Voissa.com, source d'épanouissement sexuel depuis 1999

Pour faire des rencontres Logo MyVoissa

Participez au concours des Super Héros de Voissa - Infos & participations

Aller au contenu


Photo

Les replis de son intimité

Posté par AJAX, 27-06-2018 · 6 172 visite(s) · 9 commentaire(s)

Cocu contant Liaison illégitime Femme adultère
Les replis de son intimité Je me suis convaincu, à tort peut-être, que ma femme me trompe. C’est parce que je suis affectivement dépend que j’ai forgé cette certitude. Oui, l’impression qu’elle me néglige quelquefois. Nous faisons moins l’amour alors même que nos aventures libertines se font plus rares ces temps-ci.

Pourtant je suis partisan, je l’encourage à vivre des aventures avec des complices mâles que nous choisissons ensemble. Des hommes avec qui elle s’abandonne complètement devant mes yeux. Mais imaginer qu’elle rencontre un amant sans que je sois témoin de ces jeux érotiques, est une véritable souffrance.

Je ne peux me résoudre à lui dire mes doutes, ni à trouver l’apaisement avec ces incertitudes. Plus les jours passent, plus mon esprit ressasse. Voilà pourquoi j’ai pris l’initiative d’agir pour sortir de ce piège obsessionnel.
Trouver le moyen de vérifier si oui ou non ma femme est capable de succomber à la cour efficace d’un homme qui lui plaît. Voilà le défi que j’ai décidé de lui lancer à son insu.

Le candidat.
Je n’ai pas cherché longtemps la chèvre, le complice qui servira mon intrigue. Jean-Luc, un compagnon de jeux avec qui nous avons passé une soirée bouillante, s’est imposé rapidement à mon esprit puisque ma coquine m’avait répété plusieurs fois qu’elle avait aimé son emprise, mélange savant de douceur et d’initiatives. Sabine s’était naturellement placée servile, sous sa domination. D’autre part lui m’avait avoué son goût pour des scénarios extravagants qu’il souhaitait commettre avec nous.

Il a rapidement accepté ma suggestion de tenter de séduire ma femme, non pas dans une posture de jeu libertin consensuel où je serais complaisant. Mais bien avec un script plus basique de l’homme qui chasse sur le terrain de son voisin. 

Il restait à établir le contact entre eux sans éveiller le doute sur mes intentions.  Grâce aux vertus de géolocalisation de nos portables, je lui ai permis de croiser le chemin de ma dame à l’heure du déjeuner, un jour où j’étais en déplacement professionnel.

Sabine surprise, n’a pas résisté à l’invitation inopinée dans un petit restaurant gastronomique. Jean-Luc en esthète expérimenté a placé subrepticement son filet dans lequel il ira cueillir sa prise voluptueuse. Nous avions convenu qu’il déclencherait son téléphone pour que je puisse suivre l’essentiel de leurs échanges. J’ai su plus tard qu’elle avait répondu favorablement aux appels du pied et aux caresses à la dérobée.


Je n’avais plus de doute sur les dispositions de ma femme à me cocufier puisqu’elle s’est bien gardée de me rapporter l’histoire de cette rencontre. Je dois vous dire aussi qu’une tension galvanisante m’a parcouru en comprenant tout à coup que la souffrance que prétendait subir, n’était en réalité qu’une pointe de frustration, et que je m’en délectais.
Mon acolyte, libertin expérimenté, avait compris avant moi le plaisir subtil de la situation. Il m’a facilement convaincu d’explorer ce champ de sensations nouvelles. Ma femme allait devenir sa maîtresse et moi un cocu content.

Dès le lendemain Jean-Luc revoyait ma femme, à qui il avait recommandé de venir avec une toute petite robe zébrée noire et blanche que je lui avais offert il y a longtemps déjà et qu’elle avait porté qu’en club. Pour lui, elle n’a pas hésité à s’exhiber en terrasse sur la place de la comédie à Montpellier. Elle n’a même pas résisté à sa demande impérative d’écarter les jambes pour un selfie polisson.

Il réussit en quelques mots à l’incliner sur des voies impudiques, là où il m’aurait fallu des années de palabres et sans garantie de succès. Au cours de leur promenade apéritive, son galant directif l’a convaincu de se défaire de son string en pleine rue et ainsi lui permettre de lui caresser les fesses en remontant sans précaution sa robe pourtant déjà bien courte. Elle a été le plat de résistance de cet homme viril qui, m’a-t-il rapporté, a comblé plusieurs fois ma bien-aimée.

J’ai retrouvé une femme plus amoureuse que jamais à mon retour. La culpabilité peut-être, la plénitude sans doute. Nous avons fait l’amour le soir encore dans une sorte de jubilation et d’ivresse inexplicable.

Régulièrement Jean-Luc me rend compte de leur liaison. Je sais qu’avec lui elle a accepté qu’un autre homme la prenne dans un parking souterrain à l’abri des caméras de surveillance. Ma position de mari trompé m’apporte des sensations insoupçonnées. Il est possible qu’elle se doute de ma complaisance à l’égard de son comportement adultérin. Pourtant je ne voudrais en aucun cas légitimer ses rendez-vous galants. Ils doivent rester son jardin secret et sont à mes yeux l’expression de sa liberté sans concession.

Les doutes, les émotions qui m’assaillent pendant ses absences volages et lors des confidences de Jean-Luc sur leurs liaison illégitime sont porteurs de tant de satisfactions perverties que j’en oublie les quelques effets indésirables. Je suis fier et satisfait d’être un acteur discret de la jouissance orgasmique de ma femme.

… Demain, tu me rejoindras dans notre couche, avec les humeurs de vos ébats encore présentes dans les replis de ton intimité. Tu voudras bien m’accorder le privilège de procéder à une toilette appliquée, ma tête à la hauteur de tes cuisses.




Cette relation intense et cérébrale est tout à fait exquise !
On comprends que ce qui se tisse dans ce triangle coquin, c'est plus que l'aspect purement sexuel, mais c'est un vrai jeu de tromperie consentante.

Je rafole de ce genre de récit!
Merci Adonis pour votre commentaire
merveilleux merci pour se recit
très excitant !
Une histoire exquise qui me fait rever  merci

Je doute de pouvoir véritablement comprendre un tel sentiment mais vous l’exprimez, vous le décrivez avec sincérité et un style très agréable à lire...
VeinHaineuse, d abord merci pour votre commentaire.
Vous savez, quand on ne devient candauliste avec une compagne qui a conscience de sa liberté sexuelle dans un cadre de complicité permanente, alors on file une histoire d amour forte, sans cesse renouvelée et que beaucoup d hommes nous envient.
Si j ai pu participer à la vulgarisation de notre façon de nous aimer Sabine et moi, alors j en suis ravi.
Voilà un fantasme ( et/ou un vécu) récurrent au candauliste et cocus consentants et heureux. Car dans le texte, on sent l'amour pur, total des deux conjoints.Image IPB
Une remarque, cependant: la dernière phrase: qui la prononce?; le mari étant supposé être dans l'ignoranceImage IPB
Merci Cocoforever pour vos commentaires et votre dernière remarque pertinente. On pourrait dire que la dernière phrase n est qu un souhait, une pensée non exprimée de son fantasme le plus Chère...