Voissa.com, source d'épanouissement sexuel depuis 1999

Aller au contenu

Le(a) pervers(e) narcissique.


  • Veuillez vous connecter pour répondre
142 réponses à ce sujet

#1 Guest_809_*

Guest_809_*
  • Guests

Posté 07-05-2015 - 22:32

Bonjour,

Je ré-ouvre le sujet dont j’ai condensé vos témoignages pour une lecture moins contraignante.



C'est un comportement très difficile à déceler, nuisible et qui isole les personnes qui en sont victimes.

Comment le (la) déceler ?

Brièvement :
Il se pense tout puissant, la seule référence... c'est lui.
Il est bourreau en privé (menaces, dénigrement, insultes), se fait passer pour victime et rayonne en public (séducteur, sûr de lui, zen).
Impossible de discuter avec lui, il ne reconnait pas ses torts, même devant les évidences.

La liste n’est pas exhaustive et peut s’enrichir au fur et à mesure des contributions. »

#2 Guest_809_*

Guest_809_*
  • Guests

Posté 07-05-2015 - 22:35

- « Règle 1 : j'ai toujours raison
Règle 2 : si j'ai tord relire règle 1... »



- « Bonjour

J'ai eu pour ma part la "chance" de rencontrer des manupulateurs en tous genres, tant dans le domaine privé que dans le domaine professionnel...
Etant de nature plutôt douce, j'étais une victime désignée pour ce genre de personnes...

En effet, le cas du pervers narcissique est un cas compliqué, devant tout le monde, il est agréable, et en privé, il humilie, dénigre, harcelle...parfois même il utilise la rumeur pour couper de l'entourage..
Son but est d'être le centre de la vie de l'autre qui n'est un objet qui doit reflèter sa (pseudo) splendeur...et pour ce faire rien de mieux que de l'isoler d'autres représentations différentes.

Pour ma part afin de faire plaisir à une compagne, je me suis coupé d'une partie de mes amis et famille qui n'étaient pas assez bien pour elle, au point qu'elle est devenue mon unique astre malgrè les remarques de mes amis (parfois l'amour est aveugle et sourd...). Puis le cauchemard est arrivé... humiliations, dénigrements, aggresivité (dénigrer, les repas, la tenue, l'odeur, la façon de parler, d'être...qu'elle appréciat tant avant) au point de croire que j'étais un raté, de nier ma personnalité au profit d'elle, d'être objectivé, nié...

Mais comme je disais, j'étais une proie facile, jusqu'au jour ou en parlant avec le peu d'amis qu'ils me restaient on m'a dit d'aller voir ce qu'était un manipulateur puis un nacissique pervers... et là en se renseignant, et s'appuyant sur des amis on reprend confiance, on revit, on s'affirme et surtout l'autre n'a plus d'emprise sur soi, ou presque... en fonction de l'importance de la violence de la manipulation et de la personnalité de l'autre, soit on peut discuter ou non.
Si l'on peut discuter et que l'autre se remet en cause, il y a une voix à tester sinon mieux vaux prendre la fuite pour ne pas gâcher sa vie... pour ma part je suis à ce point de ma réflexion...
Alors bon courage à ceux qui passent par là, et surtout l'important est de croire en soi, (sans violence vis à vis des autres pour autant) pour être raisonablement inébranlable.."


- « Pour ce qui concerne l'aspect bourreau et victime, le pervers narcissique se nourrit de sa victime, mais ne se construit pas forcément, en cela il est victime de lui même.. Il épuise les ressources de l'autre donc il s'appauvrit en ne réalisant pas son potentiel, ou en construisant des relations enrichissantes... »


- « La question posée est " comment le déceler ?" et là ..... beh bon courage car la première qualité de ce genre de personne est la séduction, donc très dur de le ( ou la ) voir arriver. Je vis ce genre de situation en ce moment dans le domaine professionnel et c'est une situation que je ne souhaite à personne, ou presque, (lol ).
Après le plus dur je crois est de se sortir de cette situation ; dans le domaine privée, c'est sur que la "fuite" est la meileure des solutions. Je préfèrerai dire de laisser tomber cette personne qui n'en vaut pas la peine. Mais dans le domaine professionnel, on ne peut pas fuir et surtout pourquoi fuir ???? c'est qui la personne à problème ?? .
Donc bon courage à ceux qui vivent ça, je sais de quoi je parle ...   »


- « Je vais pouvoir apporter une vision differente sur ce genre de personne, car moi j'ai sorti une ami des griffe de ce genre personne.
Cela faisait un an qu'elle etait avec lui au moment de se connaitre.
Elle pouvait faire n'importe quoi pour lui mais lui ne faisait rien.
C par hasard que j'ai decouvert sa vrai nature lorsque j'ai surpris une conversation sur msn.
Je confirme les dires des insultes, denigrement, nombrilisme, voir meme violence en privé .... Alors qu'on pourrait lui donner le bon dieu sans confession en public.
J'ai mis pas loin de 4 mois avant d'arriver a sortir mon amie des griffes de ce type (et je n'etait pas le seul sur le coup) car même les meilleurs amis.de.ce.mec ne connaissaient oas sa vrai nature.
C'est une simple erreur de sa part qui a permis la liberation de mon amie, lorsqu'il l'a frappé. J'ai alors mis de force un fossé entre eux deux et maintenant qu'elle ne le vois plus, mon amie est passée d'une fille timide et peu sure d'elle a une vrai femme epanouie psychologiquement et qui est petillante comme jamais. »



- « C'est une personne qui ne regarde que son nombril, qui ne commet aucune erreur et qui a forcément raison sur tout qui ne fait rien à la maison mais se vante de tout faire devant les autres............Elle voudrait absolument que je change car je n'ai que des défauts tandis qu'elle ne changera pas à 40 ans "quand même"...........Gentille, serviable et gai devant les autres et impossible en privée.........Elle me répète sans cesse "tout le monde voit bien que tu es désagréable" avec moi.....Etc je vous en passe et des meilleurs..........Elle ne veut plus de relation sexuelle car je ne suis nul au lit et me conseille d'aller voir les putes.......etc

Je sais la solution serait de la quitter, mais là intervient le chantage aux enfants et à l'argent............Tu ne les verras plus et je te plumerais etc........

Alors cette situation je la connais bien et je vous jure que ce n'est pas facile »


- « Ta situation en est a un stade vraiment horrifique en effet.
Je te conseillerais de voir avec un specialiste pour prouver les agissements de ta femme et pouvoir la.quitter le coeur leger car les chantages ne fonctionneront plus et voir meme se retourneront contre elle. »
Je sais que mes paroles sont dure et que ce que je te conseille peux detruire la.vie d'une personne.
Mais il faut parfois penser a sa liberté plutot que de vivre un enfer ... Quite a en mettre les moyens. »



- « Est-ce que quelqu'un qui ferait preuve de peu d'empathie, mettrait ses problèmes au dessus de ceux des autres, s'estimerait victime de manipulation, éprouvant le besoin de rabaisser les gens pour se rassurer et aurait des démarches pouvant conduire a mettre quelqu'un dans une situation difficile et ensuite de le nier pourrait correspondre a la définition d'un d'une perverse narcissique ?

En amour,

Le pervers narcissique fait en sorte que vous tombiez amoureuse de lui en étant le plus merveilleux des princes charmants au début de votre relation, ET que vous restiez longtemps amoureuse de lui. Après vous avoir mis plus bas que terre, et après vous avoir fait pleurer il est le genre à aller acheter des fleurs ou vous faire des gros cadeaux féeriques. Il a le don pour vous faire vous sentir merveilleusement belle et l'instant d'après merveilleusement moche. Il trouve toujours les bons mots pour vous faire comprendre que c'est de votre faute s'il s'énerve, que c'est de votre responsabilité s'il est malheureux. Quant au fait qu'il est doué pour se tenir bien en société, c'est essentiellement pour mieux justifier ses démarches de culpabilisations car forcément c'est vous qui êtes folle si vous lui trouvez des travers, puisque tous les autres le trouvent génial. Se comporter bien en société est aussi une sorte de palliatif pour lui, qui lui permet de garder un certain équilibre, et de survivre à sa propre destruction.

Au travail,

Le pervers narcissique, entre 4 yeux, dévalorise votre travail, mais fait en sorte que vous ne puissiez pas changer de travail et que vous restiez dans son équipe, sous son aile. Il se débrouillera pour que ses congénères ne veulent pas de vous, évoquant votre fragilité, vos lacunes mais aussi vos qualités que seul lui peut faire évoluer. Il sera gentil avec vous, face aux collègues, devant les supérieurs. Il vous promets parfois des aides, pour promouvoir votre carrière, il aime vous vendre de l'espoir et du rêve. Dans le bureau fermé, il procédera à des chantages du type si tu te plains, je te fais virer et t'iras pointer au chômage ma pauvre fille.

