Voissa.com, source d'épanouissement sexuel depuis 1999

Pour faire des rencontres Logo MyVoissa

Aller au contenu

Youri Batar & la Liqueur sacrée

Parodie

  • Veuillez vous connecter pour répondre
53 réponses à ce sujet

#41 Guest_7peaks_*

Guest_7peaks_*
  • Guests

Posté 11-01-2018 - 13:33

des longueurs mais qu'est ce que c'est bien écrit ! bravo !!

#42 OlivX

OlivX

    Membre

  • Voissanautes
  • 4 151 messages
  • Membre depuis : 02-12-2006
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Le Havre / Honfleur

Posté 17-01-2018 - 12:06

Je viens de le relire intégralement,  dieu que c'est prenant,  j'espère que tu nous offrira bientôt la fin de cette histoire.  Personnellement j'aurais bien volontiers encore lu d'autres épisodes.

#43 Riga

Riga

    Imagineur et partageur d'histoires

  • Voissa créateur
  • 1 599 messages
  • Membre depuis : 04-04-2010
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Itinérance

Posté 17-01-2018 - 20:26

Merci beaucoup !

À tous et toutes… Même si depuis que j'ai découvert Voissa j'ai écrit des pages et des pages et mis en scène des quantités de personnages et d'émotions,, je ne cesse de signaler depuis que je suis inscrit ici que je manque de temps, mais là… plus que jamais !
Pour finir cette parodie inachevée, tout comme pour Planète rouge, ou d'autres histoires encore, je ne manque en revanche pas d'idées.

Je le ferai un beau jour où ma vie personnelle et professionnelle me le permettront, promis.
Image IPB

_____________________________________________________Image IPB_____________________________________________________


#44 Riga

Riga

    Imagineur et partageur d'histoires

  • Voissa créateur
  • 1 599 messages
  • Membre depuis : 04-04-2010
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Itinérance

Posté 17-01-2018 - 20:35

Et pour répondre à Blue et à les100ciels, je ne cherche jamais à écrire pour une cible, mais pour ceux qui me lisent, en espérant que ça leur plaira.
Image IPB
Et au risque de faire mon prof de Lettres, Image IPB l'exercice particulier de la parodie et du détournement impose absolument pour que cela fonctionne dans les références partagées, et la complicité transgressive avec le lecteur, de mettre en place une ambiance et des détails puisés et remodelés avec soin dans l'univers de référence, or celui qui me sert ici de base est riche et très connu, il fallait donc que je prenne mon temps pour jouer de tout cela dans une intrigue qui ne soit pas bâclée.

_____________________________________________________Image IPB_____________________________________________________


#45 RoadRunner

RoadRunner

    Membre

  • Voissanautes
  • 137 messages
  • Membre depuis : 04-12-2015
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Paris

Posté 17-01-2018 - 21:36

Je retiens le "promis" qui  conclue ton dernier message.
Il n'y a pas que youri et la planète rouge dont on attend la suite avec impatience, que devient la belle égyptienne ?

#46 bleuvertoo

bleuvertoo

    Membre

  • Voissa créateur
  • 254 messages
  • Membre depuis : 02-04-2013
  • Sexe : Femme

Posté 18-01-2018 - 10:09

Erreur de nouvelle revenue, j'ai répondu avec mon cerveau de la vie de tous les jours.
Je me rends mieux compte que c'était inadapté. Et qu'il faut juste cesser de réfléchir et se laisser porter. Et que c'est seulement ce voyage qui indique que le texte est un succès.

:)

#47 Riga

Riga

    Imagineur et partageur d'histoires

  • Voissa créateur
  • 1 599 messages
  • Membre depuis : 04-04-2010
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Itinérance

Posté 18-01-2018 - 12:42

Hein ?
Ni erreur à déplorer ou souligner, ni jugement dans cet espace de partage où viennent et restent et s'expriment qui veut !
Et j'écoute et je lis, pour écrire en fonction de cela et de mes envies le moment venu.

