Voissa.com, source d'épanouissement sexuel depuis 1999

Pour faire des rencontres Logo MyVoissa

Aller au contenu


Photo

Ma troublante expérience de l'élastrator,

Posté par sandratvtg, 14-07-2017 · 2 391 visite(s) · 2 commentaire(s)

travesti lingerie castration
  • Mon gode se fraye un passage en écartant mon string...
  • Je dois plonger mon gode jusqu'à la garde pour jouir sans les mains !
  • Mon plug gonflable me prépare à recevoir mes gros calibres.
  • J'adore les essayages de lingerie suivis de séances de gouinage entre filles.
  • Son gland bien formé, ses veines saillantes, son diamètre qui grossit et son poids me donnent d'intenses sensations lorsqu'il me transperce jusqu'au nombril.
  • Laissez moi vous faire découvrir l'orgasme anal avec mes nombreux jouets
  • J'ai la queue prête à exploser !
  • Ce col en renard me donne chaud et ma lingerie m'excite les sens.
  • Ayant déjà longuement stimulé mon point G, Je vais maintenant l'enfoncer lentement pour jouir du plaisir qu'il me donne.
  • J'ajuste mes jarretelles pour que mes bas remontent bien haut sur mes cuisses.
  • J'aime sentir les frottements de ma nuisette sur ma queue.
  • Cette guêpière transparente est bien ajustée à ma taille.
  • Une de mes lingeries préférée.
  • Je choisis les dessous que je vais porter pour une soirée à deux.
  • Mon rosebud lui a ouvert le chemin. j'aime le presser entre mes cuisses.
  • J'aime sentir le contact de ma lingerie sur ma peau en explorant mes dessous.
  • Je me sens plus femme en  gardant ma lingerie pour faire l'amour !
  • Quel plaisir d'être prise par ce gode massif et lourd qui s'enfonce très loin dans mon ventre ...
  • Je contracte mes sphincters pour mieux le sentir vivre en moi.
  • Quand je sors en ville, je ne porte pas de culotte sous ma robe pour pouvoir être prise discrètement dans les jardins publics, porches..

Ma troublante expérience de l'élastrator,

Beaucoup d'hommes se font castrer clandestinement en France chaque année.
Ce sont généralement ceux qui ne veulent plus être esclave de leurs hormones ou des transsexuelles qui souhaitent devenir femmes.
Pour cette raison, ils recourent souvent à l'élastrator.
Cet instrument s'utilise normalement pour stériliser les animaux.
C'est une pince très efficace qui permet de placer un puissant anneau élastique à la base du testicule pour le comprimer fortement.
Ce dernier, privé de sang meurt en 6 à 7 heures en étant éliminé par l'organisme dans les deux mois.
C'est habituellement indolore mais il arrive parfois que certains doivent prendre des antalgiques.

La deuxième méthode consiste à inciser avec un scalpel la peau du scrotum sur deux centimètres en pressant les bourses avec les doigts pour les faire sortir de leur logement.
Ensuite, on noue le cordon qui les irriguent avec du fil chirurgical pour éviter que le sang coule.
Puis, on tranche les testicules en recousant la plaie une fois la castration terminée.

J'attends mon ami qui a acheté cette pince sur internet pour l'utiliser sur moi.
Depuis quelques mois, je me suis faite peu à peu à l'idée d'aller plus loin dans ma féminisation en souhaitant vivre cette épreuve.

La jouissance anale étant devenue pour moi plus importante que l'orgasme pénien, je pense désormais pouvoir me passer de mon sexe.
Je sais que je ne pourrai plus bander et que ma verge restera flasque en perdant un peu de liquide séminal stérile.
J'espère cependant qu'en restant ma seule source de plaisir mon orgasme anal sera plus intense.
Je sourie à l'idée que je devrais désormais porter un gode ceinture pour satisfaire mon ami.

Je me prépare pour ce grand jour en mettant ma plus belle lingerie afin d'être la plus féminine possible.
Je poursuis par une séance de maquillage en me coiffant d'une perruque blonde coupée au carré qui s'harmonise parfaitement avec la forme de mon visage.

Quand, je lui ouvre la porte perchée sur mes escarpins, je porte une guêpière dont les bonnets 105/D menacent de craquer sous la pression de mes lourdes prothèses en silicone.

Son regard s'attarde sur mon adorable culotte ouverte ornée de dentelle qui laisse entrevoir mon sexe épilé.
Mes cuisses sont gainées de nylon et un long déshabillé transparent recouvre ma voluptueuse lingerie.

