Voissa.com, source d'épanouissement sexuel depuis 1999

Pour faire des rencontres Logo MyVoissa

Aller au contenu

Exotic sex


  • Veuillez vous connecter pour répondre
51 réponses à ce sujet

#1 Christopher06

Christopher06

    Membre

  • Voissanautes
  • 462 messages
  • Membre depuis : 28-10-2010
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Nice

Posté 05-04-2012 - 04:22

1er épisode

Les mains de Nadia courraient sur ma peau dénouant uns a uns mes muscles endoloris par les deux heures passés dans le 4x4 sur les mauvaises pistes du djebel.

Les mains de Nadia courraient sur ma peau. Les yeux fermés je me revoyais quatre ans plus tôt. Assis en face de moi il y avait Mario, mon patron de l'époque, un franco italien deux fois plus jeune que moi, fraichement émoulu d'une grande école de gestion. Ma ! Tu comprends me disait il avec son inimitable accent, tu es trop vieux, tu n'as plus la gnak, je prend deux juniors pour faire ton job, je donne à chacun la moitié de ton gros salaire, ils se bouffe la panse pendant six mois et au bout des six moi je garde le meilleurs et je vire l'autre. Voilà ton chèque, tu signes ? J'avais signé, le nombre de zéro incrits sur le chèque, juste avant la virgule annihilant toute velléité de contestation.

Les mains de Nadia courraient sur ma peau et je savourais ma revanche. Le fringant Mario était venu me chercher dans ma retraite dorée. Ma ! Tu comprends me disait il, ils veulent remettre en service la ligne du djebel et il n'y a plus que toi qui la connaisse cet p....de ligne de chemin de fer. Et pour cause, j'avais participé à sa construction trente ans plus tôt.

Je m'étais fait un peu prié mais j'avais fini par accepter, non sans avoir avoir préalablement fixé mes conditions. Fini les inconfortables bases vie aux portes du désert ; ce serait désormais hôtel de luxe sur la côte, 4x4 avec chauffeur et retour à l'hôtel tout les soir avec crédit illimité et accès permanent au centre de Thalasso. Mario avait d'abord hurlé, puis il avait fini par dire oui à tout.

Les mains de Nadia faisaient des merveilles. Trente ans après j'étais revenu. Les femmes avaient les même yeux de braise mais tout avait changé. Les jeans hyper moulant et les talons aiguilles avaient remplacé les austères djellaba. Les yeux de braise autrefois pudiquement baissé me regardaient désormais avec un air de défit comme pour me dire: c'est si je veux, quand je veux et comme je veux.

Les yeux de braise de Nadia me regardaient fixement alors que ses mains expertes malaxaient mon bas ventre. Cela faisaient trois semaines que je bénéficiais de ses soins attentifs. Dès le début, elle s'était révélée être une masseuse hors pair. Très vite, nous nous étions en quelque sorte attachés l'un à l'autre. Je ne voulais plus qu'elle comme masseuse et elle se sentait à l'aise avec moi. Tu es correct avec les femmes toi, me disait elle, et çà, j'aime bien.

Au bout de deux semaines Nadia avait dit: tu devrais enlever çà en désignant mon caleçon de bain,  ce serait plus facile pour moi et toi tu serais plus à l'aise. J'avais un peu hésité, redoutant que les mains de Nadia provoquent chez moi des émois incontrôlables.

Nadia avec perçu ma réticence. Ne t'inquiète pas dit elle, j'ai l'habitude avec les hommes. Même si tu bandes un peu ce n'est pas grave, je considérerai çà comme un compliment.

Je m'étais laissé convaincre et il est vrai que totalement nu la sensation de plénitude était plus intense encore. Certes, de temps à autre, l'intensité et la précision des massages que Nadia me prodiguait se traduisait par une certaine ardeur. Nadia souriait alors gentiment, faisait comme si de rien n'était et poursuivait son travail avec application.

A suivre

Modifié par Christopher06, 21-02-2013 - 21:07.


#2 Guest_Perseades_*

Guest_Perseades_*
  • Guests

Posté 05-04-2012 - 07:02

Voilà un nouveau récit qui commence bien Image IPB

#3 Christopher06

Christopher06

    Membre

  • Voissanautes
  • 462 messages
  • Membre depuis : 28-10-2010
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Nice

Posté 05-04-2012 - 20:28

2ème épisode

La saison touristique débutait à peine, L'hôtel était aux trois quart vide. Il y avait bien quelques nordiques égarés que la fraicheur de l'eau des piscines extérieures ne rebutait pas et un petit contingent d'allemands obèses qui récupéraient au restaurant le soir les kilos qu'il avaient perdu au hammam dans la journée.

Et puis il y avait Suzanne et sa copine Sonia ; les deux seules touristes françaises du moment. Nous nous étions plusieurs fois croisés dans le centre de thalasso mais nous avions juste échangé quelques mots, la communauté de langue, çà rapproche, surtout lorsqu'on est isolé.

Sonia était tout à fait quelconque, la soixantaine, cheveux gris coupés très courts et petites lunettes rondes sur le bout du nez. Suzanne, elle, ne passait pas inaperçue. Petite et un plutôt mince, elle arborait une longue chevelure blonde bouclée, presque blanche qui lui tombait sur les épaules, on aurait dit un mouton. Impossible de lui donner un âge, la peau de son visage bien lisse contrastait avec celle de ses mains, un peu fripées, bien que les dites mains soient soignées et manucurées.

