot ? »


- « Avec plaisir. Un autre whisky » dis-je en me tournant vers Bastien qui attendait.


   La soirée prend une tournure inattendue. Moi qui m’étais interdit de trop fantasmer sur les 2 voyeurs de la brasserie, de peur de rester sur ma faim, je me retrouve à table avec ce qui pourrait être un charmant duo de coquins.
En cours: jeune-fille-au-pair

                premiere-en-club

À vos plumes: histoire d'un couple ordinaire

#2 sodomisateur

sodomisateur

    Membre

  • Voissanautes
  • 116 messages
  • Membre depuis : 26-05-2014
  • Sexe : Homme

Posté 07-09-2016 - 12:54

Un très bon début de récit. Hâte de découvrir la suite des aventures de cette charmante margot

#3 fresh

fresh

    Membre

  • Voissanautes
  • 320 messages
  • Membre depuis : 30-12-2013
  • Sexe : Couple
  • Localisation:pas de calais

Posté 07-09-2016 - 13:46

Charmant début de voyage

#4 didier84

didier84

    Membre

  • Voissanautes
  • 133 messages
  • Membre depuis : 10-01-2007
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Avignon

Posté 08-09-2016 - 18:44

Suite

         Les plats s’enchainent et les verres de vins qu’ils me servent à tour de rôle me font sentir plus légère. S’ils savaient combien je mouille déjà, ils seraient bien étonnés. Ils me prennent surement pour une petite étudiante sans trop d’expérience. Leur conversation est agréable, futile et glisse souvent sur la sexualité. Je décide de rentrer dans leur jeu et de leur montrer que je suis plus ouverte qu’ils ne le pensent.

325]- « Je dois aller me refaire une petite beauté, j’en ai pour 5 mn » dis-je en me levant de table.


325]- « Je vais faire pareil » dit Claudia en m’emboitant le pas.


325]Nous arrivons au coin toilette du wagon restaurant, je pousse la porte et entre dans un petit espace doté d’un WC, d’un lavabo et d’un miroir. Claudia me pousse doucement et referme la porte derrière nous tout en abaissant le loquet de fermeture.


325]- « Je fais juste un petit pipi pendant que tu te remaquilles. Ça ne te gènes pas ? »


            Sans attendre la réponse elle soulève le bas de sa robe, descend un string noir par-dessus ses bas et s’assoit sur la cuvette. Moi qui comptais les étonner en revenant vers leur table sans dessous et le chemisier encore plus ouvert, je suis prise de court.

325]- « Non … non, pas de problème de toute façon on doit s’habituer à une certaine intimité puisque nous passons la nuit ensemble »


         Je sors de mon sac mon petit nécessaire pour les retouches maquillages. Je vois Claudia dans le miroir, son regard croise le mien et un sourire charmeur vient éclairer son visage. Cela me trouble et elle s’en rend bien compte. Elle prend du papier toilette, s’essuie et se relève pour tirer la chasse d’eau. Le souffle d’un train que nous croisons fait tanguer le nôtre. Son string sur les chevilles l’empêche de se maintenir. Elle s’accroche à moi par derrière et je sens sa poitrine s’écraser contre mon dos. Ses seins sont fermes. Je la sens déjà excitée par la situation. Ses tétons dardent à travers nos habits. Je me retourne, l’enlace et avance mes lèvres vers les siennes. Je suis dans un état pas possible, mes dents heurtent les siennes, sa langue s’engouffre dans ma bouche et nos salives se mêlent dans un baiser passionné.

         Sa main quitte mon épaule et glisse jusqu’à atteindre la courbe de mon sein, elle ouvre mon chemisier, libère ma poitrine. Ses doigts entreprennent mon téton avide de caresses, sa bouche descend le long de mon cou et se pose sur mon autre sein qu’elle mordille du bout des dents, me faisant tressaillir.