Merci, donc !

_____________________________________________________Image IPB_____________________________________________________


#48 bleuvertoo

bleuvertoo

    Membre

  • Voissa créateur
  • 254 messages
  • Membre depuis : 02-04-2013
  • Sexe : Femme

Posté 18-01-2018 - 16:19

Je voulais seulement dire que j'ai changé d'avis. Après avoir passé de nouveau un peu de temps ici je me suis mieux rendu compte que j'aurais simplement dû dire que j'avais aimé, sans ajouter la critique sur la forme ou la cible, puisque cela n'a pas vraiment d'intérêt. Voilà tout.


Donc, Riga, merci de ce texte, c'était chouette !
Et j'en ai encore pas mal à lire (et critiquer niark niark niark !)

#49 Riga

Riga

    Imagineur et partageur d'histoires

  • Voissa créateur
  • 1 599 messages
  • Membre depuis : 04-04-2010
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Itinérance

Posté 11-07-2018 - 20:51

Youri Batar et la Liqueur Sacrée
--- Chapitre 16 :
Demi-sœur d'un roi de légende ---


Run, Cordery et Ilinilia gardaient le silence après la courte déclaration, prononcée à voix basse, de Youri.
Le jeune homme regardait sans bouger la pierre luisante du lac et les trois silhouettes.

« Lord Tombfroide… Nous savons qui sait, murmura Ilinilia.
— Mais je ne comprends pas, interrogea brusquement Run à voix basse également : pourquoi ici, en plein territoire centaure, au milieu de cette forêt ? Pourquoi ces trois connards sont venus près de ce lac, et d'ailleurs comment ils ont pu y débarquer ?
— Je ne comprends pas non plus, je n'ai jamais vu cela… soupira Ilinilia. Notre territoire, comme notre peuple, est un peu à part du monde de la magie, et d'ailleurs il est préservé. De mémoire de centaure ce qui se passe ici en ce moment n'aurait jamais pu se produire. Et en fin de compte, il y a un rapport à la prophétie. Les centaures farouches et… comment dire ?
— Isolationnistes ? proposa Cordery.
— Oui, approuva t-elle, plus qu'indépendantistes : isolationnistes. Depuis ces phénomènes là devant nous, ils m'ont dit que c'était une conséquence de la Prophétie, qui a tout chamboulé et rompu notre tranquillité. Mais je pense le contraire…
— Je crois que je vois ce que tu veux dire, intervint Youri sans quitter des yeux le lac. Les événements s'accélèrent, rien ne les arrêtera, et c'est pour contrer cela que la Prophétie s'est réalisée. Pour rétablir un équilibre avant le combat final.
— Oui, c'est exactement mon sentiment. Et je crois que les miens ont compris désormais la noblesse de votre cœur et votre courage. Ce sont des choses qui nous parlent. Et pour ce qui est de la façon dont ce petit groupe a pu pénétrer sur notre territoire, poursuivit-elle, personne ne le comprend, et tout le monde en est stupéfait, et aussi effrayé. Cette incursion aussi loin à l'intérieur, sans que nous n'ayons rien repéré, est quelque chose… d'impossible.
Un passage trans-lieu ? proposa Run.
— Ça paraîtrait logique en tout cas, répondit Youri. Déjà que Vlado a utilisé la cheminée d'Areed de cette façon alors que c'est une chose totalement impossible et interdite sur tout le territoire de Bootbakon. Il l'a fait, il peut faire pire et plus compliqué…
— Non, lâcha Ilinilia d'un ton catégorique. Je connais cette manière pour les sorciers de se transporter vers d'autres lieux lointains, mais ce genre de choses n'est pas possible ici : les centaures sont totalement en harmonie avec leur territoire, et il n'y a pas de… de trouée possible dans le tissu du territoire, vous voyez ? C'est aberrant ! »
Le silence retomba, tous regardaient la pierre plate et la bande à Vlado immobile au loin.

