Voissa.com, source d'épanouissement sexuel depuis 1999

Aller au contenu

La vie secrète d'Anne-Charlotte (inédit)


  • Veuillez vous connecter pour répondre
1648 réponses à ce sujet

#1 Pierre772

Pierre772

    Membre

  • Voissanautes
  • 2 139 messages
  • Membre depuis : 14-03-2015
  • Sexe : Homme
  • Localisation:92

Posté 24-10-2015 - 14:30

1.Le psy



J'entre et je dis bonjour : quelques personnes attendent, le docteur Rosenthal partageant cette maison des années 30 avec deux autres praticiens. Quelques reproductions de tableaux contemporains ornent le mur. La fenêtre est moderne et étouffe les bruits de la petite rue bordée d'arbres : il est 18h30 et il y a de la circulation.

Je m'assieds sur une petite chaise restée libre, ce qui m'arrache une grimace de douleur : mes fesses me font encore très mal. Un monsieur d'un certain âge lorgne mes genoux et mes mollets nus épilés de frais et très appréciés des hommes. Je tire instinctivement sur ma jupe sombre, sans succès (les pantalons me font mal depuis mon... équipée à l'évêché). Il regarde alors mon visage de femme de 40 ans : je plais toujours beaucoup aux hommes. Pour aller travailler, je noue mes cheveux autrefois châtain foncé en un sévère chignon. Je le regarde sévèrement, ce qui lui fait détourner les yeux.

Pour occuper mes mains, j'attrape sur une pile un exemplaire de « Elle ». J'essaie de me remémorer cette fameuse après-midi....

…..............

La veille, à la fin de l'après-midi.

Je monte dans mon bureau et je suis accueillie par Suzanne, mon indispensable secrétaire. Elle court au-devant de moi, anxieuse. Je considère d'un œil nouveau, sur le mur, la photo du pape François et le crucifix.

« Alors ?

Et elle dit cela avec son accent franc-comtois qui m'avait fait craquer (« alaurs ? »).

« Alors ? Eh bien il me garde...

« Il te garde... Tu veux dire que tu n'es pas virée ? Tu es toujours directrice du lycée ?

« C'est bien cela, chérie...

Elle m'embrasse.

« C'est une bonne nouvelle : j'avais peur pour toi ! Qu'a dit le vicaire général ?

« Qu'il faudrait que nous ayons de meilleurs résultats au bac l'année prochaine...

Elle rit :

« En faisant quoi ? En changeant les jeunes (elle prononce « jeûnes ») ? Tu fais une drôle de tête. Tu es toute pâle...

Elle me touche le front.

« Mais tu as de la fièvre !!

« C'est vrai que je ne me sens pas très bien...

« File chez Benhaïm ! Ne t'inquiète pas pour le lycée, je suis là !

Je souris faiblement.

« Je sais bien que tu es toujours là pour moi, ma douce...

Je m'assieds derrière ma table, ce qui m'arrache un hurlement de douleur. J'ai déjà eu du mal à m'asseoir dans ma C3 en sortant de l'évêché. Puis à conduire : j'avais mal en appuyant le pied sur l'embrayage à chaque passage de vitesse. Puis à sortir de la petite voiture. Par habitude, j'appuie sur le bouton marche-arrêt pour sortir l'ordi de la veille prolongée. Je tape le mot de passe comprenant des majuscules et des minuscules... Je m'entends dire :

« Moi ce qui m'embête le plus c'est mon mari : qu'est-ce que je vais lui raconter ? Il adore mes fesses, il passe des heures à les caresser...

« Tes fesses ? Qu'est-ce que c'est que cette histoire ? Qu'est-ce que tu as fabriqué à l'évêché ? Qu'est-ce qu'on t'a fait ? Viens dans la salle de bains, tu vas me les montrer...

« Non, non, chérie !! Ça ira...

Elle me tire par la main avec autorité :

« Viens !

A ce moment-là, on frappe et Jean-François, mon adjoint, apparaît dans l’entrebâillement de la porte.

« Excuse-moi. Comment cela s'est-il passé avec le vicaire général ?

« Bien, ne t'inquiète pas... Excuse-moi, nous parlions entre nanas, là...

Il sourit et fait un geste de la main.

« Pas de problème... Je suis content, je n'étais pas rassuré...

…..................................

La porte de la salle d'attente s'ouvre.