Le pervers narcissique est quelqu'un qui souffre, qui a des complexes existentiels, des manques affectifs ancrés dans son histoire et son enfance, il ne s'aime pas beaucoup, il se sent seul malgré le monde qui l'entoure, il survit en cherchant à détruire l'autre. Il est aussi lunatique à outrance, paranoïaque, jaloux, possessif et surtout imprévisible, donc peut très bien devenir violent physiquement, selon l'ampleur de sa maladie. Je pense que c'est bien plus qu'un état, une personnalité ou un comportement, mais une véritable maladie psychologique qui n'a comme issue favorable  qu'une longue thérapie avec des aides médicamenteuses.

Quand il sent que vous lui échappez, le pervers narcissique vous fait savoir qu'il ne peut pas vivre sans vous. C'est ainsi que se nourrit le cercle infernal, vous lui pardonnez, vous le plaignez, il redevient attentionné, gentil, vous admire pour votre force et vous flatte de votre existence indispensable à sa guérison. Le bonheur d'être ensembles et l'osmose retrouvent leur magie, un temps, jusqu'à sa prochaine crise aiguë.

Les seules victimes de pervers narcissiques qui peuvent s'en sortir, sont les personnes qui ne sont pas isolées, qui ont conservé des relations proches avec amis et famille, malgré le fait qu'il ait essayé de vous couper d'eux. Ce sont les personnes qui acceptent que le quitter et se défaire de l'émerveillement qu'il sait entretenir est la solution la plus raisonnable.

Je pense que pour déceler ces personnes, il faut s'alerter dès que :

- il vous dévalorise sur votre bon sens de la vie et vous fais des reproches sur des futilités.
- Il est est capable de vous traiter à la fois de sale pute et de la femme merveilleuse de sa vie, dans un laps de temps très court.
- il critique régulièrement vos amis, votre famille, et cherche petit à petit à vous isoler d'eux, à vous faire croire aussi que vos amis et votre famille pensent du mal de vous et qu'il est donc préférable de moins les voir pour votre bien-être, c'est en quelque sorte la théorie de : Isoler pour mieux posséder et régner.
- S'il ne va pas jusqu'aux menaces de mort, il vous fait des chantages affectifs, vous dit qu'il ne supportera pas que vous le quittiez et cherche à mettre son éventuel suicide sur votre conscience.

En espérant t'avoir apporté quelques pistes de "décelages" supplémentaires, tout ce que j'ai écrit est naturellement le fruit de ma pensée personnelle et n'engage que moi, et si j'ose dire, c'est aussi le fruit de quelques rencontres plus ou moins directes, dans la version pervers-narcissique-Homme.    »


-  « Le pervers narcissique n'est pas forcément violent, mais toujours manipulateur, et parfois de façon très insidieuse. D'où la difficulté à l'identifier, y compris pour sa/ses victimes.
Il (mais ce peut-être une femme) ne reconnait jamais ses torts, ses erreurs, ses défauts. Il n'est pas victime, mais se pose en victime chaque fois qu'il rencontre un problème, une difficulté, des critiques. Surtout dans le boulot et dans la relation de couple.

Il affiche une haute estime de lui-même, même si intérieurement il est rongé de doutes, de manque de confiance. Pour coller à son image positive, il ment sans arrêt, aux autres et à lui-même.

Pris en flagrant délit de mensonge, il joue le faible, le malheureux qui a tellement souffert qu'il doit tout faire pour se protéger. Et on y croit, on le plaint, on le rassure, on est prêt à déplacer des montagnes pour l'aider. On finit par tout faire pour lui alors qu'il ne fait jamais rien pour l'autre ou les autres. Et malgré ça, il peut vous faire culpabiliser.

Ne culpabilisez pas. Demandez de l'aide à des gens qu'il ne connait pas. Ne lui faites pas reproches. Jouez sur son terrain : un manipulateur n'est souvent pas conscient de ses comportements, qu'il reproduit parce que ça a marché. Il n'a pas de stratégies conscientes. À vous d'en avoir une. »



- « Ce genre de personnage s'intéresse à vous en détail et il relève vos points faibles. Il essaye de comprendre vos faiblesses et il joue là-dessus pour mettre en œuvre une manipulation (par exemple : je veux qu'il me me désire). Il tente de devenir le centre du monde (une image d’Épinal), de former "la voix de son maître". En somme, il fait tout pour qu'on devienne son adepte. Paradoxalement, il devient séduisant et il reflète une image d'être extraordinaire... "Mais pourquoi n'ai-je pas vu cela en lui ?" Voilà l'élément qui fait qu'on tombe dans le panneau... »


- « Il utilise la psychologie avec adresse et évidemment... il est impossible de lui démontrer qu'il se trompe, du moins sans une prise de conscience de la manipulation (souvent démontrée par une tierce personne)...

Bien évidemment... on serait loin de se douter qu'une pieuse (messe tous les dimanches, etc.) personne serait, sous son masque, une véritable perverse narcissique... Cet élément fait qu'on ne se méfie pas de l'autre... et pourtant... »



- « Cela me rappelle de vieux souvenirs... on devient très (voire trop) méfiant par la suite. Peut être par peur d'être à nouveau manipulé... »


- « Ce n'est pas une maladie mais un trouble de la personnalité.
Il est satisfait de lui-même et ne peut donc se soigner, car cela sous-entendrait qu'il reconnait avoir quelque chose à guérir.

Benh je pense que de nombreux troubles de la personnalité sont de près ou de loin pour certains liés à des "maladies mentales", le mot "maladie mentale" ici n'est pas péjoratif, et il ne s'agit pas de le pointer du doigt en disant que c'est une honte ou une tare, mais simplement une maladie de la personnalité car on parle bien de maladie dès qu'il y a des symptômes et des soins thérapeutiques possibles. On retrouve des traits de caractère du pervers narcissique dans la schizophrénie et la paranoïa entre autres, qui elles sont bien classifiées par les professionnels comme des maladies mentales. Mais c'est vrai que les avis divergent là-dessus, puisque c'est certainement un des troubles de personnalité les plus difficiles à détecter et cerner. »


- « Je pense que c'est une maladie de la personnalité, puisque ces troubles peuvent engendrer des dysfonctionnements physiques lors de crises d'angoisses exacerbées,  de surestimations pathologiques de lui-même, d'états paranoïaques, d'insomnies, de grosses colères pouvant conduire à des destructions matérielles ou encore des mutilations physiques, etc... mais toute la difficulté est justement que le pervers narcissique prend rarement conscience de son mal puisque pour lui c'est toujours l'autre qui a un problème, qui est la source de son problème. Mais je pense qu'avant d'être bourreau, il est victime de lui-même. »

#3 Guest_809_*

Guest_809_*
  • Guests

Posté 07-05-2015 - 22:43

- « Ouahhh, ça fait bizarre de lire

ici le portrait craché de mon ex !!!!

Elle avait effectivement le chic pour toujours se faire passer pour une victime et c'est même elle qui m'a fait découvrir ce terme de pervers narcissique en parlant d'un de ses ex (nous étions juste amis à l'époque)
Quelle désillusion quand nous nous sommes mis ensemble, en fait le pervers c'était elle !!!!

Dans mon cas, c'est ma famille qui m'a aidé à m'en sortir après 4 ans de cauchemards mais quand elle a vu que je voyais clair dans son jeu et que je ne me laissais plus manipuler, c'est finalement elle qui est partie ... je ne l'intéressais plus. »



- « Le pervers narcissique peut être aussi féminin, et je pense que les filles, vous ne le savez pas mais cela existe chez certaines femmes, j'en ai vécu une terrible expérience car j'étais terriblement amoureux d'elle et m'en a fait tellement baver que j'ai rompu avant le mariage craignant affreusement un enfer...Je voyais nettement que j'étais en train de me faire balader, elle trompait le monde en public et à la maison j'avais une autre personne  pas agréable à vivre.
Il faut avoir du courage pour les supporter, les affronter, mais comment les pervers narcissiques, dans le domaine sentimental,  trouvent ils le bonheur puisqu'ils se plaignent de leur conjoint(e)? »


- « Le(a) pervers(e) narcissique est une coquille vide qui a besoin de parasiter une personne pour se sentir exister. Le mieux que l'on puisse faire et de se munir d'une pince anti-tique et le faire disparaître de sa vie !

