Voissa.com, source d'épanouissement sexuel depuis 1999

Pour faire des rencontres Logo MyVoissa

Aller au contenu


Photo

Infidelité au travail

Posté par Moiandme, 13-08-2018 · 16 394 visite(s) · 18 commentaire(s)


Ce récit fait partie des histoires vrai de ma vie. A l'époque, la quarantaine, une vie professionnelle qui prend toute la place. Une vie familiale qui en subit les conséquences.

Une bonne situation, cadre dans un hypermarché. Je passe les deux tiers de ma vie sur mon lieu de travail. Je pars travailler lorsque toute la maison dort encore, et rentre si fatigué que je me mets les pieds sous la table, une douche, et au lit. Lieu où je m'effondre de sommeil, devant la télé. Mon épouse couchée à mes côtés, qui ne s'offusque même plus de la situation.
Oh, nous avons bien quelques sursauts de vie intime. Devrais je dire plutôt, que nous faisons notre devoir conjugal. Une fois par mois environ. Où madame, viens s'empaler pendant une quinzaine de minute, avant de monter fumer une cigarette, et de finir sa soirée devant les images d'un film. Moi, bien sûr, dans les bras de Morphée, depuis un petit moment. Suite à mon coït.

Un matin, alors que j'étais en train de faire le tour du magasin. Je reçois un coup de fil de mon PDG. Me demandant si je pouvais le rejoindre à son bureau. Chose rare. Ce personnage nous le voyons très peu. Il est rarement présent. Un tas de questions m'envahit. Généralement, il ne convoque pas ''ses''chefs pour leurs faire des compliments.
Je monte donc le rejoindre, et m'assoit les dents serrées, m'attendant à un tas de reproches et de devoir me justifier sur les chiffres.
Et là, tout le contraire se produit. Il me félicite sur le travail accomplit depuis ces dernières années. Et viens me solliciter sur un nouveau projet.
Il me demande de créer de toute pièce le ''drive'' du magasin. De l'étude de marché, jusqu'à le ''piloter'' et le rendre rentable. Me precisant, que j'en serai le patron et que j'aurai carte blanche.

Les mois passent et le batiment de 2000 m2 sort de terre. Vient le temps du recrutement.  Je n'ai pas la réputation d'un de ces chefaillons autoritaires. Et je suis apprécié de la part de mes équipes. J'avais bien des ''visions'' sur quelques unes de mes employées féminines, sans jamais oser aller bien loin. Hormis quelques blagues tendancieuses et gravelottes. Qui bien souvent, les faisaient rebondirs en repliquant du tac au tac. Et tout ca, finissant dans d'intences éclats de rires.

Je décide donc de débaucher mes quatre meilleurs éléments du magasin, et leurs proposent de m'accompagner dans cette aventure. Tous acceptent à ma grande surprise. Benoit le grincheux, Alexis qui se vante constamment de mettre toutes les plus jolies filles dans son lit, Delphine la quarantaine et sur qui je fantasme, qui s'en es aperçue, sans jamais s'en offusquer. Et enfin Vanessa de 15 ans ma cadette, qui est fort jolie mais que je considère inatteignable, du fait de la différence d'age.

L'aventure commence et je fais de ces quatre là, les piliers de ma nouvelle équipe. Au fil du temps, nous nous lions d'amitié tout les cinq. Partageant soirées, petits verres après la fermeture, etc ... mais aussi confidences sur nos vies privées.
Benoit et Alexis étant bien dans leurs baskets. Delphine à qui j'ai clairement fait comprendre mes intentions. M'avoue qu'elle à déjà eue une aventure avec quelqu'un du magasin. Mais qui reste indécise devant mes avances. Et Vanessa qui est en pleine séparation avec son conjoint. Et qui se livre sur les difficultés sentimentales qu'elle traverse.