         Ne voulant pas être en reste, je la repousse doucement, je remonte son petit pull, découvre une paire de sein magnifique qu’aucun soutien ne vient cacher, me plonge entre ces 2 ogives que l’on pourrait penser être siliconés, mais dont la chair souple indique l’état naturel, et entreprend de l’amener au même niveau d’excitation que moi.

325]- « Adrien doit commencer à s’impatienter, on devrait retourner à table et finir de dîner. J’ai hâte d’être dans notre cabine »


325]- «  Tu as raison et pour se faire pardonner de l’avoir laissé seul, on va lui faire une petite surprise. Donne-moi ta culotte » me dit-elle. Elle soulève sa jambe et attrape la sienne du bout de l’escarpin.


       Je me tortille pour descendre la mienne et la lui donne. Elle la porte à son nez pour en sentir les traces de mouille qui l’imprègne.

325]-  «  Tu sens bon la femme, Adrien va adorer »


      Je me retourne pour ouvrir la porte et me retrouve nez-à-nez avec Bastien portant une bouteille de champagne dans un seau. Il me sourit et son visage se fige lorsqu’il découvre Claudia dans mon dos. Ses yeux nous fixent à tour de rôle et l’on imagine bien les pensées qui lui traversent le cerveau.

325]-  « On retourne s’asseoir, mais l’idée d’une bouteille de champagne me plairait bien aussi. Qu’en dis-tu Margot, on en commande  une ? »


325]-    « J’adore l’idée, le champagne me donne des ailes. Bastien vous pourrez nous en faire livrer une en cabine dans la soirée ? »


325]-    « Bien sûr Mademoiselle »  bafouille-t-il « Mais je ne pourrais pas avant une petite heure car j’ai pas mal de commande en attente »


325]-    «  Pas de problème, on trouvera bien de quoi se désaltérer en attendant »


          Nous éclatons de rire devant un Bastien un peu désarçonné qui se pose surement pas mal de questions. Nous traversons le restaurant en se tenant par la main. Adrien nous regarde arriver. Un sourire carnassier se dessine sur son visage légèrement buriné, où quelques rides commencent à creuser leurs sillons. Ses yeux passent de l’une à l’autre, cherchant à comprendre ce qui nous amuse.

         Je m’assois, Claudia passe derrière son mari, se penche et lui murmure :

325]-  « Petit cadeau pour nous faire pardonner cet instant de solitude »


De la main droite elle lui dépose nos dessous sur les cuisses pendant que sa main gauche passe sous la chemise pour lui caresser le torse. Il baisse les yeux pour découvrir nos culottes, les prends dans sa main et comme l’a fait Claudia avec la mienne, il les porte à son visage pour y respirer nos odeurs.

325] -    « Pour une surprise c’est une bonne surprise. Je ne pensais pas pouvoir bénéficier d’un dessert de ce choix. »


                   -   « Nous avons commandé une bouteille qui nous sera amenée en cabine. Finissons notre repas et allons l’attendre. » lui dit Claudia en retournant                                      s’asseoir. « je suis sûre que tu dois être très impatient de faire plus ample connaissance avec Margot »

325]-   «  C’est le moins que je puisse dire, vous m’avez un peu pris de court. J’espérai que cette soirée se déroule au mieux mais je ne l’imaginai pas comme cela »


325]-   « Tu l’imaginais comment ta soirée ? »


325]-   « Je pensais faire l’amour à Claudia devant que notre colocataire, comme il nous arrive souvent de le faire. Certains d’entre eux veulent participer, mais Claudia est assez exigeante et n’accepte pas de faire l’amour si la personne ne lui plait pas. Donc ils se contentent de regarder tout en se masturbant, voire en prenant quelques photos souvenirs. Quand je t’ai vu arriver à notre table je me suis dit que nous avions beaucoup de chance d’être en si jolie compagnie mais je n’imaginais pas ce qui vient d’arriver »


325]-   « Je peux te garantir que tu n’es pas au bout de tes surprises. La nuit va être longue et je n’ai pas sommeil »


          En lui disant cela j’étends ma jambe sous la table et fais  remonter  mon pied déchaussé le long de sa cuisse, jusqu’à atteindre son entre-jambe. Mes orteils se heurtent à un sexe déjà bien dur. Je le caresse ainsi pendant quelques instants, puis l’abandonne quand je sens qu’il commence ne plus savoir quoi faire. Il regarde Claudia qui n’a rien perdu de mon manège. Elle a toujours ce regard et ce sourire qui m’ont fait ressentir ce qu’allait être cette soirée.


