Aller au contenu

Le sexe mondain...



Photo

Pour les trans, c'est maintenant!

Posté par Devil's son, 30-03-2014 · 106 visite(s) · 2 commentaire(s)
trans, combat, moi

Ou comme pour tous les autres, les salariés, les chômeurs, les femmes, les gens de gauches, les retraités, les jeunes, les intermittents du spectacle, les roms, les Lejaby, les renault, les PSA Aulnay, les écoliers, les étudiants, les étrangers,... bah le changement ce ne sera pas pour tout de suite... si on les laisse faire.

C'est pour cela qu'il ne faut rien lacher et continuer le combat.

Le combat pour le droit aux trans de vivre comme ils le souhaitent avec leur propre identité continue. Aujourd'hui c'était la journée internationale pour le droits des trans. Un combat qui ne peut laisser insensible un libertin comme moi!

 




Photo

Quand les lieux s'érotisent

Posté par Devil's son, 19-03-2014 · 276 visite(s) · 4 commentaire(s)
lieux, photos
Il y a des lieux que nous occupons quotidiennement ou de façon sporadique, qui n'ont pas de charges érotiques tant que nous ne décidons pas qu'ils puissent en avoir. Par exemple, l'amphi à la fac, le labo au travail, le canapé où l'on passe ses soirées à regarder la tv, etc.
Un lieu, ou même un objet (et j'ai déjà écrit sur eux à ce sujet), ne devient source de fantasmes que si nous le voulons. Parfois, ce lieu ne l'est pas 10 secondes avant de se retrouver en pleine action.
Puis ce lieu peut garder ou perdre cette charge érotique... Si je conserve l'exemple de mon canapé, il me serait invivable chaque soir en m'asseyant dessus pour regarder la tv de me rappeler la façon dont A* et moi avons jouit sur ce même canapé le jour où nous l'avons acheté. Comment servir convenablement du champagne à des invités pour l'apéritif dans mon salon, si à chaque fois je me rappelle qu'elle fut une fois nue, à genoux entre mes jambes, entrain de me sucer de la manière la plus douce qui soit? Pourrais-je me concentrer sur le dernier Gabriel Garcia Marquez que je lis à califourchon sur ce canapé si je voyais encore ma sublime compagne seulement vêtue de bas et de talons hauts s'empaler sur mon sexe et voir ses seins à la lueur du feu de cheminée (oui j'ai une cheminée chez moi!!! ) faire des mouvements perpétuels de bas en haut?

Tout comme la chaise (cf ce billet sur les objets), nous devons décharger érotiquement nos lieux d'ébats... Sinon, on ne vivrait plus... Ou alors on vivrait dans un monde où le sexe ne serait plus tabou ou à ranger dans un coin de notre vie, bien caché pour ne pas en avoir honte un jour. Mouais, en fait, oublier ce que je vous ai dit: conserver aux lieux leurs charges érotiques et changeons le monde!


Image attachée

Image attachée


Image attachée

Image attachée

Image attachée


Image attachée


Image attachée


Image attachée

Image attachée




Photo

No sex in job !

Posté par Devil's son, 18-03-2014 · 132 visite(s) · 4 commentaire(s)
travail, MademoiselleF, moi

Je pensais que l'expression "no sex in job" ("pas de sexe au travail" traduction pour les plus mauvais que moi en anglais) était une expression dépassée et que les nouvelles mœurs et l'avancée de la Révolution Libertine avait fait changer les mentalités en profondeur... Bref, qu'est-ce que je peux être con, moi!!!

Quand vous travaillez pour un névropathe imbue de lui-même, aussi féministe que je suis bouddhiste, et jaloux comme pas deux, dites vous que l'approche de la moindre de blonde vers vous est un danger potentiel! Moi, ça m'a couté mon poste de Directeur! J'y serai resté un an quand même!!! Et c'est parti pour deux ans de chômage, hauts les cœurs!!!

Mais je ne regrette pas la découverte de MademoiselleF et j'espère qu'elle courra encore après moi, maintenant qu'elle ne peut plus venir se lover dans mes bras, embrasser mes lèvres, caresser mon corps, ouvrir ma braguette, en sortir mon sexe et le prendre dans sa bouche avec plaisir, dans le bureau qui était le mien, juste au-dessus du sien.