Je m'étais dit que probablement, Suzanne avait eu recours à la chirurgie plastique. Pour le reste, impossible de se faire une opinion. Le large peignoir dont elle s'enveloppait masquant la totalité de ses formes.

Ce n'est que le lendemain soir que je pus me faire une idée de la plastique de Suzanne. J'étais rentré fort tard du chantier et il m'avait fallu choisir : le diner ou les mains expertes de Nadia. J'avais opté pour les mains de Nadia quitte à trouver le restaurant fermé après ma séance de massage. C'était exactement ce qui s'était produit et j'en avait été réduit a tenter de trouver quelque chose à grignoter au bar.

Au moment où je pénétrais dans le bar j'entendis une vois me héler. : Hou ! Hou ! Monsieur Christophe, venez par ici. Deux bras s'agitaient dans ma direction et j’aperçus par dessus le dossier d'un canapé la crinière bouclée de Suzanne qui émergeait. Oh Madame Suzanne, comment allez vous ? dis-je en m'approchant.

Le monsieur ou madame suivit du prénom et agrémenté du tutoiement était la règle chez nos hôtes locaux, du moins envers les clients francophones. Cela contribuait à la convivialité disaient ils. Au début, c'était assez surprenant mais on s'y faisait assez vite à tel point qu'entre nous, et un peu par jeu, nous nous donnions du Madame Suzanne et du monsieur Christophe comme si, sous ces latitudes, c'était une façon normale de s'adresser l'un à l'autre.

Venez prendre un verre avec nous dit Suzanne en m'invitant à m'assoir sur le canapé à côté d'elle.
Tout en m'installant auprès de Suzanne, je saluais Sonia qui était assise sur le canapé nous faisant face.

Que voulez vous boire me demanda Suzanne ? La même chose que vous répondis-je avisant les deux verres vides. Suzanne héla un jeune serveur qui rappliqua coudes au corps pour prendre la commande.

Gentil Ahmed dit Suzanne au jeune serveur, veux tu s'il te plait nous servir trois cocktails à la boukha. Tout de suite Madame Suzanne dit le serveur qui s'esquiva. Ils sont vraiment adorables dit Suzanne en regardant Ahmed s'éloigner.

Lorsque le serveur revint avec les cocktails, je m'empressais de récupérer la note et de la faire mette sur ma chambre. Non dit Suzanne, c'est nous qui vous invitons. Une autres fois peut-être répondis-je en souriant. Vous être trop gentil dit Suzanne en effleurant ma main avec la sienne.

J'eus alors tout loisir d’observer Suzanne alors que nous parlions de choses et d'autres, disions qui  nous étions et ce que nous faisions là.

Il faut dire que Suzanne ne faisait rien pour passer inaperçue : talon aiguilles de plus de dix centimètres, pantalon de satin rose fuchsia hyper moulant et top à rayures ultra décolleté dont les épaules glissaient comme par inadvertance, accentuant la vue sur ses seins.

Visiblement, Suzanne était sérieusement liftée, mais son recours à la chirurgie plastique ne semblait pas s'arrêter là. Son buste, largement mis en valeur par le généreux décolleté contrastaient avec le reste de sa silhouette. Le soutien gorge balconnet dont la bretelle apparaissait sur l'épaule à moitié  dénudé faisait pigeonner deux gros seins dont la rondeur et l'apparente fermeté n'avait rien de naturel. J'acquis vite la conviction que du côté du buste aussi, Suzanne était complètement refaite.

Suzanne avait perçu mon regard qui plongeait dans son décolleté et elle en paraissait satisfaite, à tel point qu'elle faisait tout ce qu'elle pouvait pour m'en montrer le maximum. Penchée vers moi, les épaules rentrées, elle m'offrait une superbe vue sur ses gros seins rebondis dont l'aréole apparaissait   à la lisière du soutient gorge.

Bon dit soudain Sonia, moi je vais vous laisser, je suis crevée et la boukha, çà m'a cassé. Demain , huit heure au p'tit dej, çà te va ajouta elle à l'adresse de Suzanne. Çà me va répondit Suzanne et Sonia nous laissa seuls.

Visiblement, Suzanne savait ce qu'elle voulait et elle n'avait pas l'intention de perdre du temps. Sonia à peine partie elle se tourna vers moi, mis ses bras autour de mon cou et mordit sensuellement ma bouche. On va dans ta chambre ou dans la mienne demanda elle.

On va là ou tu te sentiras le mieux répondis-je. Suzanne sourit. Je reconnais en toi le gentleman  dit elle. Allons dans ma chambre, j'y ai tout ce qu'il faut pour nous rendre la nuit agréable.

Modifié par Christopher06, 05-04-2012 - 20:29.


#4 Guest_Perseades_*

Guest_Perseades_*
  • Guests

Posté 06-04-2012 - 06:23

On attend le récit de cette première nuit Image IPB

#5 Christopher06

Christopher06

    Membre

  • Voissanautes
  • 462 messages
  • Membre depuis : 28-10-2010
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Nice

Posté 06-04-2012 - 07:45

3ème épisode

On y va dit Suzanne que je sentais gagné par l'impatience. Nous quittâmes le bar et nous nous nous engageâmes dans le couloir qui menait à sa chambre. Suzanne m'avait pris par la taille, j'en avais fait autant. Tout en marchant, je voyais son buste qui se soulevais au rythme de sa respiration de plus en plus rapide. Oui Suzanne semblait vraiment très excitée.