Les jours passent, et le succès du magasin est spectaculaire. Un samedi, où, nous avions eus particulièrement de monde. Je demande à mes quatre collaborateurs, si ils seraient d'accord d'aller manger un morceau ensemble. Afin de décompresser d'une semaine particulièrement compliquée.
Benoit et Delphine regrettent mais déclinent l'invitation pour obligations familiale. Alexis me dit avoir rencard  avec Sophie. Une des nouvelles recrues. Et Vanessa accepte n'ayant rien de prévue.
Le soir venu, nous fermons la boutique et je lui donne rendez-vous un peu plus tard dans la soirée, le temps de rentrer se changer. Dans l'un de ces restaurants de centre commerciaux. Arrivé sur place le premier, je m'installe au bar, en attendant l'arrivée de ma convive. Et me commande un apéro solitaire. Ce n'es qu'une bonne trentaine de minutes plus tard, que je vois arriver Vanessa. Et là, le choc. Une vrai surprise. Je vois arrivée une jeune femme magnifique. Elle que je ne connais habillée que de ces guenilles de tenues professionnelle. Beaucoup trop large et loin d'être sexy. Se tiens devant moi, les cheveux lâchés et soyeux, légèrement maquillée et auréolé d'un rouge intense sur ses lèvres. Mais surtout, vêtue d'une petite robe noire, très prêt du corps. Qui ne me laisse pas indifférent, quant à la vision de ses formes. Un poitrine visiblement généreuse, une taille et des hanches merveilleusement dessinées.

En gros balourd, je ne manque pas de la complimenter en lui faisant part de mon agréable surprise. Et je renchéri, en lui disant, que je n'avais jamais remarqué qu'elle était si ... jolie ...
Le dîner se passe, et nous parlons de tout et de rien. Elle me raconte qu'elle est toujours harcelée par son ex. Qu'il ne se passe pas une journée, où il ne vient pas l'attendre à la sortie du travail ou devant chez elle. Qu'il la noie de coup de téléphone et de sms. Bref, que sa vie est un enfer. Je lui conseille de faire très attention tout de même, et de ne pas hésiter à aller poser une main courante à la police. Par précaution, on ne sait jamais ce qui pourrait lui passer par la tête.

La soirée se passe entre sujet sérieux et moment de franche rigolade. Au point, que nous sortons les derniers du restaurant, au vue de l'heure tardive. Nous nous dirigions vers nos voitures respectives afin de se séparer. Non sans regrets pour ma part. Lorsque son ex, déboulant de nul part, arrive en furie.
Invectivant de tous les noms d'oiseaux la pauvre Vanessa. Lui disant qu’elle devrait avoir honte de se taper un vieux. En parlant de moi ... et me demandant si j'étais son nouveau mec.
Lui répondant d'un ton sec, que bien sûr que oui, et que je ne voyait pas ou était le problème.
Après un tas d'insultes, de tout genre, déversées. Notre invité surprise remonte dans sa voiture et part à vive allure. Nous laissant quelque peu désabusé par la situation.
Pour ma part, un peu énervé par ce mec qui m'a gâché, un peu, ma soirée, mais en même temps, amusé par son imbécillité.
Par contre, Vanessa très gênée, vis à vis de moi. Est quelque peu apeurée par ce qui vient de se produire.

Après l'avoir calmée. Je lui propose de la suivre jusque chez elle, afin de m'assurer qu'il ne l'attende pas à son domicile.
Arrivée sur place, je la raccompagne jusque sa porte et lui conseille vivement de porter plainte dès le lendemain. Confuse et s'excusant à de multiples reprises. Je décide de la laisser et lui souhaite une bonne nuit.