 

Donc, je suis d'accord, No sex in job... Mais jamais je ne respecterai ce injonction débile qui méprise le plaisir au travail. Donc certains vont me dire que je ne suis pas prêt d'arrêter de faire des conneries, mais je dis que je continue à faire de la résistance!

 

No sex in job, Sex everywhere and all the time

 

 




Photo

2014: Manger sur un corps nu!

Posté par Devil's son, 02-01-2014 · 211 visite(s) · 0 commentaire(s)
Mademoiselle F., video et 2 de plus...

Depuis que j'ai passé le réveillon chez Mademoiselle F., je ne pense qu'à faire une chose:

manger sur le corps nu d'une femme.

 

Ma résolution de l'année 2014 sera donc de réaliser ce fantasme!

 

 

                    


Vidéo porno hébergée gracieusement par Bon Porn
                                                     




Photo

Ma Compagne et ma partenaire de jeux...

Posté par Devil's son, 02-01-2014 · 486 visite(s) · 5 commentaire(s)

Avec A., ma compagne, nous avons passé le réveillon du jour de l'an chez ma collègue et partenaire de jeux, Mademoiselle F., qui pour l'occasion nous a con-coqueté un sublime repas. D'ailleurs tout le monde l'a félicitée, que ce soit sa meilleure amie, un ami, ma compagne et moi, nous l'avons tous félicité. Oui, tous... Tous sauf son "mec"... Je reviendrai peut-être sur ce personnage qui ne mérite pas forcément d'être connu et qui surtout ne se rend pas compte de la chance qu'il a de vivre avec Mademoiselle F. Enfin, passons... Revenons à nos moutons.
J'ai fait en sorte que ma femme et ma maitresse (si je peux parler ainsi) se retrouve à la même table et se rencontre pour la deuxième fois et pourquoi cherchent à se connaitre un peu plus... Comme je connais votre esprit pervers, vous vous dites que j'envoie ma Douce dans les bras d'une autre douce... Vous êtes vraiment de grands malades!!! Comme si seulement je pouvais imaginer une telle chose... Bien sûr, si les choses devaient se passer ainsi... Que pourrais-je faire??? Image IPB

Et ce matin, par textos interposés, je debrief avec Mademoiselle F. Je vous fais grace de l'ensemble de la discussion, je vous mets un extrait:



Mademoiselle F. - Vous me perversitez, j'ai même, pendant le repas, imaginé embrasser votre femme et découvrir son corps

Moi - Peut-être n'attendait-elle que cela... Elle a évoqué l'idée de passer une soirée avec vous, parce quelle sera en congé, parce qu'elle pense qu'il faut que vous laissiez votre compagnon tout seul, parce qu'elle trouve que vous vous ressemblez et parce qu'elle vous trouve "très charmante"

Mademoiselle F. -Juste elle et moi?

Moi - Il semblerait...

Mademoiselle F. - J'attends son invitation... Elle ne vous a pas dit que moi aussi je lui avais touché la cuisse (reference à un événement de la soirée où l'ami du couple à touché plusieurs fois la cuisse de A. et lui a fait du pieds)

Moi - Non, elle ne m'en a pas parlé, mais elle m'a dit que vous lui aviez caressé le ventre plus d'une fois (A. est enceinte). Alors qu'en général elle n'aime pas ça, là elle n'avait pas l'air de s'en plaindre.

Mademoiselle F. - Attention, je vais vous la piquer Hihi

Moi - Vu comme ni l'une ni l'autre ne pouvez vous passer de moi, je pense que nous allons vers la constitution d'un ménage à trois! Ça tombe bien, il fallait que je change de lit pour un plus grand!

Mademoiselle F. -Hihi... Donnez moi son numéro que je lui fasse une invitation.

Moi - 06XXXXXXXX Une invitation pour vous retrouvez seule avec elle. Là vous m'excitez!

Mademoiselle F. - Merci. On vous invitera peut-être... Si vous voulez regarder, imaginez moi entrain de m'occuper de votre femme en la couvrant de baisers. Imaginez moi entre ses cuisses et lui faire avoir un orgasme...

Moi - Je vous imagine parfaitement. Elle n'a jamais eu de relation avec une autre femme... Mais cela serait plaisant que sa première fois soit avec vous...

Mademoiselle F. - J'avoue que ça me plairait aussi.