« Madame Langlois ?

Je me lève et je me retiens de grimacer, ce qui n'échappe pas au psy... C'est un homme d'une soixantaine d'années sans doute, très « intellectuel progressiste », les cheveux gris longs coiffés avec soin, d'épaisses lunettes de myope, costume gris. Un très grand psy, auteur d'ouvrages remarqués, avait précisé le docteur Benhaïm, ma généraliste.

« Asseyez-vous, je vous en prie...

Il s'accoude sur son bureau, les mains sous le menton. Je lui tends une lettre.

« Voici la lettre du docteur Benhaïm.

Il ouvre l'enveloppe et la lit rapidement.

« Ah, vous êtes la directrice du lycée catholique Sainte Marie Médiatrice... Qu'est-ce que je peux faire pour vous ?

« Eh bien, à vrai dire, je ne sais pas très bien par quoi commencer : c'est ma première psychothérapie, voyez-vous...

Il fait un geste de la main.

« Par le commencement, par exemple, à moins que vous vouliez parler de ce qui vous amène... Comme vous le sentez !

« D'abord je m'appelle Anne-Charlotte Langlois (Langlois, c'est le nom de mon mari). Je suis mariée et mon mari est prof de maths dans mon établissement : nous nous sommes connus il y a longtemps, avant que je ne sois nommée directrice... J'ai deux beaux et gentils enfants et une vie conjugale sans histoire, épanouie même... J'en viens à ce qui m'amène : nous avons eu de mauvais résultats au bac, au-dessous de ceux de nos confrères de Jean-Paul Sartre : l'humiliation suprême !... En même temps nous ne sommes pas Ginette...

« Ginette ?

« Oui, c'est vrai : je parlais de Sainte Geneviève de Versailles, un lycée catholique aussi mais haut de gamme, élitiste même...

« Ah oui, parfaitement...

Et il me fait signe de continuer.

« Nous accueillons des élèves de la classe moyenne dont les parents considèrent Jean-Paul Sartre comme un établissement à problèmes. Nous avons même pas mal de jeunes de confession musulmane. Donc j'ai été convoquée par l'évêché, plus exactement par le vicaire général chargé de l'enseignement catholique. Je n'en menais pas large et j'avais même peur d'être renvoyée.

A suivre



Si ce récit vous plaît et si vous voulez la suite, laissez un petit encouragement... Merci !

Modifié par Pierre772, 30-10-2015 - 20:21.


#2 Leon

Leon

    Membre

  • Voissanautes
  • 483 messages
  • Membre depuis : 26-06-2014
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Malaga - Andalousie - Espagne

Posté 24-10-2015 - 16:58

beau début ...
une suite ...
;)

#3 Pierre772

Pierre772

    Membre

  • Voissanautes
  • 2 139 messages
  • Membre depuis : 14-03-2015
  • Sexe : Homme
  • Localisation:92

Posté 24-10-2015 - 17:53

Voir le messageLeon, le 24-10-2015 - 16:58, dit :

beau début ...
une suite ...
Image IPB
Merci de tes encouragements !

:)

#4 pilou74170

pilou74170

    Membre

  • Voissanautes
  • 48 messages
  • Membre depuis : 07-11-2010
  • Sexe : Homme

Posté 24-10-2015 - 18:21

Tout commence bien mais on reste sur sa afin, à moins qu'une suite n'arrive vite

#5 lefandescokines

lefandescokines

    Membre

  • Voissanautes
  • 1 373 messages
  • Membre depuis : 06-04-2014
  • Sexe : Homme

Posté 24-10-2015 - 18:37

très bon début :) continue :)

#6 Pierre772

Pierre772

    Membre

  • Voissanautes
  • 2 139 messages
  • Membre depuis : 14-03-2015
  • Sexe : Homme
  • Localisation:92

Posté 24-10-2015 - 20:04

Voir le messagepilou74170, le 24-10-2015 - 18:21, dit :

Tout commence bien mais on reste sur sa afin, à moins qu'une suite n'arrive vite

Voir le messagelefandescokines, le 24-10-2015 - 18:37, dit :

très bon début Image IPB continue Image IPB

Merci à tous les deux de vos encouragements !
La suite est en cours de préparation. Publication dans la matinée ou la journée de demain...
Bon changement d'heure !