Le dimanche se passe en famille tranquillement. Vaquant à un tas d'occupations. Me couchant pas trop tard, comme à mon habitude, car me levant très tôt (quatre heure), afin d'ouvrir le drive.
Le lundi matin,  j'arrive à la grille du bâtiment,, la voiture de Vanessa est déjà devant. A attendre mon arrivée. J'ouvre la barrière de sécurité, et remonte en voiture afin d'aller me garer. Une fois stationné, je sors de ma voiture et Vanessa me rejoint en sautillant partout. Avec un grand sourire. Me disant, que notre petite altercation du samedi. Avait fait entendre raison à son mec. Qu'il l’avait appelé lui disant qu'il lâchait l'affaire et qu'il préférait ne pas passer derrière un vieux. Entre bien entendu, un tas d'insultes pour changer.
Elle est super heureuse et me remercie. Me dit que c'est grâce à moi. Qu'en me faisant passer pour son mec. Son ex l'avait enfin lâchée.
Sa joie est au summum. Au point, de me sauter au cou, m'enlaçant, venant écraser sa poitrine contre mon torse, et m'embrassant sur la joue dans un concert de remerciements. j’essaie bien de marquer, quelque peu, une distance, après tout je suis son supérieur hiérarchique. Mais rien y fait.
Après cette étreinte, fort agréable. Je lui propose qu'elle me raconte devant un café. Ayant un peu de temps devant nous. Le reste de l'équipe n'arrivant qu'une heure trente plus tard.
Je fini, donc, d'ouvrir. Et me dirige vers la salle de pause, afin de faire couler ''le jus''.

Vanessa est euphorique, ne tenant pas en place. Me tenant debout devant la cafetière, en attendant que le précieux nectar finisse de couler. J'assiste à sa joie. Me laissant congratuler, embrasser, sauter au cou à nouveau. Profitant quelque peu de cette situation, pour la saisir par la taille délicatement. Afin de mieux sentir ses formes. Après tout, étant à l'origine de cette joie. J'avais bien le droit à une petite récompense.
Je parviens à me dégager deux minutes, afin de nous servir deux tasses de café.
Lorsque étant de dos, elle revint à la charge, se collant à moi soudainement, manquant de me faire échapper le bocal.

C'est alors, que je me suis retourné, la saisissant par la taille, en lui disant de faire attention. Que sans trop savoir pourquoi, la tête vide de toutes pensées. J'ai apposé mes lèvres sur les siennes.
Elle fût surprise, mais ne me repoussa pas. Ce qui m'a incité à recommencer.  Faisant passer ma partenaire d'un stade de furie, à celui de demoiselle fort calme. Se laissant embrasser doucement. Puis plus intensément.  Elle s'abandonna dans un baiser langoureux. Mes lèvres ne quittaient plus les siennes. Prenant même l'initiative, d'introduire sa langue dans ma cavité buccale. D'abord timidement, comme si elle voulait ''goûter''. Puis plus goulûment. Ravivant en moi cette flamme que je croyais éteinte. Nos bouches béantes et humides laissaient tournoyer nos muscles avec frénésie. Cela faisait bien longtemps que l'on ne m'avait pas rouler une telle ''pelle''. Certainement due à la jeunesse et la fougue de ma partenaire.
Encerclant la taille de ma belle, je la serrait contre moi. Sentant sa poitrine s’écraser contre la mienne. Elle même, devant sentir mon érection naissante contre son bas ventre. C'était la première fois depuis plus de quinze ans, que j'embrassais une autre femme que la mienne. Et pour être franc, à cette instant, j'étais à mille lieux de penser à cette dernière.

Ne connaissant pas plus que ça les réactions de ma partenaire. Ni les désirs qui pouvaient l'animer. Je me contentais, dans un premier temps, de ses lèvres pulpeuses. M’autorisant simplement de lui passer la main dans le dos, par dessus son sweet. et de lui passer la main dans sa belle chevelure.
Nos baisers devenaient de plus en plus intenses. Mes lèvres venant à l'assaut de son cou. J'observais en même temps la moindre de ses réactions. Afin de savoir, si je ne dépassais pas la ligne blanche. Ne repoussant pas mes avances, Vanessa, me surprit même, par devenir à son tour entreprenante.
Me prodiguant de légère sucions dans le cou, me mordillant la lèvre inférieur et le lobe de l'oreille. Ce qui ne manquait pas de de susciter une réaction propre à l'homme.
Les choses s’accéléraient, mes mains étant de plus en plus curieuses. Passant sous le tissus, effleurant sa peau douce du bout des doigts. lui caressant la nuque, et l'embrassant dans le cou. ce qui ne manquait pas de lui faire frisonner l'échine.