Courage, fuyez ! »



- « heu... hmmm.. A tout hasard... ne serait-ce pas le mari de l'emmerdeuse? Cette créature hystérique, capricieuse, immature et tyrannique?   »


Image IPB

- Y'a complot. »


- « oui et le réclame, dans le sens où il ou elle t'attire à toi en t'avouant une faiblesse qui cherche à te séduire...
J'ai personnellement vécu peu de temps heureusement avec une PN et j'en ai bavé, et eu que des scrupules à vivre avec cette personne qui changeait d'humeurs, qui n'avait pas de logique, il y avait comme un côté froid et calculateur en même temps comme si elle me sentait ou pas sous sa manipulation...Je n'étais pas jamais sûr d'avoir une personne cool et tranquille avec moi, j'ai préféré coupé les ponts très vite, mais qu'est ce que j'ai été triste et choqué de vivre ça, c'est très éprouvant mentalement. »



- « Une personne qui est une perverse narcissique, elle ne s'aime pas, et pour survivre elle va exporter l'image qu'elle a d'elle-même, en dévalorisant et en rendant autrui coupable de ses propres défauts.
Quand on tombe sur ce genre d'individu, on perd toute estime en soi, ainsi que la confiance. »


- « beucoup de gens on posté un temoignage ou la defenition du pervers narcissique.

et je constate que beaucoup savent ce que c est!! c est a dire tres toxique,nocif et trés trés trés dangereux pour la victime,et franchement

je trouve que de nombreuse personne sont atteinte par cette maladie:ami,famile,voisin,commercent,policier,boulanger,facteur,ect...

personne n est epargné par cette maladie qui est presque invisible car elle se devoile intimement.

personelement je pense que((je vais dire une conneries)) 3 peronnes sur10 peut etre 4 sur 10 mais je tablerait sur 3 sur 10

sont atteinte par cette maladie psycologique,je pense que cette maladie n est pas assez connu , quelle est nouvelle , et qui n est pas prises au

serieuux,je pense aussi qu elle est plus definie comme un trait de caractere que comme maladie (malheuresement)

j ai decelé plusieur personne de mon entourage attteinte de cette maladie (je n est pas bcp de qualité que les gens n ont pas car je crois etre egal a la majorité des gens pour ne pas dire tous,mais j en ai une que je croit rare que j ai decouvert alors que j etait enfant et que j ai les developpé avec les années
c est l ANALYSE des gens ,mais l ANALYSE complete!!! c est a dire que en trés peut de temps je peut deviner qui est la personne en face de moi
et je peut deviner les coté les plus caché,les plus sombres,les secret...comme tous le monde d ailleur mais pour ma part c est trés trés appuyés)

donc j ai decelé ma soeur,un ami tres proches,et pas mal de connaissance(c est pour ca que je suis si negatif en disant 3 personne sur 10)
pour ma soeur et mon ex ami tres proche ja pas su trouuver les bon mot pour leur ouvrir les yeux sur leur comportement toxique
et malheuresement il sont toujours aussi toxique et nocif pour leur victime et pour eux meme,car c est gens la ont en realié une trés faible estme d eux meme malgré leur fierté orguelleuse mal placé,il ne s aime pas(comment aimer les autres),ils sont au fond d eux trés malheureux et jamais satisfait...
c est trés difficile meme impossible de leur faire admetre qu ils sont Le(a) pervers(e) narcissique car il sont en plus fiere arrogant orguelleux...

et la discusion par en enguelade
Le(a) pervers(e) narcissique et un predateur malade!!!


bref tous ca pour vous dire : que c est gens la sont trés malade psycologiquement avec eux meme!!!
  que la societé reconnait pas ou pas assez en tout cas trés rarement cette maladie car je perciste c est
  une maladie tres profonde et compliqué et pas un trait de caractere
  d ailleur c est pour cela que  Le(a) pervers(e) narcissique ne se reconnait pas en tant que telle
  un conseil si vous tombé amoureux ou amoureuse de Le(a) pervers(e) narcissique
  FUYAIT FUYAIT FUYAIT!!!!!! car il vous briseras votre mal seras sont bien plus il vous feras mal plus il ce sentiras  bien

si vous etes sa victime et que vous vous rendez compte de ce qu il est et que vous voulez l aidé vous avez tort car il finira a ses fins
alors FUYAIT »



- « C'est le propre des pervers narcissiques.... ils (elles) savent appuyer là ou ça fait mal....  et trouver leur "proie"....  ! »


- « personne n est epargné par cette maladie qui est presque invisible car elle se devoile intimement.
...
et malheuresement il sont toujours aussi toxique et nocif pour leur victime et pour eux meme,car c est gens la ont en realié une trés faible estme d eux meme malgré leur fierté orguelleuse mal placé,il ne s aime pas(comment aimer les autres),ils sont au fond d eux trés malheureux et jamais satisfait...
c est trés difficile meme impossible de leur faire admetre qu ils sont Le(a) pervers(e) narcissique car il sont en plus fiere arrogant orguelleux...

et la discusion par en enguelade »



- « La victime peut-être un homme comme une femme, cette maladie n'épargne pas la vie de couple, le "malade" va chercher à déstabiliser une personne plus faible. notamment avec son orgueil (cité plus haut) au dépens de la considération due à autrui.
Il va chercher à diminuer la valeur de son conjoint etc...
On peut classer l'acte de harcèlement non ? »


- « Malgré cet écho populaire, le concept reste limité à quelques auteurs français. La perversion dite « narcissique » n'est pas reconnue comme une notion à part entière. Elle est très peu reprise par les psychanalystes. La plupart soutiennent que, dans la réalité clinique, elle ne diffère pas de la perversion tout court. (Serge Reznik et al., Le malaise pervers, Che Vuoi ? n° 32, L’Harmattan, décembre 2009.)

Et si vous parliez depuis six mois d'une pathologie qui n’existe pas ?

D'autre part, toute société a besoin de secréter ses monstres, pour se rassurer.. Enfin, nous pourrions en ce début de XXIe s tenter de fonctionner autrement, car le pb avec ces responsables fantômes de tout nos malheurs (sorcières, lépreux, protestants, juifs, ######iles, islamistes...) c'est qu'ils finissent par hanter tout le monde et que ça fini en grand massacre de la St Barthélémy ou de la nuit de cristal. »




- « Tu as raison dans le sens où il est délicat de catégoriser tel comportement et que c'est parfois aller à la facilité que de mettre telle personne dans telle catégorie.
Mais il y a des constantes qu'on ne peut négliger, permettant de s'en approcher au plus près.

Que la notion de perversion narcissique soit une branche fantôme du tronc de la perversion (fantasmée par une minorité ?) est une réflexion à envisager.
Mais ça n'empêche que la définition qui en est actuellement faite est assez précise et permet de mettre des mots sur certains comportements; »

Modifié par 809, 07-05-2015 - 23:01.


#4 Guest_809_*

Guest_809_*
  • Guests

Posté 07-05-2015 - 22:49

- « Dans une société en pleine mutation celle ci peut  engendrer  de nouvelles pathologies, qui n'existaient pas  il y a 50 ans..... La psychanalyse n'est pas une science  exacte... »


- « Tout a fait, la psychanalyse est avant tout une technique. Cependant la notion de science exact n'est pas très exacte non plus   Et oui tout à fait pour les nouvelles pathologies...
Mais la perversion c'est pas très nouveau si ? Si je  ne me trompe Freud pensait que seul les hommes souffraient de perversions sexuelles (dont le fétichisme), la seule perversion dont il pensait que les femmes pouvaient souffrir était la perversion narcissique, se prenant elle même comme fétiche (en gros).
Bon, on en est plus là, même si ça ne sonne pas complétement faux à mes oreilles. »



- « J'ai regardé le documentaire sur la 5 et ça a fait remonter trop de mauvais souvenirs, pour moi comme pour mon compagnon. Le pire, c'est que ce sont souvent les enfants qui en souffrent le plus... »


- « J'ai trouvé très intéressant le questionnaire en 30 points, qui stipule aussi que dès qu'on atteint 14 réponses positives, on était confronté à un(e) pervers(e) narcissique. Un façon d'objectiviser le subjectif. »


01. Il culpabilise les autres au nom du lien familial, de l'amitié, de l'amour, de la conscience professionnelle
02. Il reporte sa responsabilité sur les autres, ou se démet des siennes
03. Il ne communique pas clairement ses demandes, ses besoins, ses sentiments et opinions
04. Il répond très souvent de façon floue
05. Il change ses opinions, ses comportements, ses sentiments selon les personnes ou les situations
06. Il invoque des raisons logiques pour déguiser ses demandes
07. Il fait croire aux autres qu'ils doivent être parfaits, qu'ils ne doivent jamais changer d'avis, qu'ils doivent tout savoir et répondre immédiatement aux demandes et questions
08. Il met en doute les qualités, la compétence, la personnalité des autres : il critique sans en avoir l'air, dévalorise et juge
09. Il fait faire ses messages par autrui
10. Il sème la zizanie et crée la suspicion, divise pour mieux régner
11. Il sait se placer en victime pour qu'on le plaigne
12. Il ignore les demandes même s'il dit s'en occuper
13. Il utilise les principes moraux des autres pour assouvir ses besoins
14. Il menace de façon déguisée, ou pratique un chantage ouvert
15. Il change carrément de sujet au cours d'une conversation
16. Il évite ou s'échappe de l'entretien, de la réunion
17. Il mise sur l'ignorance des autres et fait croire en sa supériorité
18. Il ment
19. Il prêche le faux pour savoir le vrai
20. Il est égocentrique
21. Il peut être jaloux
22. Il ne supporte pas la critique et nie les évidences
23. Il ne tient pas compte des droits, des besoins et des désirs des autres
24. Il utilise souvent le dernier moment pour ordonner ou faire agir autrui
25. Son discours paraît logique ou cohérent alors que ses attitudes répondent au schéma opposé
26. Il flatte pour vous plaire, fait des cadeaux, se met soudain aux petits soins pour vous
27. Il produit un sentiment de malaise ou de non-liberté
28. Il est parfaitement efficace pour atteindre ses propres buts mais aux dépens d'autrui
29. Il nous fait faire des choses que nous n'aurions probablement pas faites de notre propre gré
30. Il fait constamment l'objet des conversations, même lorsqu'il n'est pas là