:)

#7 OlivX

OlivX

    Membre

  • Voissanautes
  • 4 092 messages
  • Membre depuis : 02-12-2006
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Le Havre / Honfleur

Posté 24-10-2015 - 20:06

Mais que c'est il passé à l'évêché pour qu'elle ait si mal au fesse

Modifié par OlivX, 24-10-2015 - 20:06.


#8 Pierre772

Pierre772

    Membre

  • Voissanautes
  • 2 139 messages
  • Membre depuis : 14-03-2015
  • Sexe : Homme
  • Localisation:92

Posté 24-10-2015 - 20:09

Voir le messageOlivX, le 24-10-2015 - 20:06, dit :

Mais que c'est il passé à l'évêché pour qu'elle ait si mal au fesse

Tu vas (vous allez) bientôt le savoir...  ;)
Et merci !

#9 Pierre772

Pierre772

    Membre

  • Voissanautes
  • 2 139 messages
  • Membre depuis : 14-03-2015
  • Sexe : Homme
  • Localisation:92

Posté 25-10-2015 - 07:35

2.Le vicaire général


« Vous n'avez pas l'air bien, Madame Langlois ? Voulez-vous, je ne sais pas, un verre d'eau ?

« Oh, c'est gentil, docteur, oui, je veux bien un verre d'eau : le docteur Benhaïm m'a mise sous antibiotiques pour 12 jours, j'avais de la fièvre et du pus dans les urines à la suite de cette... séance... Elle m'a dit de boire beaucoup...

« Elle a eu raison.

Il sourit.

« Je suis médecin.

« Je sais, docteur... Oh, merci...

Il vient de revenir avec un plateau contenant une carafe pleine et un verre qu'il remplit.

« Tenez...

…....................................

Le Père Beaumont, vicaire général, fait craquer ses phalanges. Le bureau est modeste, moderne et se situe dans un immeuble des années 70. Comme chez moi il y un écran d'ordi sur la table, un crucifix (c'est la moindre des choses!) et la même photo du pape François que chez moi, ce qui me fait sourire intérieurement.

C'est un homme d'une cinquantaine d'années, très distingué, grisonnant, vêtu d'un costume noir bien coupé. Col romain. Il joue parfois nerveusement avec la croix du revers du veston. Tout respire en lui l'onction ecclésiastique.

« Vos comptes sont en ordre, Madame Langlois...

« J'espère bien, mon Père ! Heureusement que la commune, le département et la région se chargent de la rénovation complète du lycée qui était devenu un taudis. Évidemment, comme vous le savez et en contrepartie, nous devrons accueillir de jeunes étrangers pendant les vacances...

« Je sais tout cela... Venons-en au fait : comment expliquez-vous vos résultats au bac ?

Je ne m'attendais pas à une question aussi abrupte.

« Sans vouloir en minimiser l'impact psychologique, la différence avec nos concurrents n'est pas énorme, mon Père. Mon mari, qui est mathématicien et spécialiste de ces questions, m'a expliqué que statistiquement elle n'était pas significative et ne constituait pas une évolution par rapport aux années passées.

« Et c'est tout ce que vous avez trouvé ?!

« Nous ne sommes pas un établissement élitiste, comme vous le savez, mon Père : nous accueillons tout le monde et en fait nous avons la même composition sociale que le lycée public voisin. Toutefois je suis d'accord, nous pouvons certainement faire mieux : on peut toujours faire mieux !...

« Je ne le vous fais pas dire ! Reste à savoir si vous êtes la bonne personne pour faire mieux, précisément, ou si je dois trouver quelqu'un d'autre pour diriger ce lycée !

Je dois devenir toute rouge, ou toute pâle, je ne sais pas... Je réalise ce que je vais devoir abandonner : mes élèves, mon logement de fonction... Et Alex qui est prof dans le lycée ? Et surtout ma Suzanne : après tout, peut-être pourrait-elle me suivre si je pars dans une autre région...

« Si c'est cela que vous voulez, mon Père, vous aurez ma lettre de démission demain matin ! Je reprendrai quelque part mon ancien métier de prof de français...

« Qui vous a parlé de démission ? Ce serait trop facile ! Je me ferais traiter de misogyne, moi qui ai justement voulu tenter l'expérience avec une femme ! Mais je pense quand même qu'une sanction s'impose...

« Une sanction, mon Père ?