                                           à suivre ...
En cours: jeune-fille-au-pair

                premiere-en-club

À vos plumes: histoire d'un couple ordinaire

#5 plaisir91

plaisir91

    Membre

  • Voissanautes
  • 122 messages
  • Membre depuis : 12-01-2015
  • Sexe : Couple
  • Localisation:le monde du plaisir

Posté 09-09-2016 - 07:16

Un trajet ... pleins de belles surprises...

#6 OlivX

OlivX

    Membre

  • Voissanautes
  • 4 194 messages
  • Membre depuis : 02-12-2006
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Le Havre / Honfleur

Posté 09-09-2016 - 10:01

J'espère qu'on apprendra dans la suite ce qui fait que la Belle Margot soit si ouverte d'esprit bien que relativement jeune

#7 elleetluisb

elleetluisb

    Membre

  • Voissanautes
  • 409 messages
  • Membre depuis : 07-07-2014
  • Sexe : Couple
  • Localisation:49

Posté 09-09-2016 - 12:13

Hmm sexy !
Venez visiter ma galerie ;-) mon profil,  mon blog !

#8 didier84

didier84

    Membre

  • Voissanautes
  • 133 messages
  • Membre depuis : 10-01-2007
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Avignon

Posté 09-09-2016 - 19:28

Voir le messageOlivX, le 09-09-2016 - 10:01, dit :

J'espère qu'on apprendra dans la suite ce qui fait que la Belle Margot soit si ouverte d'esprit bien que relativement jeune

  C'est une idée intéressante à creuser ;-))

Merci

Modifié par didier84, 09-09-2016 - 19:36.

En cours: jeune-fille-au-pair

                premiere-en-club

À vos plumes: histoire d'un couple ordinaire

#9 didier84

didier84

    Membre

  • Voissanautes
  • 133 messages
  • Membre depuis : 10-01-2007
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Avignon

Posté 12-09-2016 - 22:14

Chapitre 2


Nuit torride


Le retour vers la cabine ne se fait pas sans quelques arrêts câlins entre Claudia et moi. Le croisement d’autres voyageurs dans le couloir est prétexte à un collé-serré de sa part, et sa main en profite pour s’égarer entre mes cuisses et glisser un doigt dans ma fente. Adrien n’en perd pas une miette. Je sens que je suis inondée, ma chatte coule le long de mes jambes. L’alcool  m’a complètement désinhibée. Je pensais déjà être, malgré mon jeune âge, une vraie libertine, mais ce soir je découvre que je ne fais que commencer dans ce monde de plaisirs. Mes partouzes entre amis, mes attouchements avec les copines de lycée, risquent de me paraitre bien innocents comparés aux expériences que j’imagine pouvoir vivre dès ce soir.

Nous arrivons dans notre cocon ferroviaire. Les lits ont pris la place des sièges. Il y en a un  de chaque côté de la cabine et un au-dessus de celui de droite. Les draps et les oreillers aux couleurs de la SNCF ornent les couchettes qui nous attendent.

A peine entrée, Adrien s’installe sur la banquette de gauche contre la fenêtre dont il vient de tirer les rideaux. Chauffée comme je suis, je ne perds pas de temps et me tourne vers Claudia, lui arrache pratiquement son pull qui vole par-dessus sa tête. Ses seins magnifiques m’attirent comme un aimant. Je passe ma langue sur ses bouts dressés, les gobe, les aspire, les mordille. Ma fougue la surprend comme elle me surprend moi-même. Je suis une cocotte-minute prête à exploser. Mon ventre et mes seins me font mal tellement l’envie de jouir me taraude.