« Je m'abstiendrai de participer au débat pour le reste, j'en ai déjà trop dit sur moi.
En essayant d'aller plus loin pour moi, sur le sujet, suis tombé sur ça : the spécialiste de la PN :
http://www.jle.com/e...8/article.phtml »



- « Donc c'est bien définitivement "il"
Mais il quoi ? ce questionnaire fais froid dans le dos :
- Culpabiliser les autres au nom du lien familial, de l'amitié, de l'amour, de la conscience professionnelle (qui n'a pas reproché à qq1 d'avoir oublier de souhaiter un anniversaire, )
- Reporter sa responsabilité sur les autres, ou se démet des siennes (N'est-ce pas à des degrés  divers le cas de tout le monde)
- Ne communique pas clairement ses demandes, ses besoins, ses sentiments et opinions  (oui, et c'est un crime : "Ceux qui savent ne parle pas, ceux qui parlent ne savent pas. le sage enseigne par ses actes, non par ces paroles" )
- Répond très souvent de façon floue (Oui, parce que pour vous tout est toujours claire... et puis ce désir de transparence tout le temps, c'est la voix directe vers le totalitarisme)
- Change ses opinions, ses comportements, ses sentiments selon les personnes ou les situations (oui, certains diront que c'est savoir s'adapter à son environnement, une des qualité très prisés dans un monde en mutation rapide)
- Invoque des raisons logiques pour déguiser ses demandes (Invoquer des raisons illogiques cela à c'est limite, aussi   )
- Fait croire aux autres qu'ils doivent être parfaits, qu'ils ne doivent jamais changer d'avis, qu'ils doivent tout savoir et répondre immédiatement auxdemandes et questions (oui, c'est aussi un trait de la société qui encourage à l’excellence et à la compétition... et puis c'est quoi ce "faire croire aux autres que..." pour qui prend-on les autres dans cette affirmation ???)
- Met en doute les qualités, la compétence, la personnalité des autres : il critique sans en avoir l'air, dévalorise et juge (la aussi, nous connaissons tous des personnes qui ont besoins de se rassurer... en critiquant autrui : cela n'en fait pas de dangereux psychopathe ???)
... et ainsi de suite jusqu'à la 30 :
- Fait constamment l'objet des conversations, même lorsqu'il n'est pas là.
Ouais, on le reconnaît,  c'est Sarkozy, ou n'importe quel petit chef que l'on critique dès qu'il a le dos tourné.. franchement, parfois se serait tordant si cela n'était pas totalement dangereux !! ) »




- « Non ce n'est pas définitivement "il", c'est aussi bien un homme qu'une femme. Le "il" est général.

Oui, chacun peut se retrouver plus ou moins dans les phrases citées. Le pn se retrouve quant à lui dans une grande majorité de ces phrases.
C'est en cela qu'on peut dresser son profil.

Reprocher à quelqu'un n'est pas le faire culpabiliser. L'autre est coupable s'il ne se conforme pas à la propre représentation que se fait le pn.
Le pn est un éternel insatisfait et sur tout.

Le pn ne se sent JAMAIS coupable, même devant les évidences.

Ca n'a rien à voir avec la transparence dont tu parles. Ce n'est pas une faute de style d'être flou, mais une volonté de noyer le poisson. Il a souvent des propos incohérents.
Un discours flou n'est pas dramatique en lui, on peut toujours l'éclaircir avec une personne de bonne volonté.

S'adapter est le bon mot oui. On adapte nos comportements quand on visite certains pays par exemple.
Le pn change tout ça dans le seul but de préserver son image et non par respect des us et coutumes des uns et des autres.

Même l'illogique devient logique chez le pn.

Pour son propre reflet.

Tu as raison, mais là où les personnes le font pour "se rassurer", le pn le fait... gratuitement. »




- « C'est tout à fait ça, n'importe qui se reconnaitra dans au moins 5 ou 6 questions (si il est honnête évidemment), cela ne fait pas de lui un PN pour autant....

J'ai essayé de faire le questionnaire le plus sincèrement possible pour mon ex et j'arrive au minimum à 17/18 et encore je suis gentil sur certaines questions....ça confirme donc bien mes soupçons !!!!

Mais c'est vrai qu'il ne faut pas en voir partout non plus, même si c'est difficile de faire confiance après être passé entre les griffes d'un (ou d'une) PN.... »




- « Pour ma part, j'ai répondu non à la question 21 et 26 donc je peux pas dire si elles sont justifiées ou pas...

Après, pour ce qui est de rester avec ce genre de personne, il faut déjà s'en rendre compte, ne pas oublier qu'on est manipulé à mort et me concernant, elle me faisait passer pour le méchant de l'histoire!!!! J'en étais même à me demander si ce n'était pas moi qui avait un problème.

Et puis j'ai commencé à ouvrir les yeux avec l'aide de ma famille notamment et j'ai mis les pieds dans le plat, la confrontant autant que possible avec ses mensonges et ses manipulations.....3 mois après elle me quittait, je ne l'intéressais évidemment plus !!!! »


- « Quand tu dis que tu l'as vu venir très vite, peux-tu le mesurer en temps ? (jour, semaine, mois).
Et si ce n'est pas trop indiscret, quelles étaient les tactiques utilisées, paroles... ?
T'es-tu déjà retrouvé seul avec elle pour en conclure qu'elle correspond à ce profil ? »




- « Quand on a été confronté une fois à ce genre de personnage, on développe un flair pour les repérer. Au départ, c'est un sentiment de malaise, une intuition qui nous fait dire qu'il faut se méfier de la personne. Et très vite on voit clair dans son jeu.



- "C'est difficile à expliquer à quoi on les repère, une façon de vous valoriser en public pour se faire mousser (regardez le super boulot qu'il fait grâce à moi) et des critiques incessantes dans l'intimité du bureau, de la manipulation mentale, un art de souffler le chaud et le froid... »


- « On vient de me passer le lien vers un article intéressant, je partage avec vous :

http://henryranchon....rs-narcissique/"



- « Merci pour le lien , article de blog intéressant et synthétique .
Il établit bien la nuance entre le privé et la sphère pro , où l'on est pas si sur d'avoir un PN en face soi .
Dans certaines entreprises des comportements proches voir similaires sont encouragés comme techniques de management . »


- « Une amie a été victime d'un pervers narcissique, pendant environ 2 ans. Elle en a sombré dans la folie et frôlé la mort et pourtant c'est une personne très consciente d'elle-même. Les années ont passé et ont nettoyé tout cela mais c'est un souvenir qui laisse les protagonistes vraiment désemparés, car rien n’arrivait à détacher cette amie de ce grand manipulateur.
Seule l’imminence de la mort a été un électrochoc suffisant pour casser cette relation empoisonnée... »


#5 Guest_809_*

Guest_809_*
  • Guests

Posté 07-05-2015 - 22:54

- « Une amie a été victime d'un pervers narcissique, pendant environ 2 ans. Elle en a sombré dans la folie et frôlé la mort et pourtant c'est une personne très consciente d'elle-même. Les années ont passé et ont nettoyé tout cela mais c'est un souvenir qui laisse les protagonistes vraiment désemparés, car rien n’arrivait à détacher cette amie de ce grand manipulateur.
Seule l’imminence de la mort a été un électrochoc suffisant pour casser cette relation empoisonnée... »



-  « Un sujet dans lequel je me retrouve. J'en ai croisé deux dans ma vie, d'abord mon ex il y a 10 ans qui a détruit ma vie. J'avais 17 ans, une famille où ce n'était pas la joie alors je suis vite partie vivre avec lui. Une fois installé petit à petit je suis devenue une sorte d'esclave, c'était quelqu'un d'assez dégueulasse (je parle bien de propreté), qui ne mangeait que du tout prêt bas prix, un raté sur bien des plans, aussi je faisais la bouffe, le ménage, les courses et pourtant je me faisais sans cesse rabaissée sur tout (du genre "si moi je le faisais se serait mieux que ça"   ), j'étais maintenue coupé de tous. Quand je parlais à quelqu'un on ne me croyait pas et j'étais alors accusée d'être une pourriture qui dit des mensonges sur cette personne teeeellement gentille, ma famille y compris où mes parents sont allés jusqu'à me traiter de putain et de folle bonne a enfermer. Quand je lui faisais remarquer ses propres méchancetés il me disait que c'était faux, que j'inventais et que j'étais folle. Acculé par tout le monde j'ai cru le devenir à un moment. Au bout d'un an et demi heureusement notre histoire a pris fin, un changement dans sa vie a fait qu'il a cru devenir un play boy, sa chute fut rude suite à bien des râteaux de pris et, coincée chez lui à la recherche d'un logement, j'ai continué à être sa victime jusqu'à ce que je parte. J'ai rencontré mon compagnon (toujours actuel) à cette époque là, il m'a sauvé la vie.