Elle n'en était pas en reste. Vanessa entreprit de me retirer un à un les boutons de ma chemise. la faisant même tomber au sol, après avoir passer ses mains sur mes épaules. Laissant apparaître mon torse, en quelques secondes. Qu'elle s'accapara rapidement, de par ses caresses et ses baisers.
La chaleur montait dans la pièce exiguë. D'un mouvement rapide, je saisie son sweet par le bas du vêtement, avant de le remonter d'un coup sec, et de le jeter au sol. Plaçant dans mon champs de vision les courbes d'une magnifique femme, digne d'un de ces magazines, que l'on trouve dans la salle d'attente de son médecin. Une taille fine et un ventre plat, ornés d'une poitrine magnifiquement habillé d'un soutien gorge, noir et prune, de tulle et de dentelle. De grande marque visiblement. A première vue, la belle aimait la belle lingerie.
Au vue de ce que je découvrais, Vanessa aurait, très largement pu poser pour ces même magazines, ventant une nouvelle ligne de lingerie, ou sur ce que serait la mode estival des maillots de bain de l'année suivante.

Nous nous retrouvions à demi nu dans l'étroite pièce. Elle me mordillant le téton pendant que je m’aventurais, à lui caresser les fesses par dessus son jeans. Même couvert, il laissait présager que son fessier était divin, rond, ferme et rebondit à souhait. J'allais de surprises en surprises.
Alors que j'étais adossé au mur, Vanessa se retourna, et vint coller ses fesses, sur mon sexe en érection. Me laissant le loisir, de profiter de son anatomie. l'embrassant, la léchant, la mordillant dans le cou, attrapant ses seins à pleines mains, les pétrissant, les malaxant sur la dentelle. Pendant qu'elle se déhanchait de manière lascive, en prodiguant un mouvement de balancier à son postérieur.

Soudain, je sentis sa main venir se placer entre ses fesses et la bosse de mon pantalon. Ma verge gonflée ne manquait pas de déformer mon pantalon. continuant le mouvement de balancier de son bassin.
C'est alors que je fit tomber, une à une, les bretelles de son soutien gorge, laissant apparaître ses épaules dénudées. avant de m'attaquer à l'attache de ce dernier. la faisant sauter très rapidement. Il glissa alors le long de ses bras avant de s'écraser au sol. Libérant ainsi, des plus belles manières, ses deux magnifiques seins, de son emprise. comme je l'avais deviné. Vanessa possédait une sublime poitrine, deux magnifiques seins rond et ferme. D'une belle taille, ornés de petites auréoles, d'où pointaient, "à dix heure dix", deux petit tétons, magnifiquement dressés. Que, bien entendu, je m'embrassais de venir titiller, de mes doigts et de mes mains. Comment résister au rêve de tout homme ? Magnifique, merveilleux, ou tout simplement beaux, ne sont que quelques uns des qualificatifs pouvant qualifier ses seins. Pas besoin de palette graphique. ils sont tout simplement parfait.

Pendant ce temps, elle accentuait la pression de sa main sur ma verge, faisant des vas et vient, le long des boutons de mon jeans. Je pensais, d’ailleurs, à cet instant, qu'ils ne résisteraient pas longtemps au traitement infligé.
N'en pouvant plus, je déboutonna son pantalon et descendit sa braguette. afin de plonger la main sur le morceau de tissus, qui me séparait du paradis. Le bas était le coordonné de son soutien gorge. Mais, à cet instant, j'étais incapable de deviner, s'il s'agissait d'une culotte, d'un string, ou de toutes autres choses. Ayant que très peu de place, je ne réussis qu'à parvenir, qu'à la naissance de sa fente, que je devinais sous la frêle étoffe. Foutu mode du très prêt du corps, qui allume les yeux, mais qui empêche de toucher ! Peu importe, je touchais du bout des doigts, l'objet de mes désirs.

