Voissa.com, source d'épanouissement sexuel depuis 1999

Créez un compte Connexion
Le sexe mondain...
Le sexe class et beau... et plus...

Aller au contenu

Le sexe mondain...



Photo

Hey les drônes! Faites l'amour, pas la guerre

Posté par Devil's son, 06-11-2014 · 155 visite(s) · 3 commentaire(s)
drone, erotique, vidéo, guerre et 1 de plus...

Depuis une semaine, des centaines de milliers de français ont découvert qu'il existait, en vrai, des drones pouvant mettre en péril la sécurité nationale, et que le survol de nos centrales nucléaires par ces engins pouvait être au minimum problématique, au pire franchement dangereux.

 

Oui, et, me demanderez-vous.

 

Et bien disons, qu'une fois de plus, je suis affligé. Et ce, par deux éléments:

 

Le premier, c'est qu'autant de personnes en France n'aient aucune connaissance de l'histoire du progrès technologique, et plus particulièrement en matière d'aéronautisme, alors que les premières recherches scientifique d'un "avion sans pilote" remonte à 1914 (oui pendant la guerre, on y reviendra), et que ce sont les français qui firent les premières découvertes.Et puis, me rendre compte qu'autant de gens ne savent pas que depuis des années les armées les plus en pointe (Etats-Unis, Israël, France, et j'en passe) se servent de drone dans toutes les zones de conflits, et dans des zones de paix pour régler leurs petites affaires sans trop se salir les mains, et au détriment du droit international me plonge dans un cafard noir. Je me demande bien à quoi ça sert que Amnesty International se bataille à révéler ceci et que les citoyens des pays incriminés n'y prête pas plus attention.

 

Ce qui me permet d'en venir à mon deuxième point de révolte, c'est que tout d'un coup l'opinion publique découvre que c'est dangereux. C'est pas seulement que c'est dangereux, c'est que les drones représentent, avec les bombes antipersonnelles l'un des pires et des plus cyniques instruments de mort qui soit. D'abord, parce qu'un drone est piloté par un ingénieur ou un technicien pouvant se trouver à plusieurs milliers de kilomètres (il peut aussi être programmé), et que c'est ce type qui appuie sur un bouton pour tirer un missile, oubliant que les petits pixels qui courent partout sur son écran ce ne sont pas des pacmans! Car il faut bien aussi évaluer l'efficacité des drones. Amnesty estime que les dommages collatéraux sont dix fois plus importants lors d'une attaque des drones que lors d'une attaque d'avions pilotés. Bien sûr, je vous laisse juge de la considération du "dommage collatéral" quand on sait que l'utilisation la plus importante de drone est du fait d'Israël sur les territoires occupés de Palestines...

 

Alors quand j'entends, ici ou là, des "Kôôôôaaa??? Il y a des drones et ça peut être mauvais????", j'ai juste envie de mettre des baffes! (Je sais que ça fait un petit moment que je ne suis pas venu sur Voissa, et que j'aurai pu revenir avec un nouvel épisode de ma vie cunnilingussienne au lieu de faire un billet d'humeur... Mais que voulez-vous? Au moins, je suis revenu! )

 

Bien sûr, ce n'est pas parce que l'Homme développe une technologie parfaitement inique, scandaleuse et meurtrière, qu'il ne peut pas en découler du bon... il est vrai que cette technologie est aussi utilisé, de façon infinitésimale, pour le civil, pour le secours en mer, l'exploration de contrée inconnue perturbant peu la faune et la flore, ... Et c'est là, à mon avis, que réside l'avenir des drones! Donc moyennement merci messieurs les militaires, maintenant, c'est à nous de faire avancer l'Humanité et la paix. Arrêtez de vous servir des drones comme des apprentis-sorciers, nous les civils, on saura en faire quelque chose de grand.

 

 

C'est d'ailleurs dans cette logique là que l'agence new-yorkaise Ghost+Cow a tourné un film de moins de 4 minutes, interpellant sur les dérives de l'utilisation du drone, mais aussi les capacités esthétiques d'une telle machine. Et quoi de plus esthétiques que des corps nus qui s'adonnent au sexe?

 

Voici, peut-être, l'un des meilleurs films porno 2014!

 

 

#DRONEBONING // FEATURING TAGGART AND ROSEWOOD // NSFW from GHOST+COW FILMS on Vimeo.




Photo

Dieu est amour, mais Satan fait des trucs avec sa langue sympa aussi ! Episode 7

Posté par Devil's son, 26-09-2014 · 154 visite(s) · 4 commentaire(s)
Moi, Ma vie, Mon oeuvre, cunni et 3 de plus...

Épisode 7



Cuba, l'Ile de la Révolution et... de la tentation!



Image attachée



Marion (1997):



C'est à cause d'elle que j'ai cru très longtemps que le sex-oral était basé sur du donnant-donnant.


Après m'avoir fait une fellation en pleine nuit, dans des escaliers extérieurs, en plein milieu d'un quartier populaire, en banlieue de La Havane; après, m'avoir prodigué une sublime fellation en guise de première relation sexuelle commune; après m’avoir offert ma première fellation où une fille prit tout dans la bouche et avala le tout avec plaisir; après cette magnifique prestation, elle me regarda avec un grand sourire, se lova contre moi, releva sa jupe, enleva sa culotte de maillot de bain et me dit avec sa petite voix si douce "à toi maintenant de me faire jouir"!


La chaleur de cette nuit, l'éclairage très approximatif d'un lampadaire de rue et l’inconfort des marches sur lesquelles nous étions installés étaient terriblement excitants. Et je me souviens parfaitement de m'être appliqué du mieux que je pouvais, afin de lui rendre véritablement la pareille. Et ce n'était pas si aisé que cela... D'abord parce qu'elle était une véritable experte de la fellation, puis parce que j'avais déjà joui et comme tout adolescent un peu crétin, je ne pensais pas que l'acte pouvait se poursuivre après la jouissance de l'homme... J'ai dit "crétin"??? C'est "complètement abruti" qu'il fallait lire. D'ailleurs, ce n'est pas que "abruti" que j'étais à cette époque, c'est aussi "extrêmement goujat". Pour preuve, cette maladresse que je lui dis le lendemain, devant un public adolescents bourrés aux hormones (nos ami-e-s), alors qu'une de nos amies évoquait la chaleur qu'il faisait même la nuit, Marion acquiesça en précisant qu'à peine rentrée, elle avait dû boire une bouteille entière, et moi... (attention la méga-bourde arrive) ... je me suis retourné vers elle en disant "ah bon? Je ne t'avais pas donné assez à boire hier soir devant chez toi?" J'avais prévenu que dans cette série sur ma vie, je vous dirai tout... même ce qui me fout la honte encore 17 ans après!!!