Plus récemment, il y a 3 ans j'ai rencontré une jeune fille de 17/18 ans. Assez immature, fragile, avec un vécu familiale proche du mien ce qui fait que nous sommes devenues amies proche. Sa personnalité n'était pas encore formé si je puis dire, les pervers narcissiques se construisent au début de l'age adulte, aujourd'hui elle a 21 ans et sincèrement, sans chercher à la dénigrer, quand on lui parle on lui en donne 18 tout au plus. De plus elle est tombée éperdument amoureuse de moi, amour qui n'a jamais été partagé en tout cas pas dans ce sens là, mais ça m'a fait me sentir encore plus responsable d'elle, sans doute la raison qui fait que je n'ai pas réussi à couper avant. En effet, au bout d'un an elle est devenue de plus en plus mesquine, à me faire des crises d'hystéries où elle me disait des choses odieuses. Elle s'est transformée en quelqu'un cherchant à me blesser, et dans les périodes difficiles où on a besoin d'une amie pour parler, elle profitait de ma détresse pour se montrer vraiment méchante, voir violente. Devant les autres, derrière mon dos, elle inversait totalement les rôles, ce que j'ai découvert il y a quelques mois seulement quand j'ai commencé osé parler de ce qu'elle me faisait alors qu'à moi au moment de me perdre elle me présentait ses excuses et ses plus profond regrets. Elle n'est pas une très bonne menteuse, elle n'est pas d'une intelligence éblouissante et s'emmêle souvent dans ses mensonges, ce qui fait que pour le coup cette fois, on m'a cru facilement. Elle ne supportait pas que je m'intéresse à quelqu'un d'autre qu'elle, est du genre à jeter les gens du jour au lendemain s'ils lui font une remarque qui la vexe où la prennent en faute sur le coup, elle ment comme une arracheuse de dent et a toujours beaucoup joué sur ça pour me convaincre de continuer à la fréquenter quand ça allait trop loin. Comme tous les pervers narcissiques elle a une haute opinion d'elle même, alors que franchement elle n'est pas moche mais pas terrible non plus, elle se pense très intelligente et vit sur twitter à "parler" à des starlettes comme si elle les connaissait, persuadé que c'est une démarche professionnelle pour qu'ils l'aident plus tard à devenir journaliste alors qu'elle est toujours en 1ere année à la fac, ayant réussi le tour de force d'avoir 4 de moyenne à ses partiels de l'année dernière. Je me suis éloignée au fur et à mesure et me suis rendue compte que malheureusement, les meilleures périodes que je vivais étaient celles où elle n'était pas là. Au final, elle m'a fait une ultime promesse de changer pour me garder, a juré de suivre toute une série de résolutions pour me prouver qu'elle pouvait être une amie et ainsi me garder dans sa vie. Je lui ai dis oui, mais que je ne pouvais plus me montrer chaleureuse et présente comme avant. Voyant qu'elle ne recevait plus ses compliments et mon soutien quotidien, je suis devenue du jour au lendemain beaucoup moins séduisante et indispensable, et aujourd'hui nous n'avons plus aucune relation de près ou de loin. Elle a coupé les ponts sans prévenir ni donner d'explication avec toutes nos connaissances en commun afin de poursuivre sa vie dans sa nouvelle fac sans prendre le risque que des personnes mettent en garde ses nouveaux amis de sa mythomanie et de sa manipulation. J'ai rompu les derniers liens que nous avions sans prévenir non plus car ça aurait été lui donner trop d'importance et alimenter son narcissisme, elle ne m'a jamais envoyé un seul message depuis de toute façon. Malgré moi je ne peux m'empêcher d'avoir mal en pensant que je l'ai soutenu pendant 3 ans, pardonné l'impardonnable, et que je n'ai jamais rien reçu en retour (elle s'est montrée odieuse et hystérique la veille d'enterrement de mes proches par exemple, ou ne s'est jamais donné la peine de demander de nouvelle de ma santé alors que je lui avais avoué avoir un problème potentiellement grave).

Ces deux personnes m'ont fait beaucoup de mal, et il est difficile de sortir de l'engrenage quand on est dedans, car ils savent utiliser nos faiblesses à la fois pour nous blesser mais aussi pour nous garder. Mais il faut prendre conscience que ce sont des relations à sens unique, tout pour l'un et rien pour l'autre, et que ça ne peut jamais marcher ce genre de rapport. Il faut savoir devenir égoïste et apprendre à fuir certains individus. »


- « Je ne dirais pas forcément qu'il s'agit d'une maladie, car le pervers narcissique semble avoir un instinct de conservation assez poussé: En privé il n'a aucun égard particulier, dénigre systématiquement en utilisant toute la violence psychologique qu'il peut (sobriquets, humiliations et vexations diverses) alors qu'en public il inverse les rôles.
Parfois même en privé il les inverse : chaque fois qu'il est pris en défaut, chaque fois qu'une personne extérieure ou sa victime le met devant ses responsabilités, cela déclenche une réaction de colère de sa part: vous êtes responsables, vous êtes le fou et lui la victime.
Je dis cela pour comparer cet état d'esprit à la maladie mentale: le pervers narcissique a pleinement conscience de ce qu'il fait à sa victime car il prend soin de le dissimuler par tous les moyens et en se posant en victime. Et en cela, il est parfaitement capable de discerner la notion de bien et de mal, et devient dès lors responsable de ses actes, puisqu'il en perçoit toute la portée.

Il n'est pas forcément bien sous tous rapports, il n'est pas forcément séduisant, voire pas du tout. En revanche, il jette son dévolu sur des personnes qu'il considère comme très douées (car les contrôler lui donne le sentiment de s'attribuer leurs capacités), mais qui manquent cruellement de confiance en elles et culpabilisent donc facilement, en acceptant de porter le poids de toutes les responsabilités.

Il n'a pas d'empathie puisqu'il ne considère pas de raison autre que la sienne: s'il veut quelque chose, peu importe l'autre, ce qu'il veut lui est dû
Il vit selon le principe "quand il y en a pour un...il n'y en a que pour moi"

Il rejette également la différenciation sexuelle. »



- « La tique finit par lâcher prise après son repas (non sans avoir refilé une bonne piroplasmose au chien au passage, mais bon, heureusement on a la doxycycline pour ça)

Quant au pervers, (je n'en connais qu'un), il n'a pas forcément de talent particulier, voire l'inverse. C'est d'ailleurs pour cela qu'il a besoin d'une victime: il s'en sert pour en tirer le maximum tout en l'empêchant de se réaliser elle-même (histoire de lui couper toute possibilité de retraite: lui faire des enfants par exemple ou l'empêcher de travailler).
Si jamais sa victime oppose résistance et décide de s'en séparer, il peut alors se retourner contre elle en lui faisant payer le crime de lèse-majesté. »



- « Pour ces points-là effectivement, c'est assez cohérent
Dans le cas de la famille ou du travail, sa victime étant compétente avec une grande force morale, il l'utilise à son avantage: il peut par exemple compromettre les intérêts de la famille pour laisser sa victime réparer les dégâts puisqu'il sait qu'elle le fera quel qu'en soit le responsable
De même qu'au travail, il peut provoquer une situation chaotique en forçant l'autre à résoudre le problème tout en critiquant son incompétence.

Semer la zizanie est une façon pour lui d'isoler sa victime, de s'assure qu'aucune aide ne lui permettrait d'avoir le dessus sur lui. Il s'en sert également afin de ne jamais paraître publiquement comme responsable.

Un des traits de caractère les plus marquants c'est un art de la dissimulation permanent: il cache ses échecs, ses insuffisances, ment en permanence et avec aplomb.

On les appelle manipulateurs ou encore, pervers narcissiques. Ils peuvent être un conjoint, un proche, un patron, un(e) collègue, un(e) ami(e). Séduisants, sympathiques, parfois réservés, ils plaisent par leur côté charmeur et flatteur. Mais très vite, à leur contact, un malaise s’installe. Et leurs victimes entrent dans une spirale infernale de culpabilisation et de dévalorisation. Véritables dangers pour notre intégrité physique et mentale, les manipulateurs sont des personnalités narcissiques qui représentent, selon Isabelle Nazare-Aga, auteure des Manipulateurs sont parmi nous (éditions de l’Homme, 1997), 2 à 3% de la population. Nous sommes donc tous amenés à croiser un jour, si ce n’est pas déjà fait, une personne atteinte de cette pathologie. « Souvent, j’entends dire qu’après tout, nous sommes tous un peu manipulateurs. Non, de la même façon que l’on ne peut pas dire que nous sommes tous des menteurs ou des schizophrènes. Il y a une grande différence entre faire de la manipulation de temps en temps et être manipulateur. » La raison d’être de ces derniers ? « Se rendre valables en nous écrasant pour se sentir supérieurs. Ils sont comme des virus. Ils distillent le mal auprès de plusieurs victimes à la fois - leur époux(se), leurs enfants, le boulanger…- Vous n’êtes qu’un pion sur lequel ils s’appuient pour se valoriser ».