  Je tombe à genou et remonte sa jupe sur son ventre. Je découvre son sexe totalement épilé.  On dirait un abricot, un sexe d’enfant, mais le fumet qu’il dégage prouve que c’est une femme épanouie qui n’attend que caresses et plaisirs. J’écarte de mes doigts ses grandes lèvres et découvre un petit écrin de nacre, rougi par l’excitation. J’y glisse ma langue,  recueille un peu du nectar qui s’écoule et le déguste comme un bon vin. De mes deux mains j’attrape ses fesses et me colle le plus possible contre son vagin, lançant ma langue au plus loin que je peux, mordillant ses petites lèvres, aspirant son clitoris comme une petite bite.

Claudia n’en peut plus et sentant qu’elle va jouir me repousse fermement. Encore sous le coup de ce moment intense je me laisse faire. Elle me couche sur le lit de droite, arrache littéralement mon chemisier, fait valser ma jupe. Elle se débarrasse de sa jupe, et se retrouve habillée de ses bas et ses escarpins. Elle s’allonge contre moi et frotte mon corps avec toutes les parcelles de sa peau. Elle prend mon téton droit entre ses lèvres et le mord fermement. Cela m’électrise, j’ai l’impression de recevoir une décharge de 220 volts qui part de ma poitrine pour ressortir entre mes jambes. Je me cabre comme un cheval sauvage et manque de la faire tomber de la couchette. Elle se positionne entre mes cuisses, écarte mes genoux, avance son visage vers ce calice qu’elle ne connait que du bout des doigts. Un sourire ouvre ses lèvres sur deux rangées de dents blanches digne d’un spot publicitaire. Sa langue darde tel un serpent, et enfin fait connaissance avec mon intimité qui n’attendait que cela.

   Elle me lèche, me bouffe littéralement, m’aspire pendant que ses mains caressent mes seins et tirent mes tétons qui me font mal de tant de plaisir. Entre deux gémissements, je vois qu’Adrien a ouvert son pantalon et sorti son sexe. Il se masturbe lentement sans lâcher une seule seconde le spectacle que s’offre à lui. Son vit
turgescent est d’un calibre plus que respectable. Le gland rouge et luisant apparaît au-dessus de sa main quand il tire son prépuce.  Des veines gonflées battent le long de cette verge. Je sais que ce bâton de chair me donnera du plaisir, mais l’instant n’est pas venu. En ce moment, je ne pense qu’a cette vague qui prend possession de mon ventre, qui monte et descend tel le flux de la mer sur une plage. Je la sens qui prend de l’ampleur, inexorablement, emportant sur son passage toutes mes pensées autres que celles liés à ce plaisir qui m’attend, que j’espère, depuis notre escapade dans les toilettes.

Ça y est, je vais jouir. Je laisse échapper un râle venant du plus profond de ma gorge. Ce râle se renforce en un cri qui s’amplifie de plus en plus. Mon souffle se coupe lorsque sur un dernier coup de langue, la vague qui me tordait le ventre fini par se libérer en un flot abondant que Claudia boit à la source. Elle est obligée d’encercler mes cuisses de ses bras afin de me maintenir sur le lit. D’intenses secousses de bonheurs parcourent mon corps entier. Mes doigts se tétanisent, ma bouche est grande ouverte sur un cri qui ne sort plus. Je suis à la limite de m’évanouir. La tète me tourne et j’ai du mal à reprendre mes esprits.

   Lorsqu’un brin de conscience me revient, je m’aperçois que Claudia et Adrien me regarde avec un étonnement non fin.

-  Tu m’as presque fait peur  dit ce dernier.  Je ne pensais pas que tu jouirais à ce point.


-  C’est la première fois que cela m’arrive. J’ai souvent eu du plaisir  mais jamais à ce point. C’est surement dû au  contexte et à ta femme qui est parfaite  dans le broutage de minou.