Malgré ce moment de gêne qui m'a valu une journée entière sans sexe, nous avons passé deux semaines à nous effleurer, à nous embrasser fugitivement, à nous sucer et lécher quand nous avions 5 minutes de répits, à nous baiser aussi furieusement que rapidement… Nous étions en voyage politique, et nous avions des responsabilités qui nous empêchaient de prendre vraiment du temps pour nous envoyer en l’air. Et tout le monde le savait, et tout le monde faisait exprès de nous séparer ou de nous submerger de boulot… Oui, le communiste est sadique, il faut le savoir. Mais la fin du séjour avait lieu dans un complexe touristique, à ne rien faire, nous partagions notre bungalow avec quatre autres camarades qui ont décidé d’aller dans un autre hébergement car ils avaient marre de nous voir baiser en permanence ! Je crois que j’ai jamais bu autant de cyprine et autant jouit dans une bouche que durant cette semaine. Nous n’arrêtions pas !



Image attachée



Quand nous sommes revenus en France, nous n’avons couché que deux fois ensemble, une fois au ciné, une autre fois sur le palier de chez ses parents (hauts dirigeants du PCF), mais la magie n’y était plus…


Cuba est une île aphrodisiaque, j’en suis la preuve !



Image attachée




Photo

Dieu est amour, mais Satan fait des trucs avec sa langue sympa aussi ! Episode 6

Posté par Devil's son, 11-09-2014 · 296 visite(s) · 4 commentaire(s)
Moi, Ma vie, Mon oeuvre, cunni et 5 de plus...

Épisode 6



On en fait des choses quand on est ados!!!



Image attachée




Emilie (1996):



Cet été là, mes parents avait décidé de me laisser choisir mes vacances, ou plutôt m’avait laissé la liberté de chercher moi-même les vacances que je voulais faire, hormis les 3 semaines de cure obligatoire depuis 10 ans à Gréoux-les-Bains. Mais étant l’un des plus gros feignants de la terre, n’ayant absolument pas l’âme d’un aventurier, et sachant que mes parents n’avaient pas vraiment des moyens financiers importants, j’avais plutôt idée de passer mes vacances chez moi, à taper la balle avec ma raquette de tennis contre un mur municipal et de draguer allègrement une minette de 14 ans, alors que j’en avais 16 (j’ai toujours aimé les jeunes) !  Quand mes parents, au début juillet, se sont rendu compte qu’ils allaient devoir supporter une larve sur le canapé pendant plus d’un mois, ont décidé de prendre le taureau par les cornes, ou plutôt la larve par la bave, et mon père m’a trainé jusqu’à la Fédération des Œuvres Laïques pour voir ce qui restait comme séjours pour que je fuis le canapé et la dépression chartraine (je vous ai dit que j’ai vécu à Chartres ???) Bref, coup de bol, le lendemain matin partait, du Champs de Mars à Paris, en car, tout un groupe d’ados bourrés d’hormones pour passer 3 semaines en Grèce, sac à dos sur le dos ! Ô joie, j’allais connaitre la promiscuité des cars de nuit pour traverser l’Europe, la chaleur des retombées pétrolifères des cheminés de bateaux à touristes et le confort des nuits à la belle-étoile… Bon ce n’était pas gagné d’avance…

Le lendemain matin, je me suis retrouvé projeté dans un car, où tout le monde se connaissait, le soir même j’avais la tête dans les seins d’une certaine Emilie. Je ne le savais pas encore, mais Emilie était folle… sympa, mais folle ! Elle avait cette manie qu’ont certaines adolescentes mal dans leur peau de se paumer partout, ou plutôt de chercher à se paumer pour que l’on s’intéresse un peu à elles. Voilà ce que j’avais réussit à me dégotter… Oui, bon, ok, elle était folle, mais plutôt bien roulée ! Des seins magnifiques, un cul superbe, une bouche pulpeuse et délicate pour les caresses buccales, et un sexe très juteux auquel j’avais plaisir à étancher ma soif.

D’ailleurs, il me vient deux expériences de cunni des plus intéressantes. D’un autre côté, je sais que vous êtes tous là pour ça… Et moi aussi ;) Le premier cunni particulier eut lieu sur un pont d’un bateau, en pleine nuit. Notre groupe avait dans son programme de faire durant une semaine certaines îles des Cyclades, et pour en profiter au maximum, nous dormions durant les trajets. Enfin, « dormir » est un bien grand mot, non pas que nous baisions dans tous les coins, non pas du tout, mais nous n’avions pas conscience du bruit et des embruns insupportables ! A partir de la deuxième traversée, Emilie et moi avions remarqué que vers 3-4 h du mat’, plus personne ne s’occuperait de deux ados sur le pont entrain de s’envoyer en l’air. Nous avions donc vite pris l’habitude de nous caresser, voir même de franchement se baiser sur le pont. Une fois, et celle-ci est mémorable, Emilie était face à la mer, appuyée au bastingage et franchement cambrée. Elle pensait que j’allais juste relever sa jupe, écarter sa culotte et la prendre à la hussarde, mais en réalité, je soulevai effectivement sa jupe déjà très courte, j’ai descendu sa culotte et j’écartai ses cuisses et ses fesses et je glissai ma langue dans son intimité par derrière. Et plus je la léchais, plus elle se cambrait. Elle a jouit face à la mer, les cheveux balayés par le vent (oh que c’est beau), les joues mouillées par les larmes et les éclaboussures des vagues, le dos complètement cambré, la jupe relevé sur sa croupe, les jambes écartées, la culotte tendue entre ses chevilles, ma langue enfoncée dans son sexe, mes lèvres suçotant les siennes et mon nez effleurant à chaque coups de langue son anus tout rose.


Elle m’en parlait encore deux ans après. Moi, pour être honnête, je ne m’en souvenais plus vraiment… Je me rappelle juste que j’ai préféré lui faire un cunni car j’avais peur de ne pas réussir à bander : j’étais presque ivre… Non, soyons honnête, j’étais complètement bourré !