Suzanne glissa sa carte dans la serrure électronique de la porte qui s'ouvrit avec un claquement sec. Elle me précéda dans la chambre et me dit : déshabille toi et attend moi sur le canapé, je vais me préparer.

Suzanne disparut dans la salle de bain. Docile, je me dévêtis complètement et je m'installai nonchalamment sur le canapé. Cinq minutes plus tard Suzanne sortit de la salle de bain et me rejoignit dans la chambre.

Elle était totalement nue ou presque. Elle ne portait que ses chaussures à talons aiguilles et un serre taille qui mettait en relief ses gros seins rebondis et son sexe complètement rasé.

Tu es superbe dis-je, le souffle coupé. Vraiment, tu me trouves belle ? Demanda elle un peu inquiète, Et mes seins, tu les aimes ? Elle avait pris ses seins dans ses mains pour mieux les exhiber. Il sont magnifiques répondis-je et c'est vrai qu'il étaient beaux, gros et ronds avec une large aréole rose foncée et un gros mamelon rendu turgescent par le désir.

Elle sourit de contentement. Tu sais, dit elle comme pour se justifier, çà m'a couté une fortune pour les faire refaire mais j'en avais marre d'avoir les seins sur le ventre puis aussitôt elle ajouta : l'avantage avec vous les mecs, c'est que votre bite ne sais pas mentir. Et elle prix mon sexe à pleine main, évaluant une raideur qui semblait être à son goût.

Elle ouvrit le tiroir de la table de nuit, en sortit un préservatif dont elle déchira l'enveloppe et en un tour de main elle le déroula sur ma verge tendue par l'excitation.

Elle vint alors se mettre à genoux au dessus de moi et prenant à pleine main mon sexe et le dirigeant vers l'orée de son vagin elle s’empala dessus d'un seul coup.

Malgré moi je poussais un gémissement, de contentement, de surprise aussi. Suzanne avait le vagin terriblement étroit. Elle sourit à nouveau satisfaite de l'effet produit. Je vois que tu aimes dit elle puis aussitôt elle ajouta comme pour se justifier à nouveau : çà aussi je l'ai fait refaire, tu sais après trois gros bébés et les bites de tout mes amants, je ne sentais plus rien...

Tu as bien fais dis-je. Il ne faut surtout pas se priver jouissance. Çà, répondit elle, tu peux conter sur moi, tu vas voir comment je vais te traire.

Et Suzanne effectivement se mit à me traire . C'était une sensation incroyable. Tout en allant et venant sur mon sexe Suzanne contractait son vagin, exerçant une forte pression sur ma verge, puis elle la relâchait pour recommencer presque aussitôt.

Qu'est ce que je te sent bien dit elle en gémissant. Moi aussi je te sent bien, je te sent même trop bien, tu vas me faire jouir trop vite. Non laisse toi aller, dit elle moi aussi je suis au bord....

Alors je me laissais envahir par l’inexorable montée du plaisir. Suzanne s'agitait maintenant frénétiquement sur mon sexe. Çà y est je viens, cria elle. Vas y remplis moi avec ton jus et nous jouîmes en même temps.

A suivre

Modifié par Christopher06, 06-04-2012 - 07:50.


#6 Guest_Perseades_*

Guest_Perseades_*
  • Guests

Posté 07-04-2012 - 05:37

Une nuit qui ne fait que commencer Image IPB

#7 Christopher06

Christopher06

    Membre

  • Voissanautes
  • 462 messages
  • Membre depuis : 28-10-2010
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Nice

Posté 07-04-2012 - 06:45

4ème épisode

Oh ! dit elle, je savais que çà serait bien avec toi, mais je n'imaginais pas que çà le serait à ce point. Et qu'est ce qui te faisait penser çà demandais-je. Ta façon de lorgner dans mon décolleté répondit elle en riant ; bon d'accord, je t'ai aidé un peu mais je me suis dit qu'un homme qui s’intéressait autant mes seins ne devait pas être un mauvais amant.

C'est vrai qu'il y avait matière à regarder et çà donnait envie de toucher dis-je en souriant. Et bien ne te gêne pas mon chéri dit-elle, touche, touche, j'adore çà.

Alors je me suis mis à lui caresser les seins, ils étaient fermes, durs même. Suzanne ronronnait comme une chatte. Puis j'ai pris la pointe érigée entre mes doigts et je me suis mis à la masser doucement, Suzanne se mit à gémir.

Tu veux y gouter demanda elle ? Oui répondis-je, donne les moi. A nouveau Suzanne pris ses seins à pleine mains et elle amena son sein gauche au contact de sa bouche. Vas y mon chéri dit elle, suce le bien. Alors j'engloutis l'énorme mamelon tout entier dans ma bouche et je me mis à le sucer goulûment. Suzanne se mit à gémir de plus belle. L'autre aussi supplia elle. Je ne me fis pas prier.

J'avais pris ses deux seins à pleine mains et avec ma bouche je passais de l'un à l'autre. Suzanne était au comble de l'excitation. Elle avait glissé sa main entre ses cuisses et elle se masturbait furieusement. Oui ! Oui ! Cria elle, çà vient encore, et elle jouit à nouveau.

Oh qu'est que c'est bon avec toi dit elle, peinant à reprendre son souffle. Heureusement que je t'ai trouvé, sinon j'aurai passé tout le séjour sans me faire un mec.

Comment est-ce possible dis-je en riant, entre les blonds suédois, les gros allemands et les beaux autochtones comme Ahmed tu n'as que l'embarras du choix d'autant qu'une belle femme comme toi doit être très sollicitée.