« Je pense à quelque chose… commença Cordery.
— Quoi ? demandèrent Youri et Run en même temps.
— Les passages trans-lieu sont liés au feu, historiquement, et j'ai lu quelque part que ces passages ont un rapport ancestral avec les failles telluriques et l'activité volcanique, et ce rapport avec les dessous de la terre est toujours mis en avant par la Magie noire, ça leur plaît bien, ce genre de truc. Peut-être que Lord… heu… que Celui-dont-on-évite-le-nom a créé un passage pour nos trois gentils petits camarades de classe ?
— Oh… murmura Ilinilia, je crois que tu as trouvé. Oui ! »

Elle contempla la forêt sombre et impénétrable par-delà le lac, et expliqua : « Il y a tout près d'ici, au nord, à un ou deux kilomètres, des crevasses avec une source chaude. Et nous n'allons pas souvent par là.
— T'es la plus forte, sourit Run en regardant son amie. Autre chose que je ne comprends pas, reprit-il : comment ces trois zozos et Lord Machin peuvent débarquer ici en imaginant que vous les centaures vous ne remarquerez rien ?
— Il sait bien à mon avis que vous êtes dans le coin à les observer, c'est même un message, répondit Youri aussitôt. J'en suis sûr. Il compte sur le repli des centaures dans leur forêt. Je ne sais pas encore quelle forme elle prendra, mais c'est une démonstration de force à laquelle on va assister, qui aura aussi pour but de vous dire de vous planquer et de ne pas vous mêler de ce qui va se passer par la suite… Je le sens comme ça. »

Ilinilia se mit à rire, un rire menaçant : « Tu as sans doute raison, Youri Chéri. Mais la combativité des centaures pourrait bien le surprendre. Si cela t'intéresse, Milano suffirait pour réduire ces trois jeunes gens à l'état de carpaccio humain, éparpillé au bord du lac en attendant que les mulots viennent se régaler de leurs restes… Ça te dit ?
— Moi je veux bien voir ça, ricana Run. Vous me gardez une mèche de cheveux du grand blond à mauvaise mine, comme talisman personnel ? »

Youri sourit et se tourna vers sa fiancée : « Je te crois volontiers, Ilinilia… Mais je veux voir ce qui va se passer, plutôt. Lord Tombfroide prépare quelque chose, il va se présenter ici, je le sens. Et je veux savoir de quoi il s'agit. En revanche…
— Oui ?
— Peux-tu envoyer des centaures très discrets près d'eux pour écouter s'ils disent quelque chose, pour les espionner de plus près ? Et puis aussi, si possible, envoyer quelqu'un près de ces sources et de ces grottes ? »

Ilinilia fit demi-tour pour aller donner ses instructions aux centaures qui attendaient en bas de la pente.
Pour les trois amis, l'attente commença.

Il s'enroulèrent dans leur manteau étroitement et se positionnèrent allongés dans la neige, sans quitter des yeux les trois intrus au bord du lac, qui restaient immobiles.

Quand Ilinilia revint un quart d'heure après, Run ne put s'empêcher à nouveau d'admirer sa beauté, elle avait notamment une poitrine splendide, et seul le regard hostile de Cordery lui fit regarder ailleurs…
Mais cette dernière laissa elle aussi traîner son regard sur les magnifiques nichons de la fiancée si étrange de Youri. Depuis ses galipettes électrisantes et tout à fait imprévues avec Mac Gottadeal, elle se savait émue par les promesses de la beauté féminine…