Des comédiens nés

Esperances, 53 ans, a longtemps vécu avec un manipulateur. « Je revois son visage fermé, glacial. Je me souviens de ses silences prolongés, de ses petites phrases assassines. Chaque jour, il me rabaissait, m’humiliait, tout en prétendant vouloir mon bonheur. De l’extérieur, les autres me regardaient d’un air envieux, pensant que je vivais avec l’homme idéal ». Le propre des manipulateurs ? Ils ont plusieurs visages. Ils peuvent être extravertis, bons vivants, séducteurs, cultivés, altruistes, ou plus timides mais aussi autoritaires et tyranniques… Et passent d’une facette à l’autre en quelques secondes à peine. « Si vous les avez contrariés, ils peuvent par exemple passer en un instant d’une profonde tristesse à une fureur terrible. A côté de cela, ils ont évidemment des côtés positifs, ils peuvent être très drôles, très originaux… Mais c’est pour mieux vous manipuler. »

Des personnalités toxiques

Mais difficile, le plus souvent, de reconnaître les personnalités hautement toxiques qui se cachent sous ces différents masques. Isabelle Nazare-Aga a ainsi déterminé trente caractéristiques qui le permettent – sachant qu’elle qualifie de manipulateur un individu qui agit au moins selon 14 critères de cette liste -. Parmi eux : culpabilisation, critique et dévalorisation des autres, report de sa responsabilité sur eux, communication floue, changement fréquent d’opinions, mensonges, jalousie… « Si vous avez le sentiment de ne plus être libre, si vous parlez constamment d’une personne quand elle n’est pas là, et si en sa présence, vous n’êtes pas serein, ou que vous vous comportez comme un petit garçon ou une petite fille et plus comme un(e) adulte, vous avez probablement affaire à un manipulateur. De même pour ces gens dont vous mettez cinq jours à vous remettre d’un simple appel de leur part. »

Des experts en séduction

« Au début, j'ai cru rencontrer l'homme de ma vie, se souvient Angéline, 45 ans. Il aimait tout ce que j'aimais, voulait toujours me faire plaisir, et était, sur le plan sexuel, complètement à ma disposition. » Derrière ces attentions, ces flatteries et ces (fausses) promesses, se cache, pour Christel Petitcollin, psychothérapeute et auteure de Echapper aux manipulateurs (Guy Tredaniel, 2007), un véritable enjeu pour le manipulateur. « Il va chercher à capturer le rêve secret qui sommeille au fond de nous. Tous, nous en caressons un : avoir une vie de famille, faire du cinéma... Lui va nous faire croire que c’est par son intermédiaire que nous pourrons le réaliser. Et pourra, par la suite, nous tenir par ce rêve ».

Puis vient le moment où le manipulateur tombe le masque. Disparu l’employé modèle, la femme merveilleuse ou le père parfait. Ce moment-là, tous les patients de Christel Petitcollin s’en souviennent avec précision. Parfois le jour de la fin d’une période d’essai, d’un mariage, d’un emménagement, d’un test de grossesse positif… Le jour où le conte de fées a soudain viré au cauchemar. Et où ont commencé dénigrement permanent et humiliations quotidiennes. « La victime va se mettre alors à redouter les représailles, à culpabiliser quand l’autre n’est pas de bonne humeur, à s’interdire par exemple de sortir avec ses amis, de peur qu’il/elle ne le lui fasse payer. Et à ne plus vivre que dans la peur de le mécontenter ».

Des personnes sans affect

Les manipulateurs ont-ils d’ailleurs conscience du mal qu’ils provoquent ? « Non, répond Isabelle Nazare-Aga. Mais de l’influence qu’ils ont sur autrui, oui. » Pour Christel Petitcollin, cette pathologie s’explique par une « immaturité figée. » Selon elle, les pervers narcissiques seraient comme coincés dans l’enfance. « Ce sont des adultes qui ont les mêmes réactions qu’un enfant de 5 ans qui aime arracher les pattes des mouches sans réaliser que cela lui fait mal. Ils ne sont pas capables de voir la souffrance de l'autre. Ils ne le respectent pas et vont chercher à satisfaire leurs besoins à ses dépens ». Après plus de vingt ans passés à étudier la question, Isabelle Nazare-Aga est d’ailleurs formelle : « les manipulateurs n’aiment personne ».

Des manipulateurs dès le plus jeune âge

Mais naît-on ou devient-on manipulateur ? Isabelle-Nazare Aga a pu observer des manifestations des trente caractéristiques qui lui permettent d’identifier un manipulateur chez de très jeunes enfants. « Mais il n’y a pas de profil. Il ne s’agit pas que d’enfants qui n’ont pas été aimés par leur père ou leur mère. Le plus souvent, j’observe plutôt des enfants rois, admirés, respectés et craints, car si jeunes manipulateurs. » A cet âge, il est encore possible de tenter de les changer. Après, il est trop tard, selon la thérapeute. Même son de cloche chez Christel Petitcollin. « Surtout, ils ne veulent pas changer. Ils sont persuadés qu’ils détiennent la vérité. Il n’y a jamais de remise en cause. Ils sont dans des mécanismes de déni effrayants. »

Des personnes à fuir

Face à eux, l’attitude recommandée est… la fuite. « Il faut savoir que dans le cas d’un couple par exemple, tout espoir de vie maritale heureuse et harmonieuse est vain, explique Isabelle Nazare-Aga. En règle générale, il vaut mieux éviter tout contact avec les manipulateurs. On y perd son énergie et son âme. » Autre solution, pour ceux qui sont forcés d’avoir affaire à eux : la contre-manipulation. « Il ne faut plus communiquer de manière normale. Employer des phrases courtes, floues, faire preuve de beaucoup d’humour et d’ironie. L’important, c’est de montrer à travers ses réponses que l’on n’est pas blessé émotionnellement. Mais cela ne marche pas au long cours. C’est de la survie, pour éviter les disputes permanentes. » A condition de bien préparer son départ (photocopier les papiers importants, ouvrir un autre compte…), il est possible de quitter un manipulateur. Esperances a réussi, « non sans mal ». « Aujourd’hui, je me reconstruis petit à petit, indique-t-elle. Je ne sais plus ce qu’est le désir, je n’ai plus confiance dans les hommes. Mais je suis partie. »

"Chacun de nous peut être victime d'un manipulateur"

Repérer un pervers narcissique
les psychonautes racontent leurs expériences avec des manipulateurs.
Pourquoi certains tombent-ils dans les filets de manipulateurs et pas d’autres ?
Isabelle Nazare-Aga : Nombreux sont ceux qui ne conçoivent pas que les manipulateurs puissent exister, qu’une mère veuille détruire psychiquement ses enfants, ou un conjoint, sa femme. Beaucoup de personnes ont du mal à accepter que la méchanceté puisse aller jusque-là. Il y a aussi ceux qui ignorent l’existence de ces personnalités. Et ensuite, des personnes qui manquent d’estime, d’affirmation d’elles-mêmes ou qui, en amour, sont en situation de dépendance affective. Ce sont des proies vulnérables.

Pouvons-nous tous être victimes d’un manipulateur ?
Absolument. Selon mon calcul, fait à partir de mes groupes de formations sur les relations personnelles difficiles dans les entreprises publiques sur plusieurs années, seuls 10% des gens seraient indifférents à toute manipulation. C’est très rare de ne ressentir aucune émotion quand on nous menace, nous culpabilise, nous déprécie.

En quoi le soutien de l’entourage est-il primordial lorsque l’on a affaire à un manipulateur ?
Etre victime crée une énorme confusion mentale. Un bouleversement émotionnel qui empêche toute pensée fluide, rationnelle. Deux amis suffisent. Mais il est aussi bon d’aller voir un psychothérapeute très averti.
J'ai lu avec intérêt.
Cette instropection est effectivement incroyable mais je me demande si cette description du sociopathe est celle du PN.
S'il y a des exemples de manipulation et de narcissisme évidents, je n'ai pas vraiment lu d'exemples concernant la sphère privée.
Et deuxième chose, cela reviendrait à supposer que le PN reconnait tout cela et est à même de pouvoir l'analyser, alors qu'il a pour habitude de nier les évidences.
Si tu relis tout attentivement, il y a tout un passage qui concerne sa relation non seulement professionnelle mais aussi intime avec Morgan.

Il est évident que le PN de base n'est pas capable d'une telle introspection et d'une telle remise en question. Ce témoignage est d'autant plus exceptionnel dans la mesure où il est très rare et donne un éclairage très particulier sur l'analyse du comportement du PN. Quand je l'ai lu, j'y ai retrouvé trop de points communs avec mon ex, sauf que lui est incapable d'une introspection pareille.
Oui, le pervers narcissique a un grand instinct de conservation. C'est même ce qui le caractérise, il n'est pas suicidaire ; et comme tu le soulignes, "il n'y en a que pour lui". Mais c'est un grand malade mental.
Il n'est pas juste un manipulateur. Il n'est pas conscient de ce qu'il fait. C'est bien pour ça qu'il lui est quasiment impossible de reconnaître sa perversité et d'essayer de se soigner.