Voilà ce que j'ai en tête depuis ce matin:


Image attachée

Image attachée


Image attachée


Image attachée


Image attachée

Image attachée

Image attachée


Image attachée


Image attachée

Image attachée





Photo

Une fellation de bon matin

Posté par Devil's son, 23-12-2013 · 391 visite(s) · 6 commentaire(s)
Moi, fellation, Mademoiselle F. et 1 de plus...

Ce matin, une belle jeune fille, Mademoiselle F., s'est occupé de mon sexe... Cela m'a bien mis en forme pour la journée!


Image attachée


Image attachée

Image attachée

Image attachée


Image attachée


Image attachée


Image attachée

Image attachée

Image attachée


Image attachée




Photo

La nudité féminine avant l'acte

Posté par Devil's son, 23-12-2013 · 230 visite(s) · 2 commentaire(s)

Voir une femme nue ne m'émoustille pas plus que cela. En fait ce qui est profondément érotique c'est un geste, une posture, un regard, un lieu ou une situation. Une femme n'est pas intrinsèquement érotique, tout dépend de ce qu'elle dégage ou laisse imaginer.

La nudité est érotique que si elle est une invitation à l'acte!



Image attachée


Image attachée


Image attachée

Image attachée


Image attachée


Image attachée


Image attachée


Image attachée


Image attachée


Image attachée


Photo

Si complexée par ses seins!

Posté par Devil's son, 22-12-2013 · 178 visite(s) · 0 commentaire(s)

Il y a très peu de temps je me suis retrouvé avec une jeune femme, dans une chambre d'hôtel, tous les deux nus... Bref, nous ne faisions pas un jokari! Et voilà que la demoiselle m'avoue qu'elle complexe terriblement sur la taille de ses seins. Avouer est un bien grand mot, elle a tout fait pour ne pas retiré son soutien gorge, et lorsqu'elle en fut contraint par le feu de l'action, elle ne cessait de les cacher, de les maintenir d'une main... Sentiment de complexe que je comprends d'autant bien que je suis moi-même totalement complexé! Oui, je sais cela peut étonner qu'un être aussi parfait que moi puisse avoir quelques complexes, mais je tiens à préciser que je n'ai en tout et pour tout 2 ou 3 complexes au maximum, et que je suis humain avec mes petites faiblesses. Bien sûr mon complexe est d'un commun, que j'en ai quelque fois honte! Je suis, comme 80% des hommes, complexé par la taille de mon sexe...

C'est dire si dans cette chambre d'hôtel, nous avions des choses à nous dire... ou à ne pas nous dire...

Et puis, en fait, ces seins me plaisent bien. Ils seraient autrement, ils me plairaient aussi... Ce ne sont pas ses seins qui me plaisent, c'est elle qui me plait!

Ou alors tous les seins me plaisent, ce qui pourrait me faire dire que toutes les femmes me plaisent?!?


Cette image est pour cette femme!


Image attachée




Photo

Encore ce matin... Vous...

Posté par Devil's son, 08-12-2013 · 213 visite(s) · 8 commentaire(s)
bureau, vidéo, moi et 1 de plus...

Voici le courriel que je viens d'envoyer à une collègue de bureau disons "très proche"...

 

"Aaaahhhhh Mademoiselle F. ... Je n'en peux plus! Il m'est devenu torture de me réveiller chaque jour en pensant à vous, une érection non-feinte à mon bas-ventre! Oui, ce matin encore... Mon rêve y était pour beaucoup, certes, mais mon rêve vous était tout destiné!