« Voilà, annonça t-elle, j'ai envoyé des observateurs discrets près des grottes et je suis moi-même allée voir de plus près vos trois camarades, là-bas. Le grand blond est plein de… ferveur mystique, on peut dire cela comme ça ? Il répète que ce soir, à minuit, les forces de l'Ordre Noir déclencheront l'avènement de la révolution, ce genre de choses.
— C'est un grand malade, ce mec, de toutes façons, précisa Run.
— Ses copains, en revanche, poursuivit Ilinilia après un sourire, me semblent craindre ce qui va se passer, ils sont morts de trouille, en fait, et si vous débarquiez pour leur dire de rejoindre l'école, je pense qu'ils seraient ravis de vous obéir immédiatement…
— Je donnerais cher pour savoir ce qui va se passer à minuit, s'exclama Cordery d'un ton soucieux.
Rejoindre l'école… murmura Youri en fronçant les sourcils.
— Quoi, que veux-tu dire ? demanda Cordery.
— C'est peut-être un piège, tout ça, répondit le jeune homme en observant les trois silhouettes au loin.
— Qu'est-ce tu racontes, Youri ? demanda abruptement Run.
— Et si le but, c'était de nous éloigner de l'école ? déclara Youri. Le cœur des choses, c'est là-bas que ça se passe. Nous avons peut-être été attirés ici exprès… ?
— Oh… murmura Cordery, tu as peut-être raison.
— Il faut au moins prévenir Mac Gottadeal, ou Doubleporte, reprit Run, quand pensez-vous ?
— Mais comment ? s'exclama Cordery. Nous sommes très loin de l'école !
— Ah si je pouvais avoir une visite de Nadège, soupira Youri en scrutant le ciel pour apercevoir peut-être son hibou. Mais rien, évidemment.
— Mais il faut prévenir l'école, oui, vous avez raison, décréta Corddery. Nous ne pouvons pas rester ici à attendre je ne sais quoi dans ce froid de loup… »
Le visage de Youri, sombre et préoccupé, s'illumina soudain : « La louve grise !
— Mais elle est à l'autre bout de la forêt, soupira Cordery.
— Et elle ne parle pas, ajouta Run en secouant la tête : il faudrait qu'elle raconte tout ça à Areed qui aille ensuite le raconter à Mac Gottadeal, tu imagines ? »

Cordery extirpa de son manteau un petit carnet de cuir rouge auquel pendait un petit crayon attaché à un fin cordon : « On peut lui écrire un message, quand même, qu'elle se chargera de porter !
— Mais elle est à l'autre bout de la forêt, objecta Run. Tu viens de le dire toi-même !
— Youri a des rapports particuliers avec elle, remarqua Ilinilia de sa voix douce. Elle est peut-être près d'ici ?
— Il faut que j'essaye de la trouver, décida Youri d'une voix ferme, ou bien il faudra que l'un d'entre nous rentre à l'école ! »

Ils décidèrent d'un message que rédigea Cordery, dans lequel ils expliquaient la situation, et Youri prit le message plié avant de s'éloigner en précisant qu'il restait dans le coin.

Il descendit le raidillon au milieu des sapins, marcha dans la neige en scrutant le paysage glacé, il espéra qu'il retrouverait son chemin : il ne lui plaisait pas trop de se perdre ici… Mais il savait qu'il parlait le centaure, et que cela créait un lien profond avec le peuple des hybrides, en dehors même du fait qu'il était l'homme de la prophétie… et l'amant d'Ilinilia.

Il regardait entre les sapins, la neige bleutée, et soudain il perçut un mouvement… C'était elle !
La louve grise était à une vingtaine de mètres, à peine perceptible, et l'observait fixement. Youri se mit à rire, heureux et lança d'une voix affectueuse, sans crier trop fort pour ne pas alerter ses ennemis et ne pas effrayer la louve : « Ma Belle, j'ai besoin de toi, je voudrais te parler ! »

Il progressait lentement dans l'épais tapis de neige où il s'enfonçait presque jusqu'aux genoux, et un moment il ne vit plus la louve, s'inquiéta un instant que finalement elle ait pris peur et disparut… « La louve ? s'écria t-il doucement. Attends-moi ! je ne te veux pas de mal !
Il accéléra le pas autant que possible, mais il ne la voyait plus.

Et soudain, dans un repli du terrain, il découvrit… une femme !