-  Je ne pense pas que cela ne soit dû qu’à mes talents buccaux. Tu es une jeune fille qui aime le sexe. Tu aimes le plaisir qu’il te procure. Et je pense que  tu  découvriras encore bien des choses, parce que je suis certaine que tu trouveras d’autres personnes qui te donneront autant  et t’ouvriront le chemin  des plaisirs que tu ignores. Mais ce n’est pas le moment de parler de ça, j’ai la foufoune en feu et Adrien n’en peut plus de n’être qu’un spectateur.


                 à suivre...


Modifié par didier84, 12-09-2016 - 22:16.

En cours: jeune-fille-au-pair

                premiere-en-club

À vos plumes: histoire d'un couple ordinaire

#10 Horus51

Horus51

    Membre

  • Voissanautes
  • 567 messages
  • Membre depuis : 02-10-2008
  • Sexe : Homme
  • Localisation:51, 55, 08, 10, 52

Posté 13-09-2016 - 08:10

Une très belle histoire, vivement la suite

#11 OlivX

OlivX

    Membre

  • Voissanautes
  • 4 194 messages
  • Membre depuis : 02-12-2006
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Le Havre / Honfleur

Posté 13-09-2016 - 09:49

Délicieusement excitant, Adrien doit bouillir devant ce spectacle

#12 Handballeur

Handballeur

    Membre

  • Voissanautes
  • 2 932 messages
  • Membre depuis : 22-01-2010
  • Sexe : Homme
  • Localisation:idf

Posté 13-09-2016 - 22:57

vivement la suite!!!!

#13 didier84

didier84

    Membre

  • Voissanautes
  • 133 messages
  • Membre depuis : 10-01-2007
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Avignon

Posté 19-09-2016 - 21:37

   Suite


Elle se rapproche de son homme et remplace la main qui tenait encore sa bite par sa bouche. Ses doigts caressent délicatement ses testicules, les faisant rouler délicatement. Ses lèvres glissent le long de ce Priape luisant de salive. Elle l’engloutit jusqu’à la racine, démontrant une réelle dextérité dans l’art de la fellation. Adrien, déjà bien excité par nos ébats, se retient de toutes ses forces pour ne pas éjaculer dans cette bouche experte.

Ne voulant pas tenir la chandelle, je jette une couverture par terre et m’allonge sur le dos la tête entre les jambes de Claudia. Elle se positionne au-dessus de ma bouche, et je me délecte de la vision que j’ai. Sa chatte et son cul me donnent faim. J’avance les lèvres, et fais glisser ma langue d’un trou à l’autre, essayant de pénétrer au plus loin de son ventre.

Aux trémoussements qui agitent son fessier et auquel je me cramponne, je sais que Claudia ne va pas tarder à jouir. Son bassin se colle à moi, m’empêchant tous mouvements autres que ceux de ma langue dans sa chatte, j’aspire son jus, lèche son antre. Mon nez frotte sur son bouton que je sens durcir. Je fais glisser ma main entre ses fesses et lui met un, puis deux doigt dans le cul. Je la fouille par derrière, l’encule fortement et ça à l’air de lui plaire.

Adrien, la bite toujours dans la bouche de Claudia, est aux premières loge, ses yeux reflètent le bonheur de voir sa femme jouir. Il l’attrape par les cheveux et s’enfonce encore plus profondément dans sa gorge.

    -  Haa !! Je vais jouir, prends tout, avale moi.


Son éjaculation est le déclic qui amène Claudia au plaisir. Sans lâcher le membre tressaillant qui se vide dans sa bouche, elle me serre le visage de ses cuisses, se frotte contre mon nez et ma bouche, à m’en étouffer. Je ne peux pas avaler tout ce jus qui roule sur mes joues. Un gémissement de bonheur monte dans la cabine. Elle ne veut pas crier de peur de perdre le plaisir qu’elle a tiré de son homme. Son corps est parcouru d’un long frémissement et elle s’affaisse d’un coup comme une poupée de chiffon.