Il se lève et ouvre une vitrine dont il extrait un objet dont je ne comprends pas tout de suite la destination : une longue tige assez fine, souple, qu'il plie comme pour en évaluer la flexibilité. Il en frappe légèrement la paume de sa main gauche.

« Levez-vous.

Je m'exécute, ne comprenant toujours pas.

« Ôtez tous vos vêtements.

Ahurie, je réalise soudain la nature de ce qu'il tient à la main. Dans cette situation surréaliste, j'hésite quelques instants entre obéir et m'enfuir ou peut-être refuser sèchement et, sans doute par manque de temps pour prendre la bonne décision, j'opte pour la première solution. Je retire ma veste bleu marine ornée d'une broche dorée et je la pose sur le dossier d'une chaise. Après tout, ce ne seront que quelques coups de canne, une punition corporelle comme celles que j'ai reçues autrefois pendant mon aristocratique jeunesse et j'y suis entraînée...

Je retire mon strict chemisier blanc de directrice d'école catholique et de mère de famille chrétienne exemplaire, mes jolies chaussures noires à talons plats et enfin mon pantalon (on évite de montrer ses jambes quant on va voir un prêtre). Je me retrouve avec ce que j'ai en-dessous : les sous-vêtements qu'aime Alex, mon mari, un soutien-gorge en dentelle noire soutenant par en-dessous ma poitrine lourde et molle et le joli string que je lui laisse le plaisir d'enlever lui-même. Le vicaire général contemple mes seins et mes longues cuisses galbées, grasses juste ce qu'il faut. Fugitivement, il passe la langue sur ses lèvres.

« Tout !

Je suis habituée à me montrer nue, à mon mari d'abord et aussi sur la plage que nous fréquentons en été, mais là c'est différent : je suis prise de honte. Que me veut-il, à la fin ?

« Tout, répète-t-il.

Je dégrafe le soutien-gorge qui atterrit sur la chaise avec le reste puis le string et, toute rouge, je tente de cacher d'un bras mes gros seins qui ont réintégré leur place naturelle, très bas, et de ma main libre la haute fente de mon sexe intégralement épilé d'où mes petites lèvres, tendre chiffon de chair brune, dépassent de deux bons centimètres. Il se mord les lèvres avec sensualité et me désigne d'un geste de la canne une table près de la fenêtre. Je ne porte plus que ma petite chaîne dorée avec un minuscule crucifix et la Médaille Miraculeuse achetée rue du Bac lors d'une visite que j'avais organisée avec certains de mes élèves, mon alliance et ma bague de fiançailles. Un court instant j'ai eu envie de retirer mes bagues mais je n'en ai pas eu le temps.

Je me suis retrouvée toute nue, mes seins lourds posés sur la table, mes fesses larges et rebondies et la face arrière de mes cuisses à la peau si fine et sensible et aux légers bourrelets de graisse nues et offertes et comme j'étais penchée mon sexe épilé et fendu et mon anus étaient exposés dans une position obscène et je me souviens du bruit de circulation qu'il y avait cet après-midi-là dans la commune populaire de N., chef-lieu du département et du diocèse. Et du sifflement de la canne qui m'a curieusement déchiré les tympans, du claquement et de l'impact qui m'a fait sursauter, sec, violent, sourd. La douleur du premier coup mêlée d'un sentiment de honte a mis quelques instants à parvenir à mon cerveau, intense, à peine imaginable. Elle m'a coupé le souffle et quand je l'ai retrouvé c'était comme si j'entendais quelqu'un d'autre hurler...

…...........................................................

Impassible, le docteur Rosenthal demande :

« Pourquoi avez-vous accepté un tel traitement ?

Je hausse les épaules.

« Je vous l'ai dit : la peur de perdre ma place, tout simplement.

« Qu'avez-vous éprouvé quand il vous a dit de vous mettre nue ? Avez-vous trouvé cela normal ?

« Normal, certainement pas... Ce que je sais, c'est que le supplice, car c'en était un, a été interminable : cent coups de canne à toute volée, c'est long ! Je me suis évanouie plusieurs fois et je me suis écroulée à terre. Une religieuse est entrée et m'a passé un gant de toilette sur le visage et la séance a continué. J'étais morte de honte : j'ai uriné sur moi et du sang a fini par ruisseler le long de mes cuisses.