Suzanne éclata de rire. Non merci, les nordiques, c'est pas mon genre et les autochtones comme tu dis j'ai déjà donné. Pas très préoccupés par la jouissance de leur partenaire ou alors un peu gigolos sur les bords si tu vois ce que je veux dire. Je vois très bien répondis-je et je conçois que ce ne soit pas très épanouissant.

Oui repris elle, c'est pour çà qu'avec le temps je suis devenue très sélective. Je me réserve pour les hommes qui savent me faire jouir.

Pendant tout le temps qu'avait duré ce petit intermède. Suzanne avait conservé mon sexe en elle, son vagin, qu'elle maintenait volontairement serré s'opposant à toute velléité de retrait. Tu devrais me libérer dis-je, je ne suis plus dur du tout et ce n'est sans doute plus très agréable pour toi. Oh si dit elle, je te sent bien encore même si tu ne bandes plus.

Néanmoins, Suzanne se souleva et libéra mon sexe. Vas dans la salle de bain enlever çà dit elle en désignant le préservatif et reviens vite. Je fis ce qu'elle me demandait et lors que je revins, Suzanne était assise sur le rebord du lit, les jambes écartées.

Approche mon amour dit-elle que je te témoigne ma reconnaissance pour toute la jouissance que tu m'as procuré...

Modifié par Christopher06, 21-02-2013 - 21:15.


#8 Guest_Perseades_*

Guest_Perseades_*
  • Guests

Posté 07-04-2012 - 06:53

Une bien belle cochonne aussi Image IPB

#9 Christopher06

Christopher06

    Membre

  • Voissanautes
  • 462 messages
  • Membre depuis : 28-10-2010
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Nice

Posté 07-04-2012 - 20:12

5ème épisode.

Je m'approchais de Suzanne, mon sexe à la hauteur de son visage. Hum dit elle en prenant mes testicules à pleine main et en les soupesant, je croyais t'avoir vidé mais il en reste pas mal. Je vais devoir te traire à nouveau et elle prit mon sexe dans sa bouche.

Suzanne suçait merveilleusement bien. En un instant elle ranima ma vigueur et ma verge se mit à grossir dans sa bouche. Tout en me suçant, elle exerçait une douce pression de ses doigts sur mes testicules de sorte qu'il ne lui fallu pas bien longtemps pour me faire éjaculer dans sa bouche.

Elle avait avalé tout mon sperme, seul un petit filet de mon jus lui coulais sur le menton et elle l'essuya d'un revers de la main. C'est trop bon ton jus dit-elle.

Je m'étais effondré sur le lit. Cette fois dis-je, tu m'as complètement vidé ; ta bouche est merveilleuse. Vraiment ? dit elle, faussement innocente. Oui vraiment répondis-je. Suzanne était radieuse.

Suzanne s'était allongée près de moi. J'étais fasciné par ce corps de poupée siliconée qui refusait de vieillir. Pour un homme de ton âge, dit elle, tu assures. Au fait quel âge as tu ? Soixante et un répondis-je. Comme moi dit elle.

Non je ne te crois pas répondis-je, je t'aurais donné au moins dix ans de moins. Seulement dix ans dit-elle en riant. Non, je plaisante, je connais parfaitement mon âge, je cherche juste à retarder le plus possible la déchéance. J'ai tellement peur que les hommes ne me désirent plus.

Et bien çà ne risque pas de ce produire de sitôt si j'en juge par le corps que tu as et tout en disant cela, je me mis à nouveau à la caresser. Tu es un amour dit elle et elle se mit à nouveau à ronronner de plaisir.

Mes mains couraient sur sa peau, de ses seins à son ventre, encouragées par ses soupirs. Elle avait instinctivement entrouvert les cuisses comme pour m'inviter explorer davantage son intimité.

Mes doigts s'étaient insinués dans sa vulve humide et elle avait violemment cabré les reins en gémissant. Tu l'aimes mon bonbon tout lisse avait elle demandé entre deux soupirs. Je l'adore avais-je répondu. J'ai envie que tu y gouttes avec ta bouche avait elle dit, tu veux bien. ?

J'avais dit oui mais au moment ou je m’apprêtais à plonger ma bouche dans son sexe elle avait dit d'un air suppliant. Non ! S'il de plait, je vais te montrer comme j'aime.

Allonge toi avait elle dit, se faisant soudain directive. Docile, je m'étais allongé sur le dos et j'avais vu ma belle dominatrice m'enjamber et venir s'accroupir au dessus de moi, son sexe collé à ma bouche. Vas y dit elle suce le bien mon petit bonbon sucré. Et pour rendre ce qu'elle appelait son bonbon encore plus attrayant, elle avait écarté ses lèvres avec ses doigts exhibant un gros clitoris  durci par l'excitation.

Alors, je m'étais mis à dévorer la délicieuse friandise. Suzanne gémissait de plus en plus fort à mesure qu'elle se sentait envahie par la jouissance. J'avais enfoncé mon pouce de son vagin et elle avait crié de surprise et de plaisir. Oh oui, comme çà, viens bien au fond.

Encouragés par ses gémissement j'avais enfoncé mon pouce le plus loin possible et dans le même  temps j'avais pointé mon majeur au bord de son anus. A nouveau elle avait crié. Vas y enfonce le aussi celui là. Je ne m'étais pas fait prié.

Suzanne haletait et criait de plus en plus fort m'encourageant à allez et venir de plus en plus loin et de plus en plus vite dans les deux étroits orifices si bien qu'elle fini par exploser dans un incroyable orgasme.