Je porte également mon rosebud car il aime que mon œillet soit déjà ouvert et humide de désir lorsqu'il me rend visite.
Il m'embrasse en me malaxant longuement les seins.
Puis, il m'explique avec une pointe d'excitation dans la voix comment va se dérouler la séance avec l'élastrator.

Me voyant rassurée, Steve m'enlève mon déshabillé et m'entraîne vers le lit en m'allongeant sur le dos.
Il m'attache les poignets et les chevilles avec des cordes en nylon qu'il relie aux quatre pieds du lit.
- Tu seras bientôt encore plus belle et féminine, me dit-il en souriant
Dans le miroir qui me fait face, je me vois totalement offerte à sa perversité.
Steve se glisse entre mes jambes et plonge sa main dans la fente de ma culotte pour en sortir mon sexe qui jaillit de l'écrin en satin de ma culotte fendue.
- Je vais te faire une petite gâterie, me dit-t-il.
Recouvrant ma queue avec l'un de mes bas, il me masturbe habilement en me malaxant les bourses.
Les frottements des mailles en nylon sur mon gland et mon frein ne tardent pas à produire leur effet.
Une épaisse coulée blanchâtre transperce mon bas en se répandant sur ses mains et ma guêpière.

Peu après, je vois une lueur d'excitation passer dans ses yeux lorsqu'il prend sa pince castratrice.
Il saisit l'un de mes testicules entre ses doigts pour le faire rentrer dans l'ouverture de l'appareil qui maintient la puissante élastique écartée.
J'entends le déclic que fait l'élastrator quand celle-ci libérée de son attache vient comprimer fortement ma glande.
Sans attendre, Steve fait subir le même sort à sa sœur jumelle.

Cela me fait un étrange effet de ressentir la pression implacable des anneaux élastiques qui écrasent mes vaisseaux sanguins en détruisant lentement mais inexorablement ma virilité.
Cependant, je ne me suis jamais sentie autant femme qu'à cet instant.

Pendant l'heure qui suit, mes bourses congestionnées ont doublées de volume
Cela fait grimper la libido de Steve qui les caresse une ultime fois.
Il me reste plus que quelques heures pour te faire jouir avant que ta source de vie ne se tarisse à jamais, me dit-t-il

Il me fait éjaculer une première fois en me pilonnant les reins avec mon gode préféré.
Une seconde fois en plongeant mon sexe jusqu'au fond de sa gorge tout en me fistant jusqu'au coude.
J'aime ce moment quand il me pompe la queue en se servant de mon cul comme d'un vagin.
Puis, ses mains explorent avec sensualité ma lingerie.
Elles s'attardent sur mes jarretelles tendues sur mes cuisses gainées de nylon.
Mon cœur bat la chamade lorsque ses doigts s'enfoncent dans ma grotte humide de désir.
Cette fois, Steve m'écarte les cuisses en s'enfonçant en moi jusqu'à la racine de son sexe.
Quelques instants plus tard, j'ai une envie irrésistible de le faire jouir en moi.
Désirant lui porter le coup de grâce, je me colle contre lui en initiant d'amples bascules du bassin pour accompagner ses va et vient.
Je ne peux retenir mes gémissements lorsque je sens sa sève fuser en jets puissants dans ma chatte.
Malgré ma castration en cours, je savoure mon bonheur d'être prise en étant concentrée sur mon orgasme anal.

La pression lancinante des anneaux qui irradient mon ventre me rappelle qu'à chaque minute qui passe, je deviens un peu plus femme.

Un moment plus tard, en voyant mes bourses devenir bleues, je suis prise de panique.
Je sais que leur compression ne doit pas durer plus de deux heures car ma castration risque d'être définitive.

Je m'affole en m'apercevant que ce temps est largement dépassé.
Je demande à Steve de retirer rapidement les élastiques pour éviter une castration définitive.
La panique s'empare de moi quand je vois qu'il essaye sans succès de passer la pointe d'un ciseau entre la peau de mes bourses et les anneaux.
Fort heureusement un internaute m'avait conseillé de les nouer avec un fil en nylon pour pouvoir les retirer plus facilement au cas où je changerai d'avis.
Sans cela, c'était vraiment une mission impossible et je mets en garde ceux qui ne prendraient pas cette précaution.
J'ai également des frissons en pensant que j'aurai pu m'endormir après avoir fait l'amour et me réveiller quelques heures plus tard castrée pour toujours.
sandratvtg










Une fille dominatrice et castratrice.

Miniature(s) jointe(s)

  • Image attachée
  • Image attachée




fallait continuer

doucouple, le 14-07-2017 - 15:38, dit :

fallait continuer
Bien que le plaisir de la dilatation anale soit plus fort pour moi que l'orgasme pénien, je n'ai pas eu la motivation suffisante pour finir de me castrer.