« Et vous êtes restée jusqu'à la fin. C'est cela que je ne comprends pas bien. Votre place le méritait-elle ?

Et la réponse fuse, d'une traite, spontanée :

« Mais j'y ai pris plaisir !!

« On va s'arrêter là pour aujourd'hui, si vous le voulez bien. A vous de décider si vous voulez entreprendre un travail sur vous-même avec moi. Vous n'êtes pas obligée de vous décider tout de suite. Téléphonez-moi pour me faire part de votre décision...

« Inutile, je veux bien continuer...

« OK. Vous savez comment cela marche ? Vos heures sont réservées et dues même si vous ne venez pas et même si vous prévenez avant.

« Oui, j'en ai entendu parler...

« Alors nous allons fixer vos jours et heures... Deux fois par semaine devraient suffire pour commencer. Vous me devez 150 euros.

« 150 euros deux fois par semaine ?! Mais c'est horriblement cher !

Il sourit.

« Il y a beaucoup plus cher, vous savez... Libre à vous de voir si le travail que vous allez entreprendre en vaut la peine.


A suivre

Si vous aimez et si vous voulez la suite, merci d'avance pour les encouragements !  Image IPB

Modifié par Pierre772, 25-10-2015 - 12:29.


#10 niemad

niemad

    Membre

  • Voissanautes
  • 24 messages
  • Membre depuis : 06-08-2007
  • Sexe : Homme

Posté 25-10-2015 - 11:44

Quel fantasme ce cache dans le cerveau de cette femme bien sous tous rapports?

#11 Pierre772

Pierre772

    Membre

  • Voissanautes
  • 2 139 messages
  • Membre depuis : 14-03-2015
  • Sexe : Homme
  • Localisation:92

Posté 25-10-2015 - 12:31

Voir le messageniemad, le 25-10-2015 - 11:44, dit :

Quel fantasme ce cache dans le cerveau de cette femme bien sous tous rapports?
Effectivement et merci de ton passage et de ta réponse, c'est un grand encouragement.
:)

#12 lefandescokines

lefandescokines

    Membre

  • Voissanautes
  • 1 373 messages
  • Membre depuis : 06-04-2014
  • Sexe : Homme

Posté 25-10-2015 - 22:18

super interessant, et excitant :) vivement la suite qui promet :)

#13 Lutineuse

Lutineuse

    Fantôme

  • Voissanautes
  • 5 093 messages
  • Membre depuis : 18-07-2011
  • Sexe : Femme
  • Localisation:Sud-ouest

Posté 26-10-2015 - 01:27

Un texte qui m'interpelle. Pas forcément mon kif, mais c'est bien écrit et je suis curieuse de lire la suite car on part dans la psychologie des protagonistes et c'est ce qui me plait et me motive quand j'écris moi-même.

Au départ, j'ai surtout été interpellée par le titre de l'histoire, qui m'a curieusement fait penser à mon Anne-Charlotte à moi. Elle n'est pas portée sur l'aspect religieux, mais je retrouve certains traits de caractère communs et je trouve ça très intéressant. Sans chercher à détourner les lecteurs de ce texte, j'invite toutefois les curieux à venir lire mon histoire d'Anne-Charlotte ici. J'aimerais beaucoup qu'on fasse un parallèle entre les deux histoires, sans rechercher la compétition. Peut-être y aurait-il moyen de fusionner tout ça dans une histoire de vie encore plus complexe et plus intéressante, c'est une idée qui me motive énormément.
On préfère la jouissance à la vérité (Jacques Lacan)

Pour les amateurs de lecture, mon dernier texte : http://communaute.vo...e/#entry3127266 Secrétaire particulière  
Pas de photos, mais une compilation de mes textes sur mon blog "les lutineries de Lutineuse"



Désolée pour vous, mais je ne fais jamais de cam, j'ai horreur de ça! De plus, je ne suis ni un objet sexuel, ni un morceau de viande alors messieurs les baiseurs, merci de passer votre chemin!

Tomber, se relever; tomber, se relever; tomber encore et se relever encore. Pleurer un bon coup pour évacuer les tensions, mais ne jamais rien lâcher. La roue finira bien par tourner un jour...