Malgré ma situation un brin inconfortable, je continue de caresser sa peau brune, pour l’accompagner vers cette douce torpeur qui nous envahit après l’orgasme. La queue d’Adrien perd un peu de sa fierté et glisse d’entre les lèvres luisantes de foutre.

       -  Pourrais-tu me laisser respirer un peu Claudia ?


       - Oh, pardon ma chérie, je ne suis pas encore remise de mes émotions  me répond-elle en se relevant doucement.


  Je m’installe sur le lit et les regarde tous les deux, alanguis, faisant durer ce tendre moment par de petites caresses. Ils sont beaux et je me dis que j’ai beaucoup de chance de les avoir rencontrés. Je sais aussi que la nuit n’est pas finie et que je risque fort d’arriver fatiguée à Venise.

        -  Il commence à faire soif. J’espère que Bastien ne nous a pas oubliés.


        -  En attendant qu’il arrive je vais faire un brin de toilette, je colle de partout.


Je me dirige vers le coin toilette près de la porte du compartiment, et ferme la porte derrière moi. Je me regarde dans la glace, et reste étonnée devant l’image qui m’est renvoyée. Mes cheveux blonds partent dans tous les sens, des cernes commencent à apparaître sous mes yeux et mes pommettes sont d’un rose vif. Je me passe de l’eau fraîche sur le visage, histoire de faire descendre la température. Avant de faire quelques ablutions, je me pose sur la cuvette des WC, pour prévenir un accident si je devais être amenée à ne plus pouvoir me contenir.

   J’ouvre la porte pour rejoindre mes amants d’un soir, et me retrouve nez-à-nez avec Bastien. Enfin, quand je dis nez-à-nez c’est une image, car étant complètement nue, ce n’est pas ce qu’il remarque. La surprise est totale, tant pour lui que pour moi. Il rougit et bafouille :

                 -  Je heu.. je suis confus, je viens de vous amener la bouteille que vous  aviez commandée.

                 -  Mais il n’y a aucune raison d’être confus Bastien, vous n’avez fait que ce que l’on vous demande.

Claudia et Adrien sont assis côte-à-côte  sur la banquette, elle a remis son pull et lui, a remonté son pantalon. Ils sourient de la situation cocasse qui leur est proposée. Moi nue, devant un  steward ne sachant pas comment faire pour ce sortir de cette situation pour le moins gênante. Je prends le pas de jouer un peu avec lui, et regardant le plateau posé sur la tablette près de la vitre je lui dis :

             -  Auriez- vous l’amabilité de nous faire le service ? Au moins la première coupe. Je passe, presque à le toucher, entre lui et la banquette, m’allonge en posant ma tête sur les cuisses de Claudia.

     Bastien, sort la bouteille du seau à glace, retire le muselet et ouvre  le champagne. Profitant qu’il ne regarde pas dans ma direction, occupé qu’il est à remplir les verres, j’attrape la main d’Adrien et la pose sur ma poitrine lui faisant comprendre que je désire être caressée. Il ne me refuse pas cette demande, et entreprend de faire pointer mes mamelons, passant de l’un à l’autre, les étirant, les flattant du bout des ongles.

Bastien se retourne pour nous faire servir et manque de renverser le divin breuvage  en découvrant la situation. Me voir nue a été un choc, mais voir que je me fais tripoter par un homme que je ne connaissais pas une heure avant, le laisse pantois. Il est tétanisé, le regard fixé sur cette main effleurant ma peau, parcourant mes seins, irritant mes bouts dressés par l’excitation que me procure cette exhibition.


À suivre...

Modifié par didier84, 19-09-2016 - 21:38.

En cours: jeune-fille-au-pair

                premiere-en-club

À vos plumes: histoire d'un couple ordinaire

#14 OlivX

OlivX

    Membre

  • Voissanautes
  • 4 194 messages
  • Membre depuis : 02-12-2006
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Le Havre / Honfleur

Posté 19-09-2016 - 22:37

Toujours aussi bien écrit et agréable à lire, on en veut plus :)

#15 sir38

sir38

    Membre

  • Voissanautes
  • 37 messages
  • Membre depuis : 03-12-2014
  • Sexe : Homme

Posté 20-09-2016 - 20:58

Super histoire bien ecrite merci !