 
J'étais à mon bureau au C*, j'essayais de régler des problèmes de fond. Je crois même que je tentais vainement de faire l'organigramme, alors qu'à chaque instant quelqu'un entrait dans mon bureau pour m'annoncer de nouvelles difficultés, de nouveaux problèmes urgents et importants. Et vous... Vous, vous étiez face à moi, penchée en avant, vous appuyant sur mon bureau, vous cambrant à l'excès. Vous étiez nue, terriblement excitante, la pointe de vos seins se titillait au bois de mon bureau. Il m'a fallut un certain temps pour comprendre les marques de satisfaction sur votre visage: un homme, un agent du C*, vous prenait virilement en levrette et vous arrachait un souffle, un râle, voire même un cri à chaque coup de butoir. Vous preniez plaisir de ces pénétrations presque brutales, vous preniez plaisir à me montrer votre jouissance à chaque va-et-vient.
Moi, j'essayais de travailler et contrairement à ce que l'on pourrait penser, vous voir ainsi, m'apaisait et me motivait à travailler plus vite, plus efficacement.
Puis, l'agent jouit dans un râle bruyant, s'enfonçant au plus profond de votre sexe. Vous avez joui en même temps que lui, au point de complètement vous affaler sur mon bureau et tendre vos bras pour prendre ma main et la serrer de plaisir. L'homme s'est retiré sans un seul mot, ni regard, ni geste pour vous. Vos lèvres entre-ouvertes m'ont tellement attirées que je n'ai pu résister de les embrasser à plein bouche. Tout en pénétrant ma langue dans votre bouche, je regardais l'homme sortir sans se retourner qui ouvrit ma porte, il invita un autre agent du C* à entrer dans le bureau. Dans l'embrasure de la porte, je vis une file interminable d'hommes, tous nus, beaux et montrant leur sexe en parfaite érection. L'agent suivant entra, se plaça derrière vous et fit glisser son sexe entre vos fesses. Dans un réflexe pavlovien, vous vous êtes redressée et avez cambré votre dos, offrant à votre nouvel amant une vue imprenable sur votre intimité. Ce geste détacha votre bouche de la mienne, vous m'avez sourit, vous m'avez gratifié d'un clin d’œil. L'homme hésita un peu, et décida de vous pénétrer, de vous sodomiser assez brusquement. Vous avez lâché un râle de surprise, mais si érotique...
Je repris mon activité de directeur, tout en vous regardant du coin de l’œil prendre votre plaisir de femme qui décide de jouir.
 

Vous comprenez mon émoi quand je me suis réveillé, cette image en tête, ma main déjà entrain de caresser la hampe de mon sexe dur."

 

 




Photo

La main de Dieu...

Posté par Devil's son, 04-12-2013 · 110 visite(s) · 3 commentaire(s)
homme, main

Non, je ne fais pas référence à cette malencontreuse/bienheureuse main de Diego Maradona lors du quart de final de la Coupe du Monde de foot en 86 au Mexique (merci wikipédia). Mais je parle juste de cette main masculine tant appréciée... parfois!



Image attachée

Image attachée


Image attachée


Image attachée


Image attachée

Image attachée

Image attachée




Photo

Le doigt de Dieu...

Posté par Devil's son, 04-12-2013 · 190 visite(s) · 3 commentaire(s)
doigt, femme, photo, masturbation

... mais Dieu est une femme!


Je crois que quelque part, j'ai toujours rêvé d'être une femme... Mais si je devais choisir une partie du corps féminin dans lequel me ré-incarner, contrairement à ces masses masculines sans imagination qui répéteraient inlassablement "moi, ce serait en téton", ou "moi, en clito", ou autre réponse convenue (j'ai beau avoir des absences prolongées, je reste toujours aussi suffisant), et bien moi, avec l'originalité que vous me connaissez tous (suffisant et mégalo), je choisirai un doigt... Ce doigt qui permet de découvrir tous les plaisirs...




Image attachée

Image attachée

Image attachée


Image attachée


Image attachée

Image attachée

Image attachée

Image attachée


Image attachée


Image attachée




Photo

On aime vous regarder!

Posté par Devil's son, 24-11-2013 · 238 visite(s) · 3 commentaire(s)
vue, moi, photo, fellation

Parfois, on a de jolies vues quand on est un homme!


Image attachée

Image attachée


Image attachée


Image attachée


Photo

Dans la voiture...

Posté par Devil's son, 23-11-2013 · 474 visite(s) · 2 commentaire(s)
Fellation, voiture, cunni, moi et 1 de plus...
Ce mercredi,le début de journée était terrible, alors je décide d'envoyer un texto à une jeune femme qui travaille dans la même entreprise que moi et avec qui j'entretiens une relation plus qu'ambigüe. Appelons la Mademoiselle F., elle reviendra souvent je pense:
"Je passe une sale matinée... ça va de votre côté? Vous n'auriez pas un petit quelque chose pour me remonter le moral?"
Je m'attendais à une photo de ses cuisses, ou de son décolleté, mais voici sa réponse:
"Une petite fellation. Mais à distance, elle risque de ne pas vous faire beaucoup d'effet. A moins d'imaginer ma bouche titiller votre sexe et mes mains vous caresser. Peut-être que cette image vous redonnera un peu de légèreté à votre mauvaise humeur"