Suzanne s'était effondrée sur le lit, épuisée, peinant à reprendre son souffle. Bah dit donc dit elle, çà me change des hommes qui s'endorment après avoir joui, t'arrête pas toi.

J'avais cru comprendre que tu étais en manque de plaisir dis-je en souriant. Alors là répondit elle, tu peux dire que tu mas fait rattraper tout le retard d'un coup. Mais maintenant il faut qu'on dorme parce que moi, je n'en peux plus. Tu m'a crevé. Puis aussitôt elle demanda. Tu restes dormir avec moi ?

J'ai répondu, oui, si tu veux bien. Ah tant mieux, je déteste les mec qui se barrent après avoir baisé.  Elle se blottit alors dans mes bras et elle s’endormit aussitôt, et moi pas longtemps après.

A suivre

Modifié par Christopher06, 07-04-2012 - 20:17.


#10 kitty44

kitty44

    Plaisir des yeux/Plaisir des sens

  • Voissanautes
  • 280 messages
  • Membre depuis : 03-07-2010
  • Sexe : Couple
  • Localisation:44 Loire Atlantique

Posté 09-04-2012 - 19:53

C tellement bon de prendre du plaisir avec un bon partenaire :clindoeil:
Volupté.  Désir..   Sensualité...  

  


#11 Guest_Perseades_*

Guest_Perseades_*
  • Guests

Posté 10-04-2012 - 07:34

Voir le messagekitty44, le 09-04-2012 - 19:53, dit :

C tellement bon de prendre du plaisir avec un bon partenaire :clindoeil:

Oh oui très bon Image IPB

#12 Riga

Riga

    Imagineur et partageur d'histoires

  • Voissa créateur
  • 1 507 messages
  • Membre depuis : 04-04-2010
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Itinérance

Posté 10-04-2012 - 09:14

:heart:
Non seulement tu écris bien, mets en place des histoires bien construites avec des personnages intéressants, mais tu tiens le rythme en poursuivant tes histoires que tu nourris régulièrement d'épisodes supplémentaires, avec une grande régularité…
Mais comment fais-tu ??
:unsure:

_____________________________________________________Image IPB_____________________________________________________


#13 Christopher06

Christopher06

    Membre

  • Voissanautes
  • 462 messages
  • Membre depuis : 28-10-2010
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Nice

Posté 11-04-2012 - 05:40

Voir le messageRiga, le 10-04-2012 - 09:14, dit :

:heart:
Non seulement tu écris bien, mets en place des histoires bien construites avec des personnages intéressants, mais tu tiens le rythme en poursuivant tes histoires que tu nourris régulièrement d'épisodes supplémentaires, avec une grande régularité…
Mais comment fais-tu ??
:unsure:

Merci pour ton sympathique commentaire. C'est selon mon inspiration du moment et la possibilité que j'ai de venir sur voissa. Et puis aussi parfois, ce sont des souvenirs qui collent à la peau; une façon de rendre hommage à celles qui m'ont donnés tant de plaisir.

#14 wayll

wayll

    Membre

  • Voissanautes
  • 42 messages
  • Membre depuis : 25-12-2011
  • Sexe : Homme
  • Localisation:albi 81000

Posté 11-04-2012 - 14:48

un récit qui commence bien

#15 Christopher06

Christopher06

    Membre

  • Voissanautes
  • 462 messages
  • Membre depuis : 28-10-2010
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Nice

Posté 06-08-2012 - 18:36

6ème épisode

C'est la sonnerie stridente du téléphone qui me tire de mon sommeil et Suzanne aussi. Oh putain s'écrie elle, il est déjà huit heures. Elle décroche. Je discerne une voix lointaine qui dit « Bonjour Madame Suzanne, vous avez demandée à être réveillée....». Oui répond Suzanne, merci et elle raccroche.

Elle vient se blottir dans mes bras. Mince dit elle j'avais oublié qu'on avait le premier soin à neuf heures. Sa main s'immisce entre nos ventres, elle prend mon sexe à pleine main. Il est dur comme bien souvent le matin au réveil. D'autant que j'aurais bien encore fait un petit câlin moi ajoute elle en riant. Elle s'écarte de moi, prend mon sexe dans sa bouche et le suce quelques secondes. Toi mon petit cochon dit-elle comme si elle s'adressait à lui, tu ne perds rien pour attendre.

Elle se lève vivement et se dirige vers la salle de bain. Elle s'arrête, se retourne vers moi et demande. Tu prends le petit dej avec nous ? Je m'étire tout en répondant : Avec plaisir. Alors grouille toi, dit elle, t'as dix minutes pour te préparer.

Douche ultra rapide, la salle de bain est petite, on se touche on se frotte, le désir ressurgit, impérieux. Je suis derrière elle, je la prend par les hanche, attire ses fesse contre mon bas ventre. Ma verge cherche à s'immiscer entre les lobes de ses fesses ; elle gémit. Je prends ses gros seins dans le creux de mes mains ; le mamelons turgescents s'accrochent à mes doigts. Elle supplie, non chéri, on a pas le temps. On se rattrapera cette nuit, je te promet une baise d'enfer.

Je suis vite sorti de la salle de bain, histoire de calmer mes ardeurs et je m'habille. Suzanne me rejoint. Elle enfile un sage maillot une pièce et son peignoir par dessus. Soudain elle surprend mon regard qui passe par dessus de son épaule.