Par contre, je me souviens parfaitement du cunnilingus que je lui ai prodigué, à la tombée de la nuit, sur la plage naturiste longeant notre camping, sur l’île d’Antiparos (wahooo, ça c’est du teasing, non !?! )

Notre groupe (6-8 ados) était arrivé dans la matinée sur l’île et à midi nous étions installés dans le camping à midi. Certains sont allés en villes pour acheter à manger, les autres dont Emilie et moi sommes partis à la recherche d’une plage. La plage la plus proche, juste à la sortie du camping était une plage nudiste. Bien sûr, nous étions jeunes et un peu cons, donc ça a commencé à ricaner bêtement. Enfin, deux ne ricanaient pas : l’animatrice et moi, manifestement car nous avions envie d’y être nus. L’animatrice a coupé court aux gloussements idiots en disant que ceux qui ne voulaient pas allé sur cette plage allaient plus loin et que ceux qui venaient c’était à poils ! Puis elle a avancé seule vers la plage, a posé sa serviette et à commencer à se déshabiller. On est resté interdit. Cette animatrice me plaisait depuis le début : pas très grande, jolie visage, beaux yeux verts, cheveux courts et seins lourds. Ce que j’ai découvert en la voyant nue c’est un rasage en ticket de métro des plus charmants. Je me suis tourné vers Emilie et lui ai dit de venir sur la plage avec moi, les autres sont allés sur une autre plage en ricanant. Nous nous sommes installés à côté de l’animatrice. C’était assez bon enfant, et quand même très excitant, surtout quand j’ai vu Emilie se mettre à cheval sur les fesses de l’animatrice pour lui étaler de la crème sur le dos, surtout quand je les regardais sortir de l’eau avec leurs seins pointant dû à la brise, surtout quand je les ai massées en laissant mon sexe effleurer leurs peaux ou se caler entre leurs fesses,  surtout quand elles ont commencé à parler épilation, surtout quand nous avons parlé du plaisir d’être nu et de sentir la brise effleurer notre corps, surtout quand nous avons parlé tous les trois de sexe, … Un après-midi comme on en passe que trop rarement, voire même qu’une fois dans sa vie, voire même jamais pour certains. L’animatrice et Emilie voyaient bien que notre trio « en tout bien tout honneur » me faisait de l’effet et que j’avais un peu de mal à cacher mon érection. Je sais qu’elles jouaient avec ma légère gêne, et je sais que cela les excitait aussi. A partir de cet après-midi, tous les trois, nous ne nous quittions quasiment jamais : nous dormions ensemble, nous baladions ensemble, nous avons même pris une douche ensemble, et il me semble qu’une fois, j’ai surpris l’animatrice se caresser pendant que je sautais Emilie allègrement, mais de cela je ne suis pas sûr, je l’ai peut-être rêvé…


Bref, revenons à notre plage ; voyant l’heure avancée et surtout le soleil décliné laissant la plage presque déserte, l’animatrice se rhabilla et retourna au camp pour veiller à la préparation du diner. En partant, elle nous balança une phrase du style « si vous voulez j’ai des préservatifs dans la trousse de secours au camp, donc attendez ce soir et soyez sages d’ici là. A plus. » Ce qu’elle ne savait pas c’est que nous nous envoyions en l’air assez régulièrement avec les préservatifs que ma mère m’avait mis dans ma trousse de toilette en quantité astronomique (oui ma mère a toujours su que j’étais sexuellement – très – actif). Mais effectivement, sur le moment, nous n’en avions pas sur nous. Emilie était aussi excitée que moi. Nous avons attendus que l’animatrice nous tourne le dos pour nous embrasser fougueusement, nos mains ont pris instinctivement la direction du sexe de l’autre. Nous savions que la plage n’était pas déserte et que nous choquions peut-être quelques touristes nus, mais nous ne pouvions plus tenir. J’ai sucé, embrassé, mordillé ses tétons, puis j’ai descendu son corps afin de m’occuper exclusivement de son petit bouton rose clitoridien. Je sentais le soleil et le vent sur mes fesses et mon dos, je les voyais titiller les tétons d’Emilie. Puis, ma copine me dit qu’elle voulait s’occuper de moi, mais je n’étais pas prêt à quitter son sexe, alors, allongés sur le flanc, nous avons profité du couché de soleil, moi la tête entre ses cuisses chaudes, la langue se perdant dans les méandres de son sexe, elle, ma queue bien enfoncée dans sa bouche dont elle se délectait de sentir la raideur.



Image attachée



J’en garde un très bon souvenir, comme vous pouvez l’imaginer.



Image attachée




Photo

Dieu est amour, mais Satan fait des trucs avec sa langue sympa aussi ! Episode 5

Posté par Devil's son, 08-09-2014 · 74 visite(s) · 1 commentaire(s)
Moi, Ma vie, Mon oeuvre, cunni et 2 de plus...

Épisode 5



On fait tous des erreurs...

 


Image attachée
 



Delphine (1996):

 

 

Une catastrophe... Ma première communiste. Elle était moche, pas épilée, imbue d'elle-même et manipulatrice. Elle avait pour elle d'avoir une jolie voix lorsqu'elle chantait et lorsqu'elle prenait son pied en particulier quand ma langue titillait son clitoris. Alors, nous avions eu l’idée de fusionner ces deux pratiques ! Nous avons passé des répétitions de chant, l’après-midi et après les cours, elle nue, debout, et moi, à genoux entre ses jambes, la langue m’occupant de son sexe. Expérience originale vous en conviendrez !

 

 

Image attachée

 

 

Image attachée

 




Photo

Dieu est amour, mais Satan fait des trucs avec sa langue sympa aussi ! Episode 4

Posté par Devil's son, 04-09-2014 · 94 visite(s) · 0 commentaire(s)

Épisode 4



Le gout du Tzatsiki et de la cyprine...



Image attachée



Aurélie, la copine de Fleur-Marie (1994):