En manteau de fourrure grise, de la couleur de la robe de la louve, elle était pieds nus, assise tranquillement sur un tronc jambes élégamment croisées, comme dans un salon !
Youri stoppa et la dévisagea, stupéfait : blonde, les cheveux aux épaules, elle était belle, d'une beauté rare, même, elle avait de grands yeux bleu-verts, des traits réguliers et fins, des pomettes légèrement saillantes, et une bouche délicatement ourlée qui esquissa un sourire en sa direction.
Youri se rendit compte qu'elle avait du ventre, et vu sa stature et ses jambes fuselées, il se dit qu'elle était enceinte plutôt que buveuse de bière impénitente.

« Heeeu… bonjour, marmonna Youri d'une voix intriguée. Vous… heu… est-ce que vous avez vu la… louve grise ?
— Je suis la louve grise, répondit tranquillement la jolie dame.
— Ah ? » rétorqua simplement le jeune homme. Plus rien ne l'étonnait, à force de vivre chez les sorciers, et depuis quelques jours, les bonhommes de neige parlaient, les bibliothèques fantômes s'ouvraient à lui, c'était un festival de n'importe quoi !
« Je m'appelle Youri Batar. Mais… vous le savez sans doute. Vous faîtes partie de la Prophétie.
— Oui, sourit la jeune femme. Mon nom est Morgane.
— Comme dans… les légendes arthuriennes ? La fée ?
— C'est moi-même, la Morgane en question. Mais tout cela, la Table Ronde, Arthur, ce qu'on en connaît aujourd'hui, c'est un tissu incohérent d'histoires qui mériteraient qu'on fasse un peu d'ordre, commenta t-elle d'un ton sévère. Puis elle sourit à nouveau : tu me cherchais ?
— Heeeu oui », répondit Youri, perplexe.

La fée devant lui avait une voix chaude qui lui collait des frissons, et ses yeux étaient fascinants, son sourire imparable. Il était sous le charme, et se disait pour se rassurer que la Louve grise, si c'était bien elle, l'avait amené dans la forêt, et que grâce à elle il avait rencontré Ilinilia, réalisé la Prophétie, et sans doute scellé une alliance avec les centaures.

« Oui je… j'aurais un message pour les directeurs de l'école, ou au moins pour Areed qui leur transmettra… C'est très important. Vous serait-il possible de lui porter ?
— Oui, répondit Morgane, mais avant, dis-moi… ?
— Oui ? demanda Youri, légèrement mal à l'aise.
— Tu es donc le jeune homme dont la semence est sacrée ?
— Heeeeu… je… comment dire… bafouilla Youri. Oui, c'est… oui, effectivement, vous… le savez bien je pense, mais… enfin…
Voudrais-tu me faire l'amour ? »

Youri avala sa salive et murmura, assez bêtement : « Heu… pourquoi ?
— J'ai envie de connaître cela, et je porte un enfant qui a lui aussi un destin… Son père…
— Oui, son père ? questionna Youri, content de changer un peu de sujet. Est-ce que… c'est… un loup ? »
Il n'osait prononcer le mot de loup-garou.

« C'est un humain, précisa t-elle en riant, comme si elle avait deviné son effroi, un homme de base, un beau mec qui ne m'a pas connu par hasard, cependant. Et depuis… que je me suis faite féconder dans ses bras, je n'ai pas fait l'amour. Ça me manque, de jouir ainsi, j'en ai marre de me masturber, d'être toute seule, tu comprends ? et tu es très joli garçon, tu me fais envie… J'aimerais bien t'aider à ne pas gâcher ta semence. Que tu m'en arroses… Approche mon chéri. » conclut-elle d'une voix douce.
Youri avala sa salive, cherchant quoi dire.