Vanessa passa alors, son autre main sous ses fesses, et commença à m'enlever mes boutons un à un. Ce qui ne manqua pas, d’alléger un peu la pression sur ma queue raide. Écartant du pouce l'élastique de mon caleçon, elle attrapa ma verge et la sortie de toutes emprises. C'est alors, que j'entendis les premiers mots, sortir de sa bouche, depuis dix bonnes minutes. Un très laconique : "oh ouha !". Ce qui ne manqua pas de flatter mon ego de mâle.
Vanessa commença un massage de ma queue, mêlant pression, va et vient, et caresses. Tout en continuant à se dandiner.
Ses caresses étaient somptueuses, je sentais que l'afflux sanguin était de plus en plus intense. Droite, raide et veineuse. comme elle ne l'avait pas été depuis fort longtemps. Je ne bandais pas comme avec mon épouse. Ce n'était pas une demie molle. Due à une routine excessive. Mais une vrai et belle érection.

Elle se retourna alors, ne lâchant pas ma verge de sa main. et vint coller sa bouche à mon oreille. Me chuchotant ce qui allait être ses dernier mots dans les 45 minutes à venir. "Elle est énorme, j'en es jamais vu d'aussi grosse !". Ce n'était pas la première fois, que l'on me faisait cette remarque. Etant plus jeune, d'autres partenaire, ainsi que ma femme. M'ont déjà complimenter sur ma verge. D'une vingtaine de centimètre et d'une circonférence de 6.5 cm. Je n'ai pas à rougir de ma bite. Même si comme tout le monde, j'ai déjà vu, sur certains sites, des plus imposantes. Je penses avoir été relativement bien gâté par la nature. Malgré que je ne sois pas un expert en anatomie masculine.
Quoiqu'il en soit, il semble que ma partenaire appréciait ce qu'elle découvrait. Face à moi, et continuant à me prodiguer une branlette en règle, elle vint m'embrasser fougueusement.
Puis, pliant les genoux, elle se mit à descendre le long de mon corps. faisant passer ma queue entre ses seins. qui se mirent à l’habiller divinement bien. ils étaient fait l'un pour l'autre. Tel un stylo dans son étui. Avant de continuer, sa descente vertigineuse. Jusqu'au moment, où elle se retrouva à genoux. Saisissant ma bite dans une main, elle commença par m'embrasser le bas ventre. Faisant passer sa langue autour de mon nombril. Tout en me jetant quelques regards furtifs de ses yeux gris. Puis de ses lèvres, elle descendit petit à petit.
Créant chez moi, une envie intense. Celle du moment où elle arrivera à l'objet de ses désirs. Sa main me branlant délicatement. Laissant surgir de tant à autres, mon gland rose et gonflé. Ses lèvres vinrent, enfin s'apposer dessus. D'abord, de côté, puis dessous, et enfin dessus. Au début, de simple petits "bisous", avant de les entrouvrir très légèrement, laissant échapper une très légère humidité.

J'observais de haut la scène. elle même plongeant son regard dans le mien. Ce qui suscitait encore un peu plus d’excitation. Lorsque arriver au sommet de mon gland, elle entrouvrit légèrement la bouche, avant de faire disparaître ma queue au fond de sa cavité buccale. Je sentis alors cette humidité recouvrir mon sexe, qui eu un soubresaut de bienvenu.
Vanessa se mit à me prodiguer une fellation divine. je sentais ses lèvres variant la pression qu'elle pouvait y mettre. Sa langue tournoyer autour de mon gland. Son visage descendre et remonter. Faisant disparaître et réapparaître ma bite dans un mouvement buccale, de va et vient. Ses mains n'en étaient pas en restent. Pendant que l'une tenait et accompagnait cette merveilleuse pipe, l'autre passa sous mes boules, afin de les caresser délicatement.
Malgré sa jeunesse, Vanessa n'en était pas à son coup d'essai visiblement. au vue, de la perfection de sa fellation, ou alors était ce l'envie simplement. Car ma tendre épouse ne me suçait plus ainsi depuis bien longtemps. peut être à cause de cette fameuse routine ... En tout cas, ma partenaire, ce matin là, m'a prodiguer la plus merveilleuse pipe de mon existence.
Puis, elle se mit à me lécher la bite, de bas en haut. Sortant sa langue intégralement, en me regardant directement dans les yeux. Avec un regard de vicieuse. Ou peut être de garce. je ne sais. Avant de me me gober les burnes, tout en continuant de me branler.
Je sentis alors, qu'il était grand temps que je passe à l'action. Sinon, je ne me laissais pas trois minutes de plus de ce traitement, avant de laisser échapper ma délivrance.