#14 Pierre772

Pierre772

    Membre

  • Voissanautes
  • 2 139 messages
  • Membre depuis : 14-03-2015
  • Sexe : Homme
  • Localisation:92

Posté 26-10-2015 - 06:45

Voir le messagelefandescokines, le 25-10-2015 - 22:18, dit :

super interessant, et excitant Image IPB vivement la suite qui promet Image IPB
Merci de tes encouragements ! Suite, je pense, dans la journée   Image IPB

Voir le messageLutineuse, le 26-10-2015 - 01:27, dit :

Un texte qui m'interpelle. Pas forcément mon kif, mais c'est bien écrit et je suis curieuse de lire la suite car on part dans la psychologie des protagonistes et c'est ce qui me plait et me motive quand j'écris moi-même.

Au départ, j'ai surtout été interpellée par le titre de l'histoire, qui m'a curieusement fait penser à mon Anne-Charlotte à moi... mon histoire d'Anne-Charlotte ici. J'aimerais beaucoup qu'on fasse un parallèle entre les deux histoires...
Merci de ce point de vue de femme (c'est le premier) ! Content que ce récit te plaise !
C'était vraiment involontaire : j'ai cherché un prénom correspondant à la génération, pas trop banal et en même temps compatible avec le milieu social de l'héroïne.
Je réponds tout de suite mais je lirai ton "Anne-Charlotte" tout à l'heure à tête reposée.
Je la commenterai alors sur le récit. Bises.

Edit : je viens de lire ton récit et je l'ai commenté

Modifié par Pierre772, 26-10-2015 - 08:11.


#15 Pierre772

Pierre772

    Membre

  • Voissanautes
  • 2 139 messages
  • Membre depuis : 14-03-2015
  • Sexe : Homme
  • Localisation:92

Posté 26-10-2015 - 12:36

3.Aïcha


Le soir de l'entrevue avec le vicaire général...

Dans mon vaste appartement de fonction, je suis accueillie par une bonne odeur de cuisine.

« Bonsoir Madame, j'allais faire dîner les enfants mais comme vous êtes là je vais y aller.

« Bonsoir Aïcha, merci pour le dîner et allez-y vite...

A ce moment-là Alex rentre à son tour. Aïcha disparaît dans la cuisine et en ressort, ses beaux cheveux bruns et frisés recouverts en un tournemain d'un voile assez disgracieux qui lui dissimule même le front...

« Ah, te voilà... Tu aurais pu rentrer plus tôt, ce qui aurait permis à Aïcha de partir chez elle plus vite... Excusez-nous, Aïcha...

« Ce n'est pas grave, Madame, c'est normal. A demain matin !

« A demain matin, Aïcha... A table, les enfants...

« On était en train de discuter dans la salle des profs. Jean-François nous a dit pour ta visite chez le vicaire général : finalement il est moins c... qu'il n'en a l'air !

« Un peu de respect, chéri, les enfants écoutent...

« Qui est c..., Papa ?

« Personne, les enfants...

« On était tous soulagés : tu es très aimée, tu sais ! On a décidé de faire un pot pour fêter ça...

Je ris :

« C'est gentil, tu les remercieras... Il n'y a pas lieu, tu sais, d'autant plus que vous allez moins rire quand je vais vous transmettre les consignes du diocèse : il ne faut pas négliger l'avertissement, même si ces chiffres, comme tu me l'as dit, ne sont pas significatifs ! Il faudrait faire mieux !

Il me serre dans ses bras. Une étreinte forte de deux corps tellement habitués l'un à l'autre et si naturelle. Il pose ses lèvres sur les miennes.

« J'ai la plus merveilleuse des femmes...

« Je sais. C'est bien de t'en rendre compte.

Les enfants battent des mains en riant :

« Les amoureux !! Les amoureux !!

Je m'arrache à lui.

« Arrête... On va se mettre à table...

Je m'assieds et je soulève le couvercle de la soupière. Je sers Marie puis Olivier. Ils font la moue.

« On en a marre de la cuisine d'Aïcha, Maman...

« Quand est-ce que tu nous fais du sauté de veau aux tagliatelle ?

« Et des spaghetti bolognaise ?

« C'est vrai qu'ils ne sont pas mauvais, tes spaghetti bolognaise...

« Si vous en aviez tout le temps, vous vous en lasseriez... Essayez d'apprécier : elle fait une cuisine délicieuse avec des légumes très variés, différents chaque fois. Vous sentez ces parfums ? C'est du boulot, vous savez !

« Ah beurk...