C'est dramatique, mais la seule chose à faire de fuir ces personnes. »


- « J'ai l'impression que le pervers narcissique n'est ni totalement conscient de ses procédés ni totalement dans la pathologie. Chaque personnalité perverse narcissique aurait "sa propre mixture". Pour moi, ce n'est pas un point essentiel. Le problème se trouve dans les comportements et non dans leurs explications. Ma modeste hypothèse est que notre emmerdeur se trouverait dans le déni d'épisodes peu glorieux de son existence en les évacuant sous forme d'agressivité.

Cependant, le fait est que toute personnalité se structure inconsciemment et de façon autonome autour d'une infinité d'évènements psychologiques fondateurs, dont le début pourrait bien se situer avant la naissance.

J'ai remarqué que dans un premier temps les pervers narcissiques vous flattent, vous complimentent de façon disproportionnée par rapport à ce que vous attenderiez et cela vous procure une grande sensation de bien être, un confort moral très inhabituel, l'impression d'être gonflé à bloc. Il y a quelque chose d'artificiel. C'est à ce moment que les alarmes protectrices des victimes potentielles devraient se mettre au rouge vif pour éviter de tomber dans le piège qui va suivre. Le processus manipulatoire est en marche. Mieux vaut se tromper en étant un peu trop suspicieux et éventuellement rectifier le tir en cas d'erreur que de se faire piéger par excès de confience.

D'expérience, j'ai remarqué que la pire réaction possible face à un pervers narcissique qui s'est déclaré, tel une épidémie, est de l'affronter. Après avoir pris conscience de la vrai nature des spécimènes, on peut les pousser au bout d'eux même (je ne dirai pas de leur logique parce que je ne sais pas s'ils en ont une) et précipiter leur effondrement à force d'adopter le plus possible une position plus basse que la leur. Cette posture inférieure les essoufle parce qu'au lieu d'agresser, ils doivent expliquer, expliquer et encore expliquer. Le truc c'est : "je ne comprends pas, toi tu sais, dis moi, explique moi, je ne sais que faire, qu'en penses-tu, peux-tu m'apprendre, tu as surement une bonne solution pour..." Chacun doit trouver ses formules, les unes en amèneront d'autres. Il ne va pas s'époumonner tout de suite mais cela fait grand bien de sentir qu'on prend soi-même le contrôle du manipulateur. Il commence à se mettre en situation de répondre plutôt que d'attaquer. Ne trouvant plus son équilibre, il est probable d'en arriver à ce que ce soit lui qui se décide à couper les ponts. D'accord, c'est difficile et ennuieux. »



- « merci pour le partage de vos expériences
c'est un peu comme rassurant, ça rappelle des souvenirs en se disant, je ne suis pas fou »


- « C'est cela, on ne peut que subir une relation qui est une fois l'addition de ce que l'on reçoit  : sourires, cris, regards, gestes, qui est pas acceptable
On ne peut pas changer ni la personne, ni la relation et on la subit dans ses bons et mauvais termes.
d'où la conséquence logique : partir
Effectivement, il y a en plus ce problème de conscience qui se pose en différents termes. la mauvaise conscience que l'on peut éprouver, celle pour laquelle la victime est choisie. L'inconscience feinte par la/le PN.
Quand on a des parents pour le moins pervers, sans le savoir car isolé pas facile par la suite de trouver des repères sains, des amis sains, des relations saines...

On finit par tourner la page et mieux se connaitre soit même mais on s'en passerait bien de ce genre de rencontre

http://www.affirmati...-maintenant.php »

#6 Guest_809_*

Guest_809_*
  • Guests

Posté 07-05-2015 - 22:58

- « Ils peuvent forcer leur nature superficiellement pour paraître empathiques à destination de l'entourage et habiller socialement ainsi leurs diverses manipulations .
Mais leur plus grande force reste la capacité de manipulation , au point d'arriver à faire douter leurs victimes et s'interroger sur leur réelle statut psychologique : malade psychique , victime , bourreau ! »


- « Pfiou ce sujet me fait froid ds le dos...Ca fait pourtant bientot 10 ans que je n'ai plus de contact avc cet indvidu, mais je me sens toujours aussi mal quand j'y repense.... D'ailleurs, il prend encore ajd un malin plaisir à se rappeler à mon bon souvenir en me passant le bonjour, par personnes interposées...(des inconnus pour  moi), et ce jusque sur mon lieu de travail!!!! »


- « bonjour à vous tous.
A lecture de vos posts, bien renseignés et pour certains hauts la mains !!
J'apporte ma modeste contribution.

Le narcissisme sexuel,pervers où autre n'est pas considèré comme une phatologie clinique, sauf dans certains cas... il résulte du comportement masculin ou féminin en relation avec une certaine adverssité sexuel.
L'habilité du narcissisme comportementale est le plaisir ressentis à habiter fièrement sa masculanité ou féminité.
Le sujet est toujours assez impulsif, avec un manque de retenu, de maîtrise. La réflexion ne tempère pas l'action. La colère et l'agressivité surviennent facilement mais les passages à l'acte violents sont modérés dans une certaine forme de comportement.
Dans certains cas  phatologique ou de névrose sexuel, le sujet peux effectivement se comporter dans un état second pronant le arcèlement (sexuel, verbale, ou autre dans le quotidien et dans sont travail) et parfois passer à l'acte en terme d'agression sexuel verbal, voir le passage à l'acte d'un viol.
En tout cas excellente question, qui mérite d'être étudié..
cordialements »


- « En effet, on sait aujourd'hui que certaines pathologies comportementales sont inscrites dans la physico-chimie du cerveau.
Mais au delà de la désignation pathologique ou non à l'université, de la perversion narcissique, qui est peut être en effet un fourre-tout sémantique, madame s'interroge d'abord, dans une expérience de vie, sur la réelle souffrance en face de comportements toxiques dépassant les limites du vivre ensemble. »



- « C'est une situation très compliquée en effet, un membre de ma famille à été récemment dévoilée comme perverse narcissique, elle a une victime (dans ce cas sa mère), et doit être le centre d'attention, fait tout pour qu'on la remarque, au point de menaces de suicide ou autre. C'est très dur a vivre surtout en étant la victime de cette personne. Elle vole, ment, et j'en passe mais jamais rien d'avouer même face aux preuves, c'est elle la victime. Ce genre de personne est difficile a supporter, la victime de cette personne se gâche la vie pour elle, au point de se rendre malade de stress ou autre, jusqu'au jour ou elle s'en rend compte (difficilement) et le seul moyen de s'en sortir est malheureusement bien souvent de couper les ponts, autant dire que c'est très dur, surtout de mère à fille..
Le déséquilibre du "manipulateur" pervers narcissique, vient ici s'exprimer encore plus librement avec le « consentement » actif de sa victime.
j'en viens à me demander si le pervers narcissique ne règle pas ses comptes avec sa mère dans le secret de la relation perverse avec sa victime afin de préserver son image de fils parfait, d'équilibre, voir de retrait auprès de sa famille officielle.
Il semble qu'il y ai une escalade dans les besoins sexuels du pervers narcissiques puisqu'il n'arrive jamais à régler ce conflit intérieur.
Il lui en faut toujours plus, et il en exige toujours plus de la part de sa complice involontaire.
Sous l'emprise du pervers narcissique, et pour conserver le lien puissant qui la lie à lui, la victime va réellement devenir « complice » et peut même devancer, stimuler, participer activement à ses caprices sexuels (échangisme, masochisme..etc), mais toujours dans un profil de perversité !
La victime risque d'avoir l'impression de ne jamais en faire assez, ou de ne pas être assez douée pour le ou la satisfaire. Situation dont il ou elle tirera profit pour exiger encore plus !
cordialements

Ce n'est pas d'entrer en profondeur dans un sujet qui provoque cela, certaines analyses plus fines permettant ainsi de mieux le comprendre.
Mais c'est surtout le risque de s'en détourner progressivement et donc de devenir hors sujet, comme l'a fait remarquer mousehoney.

Que le pn soit un terme inventé, à la mode ou autre on s'en fout un peu. »


- « Mais qui dit narcissisme , se rapproche aussi de l'égocentrisme !! L'un allant en règle générale avec l'autre...le sujet dont l’ego souffre d’obésité morbide; a le regard si obstrué par les contours de sa propre personne que, pour examiner une question, elle part de son nombril, fait un petit tour autour d’elle-même et revient à son point de départ, son nombril...hihihi :-) »


- « Il n'y a pas de nécessité de caractère sexuel dans le fonctionnement du pn , le pouvoir suffit !
  Quoique , sexe et pouvoir sont très liés ...   »


- « Le PN ne supporte pas la présence d’un tiers. Ne pas hésiter à faire intervenir ce tiers (même s’il tentera de le séduire pour se l’approprier). Car tant qu’il se sent à l’abri du regard des autres, le PN se sait tout-puissant. »

« - Le pervers est un enfant dans un corps d’adulte, un enfant gâté qui ne supporte pas la frustration.
Il passe à l’acte pour combler ses besoins. S’il ne rencontre pas de résistance, il ira toujours plus loin. La résistance, elle, le poussera à rassembler ses forces pour les annihiler.