Les voyages forment la jeunesse, il parait... Pour moi, ils ont surtout formé ma libido! C'était dans le cadre d'un voyage scolaire en Grèce, moi, en classe de 4e, je voulais sortir avec Fleur-Marie (la jolie), en classe de 3e, finalement je me suis retrouvé à peloter et sucer les seins de sa copine (la moche) en échange d'un baiser que je voulais bien lui donner. Cet échange a eu lieu dans le couloir d'un hôtel minable du centre ville d'Athènes, elle a relevé son t-shirt, ses petits seins fermes tenaient tout seuls, je pu y plonger à pleine figure, y lécher, mordiller ou même titiller ses tétons roses de fraîcheur juvénile. Nous étions bien. Nous nous sommes même allongés sur la moquette miteuse du couloir. "Maintenant, embrasse-moi", cette phrase qui me rappelait le marché douloureux que j'avais passé. En plus d'être moche, son haleine de concombre, fromage blanc et ail, je crois... Le gout du tzatziki, quoi… Une horreur... Mais avouons-le, j'avais la même haleine... Bref, là vous vous demandez le lien avec le cunnilingus. Ça arrive: alors que je l'embrassais à pleine bouche et sans douceur, ma main avait lâché ses seins et se dirigeait tout naturellement vers son entre-jambe. J'eus à peine le temps de relever sa jupe et glissé ma main dans sa culotte de coton (à cet âge là et à cette époque là, les filles ne mettaient pas de string en dentelle) qu'elle referma d'un coup ses cuisses. J'ai forcé le passage, ma main a enserré son sexe (j'avais vu ça dans un film américain… un film un peu trop violent sûrement pour moi, vu mon âge). Je lui ai dit d'écarter, ce qu'elle fit légèrement mais suffisamment pour lui retirer sa culotte et la mettre dans ma poche. Je l'ai vu ainsi, jupe relevé me faisant découvrir un sexe de jeune fille avec ses premiers poils, son t-shirt remonté au cou. Je plongeai alors ma tête entre ses cuisses. Elle m'avoua après que c'était la première fois qu'un garçon lui léchait le minou, et qu'elle ne s'attendait pas à ces sensations. À partir de ce moment là, elle ne mît plus aucune culotte de tout le séjour et dès que l'occasion se présentait, mes doigts ou ma langue s'engouffraient avec délectation dans son intimité, au détour d'un couloir d'hôtel, l'arrière du bus, les ruines sombres de Mycènes, les toilettes d'un restaurant, mon lit quand je pensais que mes camarades de chambrée dormaient, etc.


Notre magnifique « histoire d’amour » s’est soudain arrêtée lorsque dans un car, alors que je pensais Aurélie endormie dans mes bras, je répondis à une copine sur mes sentiments. J’ai dû dire un truc très fin du style « Noooon, je ne l’aime pas ! C’est juste pour niquer (à l’époque on disait niquer, et ça ne faisait pas rire…) Non, mais sérieux, tu as vu sa tronche ?!? » A partir de là, c’est allez très vite : elle s’est redressée, s’est tournée vers moi et m’a giflé !


De mémoire, il ne s’est plus rien passé… D’un autre côté, c’était la fin du séjour, donc je ne perdais plus grand-chose… Mon Dieu que je peux être infect par moment, moi…

Image attachée




Photo

Dieu est amour, mais Satan fait des trucs avec sa langue sympa aussi ! Episode 3

Posté par Devil's son, 03-09-2014 · 178 visite(s) · 5 commentaire(s)
ma vie, mon oeuvre, moi, rousse et 3 de plus...

Épisode 3



Ma première fois... avec une rousse!



Image attachée


Gulliveriana 1993-1994:





Ce n'est absolument pas son nom, mais je trouve que ça lui va bien (bien sûr c’est un clin d'œil à Manara, ceux qui ont un minimum de culture, ou un minimum de temps libre pour trainer dans le rayon BD érotiques de la FNAC, avaient compris) C'était une longue fille rousse, italienne avec des seins qui me paraissaient énormes. Elle devait avoir 5, 6 ou 7 ans de plus que moi, célibataire et vierge. Nous étions dans le même cours de théâtre, et je me souviens plus de nos caresses, baisers et autres jeux de langue dans les coulisses que de la mise en scène de notre pièce. C'est la première femme que j'ai dominé: je lui disais comment se comporter, mettre en valeur ses seins, s'épiler... Et elle le faisait! Je la traitais avec un certain détachement, et plus je l'ignorais, plus elle avait besoin de moi. Un jour je lui ai dit que sa chaine ornée d’une croix catholique était trop courte. Je lui ai expliqué que la croix devait arriver au niveau de son décolleté, pour que le regard soit attiré par ses seins. Et bien, la semaine suivante elle est arrivée avec un grand décolleté et une chaine laissant sa croix naitre dans l’entrebâillement de sa poitrine. A partir de là, je savais que je pourrai faire ce que je voulais d’elle. Elle savait toutefois comment me retenir: j'avais un accès illimité et privilégié à ses seins...


Bien sûr, vous allez me faire remarquer que les cunnilingus (sujet du moment sur ce blog) ne se font pas au niveau des seins. Mais ne vous inquiétez pas, j’y arrive, j’y arrive !


A quelques jours de la Générale, nous avons eu nos costumes. Je me suis retrouvé avec Gulliveriana, pour essayer les costumes pendant que les autres répétaient sur scène. On discutait, tout en se déshabillant. Moi, je n’avais d’yeux que pour ses seins et ses fesses. Elle avait une robe très volumineuse à mettre avec un faux-cul. La pièce était un vaudeville donc avec des costumes du XIXe siècle. Je lui ai dit qu’il fallait qu’elle retire son soutien gorge pour mettre le corset à épaules nus. Elle libéra sa poitrine si belle devant moi qui m’hypnotisait littéralement, puis au bout d’un moment, elle attira ma tête entre ses seins.  « Tu sens comme ils sentent bons ? Je les ai parfumés pour toi » Je respirais à grande bouffées ce corps de femme. Ne sachant pas retenir, j’ai avalé ses tétons, que j’ai titillés, léchés, mordillés.


Là ma mémoire me joue des tours, je ne sais plus comment j’en suis arrivé  à lui lécher à plein langue, caché sous sa robe, son sexe, dont elle avait rasé (ou épilé) les côtés et taillé son pubis en triangle parfait et à raz. Deux versions s’opposent dans ma tête :


1)   Après lui avoir fait bien pointer ses seins, elle mit sa robe. C’est complètement rhabillée qu’elle me dit que sa culotte était trempée, qu’il fallait qu’elle la retire.


2)   Après lui avoir fait bien pointer ses seins, elle mit sa robe. Je commençais à enfiler mon costume quand elle me proposa de ne rien mettre sous mon pantalon. J’ai donc enlevé mon caleçon devant elle. Elle regardait avec envie et curiosité mon sexe encore dur de la séance de léchouille. Puis je mis le pantalon de mon costume. Je lui ai dit qu’elle devait faire pareil : enlevé ce qu’elle avait en-dessous.