Peut-être aller à l'essentiel pour qu'elle veuille bien reporter ses désirs impérieux à un moment plus adéquat ?
« Madame… heu, je veux dire : Morgane… Vous savez, il se passe des choses graves, c'est pour ça, le message… c'est urgent et nous pourrions peut-être, je sais pas ? En rediscuter à votre… heu… retour. Et puis je suis… lié à une femme ici, une Centaure, vous savez : la Prophétie ? C'est ma fiancée et si… Si elle savait, si elle se rend compte… ça risque d'être… comment dire ? pénible, voyez ? Et puis même, ce n'est pas une chose à faire, j'ai envie de l'aimer elle. »
Morgane sourit aimablement, un sourire qui l'électrisa :
« Tes remarques t'honorent, mais ne t'inquiète pas, mon chéri : ce que la fée Morgane fait est en dehors du temps et de l'espace. Nous n'avons pas cette conversation, la neige ne tombe plus, tes amis sont figés dans le froid mais n'en souffrent pas, ta si jolie fiancée est immobile, fixée sur une idée en cours, les forces du mal elles-même ne sont pas en mesure de venir nous… perturber. Et ta conscience morale me semble assez… large pour profiter de cet instant à venir dans mes bras ! ajouta t-elle en riant. Cependant, si tu hésites, sache que je pourrais te faire croire à un rêve fantasmatique quand nous en aurons fini.
— Je ne suis donc qu'un jouet ?
— Oui, un toy boy, répliqua Morgane en riant. Exactly! »

Elle laissa s'ouvrir son manteau en fourrure grise sur son décolleté, ses seins étaient ronds, tendus, il distingua des aréoles sombres et des tétons cylindriques et dressés, comme des tétines de biberon, et dessous son ventre comme un ballon, un petit ballon, mais quelle créature merveilleuse ou terrible contenait-il, protégeait-il ?

Youri chassa cette question : le manteau était complètement ouvert, ses hanches parfaites, ses longues jambes qu'elle déplia avant de s'appuyer en arrière sur ses bras, et de se lever, avant de marcher vers lui, dans la neige, avec l'élégance d'une biche ou d'un mannequin dans un défilé de haute couture.
Il ne pouvait maintenant détacher son regard de cette poitrine, et quand il essaya, il remonta vers son sourire gourmand, comme… définitif, ou bien il descendit vers sa toison blonde dans le V parfait des plis de son aine. Déesse, fée, apparition, louve, qu'importe…

Arrivée devant lui, elle prit délicatement ses mains et les posa sur sa poitrine chaude, il sentit la douceur cahoutchouteuse des tétons pointants dans ses paumes. Il commença aussitôt à bander : c'était là un contact affolant de nuances et en même temps de désir direct.
Prudemment, il entama des caresses à la découverte de ces seins si troublants, et il vit le beau visage de Morgane se crisper légèrement. Elle était dominatrice, cette fée, il était son jouet, elle le voulait tout de suite, avait apparemment arrêté le temps pour cela, mais elle était hyper-sensible, ses massages exploratoires semblaient lui avoir fait perdre l'initiative.

Alors Youri prit l'avantage, en manipulant cette poitrine maternelle avec de plus en plus de vigueur, elle avait l'air d'adorer, il pinça un peu ces tétons-tubes, les tordit légèrement, elle se mordillait la lèvre, elle semblait au bord du cri parfois.
Coup de grâce : il se pencha, prit en bouche ces tétons qu'il aspira, suça dans sa salive chaude, prit doucement entre ses dents, les enroula dans sa langue, Morgane gémissait, lui caressait les cheveux, cambrée debout dans la neige, ses nichons si doux tendus vers lui.
Pour lui aussi, c'était le coup de grâce tant il bandait dur en dévorant ce cadeau d'une fée en pleine forêt, et c'est Morgane qui grogna finalement : « J'ai envie de toi… Et toi aussi, tu veux me sauter… Viens ! »