Je saisie ma compagne, et là fit remonter. Passant derrière elle, je lui plaqua les mains au mur. La prenant par la taille. je l'attira vers moi, provoquant une cambrure de ses reins. L'embrassant dans le coup, lui prodiguant de légers massages de ses seins. Avant de placer mes mains de chaque côtés de ses hanches. Je commença à faire descendre son jeans. Elle m'aidait en balançant son bassin de gauche à droite. Une fois le point culminant de ses fesses passés. Le pantalon descendit d'un coup sec. Elle n'eut plus qu'à s'en débarrasser d'un léger coup de pied.
Je m'agenouilla à mon tour, et découvrit enfin ce que j'avais pu entrapercevoir un peu plus tôt. Un magnifique tanga laissait apparaître un fessier tout simplement magnifique.
C'est à cet instant, que je réalisa que Vanessa était tout simplement une bombe. Des courbes magnifiquement dessinées.  Des seins ronds et fermes, une taille idéal, et un cul de brésilienne. (sans mauvais jeu de mots) Alors que jamais, depuis le temps que je travaillais avec, je ne l'avait remarqué, n'y prêté attention. Ce qui ne manqua pas, encore une fois d'accentuer mon excitation.
C'est alors, que je colla mes deux mains sur ses fesses, tout en les embrassant. Les écartant régulièrement dans un mouvement circulaire. Laissant apparaître sa croupe encore caché par le tissus de son tanga. Je le saisis alors, des deux côtés, avant de le faire glisser délicatement, d'abord le long de ses fesses. Puis le long de ses jambes.
Je vis apparaître alors, enfin, sa fente serrée. je m'empressa d'y apposé mes lèvres, tout en lui malaxant son merveilleux cul. Je sortis ma langue, et me fraya un passage entre ses grandes lèvres. Découvrant au goût que ma compagne était déjà inondée d'un flot de désir. Je sentis alors son bassin reculer, creusant un peu plus la cambrure de ses reins. Me dévoilant sa petite chatte rose et frêle, ainsi que son petit bouton d'amour.
Je m'appliquais afin de ne laisser aucuns recoins ,sans le passage de ma langue. sans aucunes sucions de ma bouche. Et surtout, maltraitant son clitoris.
J'entendit, alors, à cet instant, que Vanessa poussait râles et gémissement. Sa petite vulve devenant de plus en plus inondé. Continuant à branler de ma langue son petit bouton rose, j'introduis un doigt, puis deux entre ses lèvres écartées. Vanessa se laissant aller à des mouvements d'avant en arrière.Je me délectais du jus qui coulait le long de ses cuisses.
Je sentais ma queue prête à exploser. Le bout de mon gland frissonnait devant le spectacle qui s’offrait à moi. Je cessa alors mon cunnilingus, et remonta. Saisissant ma bite à pleine main. Et la dirigeant vers sa petite chatte toute fraîche. La caressant de mon gland, en exerçant une légère pression du bassin. je la devinais s'entrouvrir à chaque passage de ma queue raide. la faisant faire un sursaut à chaque contact de mon gland sur son clitoris.
M'arrêtant devant son entre du désir, j'exerça alors un mouvement de reins un peu plus prononcer. ce qui eu comme incidence, l'effet de faire disparaître, de moitié, mon gland dans son intimité. Devant sa faible résistance, j'accentua la pression, et ma bite s'engouffra dans sa petite chatte inondée. dans un râle mutuel.
Je la saisit alors, par les hanches, et commença doucement à en ressortir. sentant encore une bonne pression autour de ma verge. Avant de m'y introduire, à nouveau, tout aussi délicatement que j'en était sortie. J'accentuais alors mes mouvement de va et vient, ce qui eu, comme incidence évidente, d'ouvrir complètement sa petite fente visqueuse. Plaçant une main sur sa hanche et l'autre sur la cambrure de ses reins, j'accompagnais les mouvement de son bassin. Ses fesses venant claquer contre mon bas ventre, et mes burnes venant s'écrasés à chaque mouvement de reins.
Nos gémissements emplissaient le faible espace de la pièce. La vision de son cul s’empalant et rebondissant, en levrette sur ma bite était délicieuse. Je pilonnais de plus en plus intensément, les fesses de ma belle.
Donnant de grand coup de bassin afin d'entendre ce jolie son, qui se faisait entendre lorsque son divin cul, venait rencontrer mon bas ventre. Fichtre, que c'était bon !
Néanmoins, je décida de m'extraire. Surtout, parce que, ma verge n'en pouvais plus. Et ne voulant pas que cet instant soit trop court. je décidais donc de changer de position. J'allongea Vanessa sur la table de la salle de repos. Et m'appliqua, à nouveau, à lui lécher sa petite moule béante. Le temps de faire rebaisser la pression de ma queue. Les pieds de ma belle posés sur la table et les genoux vers le plafond. Vanessa m'offrait le plus beau des spectacles sur son anatomie.
L'afflux sanguin étant un peu redescendu, je recommença à prendre ma belle. Profitant de chaque seconde. la saisissant par les jambes, Je regardais ma bite disparaître dans sa chatte. Ses seins remuant dans tous les sens, à chaque impact de ma queue. Je plaça alors mon pouce sur son clitoris et le stimula en même temps. Ce qui ne manqua pas de faire monter le volume de décibels de la pièce. faisant passer ma dulcinée, de quelques râles, à une intense jouissance. Ses cris de plaisirs  transperçaient les murs. Vanessa jouissait sans aucunes retenues. Les cuisses écartées, je lui pilonnais par d’intenses coup de reins sa petite chatte ruisselante.
Infligent à son clitoris, un massage en règle. Qui au vue des spasmes de ma belle. Avait l'air de la satisfaire. Elle se dandinait sur la table, remontant de temps à autre, son bassin et décollant ses fesses, de notre couche de fortune.  Afin de, certainement, mieux sentir ma bite s'engouffrer en elle. Tout en se caressant, par intermittence, sa jolie poitrine. Les malaxant dans un mouvement circulaire.