- Qu'est-ce que tu regardes ?
- La jolie petite robe suspendue au portant, là, dans l'entrée
- Je n'ai pas encore eu l'occasion de la mettre mais si tu veux, je la mettrai pour toi ce soir. Mais je te préviens elles est très sexe
- Justement, j'adore, d'autant que pour me faire plaisir, je suis sûr que tu vas la porter sans soutient-gorge et sans culotte
- Sans soutient gorge, çà c'est sûr, on ne peut pas en porter avec tellement c'est décolleté et d'accord pour sans culotte mais je vais mouiller comme une folle rien qu'à l'idée que tu sais que je me ballade le cul à l'air
- Eh alors ?
- Alors je vais laisser une petite flaque sur tous les sièges ou je vais poser mon cul.

Nous avons rejoint Sonia à la table du petit déjeuner. Elle arbore une petite mine, elle a les yeux cernées. Oh tu n'a pas bien dormi toi dit Suzanne. Avec le raffut que vous avez fait tous les deux çà risquait pas répond elle. Vous pourriez au moins penser à ceux qui ne baisent pas et baiser en silence ajoute elle avec une petite pointe d'amertume dans la voix.

Oh je suis désolée ma chérie répond Suzanne, c'est vrai que quand je prend mon pieds, je suis un peu bruyante. Et comme Christophe m'a fait grimper aux rideaux... Salope me dis-je, et en plus elle en rajoute. Oui reprend Sonia un peu grimaçante, et çà m'a tellement excité que j'ai du me branler deux fois.

Ah dit Suzanne, c'est çà les cernes. Sonia ne répond rien. Suzanne renchérit, ignoble : Oh ma pauvre chérie, c'est vrai que tu ne t'es pas fait de mec cette fois ci. Mais au fait, pourquoi ne se ferait on pas une petite partie à trois ce soir ? N'est pas mon chou ?

Le chou, c'est moi. Suzanne m'a cueilli à froid et je suis un peu déstabilisé. Avec plaisir dis-je alors, mais serais-je à la hauteur de vos attentes mesdames ? Je n'ai aucune inquiétude à ce sujet répond Suzanne, alors, c'est oui ? Je fais oui de la tête, Sonia aussi. Elle est radieuse.

Bon alors rendez-vous au bar après diner dit Suzanne, je suppose que tu ne seras pas rentré pour diner ce soir non plus. J'écarte les main en signe d'impuissance. Je n'ai pas menti puisque je n'ai rien dit. En vérité, au diner, je préfère les mains expertes de Nadia.

Tu bosses trop mon chéri renchérit Suzanne, tu vois ajoute elle, Sonia et moi ce qu'il nous faut ce sont des hommes qui bossent peu et qui nous baisent beaucoup.

A suivre

Modifié par Christopher06, 06-08-2012 - 18:44.


#16 Christopher06

Christopher06

    Membre

  • Voissanautes
  • 462 messages
  • Membre depuis : 28-10-2010
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Nice

Posté 07-08-2012 - 17:29

7ème épisode

Toute la journée j'avais pensé à cette soirée à venir. Je n'avais jamais fait l'amour avec deux femmes en même temps. Des sentiments contradictoires m'animaient. D'un côté j'étais excité par la perspective d'une nouvelle expérience sexuelle et de l'autre j'étais préoccupé par le désir de ne pas privilégier le plaisir de l'une au détriment de la jouissance de l'autre ; d'autant que je n'étais pas vraiment attiré par Sonia alors que l'excitation liée à l'idée de baiser à nouveau Suzanne ne me quittais pas.

Et puis, j'avais tellement entendu certaines de mes maitresses me parler de leur frustration quand elle s'étaient retrouvées dans un trio et qu'elles y avaient été négligées, ou bien de l'amertume des hommes mis de côté parce que les deux femmes se découvraient une attirance réciproque, aussi soudaine qu'exclusive et je redoutais ce genre de situation.

J'avais demandé à Kadir mon chauffeur attitré de me laisser à deux cent mètres de l'hôtel et j'avais discrètement rejoint à pieds le centre de Thalasso. Les mains expertes de Nadia m'avaient fait le plus grand bien, le massage tonique avait délassé mes muscles, le massage relaxant m'avait aidé à dissiper mes interrogations. A ce moment, je ne pensais plus qu'à la jouissance qu'allaient me prodiguer ces deux femmes en manque de sexe et je les imaginais se soumettre à toutes mes audaces

Çà doit être un sacré coup la femme à laquelle tu penses me dit soudain Nadia. J'émergeais de ma torpeur pour m'apercevoir que j'avais le sexe dressé. Oh Nadia dis-je, je suis confus. Oui, c'est vrai, je pensais effectivement à une femme et je suis désolé de t'imposer ce spectacle. Pas de soucis, Monsieur Christophe, répondit elle, je sais que tu es un homme correct et que tu ne va pas me sauter dessus. En tout cas, cette dame elle a bien de la chance parce que, avec une membre pareil, tu dois la faire grimper aux rideaux comme vous dite chez vous.

Tu sais Nadia, dis-je, l'homme ne dispose pas que de son sexe pour donner du plaisir à une femme ; il a ses mains et sa bouche. Çà, je suis heureuse de te l'entendre dire répondit elle car il y a plein d'hommes qui semblent ne pas le savoir. Tu parles en femme d'expérience Nadia dis-je. Non ! Non ! protesta elle et elle rougit jusqu'aux oreilles.