Elle l'entraîna vers ce tronc abattu, s'y assit à nouveau, chercha fébrilement à défaire la braguette de Youri et en un tournemain, sortit sa verge raide et la prit en bouche, la couvrant de salive, puis elle s'allongea à demi, en appui sur ses coudes, et lui ordonna de sa voix douce de la prendre.
Youri était impressionné par ce ventre, peur de s'y appuyer, d'un faux mouvement, peur informelle de toucher le fœtus avec son sexe, peur de quelque chose de terrible, mais soudain, Morgane lui prit la taille d'une main, le guida de l'autre, et il se retrouva… en elle, presque à fond, enfoncé dans se fente mouillée, brûlante, qui l'accueillait, elle l'attira encore plus loin, plus fort, et il la pénétra totalement, ses couilles se plaquèrent contre l'arrondi de ses fesses sur le tronc, il cria et elle rit : « Voilà mon beau, t'es arrivé au fond, ne crains rien, fais-toi plaisir, fais-moi jouir, baise-moi ! »

Il eut un vertige face à ces mots crus, à cette pénétration express, sans retenue ni frissons romantiques préalables…
Bon sang, il ne savait pas si c'était une conjonction astrale ou un vent de folie magique, mais le monde des sorciers, des fées et des créatures de toutes sortes étaient devenu un vaste bordel !

Puisqu'elle aimait cela, il prit sa poitrine et la serra dans ses paumes, pressa les seins l'un contre l'autre, elle ouvrit la bouche de plaisir, de surprise, il serra les tétons, elle cria de bonheur, il se mit à rire presque méchamment : « En lisant les… les livres de la légende… du roi… du roi Arthur, vous étiez pour moi… une fée très désirable… Mais c'est encore meilleur, putain !
— Oui, approuva Morgane en riant, c'est une chaude, hein, la demi-sœur d'Arthur ? »

Il aurait eu des milliers de question à lui poser, sur Arthur, Merlin, sur le Graal, sur… mais son vagin se serrait spasmodiquement, et il eut conscience de ne pas pouvoir tenir longtemps s'il pensait à autre chose qu'à retarder les ondes de plaisir qui commençaient à lui traverser le dos, le faisant frissonner, il accéléra cependant, tira sur les tétons, ça avait l'air d'être son point sensible, son point faible, il parvint à se contrôler mais elle se mit à rugir et l'agrippant brutalement aux hanches, elle l'enficha complètement en elle, le maintint de ses jambes repliées sur ses fesses, verrouillé il poussa encore, se débattit pour leur plus grand plaisir, il avait le ventre rond et dur contre le sien, et quand il se mit à éjaculer elle était déjà cambrée sous les vagues de sa propre jouissance de fée en plein désordre hormonal, il se déversa fort et elle cria en riant, essouflée : « Remplis-moooooi, je… je garde tout, pas… aaah ! une goutte… pas une goutte ne sortira-aaa de… moi, fous-moi, fous-moi !! »

Youri voyait des étoiles, jouir en baisant une fée, c'était Las Végas ! Il criait doucement à chaque secousse, à chaque salve, et elle souriait comme une folle repue en le tenant toujours serré trop fort contre elle.

Youri eut une sorte de malaise : il glissa dans un brouillard tout chaud, et eut la sensation de s'effondrer dans la neige du sous-bois, mais n'en ressentit pas la chute, ni le froid.


Quand il revint à lui, seules les traces dans la neige fraîche de ces sous-bois pouvaient témoigner de l'épisode étrange et puissamment sexuel qui avait sans doute eu lieu, et de la présence même de la fascinante Morgane.
Tout le monde est obsédé, se dit Youri, étourdi de plaisir et de questions sans réponse. Et tout le monde voulait recevoir sa semence.