Quelque soit la raison, elle devait retirer sa culotte, mais vu la forme de la robe, elle ne pouvait pas le faire toute seule ! Je me suis donc introduis sous sa robe, je lui ai enlevé sa culotte, j’ai admiré son épilation, et je pense que l’odeur de ses lèvres humides, la vue de son sexe aussi proche de ma bouche et l’excitation ambiante m’ont poussé à glisser ma langue dans son intimité. Je me souviens de ses soubresauts à chaque coups de langue, je me souviens parfaitement du gout de son sexe, je me souviens précisément de ses soupirs de plaisir. Et je me souviens tout à fait d’avoir continuer à lui titiller le clitoris, caché sous sa robe, pendant que le metteur en scène lui parlait de sa deuxième entrée dans la pièce. J’ai finalement toujours aimé les moments décalés : me faire sucer quand je suis j’écris sur mon pc, pénétrer la femme de ma vie pendant qu’elle me raconte sa journée, lécher une adorable chatte quand la jeune fille est au téléphone avec son homme (pour cette histoire, j’y reviendrai plus tard), ou même sodomiser mon ex alors que nous venons d’enterrer son frère (j’ai jamais dit que j’étais quelqu’un de sain ! lol )


Depuis mon histoire avec Gulliveriana, mon fantasme le plus profond reste les rousses minces aux seins imposants! Fantasme qu’il faudra un peu plus approfondir et que j’ai ré-assouvis, mais nous y reviendrons.


Image attachée



J'avais déjà fait un post à propos de mon amour des rousses. En toute modestie, je vous le conseille, il est ici

  




Photo

Dieu est amour, mais Satan fait des trucs avec sa langue sympa aussi ! Episode 2

Posté par Devil's son, 02-09-2014 · 168 visite(s) · 8 commentaire(s)

Épisode 2



La Première fois



Image attachée




Aurélie et Stéphanie 1993:



Ma première relation avec une fille fut un trio, avec deux filles,  devant un porno. Il parait qu’il est souvent difficile de passer de sa première fille à le deuxième, moi, j’ai fait les deux en même temps, c’était plus pratique !


Nous séchions ensemble les cours de solfège et l'ensemble de nos discussions tournaient autour du sexe... Il a bien fallu que nous essayions! Alors, un mercredi après-midi, Stéphanie nous a invité à voir un porno chez elle. Dans le film, on voit une femme commencer à se caresser devant un homme, qui défait son jean’s et sort son sexe pour se masturber lentement. Là, Stéphanie lance que c’est impossible, que les mecs ne mettent jamais de pantalon sans rien dessous. Aurélie, qui était ma meilleure amie, une camarade de classe et qui me connaissait mieux que Stéphanie vit que je ne disais rien, alors elle dit à Stéphanie que de temps en temps je ne portais rien non plus. Stéphanie ne voulut pas la croire, alors je lui ai dit que justement ce jour là, je n’avais ni slip ni caleçon. Alors elle me dit sur le ton du défi de lui montrer. Alors je me suis mis debout, et j’ai imité le type de la cassette porno, j’ai défait un à un les boutons et j’ai sortit mon sexe. Bon, il faut bien l’avouer, la taille de mon sexe comparée à celle de l’acteur ne me faisait pas honneur.


Alors Stéphanie, devenue toute rouge, me demanda si je faisais aussi comme lui, c'est-à-dire se masturber. Je lui dis que bien sûr et j’entrepris de caresser mon sexe qui ne tarda pas à grossir. Alors que nous l’entendions plus depuis un petit moment, Aurélie montra l’écran et me demanda si je faisais ça aussi. L’acteur était à genoux, la tête entre les cuisses de l’actrice et lui léchait le sexe avec une technicité parfaite. J’allais pour la première fois mettre en application les leçons de ma sœur, mais ce n’est pas cela qui m’est venu en tête. Je me suis dit que j’avais joué avec le sexe de mon meilleur ami une semaine plutôt en le suçant devant un porno, et que je pouvais très bien lécher une fille dans la même situation. Je me mis à genoux devant Aurélie, elle releva sa jupe et écarta ses jambes. Je me souviens que Stéphanie n’arrêtait pas de parler, sûrement à cause du stress ; et que Aurélie avait gardé sa culotte, elle n’osait pas l’enlevé. Alors, j’ai entamé mon cunni à travers le coton de sa culotte. Et puis Stéphanie, survoltée, enlève son jean’s, écarte ses cuisses et me demande de m’occuper d’elle. Elle, aussi, avait gardé sa culotte. Aurélie à jouer la jalouse, alors je suis retourné m’occuper d’elle. Donc Stéphanie a , à son tour, jouer la jalouse, mais cette fois-ci elle retire sa culotte. Et c’est parti pour une séance de cunni, enfin, avec l’une, puis l’autre, puis l’une puis l’autre… On s’amusait. Voilà pour ce qui concerne les cunni de ce jour, le reste est dans le même style, très enjoué, en rigolant, tout en suivant ce qui se passait à l’écran. Elles m’ont donc prodigué l’une et l’autre une fellation… Pour la petite histoire, je dois avouer que je me suis tapé une de ces hontes, lorsque le frère de Stéphanie nous a surpris en pleine fellation de sa propre sœur… Il s’est foutu de notre gueule tout le temps de nous rhabiller et de ranger la cassette porno.


Pour une première fois, avec une fille, se faire un plan à trois, c’est quand même pas mal, non ?!?

Bon pour ceux qui voudraient savoir si on a remit ça. Non, pas vraiment. Disons que durant l’année, j’ai couché avec l’une et l’autre, mais pas en même temps.

Il nous est arrivé de se caresser et elles m’ont aussi sucé quelques fois, dans une rue déserte et au fond d’un parking alors que nous séchions nos cours de solfège. Je dois préciser qu’elles étaient vierges et s’étaient mises d’accord pour la perdre en même temps avec moi, lors de cet après-midi. J’étais plutôt fier, mais super intimidé.

Image attachée




Photo

Dieu est amour, mais Satan fait des trucs avec sa langue sympa aussi ! Episode 1

Posté par Devil's son, 29-08-2014 · 156 visite(s) · 6 commentaire(s)
Moi, Ma Vie, Mon Oeuvre, Cunni et 1 de plus...

Épisode 1



La Découverte, merci ma sœur.



Image attachée




Elsa (1991):



Ma sœur de 8 ans mon aîné. C'est elle qui m'apprit à caresser les seins d'une femme et à lécher avec douceur (ou non) le sexe féminin. J’avais 12 ans, et cela faisait 12 ans que mon sexe était une préoccupation de tous les instants. Bien sûr, la personne la plus proche de moi s’en rendit compte. Elle vit aussi que je m’intéressais de plus en plus aux filles, ou plutôt que je m’intéressais de plus en plus à leur intimité et à leurs formes. Alors, elle fit ce que jamais je ne pourrai la remercier suffisamment, elle fit mon éducation sexuelle, ou plutôt elle guida ma découverte sexuelle.