Dans ce genre d'instant, le visuel est tout aussi jouissif, que l'acte par lui même, pour un homme. Enfin je penses. Et le spectacle auquel je participais était tout simplement digne d'une superproduction américaine.

Vanessa fût prise d'intenses spasmes, dans un concert explosif, de jouissance. A cet instant, je compris que ma belle avait atteint l'apothéose de sa jouissance. Me repoussant, d'un coup sec.

Éjectant ma verge dure de son anatomie. Dans  d’intenses râles et cris de bonheur. Me laissant quelque peu sur ma faim. Proche de l'extase, mais n'ayant pas pu lui servir ma délivrance.

Ma belle sauta de la table, s'agenouilla. Et me prodigua, alors, "sa" solution finale. Une fellation divine, qui allait, à mon tour me permettre de connaitre l'extase.Telle une morte de faim, elle engloutissait ma queue. La suçant, la léchant, la pétrissant, la branlant. Ne lui laissant aucun répit. L'heure n'étant plus, visiblement, aux caresses délicates. Vanessa cherchait et voulait autre chose. Je la regardais engloutir avec envie ma queue. Lui donnant des coup de reins pour l'aider. Attrapant ses cheveux d'une main, j'accompagnais ses mouvements. La pression au bout de ma queue devenait intense. Les premiers soubresauts, annonçant que la soupape de sécurité allait exploser, se produisaient.

Tirant la crinière de ma belle vers l'arrière, afin de la prévenir, que j'atteignais le point de non retour. Elle persista à me surprendre. Et d'un mouvement sec de sa main, me fit lâcher prise.  Avant, de replonger ma queue dans sa bouche dégoulinante. Elle accompagnait le mouvement de son autre main. En enfonçant au plus loin de sa cavité buccale, ma queue nervurée. Me pompant et me branlant énergiquement. Jusqu'au moment fatidique, où, mon esprit se détacha de mon corps. Libérant un flot de désirs dans une extase mêlant soubresauts, crispation, râles, jouissance. Ma queue rendit l'âme dans une nuées de spasmes, libérant son flot de sperme. Vanessa accueillant en bouche, mon jus avec délice. Savourant ma délivrance avec gourmandise. Avalant une bonne quantité du nectar que je lui offrait. Léchant la moindre goutte qui se perdait au sommet de mon prépuce. Elle ne voulait rien laisser échapper.