« Désolée mais je n'ai pas engagé Aïcha pour qu'elle nous fasse de la tourte berrichonne...

« C'est quoi, de la tourte berrichonne, Maman ?

Alex débouche une belle bouteille de vin rouge et goûte d'un air inspiré.

« Oui, il est bon...

Il me sert.

« Oh, peut-être pas aujourd'hui... Et puis après tout... Oui, c'est bon.

« C'est du Medea.

« Merci, je sais lire, chéri...

« Avec de la cuisine algérienne, on boit du vin algérien, déclare-t-il.

Et j'ai vraiment très mal. Je fais la grimace. Il va falloir que je reprenne un comprimé de Doliprane comme Benhaïm me l'a dit...

« Je sais, c'est ce que tu dis chaque fois, chéri...

« Toi aussi tu es rentrée tard...

« Je suis rentrée assez tard de chez le vicaire général...

« C'est quoi, un vicaire général, Maman ?

« C'est... c'est un prêtre qui est une sorte d'adjoint de l'évêque, et mange tes légumes pendant qu'ils sont bien chauds... Et en sortant Suzanne m'a envoyée chez Benhaïm parce que j'avais de la fièvre. J'ai dû prendre froid...

« Froid en juillet ?

Je rougis jusqu'aux oreilles : cela m'apprendra à chercher des explications les plus proches possible de la vérité...

« Et je vais commencer une psychothérapie avec un certain docteur Rosenthal.

« Ah ? Voilà autre chose. Ça vient de sortir ?

« C'est quoi une psychothérapie, Maman ?

« Vous saoulez votre mère avec vos questions !

« Mais non, ils ont le droit de comprendre : c'est un traitement par la parole, en quelque sorte.

« Ah... Alors tu vas parler au docteur et çà va te guérir de ton rhume ?

« Oui, c'est un peu cela, mes poussins...


A suivre

Modifié par Pierre772, 26-10-2015 - 16:29.


#16 lefandescokines

lefandescokines

    Membre

  • Voissanautes
  • 1 373 messages
  • Membre depuis : 06-04-2014
  • Sexe : Homme

Posté 26-10-2015 - 16:55

super petite présentation de la famille :)

#17 Pierre772

Pierre772

    Membre

  • Voissanautes
  • 2 139 messages
  • Membre depuis : 14-03-2015
  • Sexe : Homme
  • Localisation:92

Posté 26-10-2015 - 17:19

Voir le messagelefandescokines, le 26-10-2015 - 16:55, dit :

super petite présentation de la famille Image IPB
Merci d'aimer !  :)
Suite demain...

#18 pilou74170

pilou74170

    Membre

  • Voissanautes
  • 48 messages
  • Membre depuis : 07-11-2010
  • Sexe : Homme

Posté 26-10-2015 - 18:34

Vivement la suite. Le psy se contentra-t-il d'écouter Mme...

#19 Pierre772

Pierre772

    Membre

  • Voissanautes
  • 2 139 messages
  • Membre depuis : 14-03-2015
  • Sexe : Homme
  • Localisation:92

Posté 26-10-2015 - 19:21

Voir le messagepilou74170, le 26-10-2015 - 18:34, dit :

Vivement la suite. Le psy se contentra-t-il d'écouter Mme...
Un psy ne doit écouter que sa patiente/son patient.
C'est la déontologie qui l'exige.
Il lui est interdit de se mettre en relation avec ses proches.
Par contre si c'est une psychothérapie de couple, ce qui n'est pas le cas ici, il doit toujours écouter le couple réuni.
Merci de ton passage !

#20 lefandescokines

lefandescokines

    Membre

  • Voissanautes
  • 1 373 messages
  • Membre depuis : 06-04-2014
  • Sexe : Homme

Posté 26-10-2015 - 20:55

c'est un récit imaginaire ? ou c'est inspiré de faits réel ?




Billets récents sur ce sujet

Photo

Depuis : La vie secrète d'Anne-Charlotte (inédit)

Par Pierre772 dans Filles NUES ET EPILEES, sur 20-01-2017 - 05:25

Très bel encouragement de "Bleunuit92" sur mon récit "Anne-Charlotte" et je l'en remercie

http://communaute.vo...arlotte-inedit/

On n'est pas obligé de tout lire, voici la dernière...

Lire le billet complet →

0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s)