#16 lipif's

lipif's

    Membre

  • Voissanautes
  • 79 messages
  • Membre depuis : 18-06-2007
  • Sexe : Couple

Posté 22-09-2016 - 13:47

excellent
Lipif's

et Korlinn   notre univers ici

venez nous voir et commenter

Image IPB

#17 didier84

didier84

    Membre

  • Voissanautes
  • 133 messages
  • Membre depuis : 10-01-2007
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Avignon

Posté 22-09-2016 - 23:28

Merci à tous pour vos commentaires Image IPB .
  La suite est en cours d'écriture.
En cours: jeune-fille-au-pair

                premiere-en-club

À vos plumes: histoire d'un couple ordinaire

#18 mentment

mentment

    Membre

  • Voissanautes
  • 20 messages
  • Membre depuis : 06-09-2015
  • Sexe : Homme

Posté 25-09-2016 - 13:10

Superbe histoire, vivement la suite
Merci

#19 pourkoipas92

pourkoipas92

    Membre

  • Voissanautes
  • 60 messages
  • Membre depuis : 09-11-2014
  • Sexe : Homme
  • Localisation:92

Posté 25-09-2016 - 22:33

Pauvre Bastien...

#20 didier84

didier84

    Membre

  • Voissanautes
  • 133 messages
  • Membre depuis : 10-01-2007
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Avignon

Posté 26-09-2016 - 12:40

  Suite

  - Merci Bastien, vous pouvez nous laisser maintenant, nous ferons appel à vous s’il nous faut une autre bouteille. Je le regarde au fond des yeux et lui adresse mon sourire le plus candide.

  - Bien Mademoiselle. Je reste à votre disposition pour tous ce qu’il vous plait. Il se tourne et gêné par l’érection qui tend son uniforme, sort à reculons de la cabine et referme la porte.

   - Pourquoi lui infliger une telle torture ? demande Adrien en riant.

   -  je ne sais pas, une envie soudaine de jouer à l’allumeuse. Au moins il se souviendra de ce voyage lui aussi.

-  C’est certain et il va surement se branler longtemps en pensant à toi.

     - Allez trinquons à notre rencontre. Je ne sais pas vous, mais moi tout ce plaisir m’a donné soif dit Claudia. Elle me soulève pour se lever et me repose sur les cuisses de son mari. Elle est là, debout dans l’allée habillée de ses bas et de son pull, le minou à l’air et le verre levé. Je tends le bras sans changer de position, Adrien fait de même et nous trinquons ensemble.

  Je profite de ma position pour frotter innocemment ma tête contre le sexe que je sens à travers le tissu, et je ne tarde pas à sentir qu’Adrien a repris des forces. J’approche la coupe de mes lèvres mais boire en étant allongée n’est pas des plus pratiques. Un peu du champagne coule dans ma bouche mais la plus grande partie finit sur mon menton, dans mon cou, sur mes seins et sur les doigts qui ne les ont pas lâchés.

Adrien accentue sa caresse, se servant du vin pétillant comme d’une crème de massage. Je ferme les yeux, me laissant porter par l’instant, savourant d’avance le plaisir qui va m’être donné. Sa main est douce mais ferme, virile. Il a posé son verre et son autre main se pose sur moi. Pour atteindre mon ventre, il se redresse et ma tête repose maintenant sur le  faux cuir de la banquette. Il est au-dessus de moi. Son pantalon affleure mon visage. Les yeux toujours fermés, je pose mon verre sur le sol, remonte mes bras et entreprend de défaire la boucle de sa ceinture. Je tire le zip, ouvre le bouton et descend en même temps tous ce qui me sépare de sa bite.