Après quelques secondes ou minutes, je ne sais plus, le temps s’étant arrêter. Elle me regarda avec un grand sourire,  en me redonnant un dernier coup de langue sur ma queue encore raide. Laissant échapper un ''humm''. qui me montra sa satisfaction.

Je lança, alors un coup d’œil sur l'horloge de la salle de repos. M’apercevant qu'elle indiquait 05h50. Horreur, nous n'avions pas vu l'heure tourner, et Delphine qui prenait à six heures, allait arrivée. Dans la précipitation, nous nous sommes habillés. Jetant un dernier coup d’œil sur les courbes de ma belle. Vanessa se passa un coup sur le visage à l'évier, afin d'enlever certainement les dernières traces de mes méfaits. Pendant ce temps, je fis réchauffer nos deux tasses de café, au micro-onde, qui était restée devant la cafetière.

Lorsque, nous avons entendu les pas de Delphine dans le couloir. Au moment où elle entra dans la pièce. La sonnerie du four retentissait. Elle se dirigea vers nous afin de nous faire la bise, et lui demanda si elle désirait un café. Que je m'empressais de lui servir sans même attendre sa réponse. Lorsqu'elle se tourna vers nous en nous disant : ''ça sent bizarre ce matin, vous sentez pas comme une odeur ?''
Croisant le regard complice de Vanessa, et esquivant un sourire malicieux. Nous lui avons répondu à l'uni son : ''non ! Quoi ? Quelle odeur ? ''. Avant qu'elle ne nous réponde : ''non rien''. Nous avons bu notre café assez rapidement, nous nous sommes lever de nos chaises, déposés et lavés nos tasses dans l'évier. Et au moment de prendre le couloir, Delphine complimenta Vanessa sur son air radieux qu'elle avait ce matin là. Tout en me faisant un clin d’œil.
Delphine avait tout compris. Notre journée s'est passée normalement. Ou presque. Me remémorant chaque instant de cette heure passé avec Vanessa.Notre relation à durée un an. Pleine de surprise. Mais ce sera si vous le désirez, le sujet d'autres narrations.

Voilà pour ma première histoire vrai, faites mois savoir si je dois corriger certaine choses ou pas. Merci de m'avoir lu, et à bientôt.



J'ai vecu un peu la même histoire, mais je suis parti avec la belle et nous avons aujourd'hui 2 enfants et ça fait 12 ans que ça dure et nous avons 17 ans d'écart :-)
En dehors de ça, je ne comprend pas bien la conjugaison du recit... mais c'est une autre histoire ;-)
Waouh !
Image IPB
Super récit excitant
Whaou magnifique récit superbement bien écrit, je m’y serai cru. cela laisse rêveur.
Bravo
Hummmmmm quelle magnifique récit très très excitant
très beau récit.
Très joli récit...
superbe tres bien raconté,tres excitant..
merci a vous
Quelle belle aventure, merci :)
bravo et bien ecrit ! une belle histoire !
Tres beau texte.en fermant les yeux on se retrouve dans l'action..
A quand la suite?
Très belle histoire !!! Merci.
Tres beau récit
Magnifique récit bien raconté, les délices de l’amour
Bonjour, magnifique !j'ai pas perdu une miette de votre récit , bien écrit , avec beaucoup de précisions ! J'ai eu un peu la même histoire avec une étudiante ma voisine en panne de voiture ou plutôt ma fait croire a une panne , elle voulait simplement faire l'amour avec moi et comme tout homme c'est ce qui c'est passé ! Cela a duré environ 1 an partagé entre ma femme et cette jeune fille , jusqu'au jour où ma femme la appris , je vais suivre vos prochains récits bonne journée la mienne commence après vous avoir lu
superbe histoire
merci
très beau récit et superbement bien écrit hâte de connaitre la suite
Super histoire

Étiquettes

    Catégories

    Derniers visiteurs