Il retrouva le chemin de ses amis, toujours en embuscade, observant de loin le lac… le temps avait reprit son cours, Ilinilia le regarda, intriguée, et murmura : « La louve ?
— Elle est partie, bredouilla t-il avec un entrain forcé, en s'efforçant de ne pas trouver de double-sens à la question, elle porte le message !
— Et dis-moi, Chéri ?
— Oui ? répondit Youri en s'astreignant à regarder sa fiancée dans les yeux, sans pour autant trahir son malaise.
Tu as fait l'amour ? » demanda Ilinilia brusquement, en langue centaure, et Youri se sentit mal, sans deviner ce que pensait sa fiancée en cet instant, son beau visage était impénétrable.
— Oui, avoua t-il également en langue centaure. Mais elle… n'était pas louve, je… ne ferais pas ça avec… un… heu…
— Un animal ? demanda Ilinilia en souriant, narquoise. Et pourtant…
— Je suis désolé. Oh merde, désolé… De tout. Tu dois… Oh. Je suis désolé, c'est une fée.
— Je sais. On n'y résiste pas, il paraît. Il y a une autre prophétie, tu sais ?
— Quoi ? Encore ?… Elle dit quoi ? grimaça t-il.
— Personne ne savait ce que cela voulait dire, je viens de… deviner, de comprendre. La Louve est pleine, n'est-ce pas ?
— Oui. »
Elle récita de sa voix douce : "La force blanche de celui qui est venu touchera en elle le fils de la Louve, neveu d'un roi". Quel roi, Youri ?
— La force blanche… Le plus inconnu et connu des rois : Arthur, murmura Youri, toujours en langue centaure. Le Roi Arthur.
— Que se passe t-il ? demanda Cordery qui observait leur échange en devinant qu'il était plein de tensions sous-jacentes, et d'émotions… d'émotions de couple. Vous n'êtes pas super polis… On est là !
— Je suis une sorte… d'Excalibur, vous savez ? » répondit Youri en regardant le ciel, devant la mine perplexe de ses amis.

À suivre…

Modifié par Riga, 12-07-2018 - 21:38.

_____________________________________________________Image IPB_____________________________________________________


#50 RoadRunner

RoadRunner

    Membre

  • Voissanautes
  • 137 messages
  • Membre depuis : 04-12-2015
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Paris

Posté 11-07-2018 - 22:30

Merci !
Enfin le retour du petit sorcier

#51 OlivX

OlivX

    Membre

  • Voissanautes
  • 4 151 messages
  • Membre depuis : 02-12-2006
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Le Havre / Honfleur

Posté 12-07-2018 - 13:07

Quel plaisir de retrouver cette histoire toujours aussi passionnante.
Décidément, tu sais vraiment nous emporter dans tes récits.  Vous êtes un magicien mon cher RIGA

#52 Riga

Riga

    Imagineur et partageur d'histoires

  • Voissa créateur
  • 1 599 messages
  • Membre depuis : 04-04-2010
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Itinérance

Posté 12-07-2018 - 21:58

Merci beaucoup d'être là, alors que cette série a été créée il y a si longtemps !
Mais je vais la finir, là, j'ai l'idée finale que je veux développer et faire vivre…

A plus tard, les Gens, comme dirait l'autre. Image IPB

Et j'espère que de nouveaux lecteurs et lectrices, amateurs et connaisseurs de cette bande de sorciers, vont entretemps découvrir cette parodie XXX commencée il y a des années, et l'apprécier !
Image IPB Image IPB

Modifié par Riga, 12-07-2018 - 23:41.

_____________________________________________________Image IPB_____________________________________________________


#53 nico2607

nico2607

    Membre

  • Voissanautes
  • 47 messages
  • Membre depuis : 22-07-2012
  • Sexe : Homme
  • Localisation:sud drome

Posté 15-07-2018 - 05:34

merci riga d'avoir repris la plume, toujours un vrai plaisir de vous lire.

#54 Riga

Riga

    Imagineur et partageur d'histoires

  • Voissa créateur
  • 1 599 messages
  • Membre depuis : 04-04-2010
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Itinérance

Posté 15-07-2018 - 11:42

Voir le messagenico2607, le 15-07-2018 - 05:34, dit :

merci riga d'avoir repris la plume, toujours un vrai plaisir de vous lire.

Et merci à vous de reprendre cette lecture et de m'encourager en laissant ces quelques mots (précieux pour poursuivre et terminer cette histoire !)

Modifié par Riga, 15-07-2018 - 11:42.

_____________________________________________________Image IPB_____________________________________________________



0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s)