Ses deux mains sur moi continuent de progresser et sont maintenant à l’orée de mon pubis, jouant avec les quelques poils qu’il arbore. Son majeur glisse entre mes lèvres, les écartent, remonte vers mon clito qui n’attendait que ça pour sortir de sa cachette.

Son sexe est à portée de moi. Je sais que je n’ai plus qu’à ouvrir la bouche pour qu’il me pénètre, mais je veux jouer moi aussi et c’est avec ma langue que je pars à la découverte de ce pieu déjà tendu. Je monte et descend tout le long de sa tige, laissant une traînée de salive. Je gobe un testicule, puis l’autre, remonte son périnée pour finir au bord de son petit trou. Je n’ose pas aller plus loin ne sachant pas s’il acceptera ce genre d’intrusion. Je reviens sur « mes pas » et ouvre grand la bouche pour qu’il puisse profiter de moi.

   Il pose son gland violacé et luisant sur mes lèvres et avance lentement son ventre. Je le sens glisser sur ma langue, contre mes joues, distendant ma mâchoire, cheminant  doucement mais fermement vers le fond de ma gorge. Je ne suis pas aussi douée que Claudia, et je manque d’étouffer.

Il se retire, me laissant respirer, et en profite pour me mettre deux doigts dans la chatte. Il me fouille, caresse la paroi supérieure de mon vagin, à la recherche de mon point G. Son autre main continue sa découverte de mon anatomie, passe sur mes cuisses, sous mes fesses, remonte sur ma poitrine.

Je le gobe à nouveau, recommençant à le sucer. J’aime le sentir dans ma bouche. Sucer un homme est une des choses que je préfère dans l’acte sexuel. Dans ces moments-là, c’est moi qui mène le bal, qui suis maîtresse de la situation, qui dispense le plaisir comme je l’entend. Mais là, dans cette position c’est plutôt lui le mâle dominant. Il reprend ses va-et-vient, plus ou moins loin dans ma bouche.

Il se redresse, s’assois à coté de Claudia et me demande de venir sur lui. Je m’installe à genou, lui faisant face. La main de sa femme guide alors son dard et je n’ai qu’à me laisser tomber pour m’empaler. La sensation de plénitude qui m’envahit est divine. J’ai l’impression qu’un tison ardent me fouille le ventre. Il lèche mes seins qui ballottent devant lui au gré des mouvements désordonnés qui m’agitent. Un doigt pénètre mon anus. C’est Claudia, agenouillée derrière moi, qui veut aussi profiter de l’instant. Elle écarte mes fesses et glisse une langue curieuse. Elle titille la corolle qui orne mon petit trou, la mouille, essaie de me pénétrer. N’y parvenant pas elle recommence avec ses doigts, qu’elle a enduits de mon jus. Elle en met un, puis deux, entreprend de bien me dilater. Je sais où elle veut en venir, et ne fait rien pour la dissuader.
J’ai déjà été sodomisée sans y trouver de plaisir particulier, voire même plutôt une sensation de douleur. Cette expérience, pratiquée lors d’une soirée de fin d’année, ne s‘était jamais renouvelée. Ce soir par contre je voulais bien la retenter, surtout parce que j’étais en confiance, que mes partenaires me plaisaient et que je pensais que je pourrai y trouver des sensations nouvelles.

   -  Tu veux bien qu’Adrien t’encule me glisse-t-elle dans le creux de l’oreille.

   Son souffle me fait frissonner à nouveau, ou est-ce l’angoisse du moment.

  -  Oui, mais je veux que tu m’aides, il est gros et je n’ai pas beaucoup pratiqué.

  -  Tu vas gérer toi-même la pénétration.

  Elle soulève mon cul, sort la bite de mon sexe, la prend en bouche en salivant bien dessus, comme si elle n’était pas assez glissante de mouille et positionne le gland à l’entrée de mon anus.


À suivre...

Modifié par didier84, 26-09-2016 - 12:42.

En cours: jeune-fille-au-pair

                premiere-en-club

À vos plumes: histoire d'un couple ordinaire


0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s)