Mon érection maitrisée c'est rasé, douché et habillé de propre que je rejoignis Suzanne et Sonia au bar. Je m'attendais à trouver Suzanne déguisée en bimbo lascive et offerte et en cela je ne fus pas déçu car sa mini robe ultra courte, ouverte jusqu'au nombril avait bien du mal à contenir ses énormes seins qui émergeaient de part et d'autre des deux bandes de tissus élégamment froissé qui était sensé lui couvrir le buste.

Mais ce qui me surpris le plus, ce fut la tenue de Sonia : escarpins vernis à fin talons argentés, courte jupe portefeuille en cuir et petit top de dentelle noire porté sans soutient-gorges, Sonia avait troqué ses petites lunettes rondes contre des lentilles de contact qui lui donnaient un regard de chatte gourmande.

Je m'approchais de Suzanne. Tu es magnifique dis-je. Elle rosit de plaisir. Sans se lever du canapé ou elle était assise et alors que je me penchais vers elle pour l'embrasser elle releva subrepticement le bas de sa robe et ouvrit légèrement les cuisses afin de me montrer qu'elle avait accédé à mes exigences. J'adore dis-je en lui tendant mes lèvres. Avant que j'ai pu réagir, elle avait pris mais tête dans ses mains et me me mordait la bouche goulument, sa langue à la recherche de la mienne.

Je m'étais assis sur le canapé près de Suzanne et je ne parvenais pas à quitter des yeux la belle Sonia qui nous faisait face de l'autre côté de la table basse ou une bouteille de Boukha déjà bien étamée gisait dans un seau à glace. Je dis la belle Sonia car la transformation était étonnante. La femme mure tout à fait quelconque s'était muée en un belle mature qui croisait les jambes très haut et exhibait ses seins sans complexe.

Elle est belle ma copine hein, dit Suzanne suffisamment fort pour que Sonia l'entende. Oui répondit-je, elle est superbe. Ce fut au tour de Sonia de rosir de plaisir. Et puis tu sais poursuivit Suzanne tout fort, pour la culotte, je lui ai dit et elle a voulu faire pareil. Chut ! fit Suzanne en regardant rapidement autour d'elle si quelqu'un pouvait entendre. Allez insista Suzanne, montre lui à Christophe ton joli minou tout lisse. Puis elle ajouta à mon adresse : tu sais, elle se l'est rasé exprès pour toi.

Le visage de Suzanne était devenue rouge pivoine. Un peu inquiète, elle regarda encore une fois autour d'elle puis elle écarta suffisamment les cuisses pour que je puisse apercevoir son sexe tout lisse, encore un peu rosi par le feu du rasoir. Tu es absolument sublime dis-je, sincèrement troublé.

Visiblement ravie du compliment, elle rougit de plus belle ; elle avait désormais bien du mal à cacher l'excitation qui s'était emparée d'elle comme en témoignait la raideur de ses mamelons qui saillaient sous la dentelle de son top.

À suivre

Modifié par Christopher06, 26-09-2012 - 11:30.


#17 kitty44

kitty44

    Plaisir des yeux/Plaisir des sens

  • Voissanautes
  • 280 messages
  • Membre depuis : 03-07-2010
  • Sexe : Couple
  • Localisation:44 Loire Atlantique

Posté 09-08-2012 - 17:49

la transformation de Sonia en femme mature coquine et sexy j'adore
cela prouve que toutes femmes ce donnant un peu d'effort peuvent faire tourner la tete a bcp d'hommes ou a sont compagnon.
Volupté.  Désir..   Sensualité...  

  


#18 Christopher06

Christopher06

    Membre

  • Voissanautes
  • 462 messages
  • Membre depuis : 28-10-2010
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Nice

Posté 27-09-2012 - 06:45

8ème épisode

Sonia pris la bouteille de boukha dans le sceau à glace. Je t'en sert un petit verre me dit elle. Volontiers répondis-je. Elle versa une bonne dose de liqueur dans un verre vide qui apparemment m'était destiné puis elle remplit généreusement le sien. Et toi ma chérie dit elle à l'adresse de Suzanne, je t'en remet un peu ? Est bien raisonnable répondit Suzanne, j'en ai déjà bu trois. Il n'est pas prévu d'être raisonnable ce soir répondit Sonia en remplissant presque à ras bord le verre de sa copine.

Sonia pris son verre et le mien et elle vint s'assoir à côté de moi tout en me tendant mon verre. Je bois bois à mes futurs orgasmes dit elle et elle vida son verre d'un trait. J'étais maintenant entouré des deux femme qui s'exhibaient sans pudeur aucune d'autant que le bar était ce soir là assez peu fréquenté et que nous étions installés dans un coin tranquille.

Suzanne avait presque par inadvertance laisser glisser les bretelles de sa robe des ses épaules si bien que ses gros seins se trouvaient presque à jaillir de sa robe et Sonia s'était assise une jambe repliée sous elle si bien si bien que sa la jupe portefeuille en s'évasant m'offrait une magnifique vue sur son sexe épilé.

Etaient ce les effets de la bouhka ou la perspective de s'envoyer en l'air à trois qui faisaient se comporter ainsi les deux femmes ainsi mais elles étaient désormais l'une et l'autre dans un état d'excitation indescriptible.

Et moi aussi, entre l'effet de la boukha à laquelle je n'étais pas habitué et la vue de ces deux femmes offertes, je commençais à sérieusement m'échauffer et mon sexe durcit par l'excitation commençais à saillir à travers l'étoffe de mon pantalon.