Ma mère avait découvert des photos de femmes nues que je cachais « super-discrètement » sous mon lit. Elle ne m’a rien dit, mais ma sœur surpris une conversation entre mes parents. Ils avaient décidé de me les laisser sans rien dire. Ma sœur, elle, avait décidé de ne pas me laisser me débrouiller tout seul dans mon coin. Elle profita d’une journée ensoleillée, pour bronzer sur notre terrasse. Elle me demanda de lui mettre de la crème, ce que je fis comme n’importe quel frère aurait fait. Et le fait qu’elle enleva le haut de son maillot de bain, ne me troublait pas plus que cela puisque je lui enduisais le dos, mais le fait qu’elle se retourne me laissant voir ses seins et me disant que je pouvais lui en mettre là aussi, je compris que l’excitation sexuelle provoquait instantanément chez moi une érection des plus soudaines. Alors je lui enduisant le ventre et surtout les seins de crème. Ma sœur me demanda si j’avais déjà caresser des seins de filles. Je lui ai répondu que non, alors elle m’apprit à placer mes mains, à effleurer les tétons, les pincer, les tirer, les faire rouler sous les doigts. Je me souviens d’avoir été ému par ce premier cours de caresse, et que ça amusait beaucoup ma sœur de voir mon sexe bandé. Quelques temps après, un soir que mes parents m’avaient laissé sous la surveillance de ma sœur, elle vint dans mon lit pour s’assurer que j’avais bien assimilé son enseignement. Et puis elle me fit découvrir l’anatomie intime d’une femme, elle me montra même exactement ce qu’il fallait faire pour masturber une femme, et m’a présenté son clitoris et son fonctionnement.

De là, deux réflexions me vinrent et ne quittèrent jamais, d’abord, qu’une femme qui prend du plaisir est belle, mais que de l’autre côté la toison fournie d’une femme est un peu tue-l’amour et que rien ne valait un sexe épilé ou entretenu court.

Les relations avec ma sœur ont été à partir de ce jour là plus qu’ambigüe… Je ne rentrerai pas dans le détail dans ce post car ce n’est pas le sujet, mais à force de me faire découvrir son corps et la sexualité il était évident que le cunni allait faire partie de plusieurs séances d’apprentissage. L’intérêt d’avoir ma sœur comme prof dans cette matière, c’est qu’en plus d’être une folle de sexe, elle était bisexuelle et donc savait recevoir et pratiquer le cunni et savait aussi mesurer la dextérité (ou non) masculine dans cet exercice. J’ai passé des heures durant les années qui ont suivies, la langue fourrée dans son sexe à chercher à la faire grimper aux rideaux, en léchant ses lèvres, titiller son clito, sucer son sexe, avaler des litres de cyprine,… Une éducation à nulle autre pareil !


C'est de là que tout est parti, dont ma vénération sans borne des femmes et surtout de leur entre-jambe, et leur poitrine, et leurs mains, et leur cou, et leur bouche, et leurs pieds, et leur regard, et leur dos, et leur ventre, et… une vénération sans borne des femmes dans leur intégralité !




Photo

Dieu est amour, mais Satan fait des trucs avec sa langue sympa aussi ! Episode 0 - Préambule

Posté par Devil's son, 28-08-2014 · 146 visite(s) · 4 commentaire(s)
ma vie, mon oeuvre, moi et 3 de plus...

Certains d'entre vous m'ont demandé de m’exhiber encore plus, au vu et au su de tous... Alors j'ai décidé de mettre quelques photos de moi dans la galerie de mon profil... Mais il semblerait que cela ne suffise à étancher la soif de la bande d'obsédé voyeuristes que sont les voissanautes!


Alors je suis contraint de vous raconter un peu plus de ma vie. Mais par où commencer? (Que sorte immédiatement celui qui vient de dire "par le commencement"!!! )


Et puis un ami voissanaute a osé mettre en statut les prénoms de toutes ses "conquêtes". Je lui ai répondu à l'époque par les prénoms de mes camarades de jeux sexuel.

Et voilà que cela allait me donner l'idée de vous raconter ma vie sexuelle par le biais d'un acte, d'une pratique sexuelle que j'aime au plus au point: le cunnilingus.



Image attachée



Vous retrouverez dans les post à venir le récit des cunni qui ont marqué ma vie, et mon évolution en direction de la Femme en lien avec ma pratique de plus en plus systématique du cunni. J'ai décidé de me mettre à nu devant vous, d'être le plus sincère dans mon récit. Bien sûr, j'essaierai de romancé un peu... et encore... J'essaierai d'enjoliver les choses... et encore... En tous cas, j'essaierai de ne pas trop travestir la réalité, avec mes talents et mes faiblesses. Vous en saurez un peu plus sur moi et ce que je vaux réellement en situation, et vous verrez que j'ai beau jouer les mégalo mais qu'en réalité je suis loin d'en être un. Bien au contraire, je suis humble, parfois gaffeur, et que je me suis tapé des grands moments de honte... Comme tout le monde... Et aujourd'hui, j'ai envie de vous montrer aussi ces moments que j'aimerai oublier, autant que les expériences dont je suis extrêmement fier.


Voilà! Tenez vous bien... Vous pourrez parfois être choqués, amusés, ou même excités. Que je vous rassure en écrivant mon histoire, je l'ai été aussi!


Bonne lecture. Et pour commencer, voici le


Préambule





L'enfance et la découverte de la Fille!



Image attachée




Ludivine, Anne, Marie, Cécile, Leila, Virginie (1987-1992) :


Certaines sont des petites copines, d’autres des cousines, d’autres encore des camarades de classe, ou des amours de colonie de vacances… Bref, de mes 7 ans à mes 12 ans, j’ai, ce que l’on appelle vulgairement, « enchainé » les filles. Et très jeune, j’étais déjà extrêmement attiré par ce qui se trouve « sous les jupes des filles ». Parmi ces filles, certaines me laissaient voir leur culotte, certaines d’entre elles, même, me montraient ce que cachait leur culotte, les plus audacieuses accompagnaient mes doigts pour caresser leur entre-jambe, et celles qui se laissaient convaincre écartaient leurs cuisses pour que je puisse embrasser leur bijou tout lisse, si innocent (enfin parait-il). Dire de là que c’était des cunnilingus pratiqués avec technicité et douceur, il ne faut rien exagérer ! Certes, je suis particulièrement doué pour ce qui concerne les caresses linguales, mais j’avais 10 ans, je vous le rappelle. Pour être très honnête, cela ressemblait plus à un bisou sur leur fente qu’à des coups de langues pré-orgasmiques ! En tous cas, ce qui est à noté, c’est que très jeune, je savais d’instinct que ma bouche et ma langue allaient très bien s’accommoder de la compagnie des lèvres et du clitoris du sexe féminin…


La suite l’a prouvé !