Forcément à la lecture de ce texto je lui demande où elle est, elle me répond qu'elle est à l'extérieur en prospection, à Neuilly pour être plus précis. J'avais tellement envie d'elle que j'ai pris ma voiture, j'ai rejoins Neuilly. Je lui ai dit de se garer quelque part et d'attendre mes instructions. A partir de là, je ne me suis exprimer qu'à base d'ordre... Lorsque je suis arrivé à sa hauteur, je l'ai fait monté derrière le siège passager. Il faisait chaud dans ma voiture, je lui ai donc ordonné de se dévêtir... Ce qu'elle fit s'en sourciller. Quoique... Si en fait, elle m'a dit qu'elle aimait bien les ordre, si j'ajoutais un "s'il vous plait" à chaque fois. Ce qui enlève quand même beaucoup du côté "ordre". Mais que voulez-vous? Je suis un homme faible: une femme enlève son pantalon, me donne sa culotte, commence à se caresser dans ma voiture aux vitres opaques et teintées (ce qui explique aussi le déshabillage rapide de la demoiselle) pendant que je conduis, si elle me demande de dire "s'il vous plait", et bien je m'exécute!

Ainsi, me voilà au volant d'une voiture chargée à bloc de tension sexuelle, avec une jeune femme de 27 ans, intégralement épilée, qui se donne du plaisir derrière moi. Quand vous êtes à Neuilly et que vous pensez "sexe", tout de suite le Bois de Boulogne est une évidence... Non, on ne pense pas à Sarkozy quand une érection vous prend à Neuilly!!! Bande de pervers!
Je me suis garé dans le Bois, j'ai rejoins ma maitresse de ce midi et je n'ai pu m'empêcher de plonger ma tête entre ses cuisses. Son sexe était si humide, si doux que ma langue s'est délectée de son clitoris. Que j'ai aimé boire à cette source! Mes doigts parcouraient son sexe car j'avais peur que ma langue et ma bouche n'y suffisent.
Le cunnilingus est une pratique délicieuse, d'autant plus lorsqu'elle est un donnant pour un rendu. Et c'est là que j'ai découvert la bouche et une langue si experte que j'en ai oublié jusqu'à mon nom. Et son corps... Que dire de ce corps sublime que je pouvais voir se mouvoir en rythme de la fellation que me prodiguait Mademoiselle F.? Sa peau si douce que mes mains en redemandent encore aujourd'hui. Ce qui se passait dans la voiture était des plus agréables, ce que je voyais à l'extérieur m'excitait aussi. Non, il ne se passait rien d'extraordinaire, mais se faire sucer par une femme nue et experte dans sa voiture quand des promeneurs passent à quelques centimètres de vous sans vous voir, c'est un fantasme devenu réel!
M'enfin, je dis "sans vous voir"... Je pense que les soubresauts de la voiture ne laissaient guère de doute sur ce qui se passait à l'intérieur. Et puis il y eut ce promeneur qui fit le tour de la voiture et qui comprit que pour voir l'intérieur seul le pare-brise avant lui laisserait cette chance. Il vit clairement, et en prit plaisir, une magnifique beauté blonde, n'ayant gardé que son soutien-gorge, à genoux sur la banquette, prenant à plein bouche le sexe d'un homme et qui s'en régalait... Si je n'avais pas été cet homme-sucé, j'aurai bien aimé être ce promeneur-voyeur! Mais on ne peut pas être partout à la fois!

Deux enseignements:
- la voiture aux vitres teintées est un objet terrible érotique, un objet de désir.
- j'ai une chance de fou de rencontrer des jeunes femmes qui prennent leur plein plaisir si simplement!




Image attachée

Image attachée


Image attachée



Photo

La jeunesse est belle!

Posté par Devil's son, 07-11-2013 · 231 visite(s) · 2 commentaire(s)
video, jeunesse, trio

La maladresse n'est pas le monopole de la jeunesse... Du moins quand je lis les récits de certain-e-s voissanautes, c'est la première conclusion que je fais... Mais la beauté ou la fluidité dans l'acte charnel n'est pas non plus le monopole de l'expérience et la maturité!

 

 



Vidéo porno hébergée gracieusement par Bon Porn
                                              




Photo

[Manifeste] Justine, ou le bonheur du libertinage!

Posté par Devil's son, 04-11-2013 · 340 visite(s) · 2 commentaire(s)
Justine, Manifeste, Récit et 7 de plus...
- Vous avez quelque chose à déclarer, avant que nous ne délibérions ?