Putain dit Suzanne, regarde comme il bande notre petit cochon, je suis sûr qu'il n'a pas mis de slip. Il faudrait vérifier dit Sonia et elle tendit la main vers ma braguette. Sonia ne rougissait plus, totalement désinhibée par la boukha elle évalua la dureté de mon sexe au travers de mon pantalon ; puis elle fit glisser ses doigts jusqu'à mes testicules et tout en les tâtant elle dit: hum, c'est plein tout çà, on ne sera pas trop de deux pour te les vider. Puis elle se leva et dit: bon, on y va, j'en peux plus moi.

Suzanne se leva à son tour après avoir reposé son verre qu'elle avait, elle aussi vidé d'un trait. On va dans quelle chambre demanda elle. La tienne c'est la plus proche répondit Sonia témoignant ainsi de son impatience. A mon tour je me levais, emboitant les pas des deux filles.

A suivre

Modifié par Christopher06, 28-09-2012 - 03:51.


#19 kitty44

kitty44

    Plaisir des yeux/Plaisir des sens

  • Voissanautes
  • 280 messages
  • Membre depuis : 03-07-2010
  • Sexe : Couple
  • Localisation:44 Loire Atlantique

Posté 27-09-2012 - 10:09

waouhhhh une superbe nuit en prévision Image IPB
un beau trio sexy Image IPB
Volupté.  Désir..   Sensualité...  

  


#20 Christopher06

Christopher06

    Membre

  • Voissanautes
  • 462 messages
  • Membre depuis : 28-10-2010
  • Sexe : Homme
  • Localisation:Nice

Posté 28-09-2012 - 05:40

9ème épisode

Sonia semblait particulièrement impatience de rejoindre la chambre de Suzanne et elle nous précédait de quelques pas dans le couloir, se retournant constamment pour nous inciter à marcher plus vite. Bon alors, vous vous dépêchez un peu tous les deux nous disait elle.

Suzanne de son côté prenait son temps, visiblement elle avait envie de taquiner un peu son amie. Mais oui ma chérie dit elle, on arrive, ne t'inquiète pas, on a toute la nuit, tu vas voir comme on va te faire du bien avec Christophe. Et elle s'arrêta pour m'embrasser sensuellement tout en plaquant son bas ventre contre le mien. Qu'est ce que tu es dur dit elle, ta belle queue, je me la garderai bien pour moi toute seule.

Nous reprîmes notre chemin pour rejoindre Sonia qui s'impatientait devant la porte de la chambre.
J'avais posé ma main sur les fesse de Suzanne qui avait émis un hum de satisfaction tout en cambrant les reins. Il faut dire que le tissus de sa robe était particulièrement fin alors, encouragé j'avais glissé ma main sous la robe et tout en marchant, je lui caressait le sexe et l'anus. Arrête, c'est trop bon supplia elle, on va d'abord satisfaire la chienne en chaleur et après tu me feras tout ce que tu voudras.

Suzanne ouvrit la porte de sa chambre et faisant entrer Sonia la première, elle la gratifia au passage d'une claque sur les fesses en disant : Allez salope, tu te mets à poils mais tu gardes tes chaussures, Christophe, c'est comme çà qu'il aime puis s'adressant à moi sur le même ton elle dit : Et toi aussi tu te mets à poil et t'enfile une capote, y en a sur le bureau. Devant tant d'autorité, je ne pouvais que m'exécuter.

En un tour de main, Sonia ôta son top et sa jupe. Visiblement, la tournure que prenait les évènements avait tout pour la satisfaire. Nue et en talon aiguilles au milieu de la chambre, Sonia attendait notre bon vouloir.

Alors Suzanne, en maitresse des cérémonies s'avança vers elle et elle commença à lui caresser les seins. Sonia gloussa de satisfaction. Pour ne pas être en reste, je passais derrière elle et je me mis à lui embrasser la nuque et les épaules. Elle se mit à gémir. Alors j'insinuai mon sexe dressé entre ses fesses. Vas y chéri dit Suzanne enfile là et dans le même temps elle se mit à genoux entre les jambes de sa copine. Aussitôt, et elle se mit à lui lécher le sexe après lui avoir écarté les lèvres avec ses doigts.

Sonia se mit à gémir de plus belle, d'autant que je l'avais prise par les hanches et qu'après l'avoir pénétré bien à fond, je m'étais mise à la limer vigoureusement. Suzanne de son côté avait glisser une main entre nos jambes et elle s'était mise à me masser l'anus et les testicules.

Arrête suppliais-je sinon je vais partir trop vite et il n'y en aura plu pour ton cul. C'est vrai, Tu vas m'enculer dit Suzanne ingénument, alors j'arrête, je ne veux surtout pas rater çà et aussitôt elle retira sa main.

Bon quand vous aurez fini de discuter tous les deux gémit Sonia, vous pourrez peut-être me finir, je suis au bord moi. Alors je repris mes allées et venues de mon sexe dans son vagin et Suzanne se mit à nouveau à la sucer. Sonia était effectivement au bord de l'orgasme et comme Suzanne lui avait décapuchonné le clitoris et qu'elle le léchait avidement, il ne fallut pas bien longtemps pour qu'elle jouisse en hurlant.

Deux orgasmes en même temps mes chéris gémit elle, chatte et clito et elle s'effondra sur le lit dans un état second.

A suivre

Modifié par Christopher06, 18-03-2013 - 10:08.



0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 invité(s) et 0 utilisateur(s) anonyme(s)