Voissa.com, source d'épanouissement sexuel depuis 1999

Aller au contenu


Photo

La bourgeoise et le chef de chantier

Posté par focal69, 02-05-2017 · 8 179 visite(s) · 5 commentaire(s)

Aujourd'hui, le couple a rendez-vous avec le chef de chantier  pour aménager en pavillon de lecture une vieille construction, située au fond de la propriété.

Anne Sophie porte à la demande de son mari, une robe mini noire décolletée, ouverte dans le dos, sans rien dessous et a la charge d'accueillir le chef de chantier et de lui tenir compagnie jusqu'à son arrivée. Impatiente, la tête pleine de fantasmes, Anne-So tourne en rond dans sa maison. Enfin la sonnette du portail retentit, elle ouvre et l'homme vêtu d'un short plus moulant que d'habitude apparaît et parcourt, tout sourire, sous le regard déshabilleur d'Anne-So, les cent mètres qui le sépare de la maison.arrive, après les salutations d'usage, elle le conduit au salon et lui offre un café. Soudain le téléphone sonne, c'est son mari qui l'avertit qu'il ne  peut pas assister à la réunion de travail et la charge de s'en occuper. Avec un petit sourire elle en informe le chef de chantier et décident d'aller faire le point sur place. En premier lieu, inspection de la toiture, l'homme installe une vieille échelle de bois et grimpe évaluer l'état de la toiture. Puis, c'est au tour d'Anne Sophie de monter pendant que le chef de chantier, en bas de l'échelle découvre, intéressé, l'entrejambe de la belle. Anne-So s'en aperçoit et c'est prenant un air coquin qu'elle lui dit de bien en profiter. Quand tout à coup, un barreau de l'échelle casse, la belle, tétanisée, s'accroche comme elle peut. L'homme lui conseille de poser ses pieds près des montants, ce faisant elle se cambre et écarte les jambes en offrant à l'homme ravie une vue sans égale sur sa fleur. L'homme monte la secourir. il forme avec le bras droit un anneau protecteur autour des seins d'Anne- So et du gauche tient le montant de l'échelle. Puis tout se collant à elle, Ils entament le mouvement de descente. Anne Sophie s'aperçoit, tout à coup, que l'homme est mal à l'aise et qu'il n'arrive à dissimuler son érection bien que bridée par son short. La situation, la position inconfortable émoustille notre belle. Elle prend plaisir à accentuer le frottement en se cambrant et  finalement, conseille à notre étalon de déboutonner son short et de libérer le monstre. D'abord surpris, après un instant d'hésitation, l'homme s'exécute. Alors, Anne-So relève sa robe et se saisissant du bambou le glisse entre ses jambes. L'homme agite doucement  son colosse entre les pétales ouvertes de la belle. Sentant Anne -So devenir humide il accentue ses vas et viens, la belle, frémissante,  plaque son gland à chaque passage sur son pistil érigé le laissant libre d'aller et venir.

Enfin, ils reprennent leur descente toujours serrés l'un contre l'autre et arrivent sur le plancher des vaches. Là, la bourgeoise se libère de l'étreinte du mâle.

Puis, son regard se pose sur le bambou, elle s'en saisit, puis avec agilité retire le short de notre étalon. Avec un applond qui le déstabilise, la belle se colle à lui et défait ,un à un, les boutons de sa chemise, dénudant son buste musclé.  puis tout en embrassant et caressant la partie mise à nue ,elle amorce une descente vers sa virilité .Elle s'agenouille ,entreprend de lui retirer son slip, passant ses pouces sous l'élastique baisse d'un coup sec le slip donnant toute liberté au baton de chair pour se dresser vers le ciel. Avec un petit sourire coquin, toujours à genoux, elle fixe, le superbe bambou et s'attache à le décalotter en  lui avouant qu'elle le préfère comme çà et que, désormais, ce sera sa tenue de travail quand il seront tous les deux.
Surpris par la tournure que prennent les évènements , l'homme bredouille. Alors, la bourgeoise examine du regard  sa virilité tendu et se saisissant de son smartphone photographie notre étalon sous toutes les coutures mètre de chantier, entreprend de la mesurer. Elle en griffonne les dimensions sur un papier. Ebahi ,l'homme. se laisse faire et tombe des nues quand elle lui demande d'être son boy toy. Interloqué, Il demande en quoi çà consiste, elle répond laconiquement qu'il devra être à la disposition de tous ses désirs .

Pus le tirant par le lingam, la bourgeoise entraine le chef de chantier dans la bâtisse en savourant cet instant avec un secret plaisir de dominatrice  ...

Il pénètrent dans la grande pièce voutée, meublée d'un unique divan et évalue empiriquement  les travaux. Au fil du temps le lingam de l'homme devient flacide, elle s'en amuse en le masturbant avec douceur pour lui redonner de la vigueur. Le but atteint, elle se retourne et vient coller ses fesses ouvertes contre, écarte les jambes, se cambre, lui demande de glisser son organe entre et de le frotter contre son coquillage. Ravie de la demande, il soulève la robe de la bourgeoise et commence une longue série de frottements de son bambou entre les pétales de sa fleur sans en négliger le pistil , pendant que  la main de la belle qui accompagne le mouvement en pressant  le gland sur ses parties sensibles. Pris d'une frénésie soudaine, l'homme  essaie d'enlever la robe de la belle qui résiste. Alors il la plaque contre le mur et tente de la pénétrer mais en vain. La belle calme son hardeur et reprend les choses en main.
Elle le conduit sur le canapé, le fait s'allonger, l'enjambe et vient le chevaucher à califourchon. D'une main elle se saisit de son pénis et le dirige vers l'entrée de sa grotte à plaisirs. Le gland de la taille d'une mandarine peine à franchir le vestibule, provoquant  l' agacement de son partenaire donne un coup de rein et il le projette à l'intérieur ,accentuant la poussée, il glisse lentement en elle jusqu'à la butée .  là son pénis s'installe dans son fourreau qui progressivement se dilate et c'est la belle qui prend le relais. Remplie en avoir mal ,elle ondule du bassin ,gémit ,se tortille.
Dans un état second ,pendant que les mains de K s'attarde sur ses seins et titille ses têtons dressés qui se dessine sous le tissu de sa robe, la bourgeoise frissonnante, se cabre de plaisir et entame de longs et réguliers va et vient sur son membre dressé goutant chaque centimètre de ce gland, qui lui parcourt les entrailles avec délice.Anne Sophie ne peut s'empêcher de regarder ce sexe qui envahit son bas ventre. Elle s'empalle vigoureusement sur ce membre qu'elle sent si bien au plus profond d'elle même.Elle varie la cadence en effectuant de longs et puissant aller et retours, son bouton d'amour palpite.Anne Sophie gémit sans retenue. k suit le rythme et soudain  se crispe ,elle sent son lingam vibrer et son sperme jaillir, il se vide en elle en long jets la faisant exploser à son tour dans un tourbillon de jouissance . Tout à coup toute l'excitation qu'elle avait en elle s'évacue,Son corps frémit  une dernière fois et c'est dégoulinante de sperme qu'elle se retire et gagne sa douche.
Son mari ,le soir venu, interroge son épouse  qui sans la moindre gêne, lui montre les photos et lui raconte tout, dans le moindre détail. Alors il lui demande de s'allonger sur le canapé, sort son pénis et la pénètre d'une traite ...



Récit très excitant qui donne envie d'être réalisé
jolie texte
plaisant à lire....jouissif à vivre...
Tu as déjà vécu une situation de ce type?Image IPB
hum j aurais aime etre le chef de chantier

Derniers visiteurs