- Monsieur le Président, comprenons-nous bien, je ne dis pas que Monsieur le Procureur a tord, je dis juste que je ne comprends pas ce que je fais ici, sur le banc des accusés.
Reprenons les faits, ou plutôt concentrons-nous sur la vision des évènements. Vivons cette expérience de mon côté, si vous le voulez bien.

- Ne refaites pas votre défense non plus…

- Ce n’est pas mon genre monsieur le juge, je veux juste redonner un petit éclairage.
En préalable, je tiens à vous faire remarquer un fait objectif : « Justine », oui elle s’appelle « JUSTINE » ! Avouez, Monsieur le Juge, que ce prénom est un appel au crime, à la décadence morale et physique à lui seul. Mettez-vous à ma place : une jeune femme de 23 ans, très jolie, qui respire la naïveté sincère mais appelant sans cesse à la luxure, avec des yeux d’une timidité sensuelle qui ne demandent qu’à être choqués ; avec une bouche d’une douceur humide qui ne demande qu’à être investie ; avec une poitrine d’une rondeur arrogante qui ne demande qu’à être pétrie ; avec des gestes d’une excitation juvénile qui ne demandent qu’à être menottés ; avec des propos d’une innocence ambigüe qui ne demandent qu’à être violés… Une jeune femme de 23 ans, disais-je, qui me hurle en silence, de tout son corps, qu’elle n’attendait que moi pour l’emmener aux fins fonds des enfers ! Eh bien, monsieur le juge, vous auriez fait certainement comme moi : avant de la faire descendre en Enfer, je l’ai descendu d’abord dans une cave de Paris. Bien sûr, des « tournantes »  s’y pratiquent (et je ne dis pas « viol collectif » puisque le viol y est formellement interdit par les règles contemporaines du libertinage), mais vous n’y trouverez aucun vélo, ou machine à laver en panne, ou même des cartons entreposés par des locataires des étages  supérieurs. Non, là je vous parle d’une des caves les plus convoités des nuits parisiennes : je vous parle des Chandelles !
Justine n’imaginait pas que je la tirerai de la lumière de Paris pour ce sous-sol, que je la tirerai de ses limites. Elle n’imaginait pas qu’en s’empalant sur mon sexe, trois ou quatre paires de mains nous caresseraient, que deux hommes et une femme se délecteraient de nos baisers et de la vision de nos corps s’offrant l’un à l’autre. Non, elle n’imaginait pas tout cela, mais elle me semblait calme, à peine surprise, et d’un aplomb étonnant. Il est évident que certains des couples ou hommes présents, apprenant que ma jeune amante entrait pour la première fois de ce monde fermé, ont souhaité l’initier. Mais ce plaisir de l’initiation au libertinage me revenait de droit ! C’est un monde discret, une sorte de société secrète et Justine a pénétré remarquablement ce cercle.
Car c’est de cela dont il s’agit, Monsieur le Président, il s’agit d’une initiation au plaisir, à de nouveaux plaisirs, et non d’une soi-disant dépravation d’une innocente jeune fille jetée en pâture à des pervers affamés, comme le laisse sous-entendre Monsieur le Procureur !
Ne  prenait-elle pas du plaisir à m’embrasser sur la banquette du bar des Chandelle ? Ne prenait-elle pas du plaisir à caresser le sexe d’un inconnu bienveillant, tout en offrant sa croupe et son sexe aux mains expertes d’un autre, appréciant les caresses d’une femme sur ses seins, alors qu’en même temps elle sentait mon sexe se durcir dans sa bouche experte ? Ne prenait-elle pas du plaisir à découvrir de ses doigts des corps inconnus ? Des corps inconnus, dont le mien ! Ne prenait-elle pas du plaisir ? Je vous le demande. Je lui demande : N’as-tu pas pris du plaisir ? N’as-tu pas « kiffé » comme disent les jeunes de ton âge ?
Et si elle n’a pas prit de plaisir, ce dont je doute, Monsieur le juge, j’affirme pour ma part qu’elle a su m’en donner, elle a su nous en donner !
La chaleur qui traversa nos corps lors de notre jouissance simultanée, à la vue et au touché des libertins présents ce jour là aux Chandelles. Ces mêmes personnes d’ailleurs se sont écartées lorsqu’ils comprirent que nous avions atteint le paroxysme de notre plaisir. Comme si nous ne formions plus qu’un, ne se séparant qu’en dernier ressort.
Puis nous avons repris un verre de champagne et notre conversation. Mais elle n’était plus la même, elle n’était plus une profane, elle était rentrée dans cette « confrérie », ce « club », ce lien impalpable et fraternel qui unis les libertins. Oui, monsieur le juge, oui monsieur le procureur, Justine est une libertine. Vous risquez de condamner un homme tel que moi pour avoir permit à la nature profonde d’une jeune et belle femme de s’exprimer, de s’épanouir.
Cet un acte d’amour au plaisir qui m’est reproché. Oui, un acte d’amour pour mon plaisir, je ne le nie pas, il y avait bien un caractère égoïste dans mon action. Oui, je vous le dis et l’affirme : j’ai pris mon pied messieurs ! Mais ce fut aussi un acte d’amour pour son plaisir de libertine en devenir. Et oui, je le dis et l’affirme : elle a pris son pieds messieurs ! Mais encore, et fondamentalement même, ce fut un acte d’amour pour le plaisir de l’humanité. Et je vous le dis et l’affirme, malheureusement, l’humanité n’a pas encore prit son pieds, messieurs !
Et pourtant c’est bien de cela dont il s’agit. Quel est le but et la finalité du libertinage ? Le plaisir, vous assène-je depuis tout à l’heure, alors que je vous trompe de façon éhontée sur mes motivations profondes.