Photo

Violence sexiste... mais drôle!

Posté par Devil's son, 21-08-2014 · 72 visite(s) · 4 commentaire(s)
video, clip, sexiste, féministe et 1 de plus...

Quand on regarde cette vidéo pour la première fois, elle nous fait sourire...

 

Mais on se rend compte très vite que ce qui nous fait sourire c'est ce retour de bâton d'une culture sexiste très violente s’accommodant de la sexualisation à outrance de la société s'appuyant sur la domination masculine. Donc, cette vidéo est drôle mais donne aussi une claque pour nous montrer la violence quotidienne de certaines musiques et de certaines images!

 

 

 




Photo

Une solution aux émeutes de Ferguson?

Posté par Devil's son, 20-08-2014 · 120 visite(s) · 4 commentaire(s)
photo, noir et blanc, cunni, 69 et 1 de plus...
Le calme ne revient pas à Ferguson, petite ville de 20 000 habitants en banlieue de Saint Louis, depuis la mort de Michael Brown, un jeune afro-américain de 18 ans, abattu par un policier blanc, de six balles dans le corps dont deux à la tête... C'est sûrement parce que la Police n'exclut pas la thèse de suicide, que le policier n'est toujours pas inculpé et ne fait pas l'objet d'une enquête interne.
Si cette "bavure" n'est que l'étincelle d'un mouvement de révolte, il faut avoir conscience que la violence qui s'exprime prend source dans la ségrégation toujours, et même de plus en plus, réelle aux Etats-Unis contre certaines communautés. Les évènements de Ferguson sont la preuve que la théorie de "Melting Pot" américain n'est ni une solution, ni une réalité pour le "vivre ensemble" dont nous avons tous besoin.

Alors, bien sûr, vous allez me prendre pour un doux rêveur, un même un révolutionnaire, et vous auriez raison: je suis un rêveur de révolution. Et je rêve d'une révolution qui ne pourra faire l'impasse de la liberté sexuelle absolue!

Donc voici ma solution pour les troubles de Ferguson (et là, je sais que tous les voissanautes seront d'accord avec moi, n'est-ce pas? ) :

Image attachée






Photo

[Jeux video] Play Spy 2, un jeu qui surprend...

Posté par Devil's son, 28-05-2014 · 127 visite(s) · 1 commentaire(s)
travail, entreprise, jeux

Le principe de Play Spy 2 est assez simple, il faut aller chercher un truc dans un bâtiment sécurisé sans que personne ne vous voit... Bref, un jeu sans grande originalité, d'un autre côté, c'est pas non plus ce qu'on lui demandait puisqu'il a été répertorié par Koreus, site qui fait le bonheur des employés de bureau et leurs cadres quand ils s'emmerdent au plein mois d'août.

 

Et quand un cadre supérieur s'emmerde au chômage, il fait la même chose que quand il s'emmerdait au boulot: il joue! Donc je jouais... Et je jouais à ce jeu quand tout d'un coup je vois ceci:

 

Image attachée

 

Je me dis: Kkkôôôôaaaa! Ke voije???

(oui, quand je joue, je perds toute notion de français, je redeviens un djeun! )

Donc j’agrandis l'image:

 

Image attachée

 

Donc, c'est bien ça! Il y a un couple qui baise dans les toilettes!! Comme si cela existait vraiment dans les entreprises ;)

 

Je continue le jeu et re-paf!

 

Image attachée

 

Là, je me dis que le geek créateur de jeu débile a de l'humour!




Photo

Ce qu'un libertin doit voter dimanche...

Posté par Devil's son, 24-05-2014 · 108 visite(s) · 9 commentaire(s)
politique, Front de Gauche, PCF et 4 de plus...
Ce dimanche, les citoyens français sont appelés à s'exprimer et à élire leurs députés au Parlement Européen. Si le scrutin n'a pas l'air d'enthousiasmer les foules (c'est le moins que l'on puisse dire), il serait faut de penser que celui ci n'a pas beaucoup d'importance! Le rapport de force en Europe entre les partisans de la rigueur et ceux de la relance économique, entre les ultra-libéraux et les altermondialistes, entre "les gentils et les méchants" (non, je ne suis pas manichéens, mais j'ai cette chanson de Fugain dans la tête depuis que je me suis levé) est un rapport de force qui aura des conséquences pour nos vies de tous les jours, mais aussi dans le choix d'un équilibre mondial vers le progrès humain... ou pas!

Mais là question qui se posent à nous est de savoir ce que nous, libertins, attendons de l'Europe et donc quel camp devont nous choisir. Soyons honnêtes entre nous, nous sommes les abandonnés de la politique, les parias des choix faits par les puissants. Depuis 30 ans pas un seul pays en Europe n'a fait le choix de mettre la "Liberté d'être" au cœur de sa construction, aucun Parti n'a fait le choix de considérer le "partage des Plaisirs" comme moteur d'une transformation sociale...
Quelle liste pourrait donc nous rassembler entièrement? AUCUNE

Alors, individuellement, nous ferons nos choix!

Pour ma part, et peu d'entre vous serons étonnés (du moins les 2 ou 3 qui me suivent et me lisent régulièrement), j'ai fait mon choix: je voterai Front de Gauche...

Et comment vous convaincre d'en faire de même??? Et bien, durant cette campagne, seul le Parti Communiste Français a osé sortir un autocollant avec une femme et un homme nu! Et ça, ça devrait vous plaire, non?!? ;)


Image attachée




Photo

un retour sur le thème du sexe à tendance décadente ou presque...

Posté par Devil's son, 22-05-2014 · 123 visite(s) · 2 commentaire(s)
retour, fin de siècle, décadence et 2 de plus...

Oui, je sais que cela fait un petit moment que je ne suis pas venu fleurir ce blog de ma prose toute personnelle, dont beaucoup d'entre vous se délectent, du moins c'est ce que vous me dites... Et j'espère que c'est sincère et pas seulement pour espérer des faveurs sexuelles de ma part; car, cher-e-s ami-e-s cela serait débile ou au mieux ridicule! En effet, j'ai pour principe d'accorder des faveurs sexuelles à qui-veut!