Il se comporte comme un enfant qui ne supporte pas d'être pris en défaut. Il ne supporte pas le conflit intérieur et, dès qu'il en rencontre un, il le projette sur l'autre.
Tel un enfant, il considère l’autre comme un objet indispensable à son besoin de pouvoir, d’autorité, ou servant ses intérêts.

- Il cherche à préserver l’image de l’enfant parfait. Cette image est « sa seule raison de vivre » et il utilisera l’autre comme objet afin de la préserver, la redorer.
Son arme : la parole.

- De l’extérieur : généreux, calme, compatissant.
De l’intérieur : froid, calculateur, fin stratège, intelligent.

- Expert dans l’art du mensonge, il excelle dans le maniement de la parole. Mais une des caractéristiques du PN est qu’il refuse le dialogue. Toute tentative est avortée.
Il donne beaucoup d’informations, mais ces propos sont flous, à multiples facettes, contradictoires, incohérents, paralysant l’esprit critique de la victime, l’endormant. C’est un conditionnement profond dont elle n’est pas consciente. Lorsqu’elle en prend conscience,  elle n’a plus la force ni l’énergie pour s’en sortir.

Elle se rendra souvent compte de tous les signes annonciateurs qu’elle a parfois vu mais dont elle n’a pas tenu compte.

- Il est capable d’enregistrer dans sa mémoire des petites choses qu’il utilisera ensuite en les amplifiant afin de justifier ses attitudes néfastes.

- Il prend beaucoup d’engagements, fait beaucoup de promesses qu’il ne tiendra jamais. Devant ses mensonges, il nie avec aplomb jusqu’à faire douter l’autre.

- Se succèdent menaces, chantages, violences et demandes de pardon, déclarations d’amour, tendresse.

- Comédien né, fin stratège, il élabore des mises en scènes rocambolesques dont l’autre est responsable et lui victime.

- Ne supporte pas le bonheur de l’autre, se nourrit de son malheur.



- Pourquoi rester ? Car la victime reste dans l’illusion qu’il peut changer, qu’il est bon et que c’est elle qui est la responsable de ses tourments.

#7 Qrieuse

Qrieuse

    Membre

  • Voissanautes
  • 742 messages
  • Membre depuis : 18-02-2012
  • Sexe : Femme

Posté 08-05-2015 - 01:07

Sujet très intéressant mais qui n'a rien à faire ici : récits érotiques.
"Fantômes", vous ne m'intéressez pas. Si vous êtes invisibles sur Voissa (pas de messages sur le forum, pas de galerie), ne me contactez pas.

#8 Guest_Joker68_*

Guest_Joker68_*
  • Guests

Posté 08-05-2015 - 07:14

Merci 809 Image IPB

#9 Louky07

Louky07

    Membre

  • Voissanautes
  • 97 messages
  • Membre depuis : 30-04-2015
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Sur les terres du dieu Taranis

Posté 08-05-2015 - 15:40

Sujet très à la mode! On voit des pervers narcissiques partout, on en entend parler partout. Bref, quand la relation capote, ça permet de tout mettre sur le dos de l'autre sans se remettre soi-même en question. Un échec, tout comme les problèmes de couple, c'est toujours de la responsabilité des deux partenaires. Le manque de dialogue, les problèmes non réglés, les séparations faciles... Plutôt que de se remettre en question, de remettre en question sa relation et son couple, on voit des pervers narcissiques partout! C'est tellement plus facile. Je ne doute pas qu'il y ait des personnes avec des soucis psychologiques mais de là à en trouver partout. Et si, parfois, c'était celui qui dénonçait qui avait en réalité des problèmes?

#10 ardkhorcplexhib

ardkhorcplexhib

    Cette phrase a trente-cinq sigles..

  • Voissanautes
  • 11 720 messages
  • Membre depuis : 09-10-2006
  • Sexe : Couple
  • Localisation:paris

Posté 08-05-2015 - 16:02

Voir le messageFrancistoulouse, le 08-05-2015 - 08:05, dit :

C'est vrai que de rassembler 809 témoignages en un est un peu curieux...  Image IPB
Narcissique ?
Ce ne serait pas le mot que tu avais sur le bout de la langue??
Rien...

#11 Guest_809_*

Guest_809_*
  • Guests

Posté 12-05-2015 - 06:33

Voir le messageLouky07, le 08-05-2015 - 15:40, dit :

Sujet très à la mode! On voit des pervers narcissiques partout, on en entend parler partout.

Ce qui est très à la mode aussi, c'est d'intervenir dans un sujet sans avoir lu ce qui a été écrit précédemment. Là, on atteint le summum de la mode !

#12 Louky07

Louky07

    Membre

  • Voissanautes
  • 97 messages
  • Membre depuis : 30-04-2015
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Sur les terres du dieu Taranis

Posté 12-05-2015 - 07:47

Voir le message809, le 12-05-2015 - 06:33, dit :



Ce qui est très à la mode aussi, c'est d'intervenir dans un sujet sans avoir lu ce qui a été écrit précédemment. Là, on atteint le summum de la mode !

Raté! Je me suis fadé tout le pavé (c'était long...!). Et? Il n'en demeure pas moins que c'est le sujet à la mode. On en parle sur les blogs, sur les forums, à la télé, à la radio... À croire que les Pervers narcissiques ont poussé récemment comme des champignons. :)

#13 Guest_Saltimbank_*

Guest_Saltimbank_*
  • Guests

Posté 12-05-2015 - 08:08

Tant mieux si les champignons sortent au grand jour parce que c'est la plaie les pervers narcissiques.

Qu'il y ait confusion dans ces notions psychiatriques ou psychanalytiques est tout à fait normal, mais il n'empêche qu'il est important de mettre des mots sur des troubles et des souffrances pour commencer à s'en sortir.
Une victime qui commence à s'intéresser à ce sujet est déjà sur la bonne voie.

Merci pour cette compilation de témoignage qui j'en suis sûr permettra à beaucoup de comprendre ou de s'identifier.

#14 Louky07

Louky07

    Membre

  • Voissanautes
  • 97 messages
  • Membre depuis : 30-04-2015
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Sur les terres du dieu Taranis

Posté 12-05-2015 - 10:58

Je reste persuadé qu'on en voit plus ce qu'il y en a vraiment. C'est comme les gosses, les parents s'imaginent qu'ils ont un gamin hyperactif, c'est à la mode. Alors qu'en réalité, ils ont juste renoncé à leur rôle et ils ont un gamin qui manque d'éducation.

#15 Guest_Nyklaus_*

Guest_Nyklaus_*
  • Guests

Posté 12-05-2015 - 11:20

Yes, 29 sur 30 !!!
Je gagne quoi?

Je me suis fait appelé "PN".... Par quelqu'un qui, après avoir retourné le questionnaire, obtient 30/30 voir plus, si si, c'est possible avec un/une PN...

Mais j'irai même plus loin... On l'est tous un peu... Consciemment, ou non...

Merci pour ce post 809

#16 Guest_Saltimbank_*

Guest_Saltimbank_*
  • Guests

Posté 12-05-2015 - 11:26

Voir le messageNyklaus, le 12-05-2015 - 11:20, dit :

Mais j'irai même plus loin... On l'est tous un peu... Consciemment, ou non...

A ce moment là tu vide de sens la notion de pervers narcissique. On parle d'une pathologie, pas d'un petit mouvement d'humeur !
De plus cette perversion est inconsciente.

#17 Guest_Nyklaus_*

Guest_Nyklaus_*
  • Guests

Posté 12-05-2015 - 11:31

Je parlais du manipulateur. Au temps pour moi.

Mais il y a les deux, conscient ou inconscient.
Enfin à lire les témoignages.

#18 Guest_Nyklaus_*

Guest_Nyklaus_*
  • Guests

Posté 12-05-2015 - 11:55

C'est bien pour ça que j'ai rajouté manipulateur...

Aux vues de ta réaction, j'aurais sans doute du ne pas répondre...
Navré

#19 Guest_Nyklaus_*

Guest_Nyklaus_*
  • Guests

Posté 12-05-2015 - 12:30

Il m'a semblé aussi, que le sujet te tenais à cœur.

J'ai été maladroit, je m'en excuse.

Et je connais ce sentiment "à la longue.... pètes un plomb".

#20 pattefolle

pattefolle

    Membre

  • Voissanautes
  • 34 messages
  • Membre depuis : 14-08-2015
  • Sexe : Femme
  • Localisation:lorraine

Posté 14-08-2015 - 16:35

J en ai épouse un beau spécimen. Je reste car un enfant au milieu avec un handicap.


0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s)