Les libertins, consciemment ou non, ne recherchent pas le plaisir pour le plaisir. Et pour ceux qui se disent libertins et n’aspirent qu’aux plaisirs, ils se mentent car ils ne sont que des consommateurs de sexe. Ces soi-disant libertins recherchent, et à juste titre, à s’évader de leur condition, de leur vie, de leur routine ou ennuie. Lorsqu’ils ou elles se mettent à genoux pour sentir un sexe dressé de désir bestial leur remplir la bouche, ils et elles se laisser aller, font tomber les conventions et les apparences. Et si en plus, un jeune éphèbe de ses doigts et de sa langue leur fait connaitre l’orgasme anal, elles et ils sont convaincus d’outrepasser les limites. Mais sortis de la chambre d’hôtel, ou du sauna, ou du club échangiste crasseux, ils et elles retrouvent leurs vies, leurs conventions et le système qui les étouffe. Ils s’en contentent, et même s’y complaisent.
Or le libertinage est une démarche révolutionnaire, un processus subversif de conscientisation, de contestation et de construction d’une société alternative. L’avènement du libertinage est la Concorde universelle, le respect de tous et le Temple de la Fraternité.
Tous les libertins du monde rêvent d’une orgie monumentale entre peuples, et plus particulièrement entre peuples en conflit. Par exemple, les libertins aspirent à une gigantesque réconciliation par le plaisir entre israéliens et palestiniens, afin que la paix triomphe. Dans cet élan de plaisir, le reste n’est que détail. Bien sûr, la Palestine doit être un état souverain, dans les frontières de 1948 avec Jérusalem Est pour capitale. Mais cela ne suffira pas ! Une paix durable ne se fonde pas sur l’établissement de nouvelles frontières.
Il y a bien eut une expérience, très largement saluée, de  création d’une boite de production de films pornographiques mettant en scène israéliens et palestiniens. Mais cette entreprise a échoué, car elle s’est basée sur l’appât du gain et du profit, commettant les mêmes erreurs que l’ensemble des maisons de production: le système capitaliste a tué la pornographie, l’argent a prit le pas sur l’art… Alors pensez bien que l’argent à prit le pas sur la paix !
J’ai moi-même essayé de rapprocher ces deux peuples, par des actions publiques et politiques, et par une action moins publique mais tout aussi politique. J’ai réussi, lors de mon séjour à Jérusalem Est à séduire une jeune étudiante israélienne. J’ai réussi le lendemain, toujours à Jérusalem Est, à séduire une magnifique quadra intellectuelle palestinienne. Durant 10 jours, j’ai passé d’excellents et torrides moments avec ces deux femmes… Mais jamais ensemble. Pourtant j’ai essayé, j’ai même tendu des pièges. Pourtant, je crois, ou j’ai la faiblesse de croire, que je les ai déstabilisées et poussées à réfléchir. A la fin, l’une et l’autre me demandaient, à chaque fois, comment cela se passait quand j’étais dans les bras de l’autre. Bien sûr, une pointe de jalousie devait contribuer à m’interroger, mais je crois surtout que la curiosité les titillait. Le dernier jour, elles se sont croisées, elles se sont souri. J’espère avoir contribué à la Paix, par le plaisir !
Le libertin est convaincu de son rôle historique dans un processus long et inévitable de la construction d’un monde qui s’appuiera sur le plaisir. Vous savez, je le dis aussi à mes camarades de lutte : nous pouvons changer tous les critères de gestion des entreprises, créer de nouvelles lois pour la justice sociale, construire un système économique basée sur la répartition juste des richesses crées, réaliser une société rendant leur dignité à tout être humain, oui nous le pouvons, mais nous n’aurons pas changé la nature de l’Homme. Or il faut nous extirper, nous émanciper de notre condition naturelle et animale. Le retour à l’état naturel n’est que l’avènement de la loi du plus fort, légèrement aménagé de compensation pour les faibles. Prendre du plaisir, je vous l’accorde, est tout à fait naturel et parfois même bestial… Mais qu’en est-il du fait d’en donner et même d’en partager ?
Offrir et recevoir est la base du libertinage, et peut tout changer ! Prenons un exemple si vous le voulez bien : je pense que pour la survie de l’économie et sa transformation, il faut donner plus de pouvoir aux salariés sur les choix stratégiques de l’entreprise, mais pourquoi ne pas instituer des séances de sodomies ou de fellations collectives avant chaque commission paritaire ? Pourquoi le patron et sa salariée ne prendraient-ils pas le temps d’un 69 des plus endiablés avant d’entamer les négociations annuelles de revalorisation des salaires ?
Oui, je sais que ma théorie se rapproche du slogan hippy « faites l’amour, pas la guerre ». Mais fondamentalement, personne ne peut contredire une telle volonté. Tout le monde s’accordera à dire qu’il est plus jouissif et agréable de sentir sa bouche se remplir d’un sperme chaud, alors que nous avons les yeux bandés et les mains attachées dans le dos , que nous savons qu’il reste deux ou trois queues à faire jouir, que nous entendons sa femme, sa sœur, sa mère ou même sa fille donner des ordres sur la manière de nous prendre aux hommes autour de nous tout en se faisant sodomiser profondément par son concierge, et que nous sodomisons en même temps femme, sœur, mère ou fille… Oui, je sais l’image est complexe, mais nous nous accorderons tous à dire que cette scène nous procure plus de plaisir que de se prendre une rafale de AK40  dans le bide dans un obscure conflit au fin fond de l’Afrique subsaharienne !
Clairement, le libertinage remet en cause toutes nos grilles de valeurs, et tous nos repères de dominations/soumissions, afin de construire une société égalitaire ayant le plaisir démocratique comme but et moyen. N’est-ce pas dans un élan révolutionnaire que le Marquis de Sade a écrit ses récits, dont Justine ?
Que voulez-vous ? Les libertins sont des dangereux révolutionnaires, des altermondialistes, des communistes en puissance ! C’est pour cela que je déclare que mon procès est un procès politique !