 

Bref, oui je sais que cela fait un petit moment que je délaisse mon blog... Et pourtant j'y pense souvent, mais y penser ne le remplit pas, manifestement! En fait, je suis entrain de vous préparer deux évènements, le premier sera pour marquer mes dix ans sur Voissa, je vous parlerai un peu plus de moi et de mes expériences, parce qu'au final, je parle assez peu de moi, ce qui est un comble pour un blog! Ensuite, le deuxième évènement que je vous prépare, c'est l'ouverture d'un nouveau blog. Il me permettra d'écrire, et même d'écrire beaucoup, il sera entre le témoignage et la fiction, plein d'humour (du moins je vais essayer), de sexe, et de délire.

 

Bon, maintenant, place au cinéma! Euh... Non, ne pensez pas que je vais vous parler de Cannes, c'est juste une vidéo que j'ai trouvé et que j'ai bien aimé. En tous cas, au début avec cette musique ce bruit de fond, et le principe de la double caméra. Il y a un côté décadent, ou presque... Oui, presque, parce qu'au final cette partie de jambe en l'air n'a rien de décadent, je dirai même que ce jeune couple est bien propret, alors que le début de la vidéo promet bon nombre de rebondissement à exciter notre curiosité. Mais bon, disons que je mettrai un 12/20, uniquement parce que le début est vraiment intéressant!

                       

Bien sûr l'homme que je suis ne reste pas insensible à la poitrine et le corps de cette magnifique nymphette-fin-de-siècle! Finalement je ne suis que peu de chose face à un tel corps!

 

Bon visionnage!

 




Vidéo porno hébergée gracieusement par Bon Porn
                                                      




Photo

Pour les trans, c'est maintenant!

Posté par Devil's son, 30-03-2014 · 179 visite(s) · 3 commentaire(s)
trans, combat, moi

Ou comme pour tous les autres, les salariés, les chômeurs, les femmes, les gens de gauches, les retraités, les jeunes, les intermittents du spectacle, les roms, les Lejaby, les renault, les PSA Aulnay, les écoliers, les étudiants, les étrangers,... bah le changement ce ne sera pas pour tout de suite... si on les laisse faire.

C'est pour cela qu'il ne faut rien lacher et continuer le combat.

Le combat pour le droit aux trans de vivre comme ils le souhaitent avec leur propre identité continue. Aujourd'hui c'était la journée internationale pour le droits des trans. Un combat qui ne peut laisser insensible un libertin comme moi!

 




Photo

Quand les lieux s'érotisent

Posté par Devil's son, 19-03-2014 · 336 visite(s) · 4 commentaire(s)
lieux, photos
Il y a des lieux que nous occupons quotidiennement ou de façon sporadique, qui n'ont pas de charges érotiques tant que nous ne décidons pas qu'ils puissent en avoir. Par exemple, l'amphi à la fac, le labo au travail, le canapé où l'on passe ses soirées à regarder la tv, etc.
Un lieu, ou même un objet (et j'ai déjà écrit sur eux à ce sujet), ne devient source de fantasmes que si nous le voulons. Parfois, ce lieu ne l'est pas 10 secondes avant de se retrouver en pleine action.
Puis ce lieu peut garder ou perdre cette charge érotique... Si je conserve l'exemple de mon canapé, il me serait invivable chaque soir en m'asseyant dessus pour regarder la tv de me rappeler la façon dont A* et moi avons jouit sur ce même canapé le jour où nous l'avons acheté. Comment servir convenablement du champagne à des invités pour l'apéritif dans mon salon, si à chaque fois je me rappelle qu'elle fut une fois nue, à genoux entre mes jambes, entrain de me sucer de la manière la plus douce qui soit? Pourrais-je me concentrer sur le dernier Gabriel Garcia Marquez que je lis à califourchon sur ce canapé si je voyais encore ma sublime compagne seulement vêtue de bas et de talons hauts s'empaler sur mon sexe et voir ses seins à la lueur du feu de cheminée (oui j'ai une cheminée chez moi!!! ) faire des mouvements perpétuels de bas en haut?

Tout comme la chaise (cf ce billet sur les objets), nous devons décharger érotiquement nos lieux d'ébats... Sinon, on ne vivrait plus... Ou alors on vivrait dans un monde où le sexe ne serait plus tabou ou à ranger dans un coin de notre vie, bien caché pour ne pas en avoir honte un jour. Mouais, en fait, oublier ce que je vous ai dit: conserver aux lieux leurs charges érotiques et changeons le monde!


Image attachée

Image attachée


Image attachée

Image attachée

Image attachée


Image attachée


Image attachée


Image attachée

Image attachée




Photo

No sex in job !

Posté par Devil's son, 18-03-2014 · 178 visite(s) · 4 commentaire(s)
travail, MademoiselleF, moi

Je pensais que l'expression "no sex in job" ("pas de sexe au travail" traduction pour les plus mauvais que moi en anglais) était une expression dépassée et que les nouvelles mœurs et l'avancée de la Révolution Libertine avait fait changer les mentalités en profondeur... Bref, qu'est-ce que je peux être con, moi!!!

Quand vous travaillez pour un névropathe imbue de lui-même, aussi féministe que je suis bouddhiste, et jaloux comme pas deux, dites vous que l'approche de la moindre de blonde vers vous est un danger potentiel! Moi, ça m'a couté mon poste de Directeur! J'y serai resté un an quand même!!! Et c'est parti pour deux ans de chômage, hauts les cœurs!!!

Mais je ne regrette pas la découverte de MademoiselleF et j'espère qu'elle courra encore après moi, maintenant qu'elle ne peut plus venir se lover dans mes bras, embrasser mes lèvres, caresser mon corps, ouvrir ma braguette, en sortir mon sexe et le prendre dans sa bouche avec plaisir, dans le bureau qui était le mien, juste au-dessus du sien.

 

Donc, je suis d'accord, No sex in job... Mais jamais je ne respecterai ce injonction débile qui méprise le plaisir au travail. Donc certains vont me dire que je ne suis pas prêt d'arrêter de faire des conneries, mais je dis que je continue à faire de la résistance!

 

No sex in job, Sex everywhere and all the time

 

 




Photo

2014: Manger sur un corps nu!

Posté par Devil's son, 02-01-2014 · 217 visite(s) · 0 commentaire(s)
Mademoiselle F., video et 2 de plus...

Depuis que j'ai passé le réveillon chez Mademoiselle F., je ne pense qu'à faire une chose:

manger sur le corps nu d'une femme.

 

Ma résolution de l'année 2014 sera donc de réaliser ce fantasme!

 

 

                    


Vidéo porno hébergée gracieusement par Bon Porn