- Vous avez fini ?

- Oui, Monsieur le Président.

- Enfin ! Je vous condamne !


Photo

Il fait froid, non?

Posté par Devil's son, 04-11-2013 · 76 visite(s) · 3 commentaire(s)
neige, photo, erotique, froid et 1 de plus...
Il fait super froid, j'attends que l'atmosphère se réchauffe... Ou que tombe la neige!


Image attachée




Photo

La beauté d'un sexe d'homme

Posté par Devil's son, 29-10-2013 · 151 visite(s) · 3 commentaire(s)
penis, photo, moi

C'est une remarque toute personnelle, mais j'aime voir des pénis. Qu'ils soient en érection ou au repos, il y a une intensité dans cette organe qui ne me laisse pas indifférent...



Image attachée

Image attachée


Image attachée

Image attachée


Image attachée


Image attachée


Image attachée


Photo

OMBRAGEUSE (S)

Posté par Devil's son, 29-10-2013 · 88 visite(s) · 1 commentaire(s)
NATASHA B., réponse, blog et 2 de plus...
photo ombrageuse , ou corps ombragés , ou modèle ombrageux....allez savoir ...mais au fait quel est  votre avis, Natasha B.?  Vos commentaires...


Image attachée




Image attachée




Voici ma réponse à LUMINEUSE(S) du Blog de Natasha B.